Tags Posts tagged with "la, Tunisie"

la, Tunisie

par -

La Tunisie occupe la première place dans la liste des pays africains répondant aux normes internationales relatives aux normes de qualité, a souligné, mardi, le ministre de la Formation Professionnelle et de l’Emploi, Imed Hammami.
A l’occasion du renouvellement de la remise de la certification “ISO 9001” au Centre National de Formation Continue et de Promotion Professionnelle (CNFCPP), Imed Hammami a estimé que la situation économique actuelle invite à la généralisation de la certification “ISO 9001” à l’ensemble des services du ministère, et à inciter toutes les institutions à y adhérer, le but étant de garantir des indicateurs encourageants au niveau de la productivité, pour stimuler l’investissement.
Dans ce contexte, Hammami a considéré que le renouvellement de la remise de la certification “ISO 9001” de la CNFCPP est une réalisation exceptionnelle résultant des efforts du centre durant des années, dans l’objectif d’instaurer une relation interactive avec ses clients.
Il a, en outre, précisé que le CNFCPP a démarré la mise en application du projet concernant la révision du système de la formation continue afin d’améliorer sa rentabilité auprès des entreprises et des partenaires professionnels et sociaux.
De son côté, Nabil Béchir, directeur général de l’Institut National de Normalisation et de la Propriété Industrielle (INNORPI) a fait savoir que la norme “ISO 9001” est la norme la plus utilisée dans le monde, affirmant qu’elle est adoptée par plus de 1.5 million d’utilisateurs.
“L’adoption de cette norme instaure une dynamique dans le domaine de l’amélioration de la performance des institutions publiques et privées”, a-t-il expliqué.
La norme “ISO 9001” est une norme publiée par l’Organisation internationale de normalisation, depuis 1987. Elle définit les exigences pour la mise en place d’un système de management de la qualité pour les organismes souhaitant améliorer en permanence la satisfaction de leurs clients et fournir des produits et services conformes.

par -

” La Tunisie a besoin de fonds d’une valeur de 20 milliards de dinars, durant les cinq prochaines années, pour la promotion de l’économie nationale “, a fait savoir, mardi, le ministre du développement, de l’investissement et de la coopération internationale, Fadhel Abdelkefi.
Il a ajouté, dans une déclaration à l’agence TAP, lors de l’ouverture d’un atelier sur la compétitivité, avant le démarrage des travaux de la conférence ministérielle MENA- OCDE, que ” la finance publique n’est plus suffisante pour améliorer les taux de croissance du pays “.
D’après Abdlkefi, la Tunisie veille à implanter des investissements industriels, notamment dans les secteurs de l’industrie automobile, des industries agricoles développées et du textile.
Il a souligné l’impératif de mettre à profit les évolutions politiques en cours dans le pays, telles que la formation d’un gouvernement d’unité nationale, le retour de la stabilité sécuritaire…, pour l’attraction des investisseurs et des bailleurs de fonds étrangers.
Le ministre a, dans le même contexte, appelé à profiter des expériences menées dans des pays qui ont connu des crises économiques pareilles à celles de la Tunisie.

par -
D’après le commissariat Régional pour le Développement Agricole (CRDA) de Sousse

Lors d’une réunion tenue, lundi 4 juillet 2016, au siège du ministère de l’Agriculture, le ministre Saâd Seddik a fait savoir que les préparatifs de la 27e édition extraordinaire du Conseil oléicole international vont bon train. Cet événement sera organisée du 11 au 16 juillet courant à Hammamet.

Il a, également, passé en revue les préparatifs relatifs au symposium international qui sera tenu le 13 juillet courant à Tunis et ayant pour thème «Regards croisés sur l’oléiculture Mondiale».

par -

Le risque de défaut de la Tunisie a bondi de 28 points de base, soit 0,28 point de pourcentage, cette semaine à un record 255, selon l’AMC, une agence internationale spécialisée dans les données financières, qui explique cela par «la recherche par les  investisseurs d’une protection contre des actifs plus risqués en raison des craintes au sujet crise de la dette de l’Europe et le ralentissement économique américain ». Le contrat sur la dette tunisienne est encore plus faible que celui de l’Egypte et de Bahreïn.Selon Bloomberg Le rendement des obligations de la Tunisie à 4,5 pour cent  a progressé de 20 points de base cette semaine  pour s’établir à 5,54 pour cent, selon les données compilées par Bloomberg. La croissance économique de la Tunisie peut stagner cette année, selon le gouvernement et le Fonds monétaire international. Le déficit budgétaire peut se creuser l’an prochain en raison des dépenses sur les “moteurs de gros investissements» pour stimuler la croissance, avertit Ayed. Un investissement est un «fonds de fonds” qui va commencer avec 2 milliards de dollars en capitaux propres et augmentera à 5 milliards de dollars en l’espace de trois ans pour soutenir des secteurs s tels que le tourisme et l’agriculture, a-t-il dit. Un déficit budgétaire d’environ 4 pour cent du PIB cette année est «tout à fait gérable», a déclaré Ayed. «Nous avons utilisé une partie des réserves pour faire face aux besoins immédiats après la révolution. Évidemment, nous n’aurons pas ces réserves en 2012. Nous devons donc explorer d’autres sources de financement».
Une source potentielle est de vendre les obligations internationales, a déclaré le ministre. “Je ne serais pas surpris que nous  sollicitions les marchés en 2012, mais quant à la quantité et le type d’installations, je ne pourrais pas vous le dire maintenant. Nous n’avons pas pris une décision, mais nous laissons cette possibilité ouverte. “

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux