Tags Posts tagged with "ITFC"

ITFC

par -

Sous l’égide du Programme AATB (Arab-Africa Trade Bridges – Programme des Passerelles Commerciales Arabo-Africaines), la Société Internationale Islamique de Financement du Commerce (ITFC) (www.ITFC-IDB.org) a étendu son partenariat avec la Banque Centrale Populaire (BCP) (www.GBP.ma), un acteur financier principal en Afrique, en signant le deuxième Mémorandum d’entente et ce, en marge du Forum d’affaires des États membres de l’Accord d’Agadir et des États d’Afrique de l’Ouest membres de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI), qui s’est tenu aujourd’hui à Casablanca au Royaume du Maroc.

Cette signature s’inscrit dans le prolongement de la première convention de financement de 40 millions d’euros signée en juin 2017 avec l’ABI (Banque Atlantique), filiale bancaire de la BCP basée en Côte d’Ivoire, présente dans 10 pays d’Afrique subsaharienne.

“Ce mémorandum d’entente a été construit sur la ferme conviction de notre stratégie mutuelle en matière de coopération régionale. Grâce aux solides réseaux régionaux de la BCP au sein des pays africains et arabes, nous pouvons étendre le financement ciblé pour soutenir les flux commerciaux régionaux, ce qui reflète exactement le mandat principal du programme AATB (Arab Africa Trade Bridges) », a commenté l’Ingénieur Hani Salem Sonbol, Directeur Général de l’ITFC.

Dans le cadre de ce mémorandum d’entente, la collaboration se fera en explorant les opportunités proposées par le programme AATB pour développer des interventions spécifiques ainsi que des composantes dédiées au financement du commerce et au développement du commerce, outre le renforcement du commerce entre les pays africains francophones et anglophones.

De sa part, M. Kamal Mokdad, Co-PDG de la BCP, responsable de la division International Global Banking a déclaré « Notre partenariat avec l’ITFC est renforcée avec la signature de ce mémorandum qui va permettre aux deux parties de combiner leurs expertises pour booster l’efficacité de l’activité commerciale sur les marchés Arabes et Africains. Il a ajouté: “Cette coopération stratégique sera reflettée dans la co-organisation des rencontres B2B en Afrique, le développement des activités commerciales dans de nouvelles zones géographiques et le soutien du financm »nt participative au Maroc et en Afrique Sub-saharienne”.

Il convient de noter que la BCP a récemment acquis une nouvelle banque sur l’île Maurice afin de pénétrer les marchés de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC).

par -

Les travaux du Forum économique africain seront ouverts, mardi 24 avril 2018 à Tunis, jusqu’au mercredi 25 avril 2018, avec la participation de 38 Etats africains, 140 personnalités africaines de haut niveau relevant des secteurs public et privé, dont des ministres, conseillers spéciaux auprès de chefs d’Etat et des dirigeants d’institutions financières (BADEA, la BAD, l’ITFC la BEI, l’AFD…), ainsi que des présidents de grands groupes privés.

800 participants sont attendus à ce forum, au cours duquel des rencontres B to B ainsi que des ateliers sectoriels seront organisés sur les thématiques “Construire en Afrique : un marché en expansion”, “Les Tics pour un développement durable en Afrique”, “La santé, vers de nouveaux modèles”, “L’enseignement universitaire et l’employabilité” et “L’Agrobusiness”.

D’après le commissaire général du forum, Radhi Meddeb, “cette rencontre Afrique-Afrique vise à renforcer les fondements du partenariat tuniso-africain, de créer des richesses ensemble ainsi que des opportunités d’emploi et d’investissement“.

Meddeb, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse tenue lundi à Tunis, estime que la Tunisie va récupérer sa place sur le marché africain, dont les perspectives sont prometteuses, malgré les difficultés d’accès à ce marché et son coût élevé.

Bien que nous soyons africains, maghrébins méditerranéens et euro-méditerranéens, nous n’avons pas contribué suffisamment à la construction des ensembles régionaux africains, dont le Marché commun pour l’Afrique orientale et australe (COMESA) et la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui sont générateurs de croissance en Afrique“, a regretté Radhi Meddeb.
Selon lui, “un des objectifs de ce forum est d’annoncer que la Tunisie intègre la COMESA, qu’elle est en discussion avec la CEDEAO et qu’elle a signé à Kigali, récemment, les accords pour la création de la Zone de libre-échange continentale (ZLEC)“.

Il s’agit également de montrer aux opérateurs tunisiens que l’Afrique n’est ni difficile ni lointaine et que les gisements de croissance dans ce continent sont énormes. Aujourd’hui, nous ramenons aux Tunisiens l’Afrique en Tunisie, tout en souhaitant que cela leur donne l’envie d’aller vers l’Afrique au départ de la Tunisie et de ne pas aller uniquement pour exporter mais pour créer aussi des relations solidaires et durables“, a encore déclaré le commissaire du Forum.

Hichem Ben Ahmed, secrétaire d ‘Etat chargé du Commerce extérieur a, pour sa part souligné, que la coopération entre la Tunisie et les pays africains s’inscrit dans une approche gagnant-gagnant, visant à développer les échanges entre eux. Il a mis l’accent sur le rôle de l’Etat dans la mise en place des législations appropriées pour faciliter la tâche d’intégration au secteur privé.

D’après ses dires, le forum sera une occasion pour renforcer le partenariat entre le public et le privé, examiner les problèmes auxquels fait face le privé, dans l’objectif d’identifier, ultérieurement, les solutions adéquates.

Un volet éducation sera débattu durant ce forum à travers l’intervention de représentants de l’Université du groupe Honoris, présente en Tunisie, au Maroc, en Côte d’Ivoire et en Afrique de Sud et qui ambitionne d’atteindre 100 mille étudiants sur le continent africain.

Des représentants des groupes algériens Cevital (industrie agroalimentaire) et Condor (domaine électroménagers et électroniques) et aussi des groupes tunisiens actifs en Afrique, la Soroubat (bâtiment) et Comete engineering, seront présents à ce forum, organisé conjointement par le ministère du Commerce, la Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique (BADEA), l’Agence allemande de coopération internationale (GIZ) et la Société Internationale Islamique de Financement du Commerce (ITFC).

TAP

par -

Alors que le Maroc, la Turquie et l’Egypte ont misé depuis des années sur les pays africains comme terrain d’investissement, les autorités tunisiennes ont pris du retard sur ce continent, qui regorge pourtant d’opportunités. Les participations tunisiennes se faites rares dans une région en construction, en quête d’investissements et de ressources humaines. L’Afrique est un véritable chantier !

Cependant, un grand intérêt a été accordé par le secteur privé, notamment par l’organisation non gouvernementale Tunisia-AfricaBusiness Council (TABC), qui œuvre depuis longtemps pour s’implanter en Afrique, dans le but de s’introduire auprès des réseaux d’affaires africains et mobiliser les entrepreneurs tunisiens prêts à s’investir, à s’installer en Afrique, à analyser les obstacles et identifier des solutions pour faciliter le commerce et l’investissement sur le continent, essentiellement pour les entreprises tunisiennes…

C’est dans ce contexte, lors de la tenue ce mardi 6 février 2018 des travaux de la première édition du FITA 2018, “Financing Investment & Trade in Africa», que le président de TABC, Bassem Loukil, a affirmé que l’Afrique est l’avenir de la Tunisie et que nous sommes appelés à ancrer notre pays dans ce contient qui demeure un pôle de croissance économique.

«Avec notre potentiel, notre savoir-faire, la volonté politique, l’installation des diplomaties, dans les pays subsahariens, nous aurons  plus de possibilités d’investir en Afrique. Nous devons aussi chercher de solutions pertinentes pour mettre fin aux obstacles freinant les opérateurs et les entrepreneurs tunisiens sur ce contient».

Et de préciser :  «Nous avons de nombreuses difficultés au niveau du transport maritime, aérien, l’absence des diplomaties sur le continent, la réglementation des changes… Ces obstacles n’encouragent plus nos hommes d’affaires à aller sur le marché africain. L’Afrique a toutes les ressources, les talents, les travailleurs, cependant le train du commerce africain a besoin d’une vraie locomotive», a-t-il assuré.

Quant à Ibrahima  Fofana, ministre d’Etat à la Présidence de la Guinée, en charge des questions d’Investissements et des Partenariats Public-Privé, il a valorisé l’expérience économique tunisienne et a signalé que la forte présence des représentants des banques africaines et des hommes d’affaires subsahariens confirme déjà leur grande volonté à coopérer avec la Tunisie.

Le haut responsable guinéen a sur un autre volet exposé les obstacles qui découragent les entrepreneurs. «Nous sommes ici pour identifier toutes les possibilités, les opportunités de renforcer nos échanges intra-africains. Nous avons encore le problème du transport, mais malgré ça la Tunisie va lancer des projets importants comme l’ouverture du transport maritime, c’est une étape importante et qui demeure un fort signal pour les acteurs tunisiens et subsahariens…».

Par ailleurs, Omar El Bahi, ministre du Commerce, lui aussi fait le même constat à propos du marché africain en le qualifiant de grand pole d’investissements car selon ses dires l’Afrique est le continent de demain.

El Bahi a ajouté que les efforts gouvernementaux se poursuivent afin de soutenir les investisseurs tunisiens et a également évoqué le rôle joué par le Conseil supérieur de l’exportation qui englobe une série de mesures très attractives comme par exemple : l’octroi d’avantages préférentiels pour l’exportation vers les marchés africains, à travers une prime couvrant 70% des coûts de prospection des marchés extérieurs (coûts de transport et d’hébergement), 60% des frais du transport aérien et 50% des coûts du transport maritime…

Et d’affirmer qu’un grand événement sera organisé les 24 et 25 avril prochain à Tunis pour présenter les services destinés à l’Afrique, comme l’éducation et la santé…

A noter que lors de la conférence « Financing Investment & Trade in Africa », Bassem Loukil et le représentant de « International Islamic Trade Finance Corporation (ITFC) » ont signé un accord de partenariat.

Cet accord s’étalera sur trois ans et a pour objectif de soutenir et accompagner les hommes d’affaires tunisiens désirant investir dans le continent africain via la mise en place des moyens de financement de la part de l’institution.

De même, il s’agit d’accorder une opportunité aux investisseurs économiques tunisiens, les décideurs au sein de l’ITFC vont assurer un suivi des dossiers des entreprises tunisiennes. Pour sa part, le TABC s’engage à préparer les dossiers soumis par les entreprises tunisiennes.

par -

La Société Internationale Islamique de Financement du Commerce (ITFC), membre du Groupe de la Banque Islamique de Développement (BID) et la Banque Africaine d’Import-Export (Afreximbank), institution financière multilatérale créée par des gouvernements africains et des investisseurs institutionnels, ont signé deux accord Murabaha, l’un à 100 millions de dollars et l’autre à 50 millions d’euros, en vue de faciliter et de financer les exportations entre les pays Africains, ainsi qu’entre l’Afrique et le reste du monde.

Les accords ont été signés par Ing. Hani Salem Sonbol, Directeur Général de l’ITFC, et M. Amr Kamel, Vice-Président Exécutif pour le développement des affaires et pour les services bancaires aux entreprises de l’Afreximbank, lors d’une cérémonie organisée à l’occasion de la tenue du Forum Afro-Arabe sur le Financement du Commerce, organisé par la Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique (BADEA) le 21 décembre 2017 à Dubaï, dans le cadre du Programme des Ponts du Commerce Arabo-Africains (Arab Africa Trade Bridges).

Les crédits sont destinés à être utilisés pour soutenir les achats des fournisseurs issus des pays membres et non membres, y compris les achats locaux, aux fins de promouvoir le commerce à travers l’Afrique.

À cette occasion, Ing. Hani Salem Sonbol, Directeur Général de l’ITFC, a  declaré que: «Ce partenariat s’inscrit dans le cadre de l’engagement de l’ITFC visant à soutenir le développement des exportations des pays africains qui représentent un levier important vers la croissance durable, la création d’emplois et la réduction de la pauvreté ».

Il a souligné que ce partenariat sera utilisé pour financer les pays africains membres de l’OCI dans le cadre du programme “Ponts du Commerce Arabo-Africains”, un programme régional de promotion du commerce qui vise à relever un nombre de défis que rencontre la promotion du commerce entre les deux régions et à renforcer la coopération Sud-Sud.

Ing. Hani Salem Sonbol, Directeur Général de l’ITFC, a prononcé un discours lors de la séance inaugurale du Forum, axé sur l’identification des perspectives et des opportunités entre les pays arabes et l’Afrique, ainsi que sur les meilleurs moyens de relever les défis qui entravent le développement des flux commerciaux dans ces pays.

Dans son discours lors de la cérémonie, M. Amr Kamel, vice-président exécutif d’Afreximbank, a déclaré « qu’Afreximbank considère l’accord de partenariat comme une importante étape vers une plus grande collaboration dans le cadre de la vision commune de la Banque et l’ITFC. Il a ajouté que “la ITFC a démontré qu’elle se tient au côté de la Banque Africaine d’Import-Export dans ses efforts pour développer le continent Africain et promouvoir le commerce interafricain”.

M. Amr Kamel a  conclu: “Je  vois une grande perspective pour le partenariat en cours entre Afreximbank et la ITFC, mais je suis conscient que la  concrétisation de ces formidables opportunités exigera à la fois de la détermination et du travail assidu. Nous nous engageons à investir nos ressources dans cette direction.”

Les participants du Forum afro-arabe sur le financement du commerce ont applaudie et salué la signature des deux accords.

par -
Région de Houndé. Récolte du Coton.

La Société Internationale Islamique de Financement du Commerce (ITFC), membre du Groupe de la Banque Islamique de Développement (BID), a signé un Accord de financement de Mourabaha de 107 millions d’euros (70 milliards de FCFA) pour financer la saison de cotonnière 2017-2018 du Burkina Faso, avec SOFITEX (la société cotonnière nationale) en tant qu’Agence d’exécution.

Cette transaction s’inscrit dans la lignée du nouvel Accord-cadre de 450 million de dollars signé en mai 2017 avec le Gouvernement du Burkina Faso pour les 3 prochaines années.

L’Accord de financement de Mourabaha, d’un montant de 107 millions d’euros, a été signé par M. Hani Salem Sonbol, Directeur Général de l’ITFC, et M. Wilfried Yameogo, Directeur Général de SOFITEX (représentant le Ministre de l’Économie, des Finances et du Développement du Burkina Faso).

Soulignant l’importance de ces accords en termes de soutien aux activités de financement du commerce au Burkina Faso, M. Hani Salem Sonbol a déclaré que : « Le soutien de l’ITFC au secteur du coton au Burkina Faso s’inscrit dans la stratégie de priorisation de son financement, ciblant les secteurs clés qui stimulent la croissance économique et la génération de revenus pour les populations des pays membres. »

Il a également expliqué que l’opération proposée visait à consolider le programme de financement de l’ITFC en faveur du Burkina Faso, en tirant parti de la capacité de l’ITFC à mobiliser des ressources sur le marché tout en se positionnant comme la « Banque du coton ouest-africain ».

Cet accord de financement soutiendra l’achat de coton graine auprès des agriculteurs et des coopératives. Il aura également un impact positif sur les revenus des agriculteurs et améliorera leurs conditions de vie.

Le Burkina Faso a bénéficié de plus de 925 millions de dollars de financement depuis la création de l’ITFC en 2008.

par -

La Société Internationale Islamique de Financement du Commerce (ITFC), membre du Groupe de la Banque Islamique de Développement (BID), a signé un Accord de Financement de 45 millions de dollars américains avec le Gouvernement de la République de Gambie, accord signé par SEM. Amadou Sanneh, Ministre des Finances et des Affaires Economiques de la Gambie (et M. Hani Salem Sonbol, Directeur Général de ‘ITFC.

La cérémonie de signature s’est déroulée en marge de la réunion annuelle du groupe de la Banque mondiale et du FMI qui s’est tenue à Washington DC le 14 octobre 2017 en présence de SEM. Bandar Hajjar, Président du Groupe de la Banque Islamique de Développement.

