Tags Posts tagged with "industrie"

industrie

par -

La Tunisie œuvre à développer l’innovation industrielle et la diffusion de l’industrie 4.0 afin de répondre à la révolution industrielle, a déclaré le ministre de l’industrie et des petites et moyennes entreprises, Slim Feriani.

Intervenant à l’ouverture des travaux du forum tuniso-britannique du commerce et de l’investissement qui se tient, du 10 au 12 octobre à Londres, le ministre a souligné que la stratégie du secteur de l’industrie et des PME pour la période 2018/2020 repose sur la mise en place de l’infrastructure industrielle.
L’objectif recherché est d’attirer les investissements étrangers et développer les secteurs prometteurs (composantes automobiles, composants aéronautiques et industries pharmaceutiques), a-t-il encore précisé.

Et de rappeler que la stratégie du gouvernement dans les industries manufacturières est basée sur la production de 3500 Mégawatts à partir des énergies renouvelables.
Feriani a, par ailleurs, mis l’accent sur l’importance du développement de la coopération économique entre les deux pays dans les secteurs prometteurs, dont les industries manufacturières, outre le renforcement des échanges commerciaux et le développement des exportations agroalimentaires vers la Grande Bretagne.

Au cours d’une rencontre avec des investisseurs, le ministre a présenté les opportunités d’investissement en Tunisie. Il a passé en revue les incitations accordées par la Tunisie, en tant que plateforme d’industrie et de technologie et qui représentera un hub vers le marché africain notamment après son adhésion au COMESA (Marché commun de l’Afrique orientale et australe).

par -

Lors de la journée de contact B to B dans le secteur du textile-habillement qui se tient ce lundi 24 septembre 2018 au centre de promotion des exportations, quelques industriels tunisiens interrogés par Africanmanager , ont exprimé leur mécontentement face aux divers problèmes que connait le secteur du T&H. Ils ont évoqué de nombreux obstacles freinant la promotion de leurs produits à l’étranger à l’instar du manque d’appui et de facilitation de procédures financières et administratives par les autorités concernées par ce secteur.

Ils ont également appelé le gouvernement à accorder un intérêt spécifique pour les jeunes industriels afin qu’ils puissent conquérir les marchés européens, précisant que le secteur du textile-habillement représente la source de revenus pour des milliers de familles tunisiennes et demeure ainsi un facteur essentiel pour impulser l’emploi et l’exportation.

Ils ont aussi insisté sur l’importance d’organiser des workshops, des voyages, des rencontres avec plusieurs autres industriels étrangers afin de promouvoir leurs produits, ce qui permettra de redynamiser l’économie nationale et garantir la création de plusieurs postes d’emploi pour les jeunes chômeurs.

par -
L'investissement industriel progresse, avec de grosses surprises

Au cours des huit premiers mois 2018, les investissements industriels déclarés ont enregistré une hausse de 3,9% par rapport à la même période 2017 pour s’établir à 2515,1 millions de dinars (MD).

Selon les données du ministère de l’Industrie et des Petites et Moyennes Entreprises (PME), le nombre d’emplois à créés a progressé de 2,4% pour atteindre 41118 emplois.

De même, les investissements étrangers et à participation étrangère ont augmenté de 51,4% (soit une hausse de 3% en nombre de projets et de 23,3% en nombre d’emplois).
Les investissements destinés totalement à l’export ont cru de 89%, soit une hausse de 17,5% en nombre de projets et 21% en nombre d’emplois.

Les investissements déclarés dans le secteur ICC ont triplé

Les investissements déclarés dans le secteur des industries du cuir et de la chaussure (ICC) ont connu, au cours des huit mois 2018, une croissance de 272,7% par rapport à la même période 2017 pour atteindre 29,4 MD suite à la déclaration de création d’une tannerie d’une valeur de 18,8 MD.
De même, les investissements des industries chimiques ont progressé de 39,2% pour se situer à 278,5 MD suite à la déclaration de l’extension d’une unité d’exportation totale de l’industrie des pipelines et de la création de l’unité de fabrication de médicaments…

Idem, les investissements déclarés dans le secteur des industries des matériaux de construction, de la céramique et du verre (IMCCV) ont cru, au cours des huit premiers mois de 2018, de 16,2%(428,6 MD contre 369 MD) et les investissements des industries mécaniques et électriques (IME) ont progressé de 5% suite, essentiellement, à l’extension de l’unité de fabrication de fils et câbles électroniques (97,9 MD) et à l’extension d’une unité totalement exportatrice de fabrication de ressorts lames (50 MD).
En revanche, les investissements déclarés dans le secteur des industries agroalimentaires (IA) ont baissé de 22,8% passant de 892,7 MD à 689 MD.

