Tags Posts tagged with "Lazhar Akremi"

Lazhar Akremi

par -

Les dirigeants au Mouvement Nidaa Tounes Lazhar Akremi, Abdelaziz Mezoughi et et Abdessatar Massoudi ont proposé, mardi, l’élection d’une nouvelle direction pour mettre un terme aux conflits au sein du parti.
Selon une déclaration signée par les trois dirigeants, l’élection d’une nouvelle direction est la meilleure solution pour résoudre la crise qui secoue le parti.
La crise de leadership qui affecte le Mouvement Nidaa Tounes depuis sa victoire aux élections législatives et présidentielle, explique-t-on dans la déclaration, exige plus que jamais une solution démocratique radicale qui engage toutes les parties du conflit, partant de la conviction qu’il ne peut y avoir de règlement de cette crise sans l’organisation d’élections directes, libres et transparentes.
Cette proposition s’inscrit dans le cadre d’une initiative lancée par les trois dirigeants et qui prévoit notamment l’élection du président du parti et de son secrétaire général parmi les membres de l’Instance constitutive et du comité politique issus de la réunion de Sousse, et le bureau exécutif du parti.
Il s’agit, également, de l’élection du bureau politique du parti dont le quorum sera fixé ultérieurement dans le manifeste électoral. L’instance élective doit être composée des adhérents du parti durant la période 2012-2014.
L’Instance nationale de sauvetage du Mouvement Nidaa Tounes avait annoncé, dimanche dernier, la désignation du membre du bureau politique, Moncef Sallemi comme coordinateur général du processus de réforme et de sauvetage du parti.
Moncef Sallemi aura pour mission de mener à terme les négociations et le processus d’unification du parti et d’aboutir à l’élaboration d’une feuille de route définitive à même de permettre l’organisation du premier congrès électif du Mouvement.
Réuni lundi soir, le comité politique du Mouvement Nidaa Tounes s’est déclaré catégoriquement opposé à cette ” manœuvre putschiste ” et a annoncé son intention de soumettre les membres de l’Instance nationale de sauvetage du Mouvement Nidaa Tounes à la Commission du règlement intérieur pour prendre les mesures juridiques nécessaires à leur égard.

par -
Le dirigeant à Nidaa Tounes

“Le chef du gouvernement Youssef Chahed ne brigue pas la présidence du comité politique du Mouvement Nidaa Tounes, mais nous espérons qu’il accepte ce poste”, a déclaré mardi le dirigeant au mouvement Lazhar Akremi.
” Nous espérons que Youssef Chahed accepte ce poste et nous sommes en train d’agir dans ce sens “, a-t-il ajouté.
Contacté par l’agence TAP, Akremi a dit avoir eu lundi avec le président de la République Béji Caïd Essebsi un entretien qui a porté notamment sur la situation politique au sein du mouvement Nidaa Tounes.
A cet égard, Lazhar Akremi a plaidé en faveur de la restructuration du parti et de l’appui du gouvernement Chahed.
Une réunion du mouvement Nidaa Tounes tenue le 18 septembre à Gammarth a abouti à une proposition qui prévoit l’attribution de la présidence du comité politique du parti au chef du gouvernement Youssef Chahed.
Jusque-là, Youssef Chahed ne s’est pas prononcé à ce sujet.

par -
Le dirigeant à Nidaa Tounes

Pour Lazhar Akremi, dirigeant et membre constitutif de Nidaa Tounes, les jours de Habib Essid à la tête du gouvernement sont comptés. Il a déclaré sur Mosaïque Fm ce lundi 06 juin : « Le gouvernement actuel ne fait que passer ces derniers jours en attendant que la nouvelle équipe soit prête à prendre les rênes. A vrai dire, les chiffres ne sont pas bons, il fallait un changement. C’est dans ce cadre que s’inscrit l’initiative du président”.

Akremi en a profité pour faire le lien avec sa démission, qui avait surpris à l’époque. “Je pensais depuis le départ qu’il fallait un gouvernement politiquement plus fort. Je ne dis pas que le gouvernement Essid a échoué pour autant mais il n’a pas avancé”, a-t-il affirmé.

Il est d’avis que Essid a été adoubé par Nidaa Tounes et qu’il revient au parti d’évaluer son rendement et de le démettre de ses fonctions si le travail est jugé insuffisant. Selon lui il ne s’agit pas de complot contre l’actuel chef du gouvernement, ni de drame, cela se produit si les objectifs fixés ne sont pas atteints.

Toutefois il a ajouté que c’est Nidaa Tounes qui est sorti vainqueur des élections et qu’il est le seul, au regard de la Constitution, à avoir le droit de choisir un Premier ministre, même si dans les faits il n’est plus le parti majoritaire dans le paysage politique. Mais d’après lui, l’essentiel est ailleurs et son parti ne va pas procéder de la sorte. C’est le dialogue avec les autres formations qui déterminera l’issue de cette affaire.

Quant à savoir si le choix d’un nouveau chef du gouvernement est arrêté, Akremi a déclaré qu’il n’en est rien pour le moment, mais qu’il s’agira certainement d’une personnalité politique de premier plan. Son nom devra mettre d’accord les différentes sensibilités, du moins le plus grand nombre. Ce sera, selon lui, quelqu’un de fort, apte à trancher et à gouverner

Enfin il a confié : “Un gouvernement d’unité nationale c’est bien plus qu’une équipe et des ministères. Il est temps de travailler sur un programme. Moi je pensais dès le départ qu’il fallait un gouvernement politique, plus fort et plus rassurant. Il faut une équipe qui soit plus proche des gens et qui soit plus présente sur le terrain.
Quant à la formation, je ne pourrai rien dire avant qu’on en discute tous ensemble. Mais je sais qu’il est prématuré de proposer des ministères, on va se pencher sur les solutions et les plans de travail”.

par -
Le porte-parole du parti Nidaa Tounès

Le porte-parole du parti Nidaa Tounès, Lazhar Akremi, a qualifié l’initiative présidentielle du mouvement Ennahdha de « proposition qui tient du romantisme à l’état pur », selon des informations de presse.

Il commentait la proposition du parti islamiste appelant au consensus autour du prochain président de la République qui, a-t-il dit, est absolument inapplicable à l’heure actuelle, en Tunisie, car elle vise à créer un nouveau bloc et non un consensus national, selon ses dires.

par -
Dans une déclaration exclusive accordée à Africanmanager

Dans une déclaration exclusive accordée à Africanmanager, Lazhar Akremi, avocat et homme politique tunisien nous a déclaré que l’adoption de l’article 21 de la Constitution maintenant implicitement la peine de mort, doit être regardée comme une expression de « fierté » de la part du législateur.

Les députés auraient dû abolir la peine capitale au lieu d’en confirmer le maintien, a-t-il ajouté soulignant que la Constitution n’en est pas une si elle regroupe les lois, ce qui est normalement la vocation d’un code, et dans le cas de l’espèce, le code pénal.

En ce qui concerne l’interruption volontaire de grossesse (IVG) constitutive de l’un des « cas extrêmes », mentionnés par l’article 21 et définis par la loi, Lazhar Akremi nous a expliqué qu’il ne peut y avoir recours qu’en cas de danger menaçant la vie de la mère.

par -
Lazhar Akremi

Lazhar Akremi, dirigeant à Nidaa Tounès, a affirmé, dans une vidéo sur facebook, que le mouvement Ennahdha connaîtra bientôt le même sort que celui des frères musulmans en Egypte.

A l’issue de son interrogatoire par le juge d’instruction du 20ème bureau au tribunal de première instance de Tunis, à la suite d’une plainte pour conspiration contre la sécurité de l’Etat, il a indiqué qu’il est visé par une virulente campagne de diffamation sur les réseaux sociaux orchestrée par « des criminels qui prétendent protéger la révolution. »

par -
Le ministère de l'Intérieur a publié Jeudi 7 février sur sa page facebook un communiqué dans lequel il a exprimé son indignation à propos des déclarations de Lazhar Akrémi dans lesquelles il a mis en cause des hauts cadres du département

Le ministère de l’Intérieur a publié Jeudi 7 février sur sa page facebook un communiqué dans lequel il a exprimé son indignation à propos des déclarations de Lazhar Akrémi dans lesquelles il a mis en cause des hauts cadres du département.

Le ministère exprime son étonnement face à ces déclarations « calomnieuses » qui portent atteinte à ces hauts cadres, et prennent pour cible les institutions de l’Etat et tentent de s’immiscer dans leurs affaires intérieures, ce qui ne peut qu’engendrer anarchie et instabilité.

Le ministère rappelle que le sens de la responsabilité commande exige de renforcer l’unité nationale et cesser ces « allégations irresponsables »

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), Tarek Cherif, a accordé à Africanmanager une interview exclusive dans laquelle il a...

AFRIQUE

Le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Didier Reynders est choqué par le traitement inhumain et les violences dont sont victimes les migrants en Libye. Il...

Reseaux Sociaux

SPORT

Le Comité exécutif de l'Union arabe de football (UAFA), a tenu mercredi à Ryadh (Arabie saoudite), une réunion sous la présidence de l'algérien Mohamed...