Tags Posts tagged with "perte"

perte

par -

Carthage Cement ne va pas mieux, comme le démontrent ses états financiers qui seront dévoilés lors de l’Assemblée Générale Ordinaire (AGO) programmée le 17 juillet 2017. D’après ces documents, la société a enregistré en 2016 une perte nette de près de 46 millions de dinars, du même niveau que le déficit de 2015, qui s’était établi à 46,5 millions…

A noter que l’AGO aura lieu à l’Institut Arabe des Chefs d’Entreprises (IACE), à 10h.

par -

L’indice phare de la place tunisienne débute la séance boursière avec une perte de 0,06% à 5 752,42 points, le volume d’affaires totalisé est de 0.151 MD, a rapporté lundi, Mena capital partners .
Côté variations, AMI ASSURANCES se distingue avec la plus forte hausse du marché. Elle se bonifie de 3% à 9.27 D (dinars). L’action CARTHAGE CEMENT gagne, quant à elle, 2.75% à 2.61 D et SOPAT se bonifie de 2,67% à 1.15 D.

A l’inverse, POULINA GROUP HOLDING recule de 2.89% à 7,72 D. SOTUMAG affiche également grise mine et lâche aux premiers échanges 2.01% à 1,95 D. De son côté, STB perd du terrain et se défait de 1,82 % à 3.77 D.

par -
La Bourse de Tunis a ouvert ce mercredi sur une note positive affichant une légère amélioration de 0

La bourse de Tunis ouvre sur un léger repli en ce mercredi 19 avril où le tunindex affiche une perte de 0,16% à 5606,86 points. A la hausse, MAGASIN GENERAL grimpe de 2,99% à 26,47 TND suivie par SIAME et HANNIBAL LEASE qui affiche une performance respective de 2,84% et 2,82% à 2,17 TND et 9,47 TND .

Dans le rouge, STAR chute de 2,99% à 128,91 TND tout comme la SOPAT et TUNISIE LEASING qui dévissent toutes les deux de 2,60% et se traitent à 1,12 TND et 16,801 TND.

par -

Pour la société Elbène Industrie, le premier semestre 2016 est pire que celui de l’an dernier. En effet les résultats financiers intermédiaires clôturés au 30 juin dernier font état d’un trou de 2,8 millions de dinars (MD) contre une perte nette de 1,9 MD à fin juin 2015.

Dans le détail, le total des produits d’exploitation de la société a fortement chuté, -19% pour s’établir à 48,4 MD contre 59,9 MD l’an dernier.

Les choses auraient empiré si les charges d’exploitation n’avaient pas reculé, au premier semestre 2016 elles affichent -21,2% à 47,2 MD contre 59,9 MD à fin juin 2015. D’ailleurs cela a trusté le résultat d’exploitation semestriel d’Elbène, qui affiche un excédent de 1,185 MD contre un résultat déficitaire de 55.868 dinars en 2015.

Mais ce qui a surtout grevé les comptes de la société, c’est l’explosion des charges financières nettes, qui ont presque doublé (+98%) en comparaison avec le premier semestre de l’an dernier pour s’établir à 3,9 MD.

par -
«Duet Mena Opportunities Master Fund Limited

C’est pas la grande forme pour la société MIP. Le bilan financier des six premiers mois de cette année mentionne une perte nette à hauteur de 1,773 million de dinars (MD). MIP fait pire qu’au premier semestre 2015 où elle avait enregistré un déficit de 622.132 dinars et une perte nette de 1,688 MD au 31 décembre 2015.

Ce n’est pas la seule mauvaise nouvelle, le total des produits d’exploitation de la société, bouclés au 30 juin 2016, fait état d’un recul de -45% à 2,1 MD contre 3,8 MD l’an dernier.