Il en est de même pour le secteur des industries du textile et de l’habillement (TH) dont les investissements ont diminué, durant les huit premiers mois de 2018, de 15,7% avec 77,7 MD.

Progression des exportations industrielles de 21,2%

Les exportations du secteur industriel, durant les huit premiers mois de 2018, ont augmenté de 21,2% passant, ainsi, de 19546,7 MD à 23698,6 MD.

Cette hausse est due, essentiellement, à la progression des IA de 82,7% des matériaux de construction de la céramique et du verre (26,3%), des industries chimiques de 7,4%, des industries du textile et de l’habillement (17,8%), des industries du cuir et de la chaussure (22,8%) et des industries diverses de 23,8%.

Par contre, les investissements déclarés dans les secteurs des services ont régressé, pendant les huit premiers mois de 2018, de 32,4% pour atteindre 991,9 MD.

par -

Selon les derniers chiffres de l’APII, les huit premiers mois de l’année 2018 ont été caractérisés par une augmentation au niveau de l’investissement déclaré dans les zones de développement régional de 15.6% avec 1246.2 MD contre 1078.1 MD durant les huit premiers mois 2017. La part de ces zones dans l’ensemble des gouvernorats est passée de 44.5% à 49.5% au cours des huit premiers mois 2018.

La hausse ainsi enregistrée au niveau des investissements déclarés dans les zones de développement régional est imputable essentiellement au gouvernorat de Sidi Bouzid dont les investissements déclarés ont enregistré une hausse de 72.6% au cours des huit premiers mois 2018 (171.7 MD contre 99.5 MD).

Il en est de même pour le gouvernorat de Gafsa dont les investissements ont atteint 55.7 MD contre 36.9 MD durant les huit premiers mois 2017 (+50.7%).

Ont aussi augmenté, les investissements déclarés dans le gouvernorat de Zaghouan qui sont passés de 135.5 MD à 234.9 MD durant les huit premiers mois 2018, soit une hausse de 73.3%.

De même, les investissements déclarés dans les délégations du développement régional du gouvernorat de Sfax sont passés de 62.5 MD à 133.8 MD au cours des huit premiers mois 2018 (+114.2%), essentiellement suite à la déclaration de l’extension d’une unité de fabrication d’emballages en carton ondulé pour un montant de 15.0 MD et à la déclaration de l’extension d’une unité de fabrication de papier pour impression pour un montant de 10 MD.

Aussi, les investissements déclarés dans le gouvernorat de Béja ont enregistré une hausse de 43.5%. Il en est de même pour les délégations du développement régional du gouvernorat de Médenine dont les investissements ont atteint 71.1 MD contre 23.5 MD durant les huit premiers mois 2017 (+202.4%).

Ont aussi augmenté les investissements déclarés dans le gouvernorat de Siliana (59%) et Jendouba (56%).

par -

Selon les derniers indicateurs de l’APII, les exportations du secteur industriel sont passées de 19546.7 MD durant les huit premiers mois 2017 à 23698.6 MD durant la même période de 2018 enregistrant ainsi une augmentation de 21.2%. Le secteur industriel a importé pour 30372.3 MD durant les huit premiers mois 2018 contre 25944.5 MD durant la même période 2017, enregistrant ainsi une hausse de 17.1%. Ainsi donc le solde commercial du secteur industriel s’établi à -6673.7 MD contre -6397.8 MD au cours des huit premiers 2017.

La hausse enregistrée au niveau des exportations est due essentiellement au secteur des industries agroalimentaires dont les exportations ont atteint 2619.4 MD, contre 1433.4 MD pendant les huit premiers mois 2017, soit une progression de 82.7%. Ont aussi augmenté les exportations du secteur des industries des matériaux de constructions de la céramique et du verre, passant de 320 MD à 404.2 MD au cours des huit premiers mois 2018 (+26.3%).

De même, les exportations du secteur des industries mécaniques et électriques ont augmenté de 15.2% passant de 10070.8 MD à 11598.5 MD durant les huit premiers mois 2018. Ont aussi augmenté de 7.4% les exportations du secteur des industries chimiques (1530.5 MD contre 1424.5 MD durant les huit premiers mois 2017).

