De la corruption dans l’octroi de permis d’armes de chasse, dénonce un...

De la corruption dans l’octroi de permis d’armes de chasse, dénonce un député!

par -

Depuis la Révolution, la possession d’une arme de chasse sans autorisation est monnaie courante dans de nombreuses régions en Tunisie, étant donné que la situation sécuritaire n’est pas encore tout à fait au beau fixe.

Des supports médiatiques tunisiens avaient dévoilé qu’en 2012, les fusils étaient vendus au marché noir à des prix variant entre 2.500 et 3.000 dinars la pièce. Plus de 200 fusils de chasse de calibre 12 et 16 ont été confisqués par les autorités.

A cette époque, c’était très facile de trouver des armes dans de mauvaises mains. Pis, des munitions, kalachnikovs ainsi que d’autres joujoux très sophistiqués étaient librement utilisés par des cellules djihadistes retranchées dans les montagnes.

Néanmoins ce fléau a considérablement baissé suite à la multiplication des efforts des agents sécuritaires et des unités de la douane. Des caches d’armes de chasse ont été découvertes, surtout dans le sud tunisien.

45 mille fusils de chasse détenus légalement par des citoyens

Le ministre de l’Intérieur, Hedi Mejdoub, a affirmé lors d’une séance plénière qui s’est tenue ce mardi à l’Assemblé des Représentants du Peuple (ARP) qu’il y a actuellement en Tunisie 45 mille fusils de chasse détenus légalement par des citoyens.

Il a par ailleurs indiqué que son département n’a toujours pas répondu à 50 mille nouvelles demandes d’autorisation de port d’armes de chasse.

Permis d’armes de chasse : Les zones d’ombre

En réaction aux déclarations du ministre, Fayçal Tébini, député du parti la Voix des Agriculteurs, a déclaré ce mardi à l’ARP que les permis d’armes de chasse se vendent partout suite au recours de certaines parties à la corruption et la manipulation.

Il a, dans ce contexte, appelé le ministre de l’Intérieur à ouvrir une enquête approfondie afin de dévoiler les critères qui ont été pris en considération pour accorder les armes à plusieurs demandeurs.

Il a, sur un autre volet, précisé que le ministère de l’Intérieur devrait faire participer les associations de chasse en Tunisie et les députés au processus d’octroi de ces armes aux usagers.

Et d’ajouter : « avoir une arme de chasse est un droit pour toute personne passionnée par ce loisir. Il est ridicule de considérer qu’il y a une relation étroite entre le terrorisme et la possession d’une arme à chasse », a-t-il affirmé…

 

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire