Tags Posts tagged with "Niger"

Niger

par -

L’Italie va choyer le Niger, et pas peu. Le ministre italien des Affaires étrangères, Angelino Alfano, qui était jeudi dernier à Niamey pour les besoins de l’inauguration officielle de l’Ambassade (la première au Sahel), a fait savoir que 40% de l’aide que son pays réserve au continent africain seront versés au Niger, rapporte l’Agence Ecofin. Pour lui, c’est une façon de dynamiser les relations entre les deux pays.
Au menu également «une journée de présentation du pays aux entrepreneurs italiens», a confié le ministre.

A noter que le déplacement du patron de la diplomatie italienne intervient peu après la décision de Rome d’envoyer 470 militaires pour épauler les Nigériens dans la sécurisation de la zone et la maitrise de la migration irrégulière. «L’Italie est prête, dans le respect de la souveraineté, à déployer tous les moyens nécessaires pour renforcer cette sécurité» a indiqué Alfano. «Nous sommes convaincus que la sécurité au Niger signifie la sécurité en Méditerranée», a-t-il ajouté.

Les liens entre les deux nations sont très solides. En juin dernier, l’Italie a décaissé 32 milliards de Fcfa pour aider le Niger à sécuriser ses frontières. A ajouter aux 100 millions d’euros que l’Italie a promis lors de la table ronde, le 14 décembre 2017, pour financer le Plan de développement…

par -

Après 2 jours passés à Paris à la rencontre des partenaires techniques et financiers, des bailleurs de fonds et des investisseurs, le Niger peut se targuer d’un succès diplomatico-économique de taille. Combatif et persuasif, le gouvernement nigérien sous la conduite de Son Excellence Mahamadou Issoufou a réussi à lever plus de 23 milliards de dollars pour soutenir le pays dans le financement et la mise en œuvre de son plan de développement économique 2017-2021.

« LA RENAISSANCE DU NIGER EST EN MARCHE »

« La renaissance du Niger est en marche », c’est par ces mots forts qu’Aïchatou Boulama Kané, Ministre du Plan du Niger, grande chef d’orchestre de la Conférence de la Renaissance, a exprimé sa satisfaction au soir du 14 décembre 2017. L’objectif de la première  journée était de présenter la vision du Niger pour les cinq prochaines années et les instruments macro-économiques et stratégiques mis en place pour concrétiser cette vision. SEM Mahamadou Issoufou, Président de la République du Niger, a ouvert la conférence aux côtés de ses homologues SEM Idriss Deby Itno, Président de la République du Tchad et SEM Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République Islamique de Mauritanie. Il a réaffirmé, après avoir rappelé les progrès du Niger ces 5 dernières années, la volonté de son gouvernement d’engager à travers son PDES, « la transformation du monde rural » et « un accent sur le secteur privé » pour accélérer l’émergence du pays.

Plusieurs panels se sont succédés durant cette journée, rassemblant directeurs d’agences bilatérales et multilatérales, autorités gouvernementales, secteur privé nigérien et international, pour présenter les projets structurants du PDES 2017 et les leviers de financements multilatéraux efficients. Un accent fort a été mis sur les partenariats publics-privés, marquant ainsi un grand changement dans l’approche de développement du Niger.

Sur 7 milliards de dollars exprimés à l’adresse de bailleurs de fonds, le Niger a enregistré des promesses s’élevant à 12,7 milliards de dollars.

« INVEST IN NIGER, LE SECTEUR PRIVE FER DE LANCE DU NIGER RENAISSANT ET PROSPERE »

Le 14 décembre 2017, seconde journée de la conférence, M. Boubacar Zakary Wargo, Secrétaire Permanent du Haut Conseil de l’Investissement, a lancé le Forum des investisseurs consacré au secteur privé.  Ce forum a accueilli plus de 400 participants du monde entier dans des secteurs variés tels que le pétrole, l’agro-industrie, l’énergie, le pétrole ou les télécommunications. Cette journée a été marquée par la signature de nombreuses manifestations d’intérêts totalisant un montant global de 10,3 milliards de dollars quand l’objectif avait été fixé à 10 milliards de dollars.

LA CONFERENCE DE LA RENAISSANCE S’EST CLOTUREE AVEC DES ENGAGEMENTS RECORDS DE PLUS DE  23 MILLIARDS DE DOLLARS, POUR 17 MILLIARDS DE BESOINS EXPRIMES PAR L’ETAT DU NIGER.

Au total, un montant global de 23 milliards de dollars a été enregistré par l’Etat du Niger, illustrant un niveau d’engagement record. « Nous veillerons au suivi de l’ensemble des engagements pris » a conclu le Président Issoufou Mahamadou, se félicitant des résultats positifs de ce grand rendez-vous.

La Conférence de la Renaissance du Niger (www.NigerRenaissant.org) a rassemblé à Paris sur les deux journées du 13 et 14 décembre 2017, plus de 800 participants internationaux. La conférence a été organisée par le Gouvernement de la République du Niger en partenariat avec la Banque Mondiale et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et avec l’appui des Partenaires Techniques et Financiers bilatéraux et multilatéraux.

par -

Une Afrique en sécurité, stable, sûre et prospère est d’une grande importance pour les intérêts à long terme des États-Unis. Le Niger est un partenaire important des États-Unis. Les États-Unis et le Niger entretiennent depuis longtemps des relations bilatérales. Nos forces armées ont été de solides alliées pour travailler ensemble à dissuader et à vaincre les menaces terroristes dans la nation ouest-africaine et dans la région du Sahel.

L’armée américaine n’a pas de mission de combat directe et active au Niger. L’AFRICOM fournit aux forces armées nigériennes formation et assistance en matière de sécurité, y compris un soutien en termes de renseignement, de surveillance et de reconnaissance, afin de faciliter leurs actions pour cibler les organisations extrémistes violentes dans la région. Cette formation prévoit conseil et assistance aux Nigériens afin de renforcer leur capacité organique pour veiller à la stabilité et la sécurité de leur pays.

Environ 800 militaires américains se trouvent au Niger, un pays d’environ deux fois la taille du Texas. Ce chiffre comprend le personnel de l’ambassade des États-Unis à Niamey, les employés qui contribuent aux efforts de construction de la base aérienne 201 à Agadez et le personnel affecté dans le pays à d’autres tâches et opérations temporaires. Même si les forces spéciales américaines conseillent et assistent les forces armées nigériennes, elles ne constituent qu’une fraction de la composition globale des forces américaines au Niger.

Certaines de ces troupes soutiennent des opérations françaises dans la région, comme l’a déclaré le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, le 19 octobre.

« Les Français maintiennent plus de 4 000 hommes sur place », a-t-il déclaré. « Dans l’ensemble, les États-Unis fournissent [aux Français] un soutien en matière de ravitaillement en carburant, de renseignement et de surveillance. »

Une mesure importante des forces américaines en Afrique de l’Ouest, en coordination avec les gouvernements nigériens et d’autres gouvernements de l’Afrique occidentale, consiste à soutenir toute une gamme d’initiatives en termes de sécurité et de renforcement des capacités dans la grande région du Sahel. Ces activités s’inscrivent dans la perspective des objectifs diplomatiques et de sécurité nationale des États-Unis et ont pour objet de renforcer les relations avec les partenaires africains, promouvoir la stabilité et la sécurité, et de permettre à ces derniers de faire face aux menaces sécuritaires auxquelles ils sont confrontés.

Ces mesures de renforcement des capacités portent entre autres sur la sécurité tactique, la logistique et la formation médicale, le commandement et le contrôle, la réponse aux épidémies et d’autres types d’activités de formation connexes. .

« Nous appelons cela une formation à la défense interne à l’étranger, et nous menons à bien ce genre de missions avec et par l’intermédiaire de nos alliés », a déclaré Mattis.

En plus de cet entraînement de forces armées à forces armées, le Niger a régulièrement participé à des exercices régionaux de ces mêmes forces, y compris Flintlock. Il s’agit de manœuvres annuelles des forces d’opérations spéciales, réalisées sous le commandement des Africains, et qui a participé à renforcer les forces des nations partenaires clés en Afrique du Nord et de l’Ouest ainsi que les forces d’opérations européennes et nord-américaines depuis 2005. Le Niger a accueilli Flintlock en 2014, l’un des lieux choisis pour l’édition 2017, et qui devrait accueillir les manœuvres en 2018.

Les groupes extrémistes violents basés dans le nord du Mali et dans tout le Sahel se sont montrés résilients, adaptables et capables de lancer des attaques transfrontalières. Ils exploitent les frontières poreuses, disposent d’un accès fiable à des armements et jouissent d’une relative liberté de mouvement qui facilite leurs attaques. Ces terroristes constituent une menace pour les citoyens du Niger et d’autres pays africains, ainsi que pour le personnel américain et les intérêts américains en Afrique.

Vaincre ces menaces et créer un environnement stable nécessite une approche régionale. À la demande du Gouvernement du Niger et des forces armées nigériennes, et en étroite coordination avec ces derniers, le Commandement des États-Unis pour l’Afrique est en train de mettre en place un centre d’assistance temporaire et provisoire à Agadez, au Niger. Géographiquement et stratégiquement parlant, Agadez constitue une option attrayante à partir de laquelle il est plus aisé pour les ressources de renseignement, de surveillance et de reconnaissance d’identifier et de surveiller les menaces dans la région, et de réduire quelque peu la complexité des opérations, due à la géographie africaine et à ses vastes distances. Le site d’Agadez améliorera la capacité de l’AFRICOM à soutenir le Niger et les autres pays partenaires de la région.

En plus de l’armée, les États-Unis adoptent une approche pangouvernementale pour résoudre ces problèmes de sécurité.

Les États-Unis se sont engagés à aider le Niger à faire face à la menace terroriste à l’intérieur de ses frontières, comme l’a indiqué l’ambassadrice des États-Unis au Niger, Mme Eunice Reddick, le 4 octobre. Une approche holistique de la lutte contre le terrorisme nécessite de renforcer la résilience de la communauté face à la menace de l’extrémisme violent en apportant des solutions aux questions qui poussent les gens à rejoindre des organisations extrémistes.

La lutte contre le terrorisme est un effort à long terme qui requiert le dévouement et la persévérance du gouvernement, de la société civile, des partenaires internationaux et des citoyens du Niger, a-t-elle déclaré.

En plus du Niger, les forces armées américaines travaillent avec des partenaires africains à travers le continent pour dissuader et vaincre les organisations extrémistes. L’AFRICOM travaille avec, et par l’intermédiaire de partenaires africains pour faire face à ces menaces. « Avec, et par l’intermédiaire » fait référence à une approche stratégique conçue pour atteindre les objectifs stratégiques des États-Unis en Afrique et habiliter les forces de sécurité des pays partenaires qui ont des objectifs stratégiques compatibles. Cette approche met l’accent sur l’utilisation des capacités militaires américaines dans un rôle de soutien, et non comme principaux participants à un quelconque conflit armé.

Les opérations de sécurité sont exécutées presque exclusivement par les forces de sécurité partenaires. L’AFRICOM travaille avec les forces partenaires et, en fonction de leurs besoins, conduit des formations, conseille, assiste, équipe, développe les institutions des forces de sécurité et améliore le professionnalisme des forces armées partenaires. Les objectifs stratégiques des États-Unis et de la nation partenaire sont atteints grâce à une relation de coopération dans laquelle AFRICOM joue un rôle de soutien.