Le secteur des industries du textile et de l’habillement n’a pas été du reste avec des exportations de l’ordre 4780.6 MD contre 4058 MD durant les huit premiers mois 2017, soit une augmentation de 17.8%. Il en est de même pour le secteur des industries du cuir et de la chaussure dont les exportations ont augmenté de 22.8% avec 1017.3 MD contre 828.3 MD au cours des huit premiers mois 2017.

Idem, les exportations du secteur des industries diverses ont progressé de 23.8% avec 1748.1 MD contre 1411.7 MD durant les huit premiers mois 2017.

Les importations industrielles ont connu des augmentations pour tous les secteurs. Ces augmentations varient entre 4.4% pour le secteur des industries agroalimentaires et 26.4% pour le secteur des industries diverses

par -

Les investissements relatifs aux projets dont le coût est supérieur à 5 MD, ont enregistré une augmentation de 34.9% passant de 1298.8 MD au cours des huit premiers mois 2017 à 1752.4 MD durant la même période de l’année 2018. C’est ce qui ressort des derniers chiffres de l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII).

Ces projets permettront la création de 11853 postes d’emplois, contre 9888 postes d’emplois durant les huit premiers mois 2017, soit une hausse de 19.9%.
Il est à signaler que les projets de 5 MD et plus qui ne représentent que 4.7% du nombre des projets déclarés et 28.8% du nombre des emplois, totalisent 69.7% de l’ensemble des investissements déclarés.

Parmi les 122 projets (I>5 MD) déclarés durant les huit premiers mois 2018, vingt-huit projets ont totalisé un montant d’investissement de 929.7 MD, soit 53.1% de l’investissement total (I>5 MD).

par -

Selon les derniers chiffres de l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII), les investissements déclarés durant les huit premiers mois 2018 dans l’industrie ont atteint le montant de 2515,1 MD contre 2420,5 MD durant la même période de l’année 2017, enregistrant ainsi une augmentation de 3,9%.

Le nombre de projets déclarés a atteint 2605 au cours des huit premiers mois 2018 contre 2511 lors des huit premiers mois 2017, soit une augmentation de 3.7%. Ces projets permettront la création de 41118 postes d’emplois, contre 40155 postes d’emplois durant les huit premiers mois 2017, soit une augmentation de 2.4%.

Durant le mois d’août 2018, l’investissement déclaré dans le secteur industriel a atteint le montant de 280.7 MD, contre 185.4 MD lors du mois d’août 2017, enregistrant ainsi une hausse de 51.4 %. Le nombre de projets déclarés a atteint 213 au cours du mois d’août 2018 contre 244 en août 2017, soit une baisse de 12.7%. Ces projets permettront la création de 3430 postes d’emplois, contre 3857 postes d’emplois lors du mois d’août 2017, soit une baisse de 11.1%.

par -

L’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation, prendra désormais, en charge, la défense des dossiers de projets des micro-entrepreneurs, auprès des institutions de la micro-finance, en vertu de conventions qui sont en train d’être signées, avec ces institutions”, a indiqué, jeudi, à l’agence TAP, le Directeur général de l’APII, Samir Bechouel, lors la deuxième édition des Journées nationales de l’entrepreneuriat et de la création d’entreprises, organisée au siège de l’Agence.

Et d’expliquer “l’avis de l’APII et son évaluation préliminaire desdits dossiers de projets seront transmis à ces institutions, avec lesquelles l’APII oeuvre à développer les mécanismes d’accompagnement des micro-entrepreneurs, pour limiter le taux de mortalité relativement élevé de ces projets “.

Intervenant lors de ces Journées organisées en parallèle dans tous les gouvernorats de la République, sur le thème ” Les mécanismes de la micro-finance “, Bechouel a rappelé les résultats d’une étude réalisée l’année dernière par l’APII, auprès d’un échantillon de 427 projets de PME, dont la moitié n’a pas pu passer au stade de la réalisation et l’autre moitié a échoué peu après le lancement effectif des projets.
Selon cette étude ” 47% des entrepreneurs sondés ont affirmé que les deux obstacles majeurs rencontrés sont les longs délais que prennent les procédures de financement et l’absence de coordination entre les organismes de financement. 44% ont évoqué le problème de garanties et près de la moitié ont mentionné le problème du fonds de roulement. C’est dire que le financement reste l’enjeu majeur auquel font face ces entrepreneurs”.