M. Hani Salem Sonbol, a déclaré à propos de la signature de cet accord: « Cet accord vise à soutenir l’importation de produits pétroliers et soutenir ainsi l’approvisionnement en énergie du pays et ce, pour tous les utilisateurs finaux (ménages, entreprises, etc.). Le secteur de l’énergie est en effet un moteur important pour les activités économiques et soutient d’autres secteurs-clés telles que l’industrie, l’agriculture et les services. »

Ce financement s’inscrit dans le cadre de l’accord-cadre de coopération signé en mai 2017 avec la République de Gambie en marge de la 42ème réunion annuelle du Groupe de la Banque Islamique de Développement à Djeddah (Arabie Saoudite) d’un montant total de 210 millions de dollars US sur trois ans pour soutenir ses secteurs stratégiques.

par -

La Société Internationale Islamique de Financement du Commerce (ITFC), membre du Groupe de la Banque Islamique de Développement (BID), a organisé un partenariat avec la Société Nationale des Transports et de la Logistique (SNTL) sous les auspices de l’aide pour le commerce dans les pays arabes pour lancer une étude visant à développer la logistique Commerciale et faciliter les investissements entre Maroc et le sud de l’Afrique subsaharienne.

La signature a eu lieu lors de la séance d’ouverture de la réunion des organisations de promotion du commerce (OPC) de l’OCI, à Casablanca, Royaume du Maroc, le 11 octobre 2017, entre Ing. Hani Salem Sonbol, directeur général de l’ITFC et Mr. Noureddine Dib, directeur général par intérim de SNTL.

L’ouverture de cette séance a été inaugurée par Dr. Zahra, Maafiri, Directrice générale de Maroc Export, Ing. Hani Salem Sonbol, DG de l’ITFC, Dr. El Hassan Hzaine, Directeur Général du Centre islamique pour le développement du commerce (CIDC) et Madame Anne Chappaz, Chef, Institutions de soutien au commerce et à l’investissement, ITC.

A cette occasion, Ing. Hani Salem Sonbol, DG de l’ITFC, a indiqué: « Nous voulons réduire l’écart des infrastructures physiques qui entrave les flux de commerce et d’investissement entre le Maroc et l’Afrique subsaharienne. Cette signature s’inscrit dans le cadre de l’AfTIAS, mais elle est également au cœur du mandat du Programme AATB (Arab Africa Trade Bridges), créé pour combler les écarts commerciaux entre les pays arabes et africains ».

L’ITFC a identifié l’importance de développer des pôles commerciaux en Afrique, et sa participation à ce projet améliorera les solutions commerciales au Maroc et dans certains pays d’Afrique subsaharienne en réduisant les coûts logistiques et en encourageant les échanges commerciaux entre eux.

L’ITFC et la SNTL conviennent que le commerce et l’investissement sont parmi les piliers d’une nouvelle collaboration entre le Maroc et les Gouvernements subsahariens.

Dans le respect de ce principe, ce plan ouvrira des portes et créera des possibilités d’investissement dans les infrastructures, développera les compétences de renforcement des capacités et aidera à créer des entreprises privées offrant de nombreux services au public, tels que les services logistiques (transport, stockage, distribution et stabilisation de la valeur des biens agricoles). Au cours de la dernière décennie 2004-2014, les échanges commerciaux entre le Maroc et les pays d’Afrique subsaharienne ont augmenté régulièrement.

« Je suis très positif de cet accord et de ce partenariat avec SNTL, et je m’attends à de nombreux résultats encourageants, dans le but de faciliter les échanges commerciaux entre eux et de faire prospérer leurs économies » a ajouté Ing. Sonbol.

FOCUS 🔍

La BIAT, qui apporte depuis s plusieurs années, un soutien à la culture et aux industries créatives allant au-delà du mécénat, a lancé une...

Le meilleur des RS

Notre rubrique «Le meilleurs des réseaux Sociaux », début de la saison estivale oblige, choisit de mettre en lumière une initiative citoyenne, soutenue par un...

INTERVIEW

Walid Ben Salah, expert comptable, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont l'augmentation et à plusieurs reprises...

AFRIQUE

Sonelgaz va s'exporter encore plus d’électricité. Selon Mohamed Arkab, P-dg de la société, "un accord avait été signé entre son groupe, l'Office marocain de...

Reseaux Sociaux

SPORT

 La Russie a été ciblée par près de "25 millions de cyber-attaques" pendant la Coupe du Monde, a affirmé le président russe Vladimir Poutine, sans préciser...