« L’Afrique est d’une grande importance pour les intérêts à long terme des États-Unis » a déclaré le général des Marines Corps, Thomas D. Waldhauser, commandant du Commandement des États-Unis pour l’Afrique. « Des investissements modestes, mais judicieux, au niveau des capacités, de la légitimité et de la responsabilité des institutions de défense africaines offrent des avantages démultipliés à l’Afrique, à nos alliés et aux États-Unis et permettent surtout d’apporter des solutions africaines aux problèmes africains. »

par -

L’Autorité de régulation des télécommunications et de la poste du Niger (ARTP) a tapé fort sur quatre compagnies de télécoms qui opèrent dans le pays. Plus de 3,5 milliards de francs CFA (5,3 millions d’euros), c’est l’amende qu’elles devront payer pour ne pas avoir “amélioré” la couverture et la qualité de leurs prestations, rapporte l’AFP.

La chef de l’ARTP, Mme Béty Aichatou, a dévoilé à la télévision publique les reproches faits aux quatre compagnies dont une nationale et trois étrangères, et les sommes exactes qu’elles devront décaisser.

Celtel-Niger, une filiale du groupe Bharti, a été le plus lourdement condamné – 1,576 milliard de francs CFA (1,5% de son chiffre d’affaires) – pour ne pas avoir “réduit les coupures” des communications “en dessous de 2%” et pour ne pas avoir fait monter la qualité vocale dans presque toutes les grandes villes du pays dont Niamey, Agadez (nord), Zinder, et Maradi, la capitale économique.

Le français Orange-Niger devra verser 925,474 millions de francs CFA (1,6% de son chiffre d’affaires) pour ne pas avoir “augmenté la couverture” de son réseau “à l’intérieur des bâtiments” afin d’“atteindre 70%” dans la localité de Birnin’Konni (centre-sud).

La compagnie nigérienne Sahel-Com devra s’acquitter d’une amende de 620,505 millions de francs CFA (2,8% du chiffre d’affaires) pour ne pas avoir porté “à 70%la couverture de son réseau “à l’intérieur des bâtiments” dans plusieurs localités, dont Niamey, Maradi, Tahoua, Zinder.

Moov-Niger (filiale d’Atlantic Telecom) a été condamné à payer 423,463 millions de francs CFA (1,6% du chiffre d’affaires), pour ne pas avoir hissé “à 70%” la couverture de son réseau “à l’intérieur des bâtiments” à Niamey et à Birnin’Konni.

par -

M. Jean-Yves Le Drian, ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, effectuera les 2 et 3 octobre 2017 une visite en Côte d’Ivoire et au Niger.

A Abidjan, il sera reçu par le président Alassane Ouattara.

Ce déplacement sera centré sur les enjeux de diplomatie économique. M. Jean-Yves Le Drian visitera, avec le ministre ivoirien des transports, le site du futur métro d’Abidjan. Ce projet, qui révolutionnera la vie quotidienne des Abidjanais, sera une vitrine de l’expertise des entreprises françaises en matière de mobilité urbaine. Pour rendre possible cette initiative ambitieuse, la France apportera un concours financier exceptionnel à la Côte d’Ivoire au cours des trois prochaines années. M. Jean-Yves Le Drian participera également, aux côtés du vice-président Daniel Kablan Duncan, à l’ouverture des rencontres “Africa 2017”, qui réuniront 1500 entreprises de France, d’Afrique du Nord, de l’Ouest et centrale. Cet événement sera décliné en trois manifestations régionales : après Abidjan du 2 au 3 octobre, les entreprises pourront choisir de se rendre à Nairobi ou à Tunis, du 4 au 6 octobre.

Le ministre de l’Europe et des affaires étrangères rencontrera également la communauté française en Côte d’Ivoire, qui a progressé de 25% en cinq ans pour atteindre environ 20 000 ressortissants.