Intervenant au cours de ces journées, la directrice de la micro-finance à la direction générale du Financement au sein du ministère des Finances, Amel Zaoui, a affirmé que ” l’orientation retenue par l’Etat consiste à restructurer le paysage de la micro-finance de manière à lui donner plus de visibilité et de solidité financière “.

Et d’ajouter ” outre la révision du cadre législatif en cours depuis 2011, la mise en place de l’Autorité de contrôle de la micro-finance en 2014, la révision du plafond des crédits octroyés de 20 mille dinars à 40 mille dinars décidée en avril dernier, le ministère se déploie actuellement, à favoriser les regroupements des associations autorisées à exercer la micro-finance (289 associations), de manière à créer des structures ayant la taille et la solidité financière requises pour un accompagnement efficace des micro-entrepreneurs”.

Zaoui a aussi, indiqué que ” le ministère travaille actuellement, à rapprocher les points de vue des différentes structures de la micro-finance, pour créer une association professionnelle regroupant ces institutions dont la tâche sera de défendre les intérêts de ces structures auprès des autorités publiques et de mettre en place un code de déontologie propre à la micro-finance”.

Elle a, en outre, rappelé que depuis la création du Système de microcrédit et de l’affectation d’une ligne de financement à la BTS, au profit des associations autorisées à exercer la micro-finance, en 1999 jusqu’au juillet 2018. Le nombre de bénéficiaires de microcrédits a atteint 770516 personnes, avec un montant total s’élevant 834 millions de dinars “.

par -

Les investissements déclarés, durant les sept premiers mois de cette année, dans les activités de service ont atteint le montant de 923.9 MD contre 1356.5 MD lors des sept premiers mois 2017, enregistrant ainsi une baisse de 31.9%. Le nombre de projets déclarés a atteint 6560 au cours des sept premiers mois 2018 contre 5172 lors des sept premiers mois 2017, soit une augmentation de 26.8%. C’est ce qui ressort des derniers chiffres rendus publics par l’APII.

Ces projets permettront la création de 27155 postes d’emplois, contre 22483 postes d’emplois durant les sept premiers mois 2017, soit une augmentation de 20.3%.

Par rapport au même mois de l’année dernière, les investissements déclarés dans les activités de service ont enregistré une augmentation de 65.7% (141.1 MD contre 85.1 MD en juillet 2017). Le nombre de projets déclarés est passé de 458 à 751 durant le mois de juillet 2018, soit une hausse de 64.0%. Le nombre d’emplois à créer a atteint 3562 contre 1862 lors du mois de juillet 2017, soit une augmentation de 91.3%

par -

Les investissements relatifs aux projets dont le coût est supérieur à 5 MD, ont enregistré une augmentation de 25.5% passant de 1218.2 MD au cours des sept premiers mois 2017 à 1529.1 MD durant la même période de l’année 2018. Ces projets permettront la création de 10794 postes d’emplois, contre 9339 postes d’emplois durant les sept premiers mois 2017, soit une hausse de 15.6%. C’est ce qui a été indiqué par l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII).

Il est à signaler que les projets de 5 MD et plus qui ne représentent que 4.7% du nombre des projets déclarés et 28.6% du nombre des emplois, totalisent 68.4% de l’ensemble des investissements déclarés.

Parmi les 113 projets (I>5 MD) déclarés durant les sept premiers mois 2018, 27 projets ont totalisé un montant d’investissement de 798.2 MD, soit 52.2% de l’investissement total (I>5 MD).

par -

Selon les derniers indicateurs de l’APII, les investissements déclarés, durant les six premiers mois de 2018, dans les activités de service ont atteint le montant de 782.9 MD contre 1271.3 MD lors de la même période de 2017, enregistrant ainsi une baisse de 38.4%. Le nombre de projets déclarés a atteint 5809 au cours des six premiers mois 2018 contre 4714 lors des six premiers mois 2017, soit une augmentation de 23.2%.

Ces projets permettront la création de 23593 postes d’emplois, contre 20621 postes d’emplois durant les six premiers mois 2017, soit une augmentation de 14.4%.