A Niamey le 3 octobre, M. Jean-Yves Le Drian sera reçu par le président Mahamadou Issoufou. Il s’entretiendra avec son homologue, M. Ibrahim Yacouba, de la situation régionale et notamment du suivi du plan d’action commun en matière migratoire élaboré le 28 août à Paris.

Il se rendra au poste de commandement du secteur “centre” de la force conjointe du G5 Sahel pour mesurer sa montée en puissance. Il visitera la mission européenne EUCAP Sahel Niger, qui participe au renforcement des capacités des forces de défense et de sécurité nigériennes dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée.

M. Jean-Yves Le Drian visitera aussi une école primaire dont le programme pilote est soutenu par l’agence française de développement, pour souligner l’importance attachée par la France à l’enjeu de la francophonie, de l’éducation et de la jeunesse.

par -

Le chef de l’Etat français, Emmanuel Macron, s’attaque au gros dossier de la crise migratoire, après avoir arraché aux belligérants libyens un accord pour pacifier le pays. Ce lundi 28 août 2017, dans l’après midi, des dirigeants africains et européens sont attendus dans la capitale, pour un mini sommet qui devrait déboucher sur des décisions fortes, notamment en termes de soutien logistique et financier aux pays de transit en Afrique.

Les présidents tchadien et nigérien, Idriss Déby Itno et Mahamadou Issoufou ainsi que le chef du gouvernement d’entente nationale libyen, Fayez al-Sarraj, sont de la partie, indique Jeune Afrique.
Pour l’Europe, Macron a invité la chancelière allemande Angela Merkel, la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini, le président du conseil italien Paolo Gentiloni et le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy.

L’enjeu de cette rencontre est capital : «réaffirmer le soutien de l’Europe au Tchad, au Niger et à la Libye pour le contrôle et la gestion maîtrisée des flux migratoires». Pour le président français, l’affaire n’est pas nouvelle. En effet il s’est saisi de ce dossier dès cet été, et a même avancé en juillet dernier la mise en place de «hotspots» – des unités d’enregistrement des migrants – en Libye. Manifestement il avait omis le péril sécuritaire dans ce pays, ce qui lui avait été beaucoup reproché. Macron a alors revu sa copie et a proposé que ce dispositif soit installé au Tchad et au Niger…

par -

L’Algérie a décidé d’octroyer une aide humanitaire au profit du Niger, frappé par un déficit alimentaire causé par une crise pastorale aiguë, rapporte APS.

Cette aide humanitaire, “qui intervient en cette veille de célébration de l’Aïd El Adha, s’ajoute aux multiples actions de solidarité que l’Algérie a manifestées à l’égard de ce pays frère et voisin, y compris pour le soutenir dans la gestion des flux humains sur son sol, induits par la lutte contre les groupes terroristes et suite à la détérioration de la situation  sécuritaire dans la région du Sahel, souligne la même source.

Cette aide qui sera cheminée dans les prochains jours, constitue également une mesure immédiate d’accompagnement des opérations de rapatriement de ressortissants nigériens en situation irrégulière”, détaille APS.

 

par -

Près de 200 migrants nigériens ont été rapatriés par avion depuis l’aéroport de Mitiga, à l’est de Tripoli, en coordination avec l’Organisation internationale de la migration (OIM).

 Selon Le Monde, de nouveaux départs sont prévus dans les semaines à venir et concerneront un total de plus de 900 migrants.En 2016, l’OIM « a assisté 1 589 migrants, volontairement rapatriés vers leur pays d’origine », en donnant la priorité « aux plus vulnérables ». La plupart des départs ont lieu depuis l’ouest du pays, à destination de l’Italie qui ne se trouve qu’à 300 kilomètres.

Les Européens envisagent des mesures pour bloquer l’arrivée de milliers de migrants depuis la Libye. Ces mesures alarment les ONG, qui redoutent de mauvais traitements à l’encontre des migrants qui resteraient bloqués en Libye, a ajouté la même source.

par -

Le Bureau des Nations unies pour la Coordination des affaires humanitaires (OCHA) à Niamey a annoncé que le gouvernement du Niger et les partenaires humanitaires estiment que le pays restera marqué en 2017 par cinq défis majeurs, à savoir l’insécurité alimentaire, la malnutrition, les épidémies, les inondations et les mouvements de population.

En 2017, il est estimé que près d’1,9 million de personnes, dont 340.000 à Diffa (sud-est), auront des besoins humanitaires, selon les analyses effectuées dans le cadre du processus d’élaboration de l’aperçu des besoins humanitaires, souligne l’organisation onusienne.

La situation humanitaire dans la région de Diffa requiert une attention particulière dans la mesure où, dans cette région, 48 pour cent de la population auront besoin d’assistance humanitaire cette année tandis qu’au niveau national près de 10 pour cent de la population sera dans le besoin, a ajouté l’ONG.

par -

Le bilan de l’attaque du camp de réfugiés de Tazalit, au Niger, à 180 kilomètres de la frontière avec le Mali, hier jeudi 06 octobre, est lourd : 22 militaires chargés de veiller sur les lieux ont été tués. Le chiffre a été confirmé par le Haut commissariat aux réfugiés (HCR), qui a des agents sur place.

14 gardes, 5 gendarmes et 3 militaires ont laissé la vie dans cette attaque perpétrée par une quarantaine d’assaillants, d’après un responsables des services de sécurité nigériens et le HCR. Cinq militaires ont été blessés. Seuls trois des militaires déployés sur les lieux sont parvenus à fuir, a précisé le HCR dans un communiqué. Un seul réfugié aurait été touché et une ambulance a été incendiée.

Les assaillants pourraient être des éléments d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Ils ont attaqué par surprise les unites de l’armée alors qu’elles déjeunaient. « Ils sont allés directement vers le poste de sécurité du camp des réfugiés et ont mitraillé les militaires qui étaient en train de déjeuner », a expliqué un responsables des services de sécurité. Tout était fini deux heures plus après, les assaillants s’étant retirés en emmenant des vivres, des vêtements, des armes et munitions et trois voitures, dont une appartenant au HCR et une ambulance, d’après ce responsable.

Les jihadistes, à bord de trois véhicules et d’une moto, ont ensuite pris la direction du Nord-Ouest, vers le Mali, en emportant trois autres véhicules. Des avions militaires et des troupes au sol ont été mobilisés pour un ratissage de la zone, d’après une source au ministère de l’Intérieur.

par -

Le Pentagone a confirmé la construction en cours, au Niger, d’une base américaine aérienne afin de déployer des drones. Cette infrastructure militaire à Agadez (nord) donnera à l’armée américaine une plus grande capacité d’utilisation des drones contre les groupes djihadistes présents en Libye, au Mali et au Nigeria, des pays voisins du Niger, rapporte ce vendredi 30 septembre 2016, la chaîne BBC

La construction de cette base aérienne entre dans le cadre d’une politique visant à renforcer la contribution des Etats-Unis à la lutte contre le terrorisme dans la région, selon les experts militaires. Elle devrait coûter 100 millions de dollars, environ 50 milliards de francs CFA.

Cette base est un nouveau signe de l’importance sans cesse croissante des opérations antiterroristes dans le Nord et l’Ouest du continent africain, ajoute cette publication en ligne, citant des experts militaires, a ajouté la même source.

par -

Une position de l’armée tchadienne a été attaquée dans la nuit de samedi à dimanche 25 septembre faisant quatre morts et six blessés. L’attaque attribuée au groupe jihadiste nigérian Boko Haram a eu lieu près de Kaïga à la frontière avec le Niger, rapporte RFI.

Selon des source sécuritaires, c’est en essayant de couper une piste d’approvisionnement des islamistes que les militaires tchadiens les ont obligés à sortir de leur cachette dans cette région hostile, aux confins de la rive nord du lac Tchad, près du Niger.