Ainsi, le mois de juin 2018 a connu la déclaration de 754 projets de service correspondant à un montant d’investissement de 202.6 MD et des créations d’emplois au nombre de 3966.
Par rapport au mois précédent durant lequel 955 projets, 139.2 MD d’investissement et 3795 emplois ont été déclarés, le mois de juin a connu une baisse de 21.0% au niveau des projets à réaliser, une augmentation de 45.5% au niveau des investissements déclarés et de 4.5% au niveau des emplois à créer.

par -

Les exportations du secteur industriel sont passées de 14502.6 MD durant les six premiers mois 2017 à 18318.9 MD durant la même période de l’année 2018 enregistrant ainsi une augmentation de 26.3%. C’est ce qui ressort des derniers chiffres rendus publics par l’Agence de promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII). Le secteur industriel a importé pour 22842.9 MD durant les six premiers mois 2018 contre 19103.2 MD durant la même période 2017, enregistrant ainsi une hausse de 19.6%. Ainsi donc le solde commercial du secteur industriel s’établi à -4523.9 MD contre -4600.6 MD au cours de la même période de 2017.

La hausse enregistrée au niveau des exportations est due essentiellement au secteur des industries agroalimentaires dont les exportations ont atteint 2167.6 MD, contre 1070.7 MD pendant les six premiers mois 2017, soit une progression de 102.5%. Ont aussi augmenté les exportations du secteur des industries des matériaux de constructions de la céramique et du verre, passant de 237.1 MD à 324.8 MD au cours des six premiers mois 2018 (+37%).

De même, les exportations du secteur des industries mécaniques et électriques ont augmenté de 19.4% passant de 7482.8 MD à 8934.8 MD durant les six premiers mois 2018.
Le secteur des industries du textile et de l’habillement n’a pas été du reste avec des exportations de l’ordre 3699.5 MD contre 3024.3 MD durant les six premiers mois 2017, soit une augmentation de 22.3%.
Il en est de même pour le secteur des industries du cuir et de la chaussure dont les exportations ont augmenté de 25.5% avec 769.5 MD contre 613.4 MD au cours des six premiers mois 2017.
Idem, les exportations du secteur des industries diverses ont progressé de 27.4% avec 1352.3 MD contre 1061.6 MD durant les six premiers mois 2017.
Les importations industrielles ont connu des augmentations pour tous les secteurs. Ces augmentations varient entre 0.9% pour le secteur des industries agroalimentaires et 26.4% pour le secteur des industries diverses.

par -

Les investissements relatifs aux projets dont le coût est supérieur à 5 MD, ont enregistré une augmentation de 23,6% passant de 1078,6 MD au cours des six premiers mois 2017 à 1333,4 MD durant la même période de l’année 2018″, c’est ce qui ressort des derniers chiffres publiés par l’Agence de promotion de l’industrie et de l’Innovation (APII). Ces projets permettront la création de 8827 postes d’emplois, contre 8675 postes d’emplois durant les six premiers mois 2017, soit une hausse de 1,8%.

Les projets de 5 MD et plus qui ne représentent que 4,7% du nombre des projets déclarés et 26,8% du nombre des emplois, totalisent 68% de l’ensemble des investissements déclarés.

Selon les mêmes chiffres, les investissements déclarés dans le cadre des projets de création sont passés de 812,4 MD durant les six premiers mois 2017 à 1078,8 MD durant la même période de l’année 2018, enregistrant ainsi une hausse de 32,8%. Le nombre de ce type de projets a augmenté de 27,2% en passant de 1381 à 1757 pendant les six premiers mois 2018, et les emplois à créer ont augmenté de 18,6% avec 22604 postes d’emplois contre 19054 durant les six premiers mois 2017.

Par ailleurs, les investissements déclarés dans le cadre des projets autres que création (extension, renouvellement de matériel,…) ont atteint 883,4 MD contre 1183.6 MD durant les six premiers mois 2017, soit une diminution de 25,4%. Le nombre de ces projets a baissé de 38,4% passant de 646 à 398 au cours des six premiers mois 2018, et les emplois y afférents ont diminué de 22,6% avec 10291 postes d’emplois contre 13296 durant les six premiers mois 2017.