L’accrochage, qui n’a pas duré longtemps, a fait quatre morts et six blessés côté tchadien. « L’ennemi a abandonné sept corps sur le terrain », a indiqué à RFI l’une de ces sources.

Depuis plusieurs semaines, la force multinationale, chargée de la lutte contre Boko Haram, multiplie les opérations sur les rives du lac Tchad où les islamistes se sont réfugiés, après avoir perdu les localités qu’ils détenaient.

Ils se cachent dans les roseaux et les îles abandonnées et utilisent des sentiers pour venir discrètement s’approvisionner dans les villages, a relevé la même source.

par -
L’armée camerounaise aurait tué le leader de la secte islamiste nigériane Boko Haram

L’armée nigérienne a annoncé qu’une patrouille mixte de soldats nigériens et tchadiens a abattu au moins 30 combattants du groupe islamiste Boko Haram et a capturé deux autres.

Selon des informations rapportées, ce jeudi 15 septembre 2016, par la chaîne BBC Afrique, cinq militaires ont été tués et six autres ont été blessés lors des affrontements. Une importante quantité d’armes et de munitions a été saisie lors de cette opération.

par -

Tunisair fait feu de tout bois en ce moment. La compagnie nationale a décidé de mettre le curseur sur l’Afrique, après l’Europe (Prague) et l’Amérique (Montréal). Niamey, capitale du Niger, est la prochaine destination de Tunisair.

Les navettes sont programmées à partir du mercredi 6 juillet 2016. Les vols se feront à un rythme de deux fréquences, le mercredi et le samedi, combinées et en alternance avec les départs vers Abidjan, c’est-à-dire TUN/ABJ/NIM/TUN le mercredi et TUN/NIM/ABJ/TUN le samedi.

Ces deux nouveaux vols seront la 4ème et 5ème fréquences de Tunis-Abidjan, une liaison programmée désormais 5 fois par semaine.

par -

Trois gendarmes nigériens ont été tués jeudi dans l’ouest du Niger au cours d’une attaque tandis qu’un militaire a péri dans un attentat à l’est du pays, a indiqué le ministre nigérien de l’Intérieur, Hassimi Massaoudou.

Ces deux attaques terroristes au Niger interviennent à trois jours du second tour dimanche de l’élection présidentielle. L’attaque a été attribuée à « Al-Qaïda au Maghreb islamique » (Aqmi), l’attentant au groupe terroriste Boko Haram.

« A Dolbel (à la frontière avec le Burkina Faso), trois gendarmes ont été tués sur un marché par des hommes armés » tandis qu’ »à 3.000 km de là, à Bosso (frontière avec le Nigeria), des kamikazes se sont fait exploser au contact d’un détachement, faisant un blessé grave qui a succombé et deux blessés légers », a relaté le ministre.

A Dolbel, zone proche du Mali et du Burkina considérée comme « très dangereuse », les trois gendarmes ont été tués par balles. « L’attaque a été repoussée, nous sommes en train de procéder au ratissage de la zone, on ne connaît pas le bilan de leur côté (assaillants), ils sont partis avec leurs blessés et leurs morts », a-t-il expliqué.

A Bosso, cinq kamikazes ont attaqué un détachement militaire. Quatre d’entre eux ont réussi à activer leur ceinture d’explosifs, tuant le commandant de la place de Bosso. Le cinquième kamikaze, une fillette, selon la même source, a été abattu. Il n’est fait état d’aucune victime civile lors de ces attaques.

par -

L’opposition nigérienne a décidé de ne pas se présenter au second tour de l’élection présidentielle ce 20 mars, et pour cause, Hama Amadou, qui devait ferrailler avec le président sortant, Mahamadou Issoufou, est toujours en détention. Pas de candidat de l’opposition au deuxième tour pas d’élection, très logiquement.