Les investissements déclarés dans les industries totalement exportatrices ont enregistré une augmentation de 55,7% passant de 404,9 MD à 630,2 MD durant les six premiers mois 2018. Les industries dont la production est orientée vers le marché local ont enregistré une diminution de 16.3% passant de 1591 MD à 1332 MD au cours des six premiers mois 2018.

par -

La situation générale du secteur industriel est stable au cours du deuxième trimestre et reste même inchangée au troisième trimestre 2018, selon un sondage d’opinion réalisé par l’Institut National de la Statistique (INS) auprès des chefs d’entreprises des industries manufacturières.
Le rythme de la production industrielle s’est amélioré sensiblement au cours du deuxième trimestre de l’année 2018, alors que les chefs d’entreprises prévoient une récession flagrante de la production pendant le troisième trimestre de la même année, a précisé la même source.
Par secteur, les résultats de l’enquête révèlent une amélioration de la production des industries mécaniques et électriques parallèlement à l’industrie des matériaux de construction et les industries chimiques, tandis que le secteur du textile-habillement et du cuir et des chaussures reste relativement stable

En prévision des résultats du deuxième trimestre 2018, les industriels enquêtés prévoient une régression à des niveaux différents du rythme de croissance de la production industrielle à l’exception des industries chimiques qui continuent leur ascension et les industries mécaniques et électriques qui restent relativement stables.
Pour la demande des produits industriels, le deuxième trimestre est marqué par une évolution sensible. Le troisième trimestre selon les chefs d’entreprises enquêtés devait avoir une stagnation au niveau de la demande destinée au secteur industriel.
En revanche, la demande extérieure a connu une légère amélioration au deuxième trimestre pour fléchir légèrement au troisième trimestre.

par -

La production industrielle a enregistré une baisse de 2,8%, au cours des trois premiers mois de l’année 2018, due principalement à la régression de la production dans le secteur de l’industrie chimique (-25,2%), a fait savoir vendredi 1er mai 2018 l’Institut national de la statistique (INS).
L’industrie chimique a en fait enregistré une régression dans la production de dérivés phosphatés, le secteur de fabrication d’autres produits minéraux non métalliques (-5,4%), le secteur du raffinage de pétrole (-80,7%), le secteur des industries extractives (-8,0%), due à la baisse de la production du secteur de l’extraction des produits non énergétiques (-40,1%), suite au repli observé dans la production de phosphate brut (468.6 mille tonnes au cours de trois premiers mois de l’année 2018 contre 1328.7 mille tonnes au cours de trois premiers mois de l’année 2017) et le secteur de l’extraction de produits énergétiques (-2,4%).

En revanche, la production industrielle a enregistré une augmentation dans le secteur de l’industrie agroalimentaire de 16,5%, suite à la hausse enregistrée dans la production de l’huile d’olive et le secteur de l’industrie mécanique et électrique de 5,7% et le secteur de l’industrie du textile habillement et cuir de 0,2%.

La production industrielle en recul de 0,9% en un seul mois

La production industrielle a enregistré une baisse de 0,9%, au cours du mois de mars 2018, due principalement à la chute de la production dans le secteur de l’industrie chimique (-33,0%), résultant de la baisse observée dans la production de dérivés phosphatés, le secteur de fabrication d’autres produits minéraux non métalliques (-10,3%), le secteur de l’extraction des produits non énergétiques (-18,8%) suite au repli de la production de phosphate brut (291.3 mille tonnes au cours du mois de mars 2018 contre 413.7 mille tonnes au cours du mois de mars 2017) et le secteur de l’extraction de produits énergétiques (-0,2%), en raison du fléchissement de la production de pétrole brut.
En revanche, la production industrielle a progressé dans le secteur de l’industrie agroalimentaire de 7,9%, à la faveur de la hausse enregistrée dans la production d’huile d’olive, le secteur de l’industrie mécanique et électrique de 3,1% et le secteur de l’industrie de textile habillement et cuirs de 0,3%.

Les patrons ont le moral !

Les chefs d’entreprises opérant dans le secteur des industries manufacturières ont exprimé leur optimisme concernant l’amélioration des indicateurs de la production industrielle au cours du premier trimestre 2018, selon une enquête sur la situation et les perspectives des entreprises industrielles, réalisée par l’Institut national de la statistique (INS).
Les 943 chefs d’entreprises opérant dans le secteur des industries manufacturières interviewés ont constaté une légère amélioration du rythme de croissance de la production industrielle, au cours du premier trimestre 2018 par rapport au quatrième trimestre 2017.
Environ 27% des chefs d’entreprises interrogés ont prévu une légère amélioration de la croissance de la production industrielle, au cours du premier trimestre 2018 et 46% se sont dits satisfaits de la performance de l’indicateur de la production pour le deuxième trimestre 2018.

Selon l’enquête, 28% des chefs d’entreprises interviewés ont confirmé une amélioration du niveau de la croissance de la demande destinée aux produits industriels, au cours du premier trimestre 2018 alors que 36% des personnes interrogées prévoient une hausse de la demande pour le deuxième trimestre de l’année en cours.
Pour la demande extérieure en produits industriels, 27% des interviewés ont constaté une amélioration remarquable du rythme de croissance de la demande, au cours du premier trimestre 2018 et une performance de 40%, au cours du deuxième trimestre 2018.
Les chefs d’entreprises (20% des interrogés) ont relevé une stabilité au niveau de la situation générale du secteur industriel, au cours du premier trimestre 2018. De même, pour le deuxième trimestre 2018 (34% des interviewés).

En ce qui concerne le développement de la production industrielle par secteur, l’enquête a montré une amélioration des taux de croissance des industries agroalimentaires, mécaniques et électriques ainsi que des diverses industries.
Le secteur de l’industrie du textile, de l’habillement et du cuir a enregistré une stabilisation au niveau de sa production.
En revanche, l’industrie des matériaux de construction et les industries chimiques ont vu une baisse de leur production.
Quant au développement attendu de la production par secteur, au cours du deuxième trimestre 2018, les industriels s’attendent à une amélioration du rythme de croissance qui différera selon les secteurs, à l’exception de celui du textile, de l’habillement et du cuir dont le niveau de production resterait stable.

par -

Selon les derniers chiffres de l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII), les investissements déclarés, durant les quatre premiers mois 2018, dans les activités de service ont atteint le montant de 441,1 MD contre 800,3 MD durant la même période de 2017, enregistrant ainsi une baisse de 44,9%.

Le nombre de projets déclarés a atteint 4098 au cours des quatre premiers mois 2018 contre 3369 lors des quatre premiers mois 2017, soit une augmentation de 21,6%. Ces projets permettront la création de 15833 postes d’emplois, contre 14529 postes d’emplois durant les quatre premiers mois 2017, soit une augmentation de 9%.

Le seul mois d’avril 2018 a connu la déclaration de 918 projets de service correspondant à un montant d’investissement de 129,4 MD et des créations d’emplois au nombre de 3733.
Par rapport au mois précédent durant lequel 907 projets, 100,9 MD d’investissement et 3577 emplois ont été déclarés, le mois d’avril a connu une hausse de 1,2% au niveau des projets à réaliser, une augmentation de 28,2% au niveau des investissements déclarés et de 4,4% au niveau des emplois à créer

par -

Nous envisageons de ne pas renouveler les contrats d’exploitation du sel de la COTUSAL, lesquels remontent à 1949 et 1953 “, a indiqué le secrétaire d’Etat aux mines, Hachem Hmidi.

Intervenant lors d’une séance d’audition tenue lundi 18 mai 2018 au Bardo, par la Commission de l’industrie, de l’énergie, des ressources naturelles, de l’infrastructure et de l’environnement, relevant de l’ARP, et consacrée au dossier du sel en Tunisie, Hmidi a fait savoir que la Commission consultative des mines va trancher cette question, aujourd’hui mardi, ce qui permettra de clore définitivement ce dossier qui a suscité une large polémique.

Il a par ailleurs, affirmé que la Commission des mines recherche les moyens d’en terminer avec ces contrats avant les délais légaux (5 octobre 2029) et que des offres d’exploitation seront, ensuite, lancées pour instaurer la concurrence dans ce domaine et pouvoir choisir les meilleurs candidats.

Hmidi a indiqué que l’Etat a enregistré un manque à gagner annuel de l’ordre de 500 mille dinars, en raison de la poursuite du contrat avec la COTUSAL, en vertu du décret beylical datant de 1949.

Il a rappelé que la COTUSAL avait le monopole de l’extraction du sel en Tunisie jusqu’à 1994 et détient encore 70 % de la production nationale de sel, dont elle exporte 77%.