Hier vendredi 11 mars, la Coalition pour l’alternance (Copa 2016), qui appuie Hama Amadou, a décidé de faire un “boycott actif” du scrutin après avoir pris acte du fait que son candidat n’avait pas été transféré de la prison de Filingué, dans l’ouest du Niger, vers la capitale, Niamey, alors que des rumeurs persistantes l’annonnçaient. Hama Amadou, ancien Premier ministre et ancien président de l’Assemblée nationale, est derrière les barreaux depuis quatre mois suite à des accusations très lourdes de trafic d’enfants dans une affaire de “droit commun”. Ses partisans crient à la manipulation pour se débarrasser du seul politicien capable de barrer la route du second mandat au président sortant, alors que le pouvoir en place argue qu’il n’y a là que légalité et fonctionnement normal de la justice.

Pourtant jeudi dernier, un des avocats d’Amadou avait confié à l’AFP que son client maintenait sa candidature au second tour de la présidentielle, dans l’espoir d’un changement de son lieu de détention puis d’une libération, même conditionnelle. Mais voilà au lieu de tout ça, Amadou a été acheminé vers un hôpital de Filingué pout y subir des soins, sous bonne escorte sécuritaire et par la suite reconduit dans sa cellule. Le porte-parole de la Copa 2016 a déclaré que le transfert de son candidat a été stoppé “par une autorité du régime”.

 

 

par -

En politique Mahamane Ousmane est ce qu’on peut appeler un dinosaure, un de plus dans ce continent dont les dirigeants battent tous les records de longévité dans le monde. 20 ans après été évincé suite à un coup d’Etat, Ousmane revient en grande pompe pour défendre ses chances à la présidentielle du 21 février 2016.

Au moins, il pourra faire valoir sa connaissance de la chose politique, ses aspects positifs comme les moins reluisants, par exemple ce coup de force du 27 janvier 1996 qui l’a éjecté de son fauteuil. Autre détail cocasse dans cette affaire : trois des candidats à la prochaine présidentielle ont été les Premiers ministres d’Ousmane (Mahamadou Issoufou d’avril à septembre 1994, Amadou Boubacar Cissé en février 1995 et Hama Amadou du 21 février 1995 à son éviction en 1996). On verra s’il a retrouvé une virginité et si les Nigériens ont envie de parier sur lui…

par -
Navi Pillay

A l’occasion d’une visite au Niger, le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afrique de l’Ouest, Mohamed Ibn Chambas, a affirmé jeudi 07 janvier 2015 qu’il était crucial que les élections législatives et présidentielle prévues le 21 février se déroulent dans un climat serein.«Les enjeux sont d’autant plus grands que les élections législatives et présidentielle du 21 février seront les premiers scrutins à se tenir en Afrique de l’Ouest et sur tout le continent africain en 2016», a dit M. Chambas dans une déclaration à la presse à Niamey. «Il est donc crucial que ces élections se déroulent dans un climat serein et consensuel et permettent de doter le Niger d’institutions légales, légitimes et solides, à même de relever les nombreux défis auxquels fait face le pays».Le Représentant spécial a réaffirmé la disponibilité des Nations Unies à continuer d’appuyer ce processus.

Le meilleur des RS

Expert-comptable de son état et chroniqueur économique sur plusieurs plateaux TV, Walid Ben Salah surprend le ministre Zied Laadhari en «délit de communication politicienne»....

INTERVIEW

Il n’est pas le ministre des Finances, mais il en connait tous les arcanes. C’est un survivant du gouvernement «Essid» et il est l’homme...

AFRIQUE

La Banque africaine de développement présentera, ce mercredi 17 janvier 2018, en son siège à Abidjan, en Côte d’Ivoire, l’édition 2018 de son rapport annuel...

Reseaux Sociaux

SPORT

La sélection tunisienne de handball, vainqueur de la couronne africaine à neuf reprises, débutera sa course pour "la décima continentale" jeudi, en affrontant le...