Les revenus du secteur se sont montés à 51 millions de dinars en 2016, dont 34 millions de dinars ont été réalisés par la COTUSAL.

par -

Les investissements déclarés dans les régions peinent à reprendre leur rythme habituel. La situation économique et financière demeure toujours défavorable à l’investissement. Plusieurs variables devraient se réunir pour relancer l’investissement, mais en vain ! Il semble que cela n’est toujours pas à l’ordre du jour, en témoignent les derniers chiffres publiés ce mercredi 23 Mai 2018 par l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII). Selon les derniers chiffres de l’APII, les investissements relatifs aux projets dont le coût est supérieur à 5 MD ont enregistré une diminution de 15,7% passant de 951,7 Millions de dinars (MD) au cours des quatre premiers mois de 2017 à 802 MD durant la même période de l’année 2018.

Ces projets permettront la création de 4362 postes d’emplois, contre 7949 postes d’emplois durant les quatre premiers mois 2017, soit une baisse de 45,1%.

Il est à signaler que les projets de 5 MD et plus qui ne représentent que 4,1% du nombre des projets déclarés et 19,9% du nombre des emplois totalisent 64,2% de l’ensemble des investissements déclarés. Parmi les 64 projets (I>5 MD) déclarés durant les quatre premiers mois de 2018, vingt ont totalisé un montant d’investissement de 504,4 MD, soit 62,9% de l’investissement total.

Les investissements déclarés dans les industries totalement exportatrices ont enregistré une baisse de 4,2%, passant de 351 Millions de dinars (MD) à 336,2 MD durant les quatre premiers mois de 2018.

Les industries dont la production est orientée vers le marché local ont enregistré une diminution de 30,5%, passant de 1312 MD à 912,4 MD au cours des quatre premiers mois de 2018.

Les investissements industriels 100% étrangers et dans le cadre de partenariats sont passés de 368 MD durant les quatre premiers mois de 2017 à 277,5 MD en 2018, enregistrant ainsi une baisse de 24,6%. Cette baisse résulte aussi bien de la diminution enregistrée au niveau des projets en partenariat qui sont passés de 215,3 MD à 126.0 MD durant les quatre premiers mois de 2018 (-41,5%), que des projets 100% étrangers dont l’investissement déclaré a enregistré une baisse de 0,8% (151,5 MD durant les quatre premiers mois de 2018 contre 152,7 MD durant la même période en 2017).

Les investissements déclarés, durant les quatre premiers mois 2018, dans le secteur industriel ont atteint le montant de 1248,7 MD, contre 1663 MD lors de la même période de 2017, enregistrant ainsi une diminution de 24,9%.

Le nombre de projets déclarés a atteint 1576 au cours des quatre premiers mois de 2018 contre 1509 lors des quatre premiers mois de 2017, soit une augmentation de 4,4%. Ces projets permettront la création de 21867 postes d’emplois, contre 26108 postes d’emplois durant les quatre premiers mois 2017, soit une diminution de 16.2%.

Le seul mois d’avril 2018 a connu la déclaration de 342 projets correspondant à un montant d’investissement de 322,3 MD et des créations d’emplois au nombre de 5164.

Par rapport au mois précédent durant lequel 411 projets, 270,8 MD d’investissement et 4902 emplois ont été déclarés, le mois d’avril 2018 a connu une baisse de 16,8% au niveau des projets à réaliser, une augmentation de 19 % au niveau des investissements déclarés et une hausse de 5,3% au niveau des emplois à créer.

par -

Selon les derniers chiffres de l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII), les investissements relatifs aux projets dont le coût est supérieur à 5 MD, ont enregistré une diminution de 15,7% passant de 951,7 MD au cours des quatre premiers mois 2017 à 802 MD durant la même période de l’année 2018.

Ces projets permettront la création de 4362 postes d’emplois, contre 7949 postes d’emplois durant les quatre premiers mois 2017, soit une baisse de 45,1%.

Il est à signaler que les projets de 5 MD et plus qui ne représentent que 4,1% du nombre des projets déclarés et 19,9% du nombre des emplois, totalisent 64,2% de l’ensemble des investissements déclarés. Parmi les 64 projets (I>5 MD) déclarés durant les quatre premiers mois 2018, vingt projets ont totalisé un montant d’investissement de 504,4 MD, soit 62,9% de l’investissement total.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

La loi antiraciste vient d'être votée par le Parlement, avec son lot de sanctions qui en refroidit plus d'un (fortes amendes et même peine...

PRESSE LOCALE

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s’est préoccupé de l’évolution rapide de la situation humanitaire dans la région du Kasaï, en...

Reseaux Sociaux

SPORT