Par contre les clignotants sont au vert au niveau des charges d’exploitation, qui sont passées de 4,3 MD à fin juin 2015 à 3,480 MD au 30 juin 2016, soit un repli de -19,9%. Mais ce sera la seule bonne nouvelle pour MIP en cette période de l’année. Elle devra composer avec un résultat d’exploitation semestriel déficitaire de 1,372 MD. Le premier semestre 2015 avait été plus clément, avec un résultat négatif de 510.401 dinars.

par -

Trois millions de kilomètres carrés de la totalité des écosystèmes sauvages de la planète, c’est la surface qui a disparu des radars en 20 ans. Cela représente le dixième des espaces vierges de toute trace humaine, soit deux fois la taille de l’Alaska. Ce constat a été fait dans une étude menée sous forme d’une cartographie comparant la situation actuelle à une carte du début des années 1990. Le rapport a été publié hier jeudi 8 septembre au congrès de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) à Honolulu, il a également été repris par la revue scientifique Current Biology.

«La perte du caractère sauvage de la planète en seulement deux décennies est stupéfiante», commente à l’AFP James Watson, enseignant en conservation de la biodiversité à l’université du Queensland, en Australie et co-auteur de l’étude. «Pourtant, ces espaces sont des sanctuaires de la biodiversité menacée et jouent un rôle essentiel pour réguler les climats régionaux et assurer l’existence de nombreuses communautés comptant parmi les plus marginalisées politiquement et économiquement dans le monde», a-t-il ajouté.

«Nous devons impérativement reconnaître que les étendues sauvages que nous pensions à tort être de facto protégées vu leur éloignement, sont en fait en voie de disparition rapide partout dans le monde», indique Oscar Venter, professeur à l’Université de Colombie-Britannique du nord, et co-auteur de ce rapport. L’étude établit que ces désastres se sont notamment produits en Amérique du Sud, avec un recul de 30% des étendues vierges ; l’Afrique est également touchée avec -14%. Globalement, c’est à peu près 20% de la surface de la terre qui restent à l’état sauvage, la majorité en Amérique du Nord, au nord de l’Asie et de l’Afrique ainsi qu’en Australie.

James Watson avertit que «sans mesures globales agressives, on risque de perdre les derniers joyaux de la nature car, une fois perdus, on ne peut pas restaurer les processus écologiques des écosystèmes qui ne retrouvent jamais leur état initial». D’après lui, il faut tout de suite s’attaquer à la sauvegarde de ce qui est intact. Les experts dénoncent le fait que la plupart des décisions environnementales actuelles se focalisent sur la perte des espèces mais se soucient peu de la disparition dans de grandes proportions d’écosystèmes entiers, notamment pour des espaces sauvages dont on sait peu de choses. Dimanche 4 septembre 2016, l’UICN a dévoilé sa mise à jour de sa liste rouge des espèces menacées, où on constate qu’un quart des 82 954 espèces vivantes sont en voie d’extinction.

«Il est temps de s’inquiéter de la férocité de l’homme envers la nature», disait déjà en 2010 un groupe international de scientifiques, piloté par Paul Leadley du laboratoire Ecologie, Systématique et Evolution (CNRS/Université Paris-Sud 11/AgroParisTech, France). Des années après, rien n’a été fait dans ce sens, au contraire le phénomène a empiré, du fait de la déforestation massive, de la rupture de chaînes alimentaires et de l’appauvrissement des écosystèmes, tout cela du fait de l’homme, le plus nocif des prédateurs.

par -

Les états financiers de la Société nouvelle maison de la ville de Tunis, Monoprix, montrent un résultat net déficitaire de 1,185 million de dinars (MD), à la fin du premier semestre de 2016, contre un bénéfice net de 2,726 MD durant la même période l’an dernier.

Monoprix explique ces mauvais chiffres par un repli de -2,8% des revenus semestriels de la société, pour s’établir à 255,8 MD contre 263,2 MD en 2015, alors que les charges d’exploitation sont presque restées au même niveau, 262,6 MD.
Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que le résultat d’exploitation de la période soit déficitaire de 1,343 MD contre un résultat excédentaire de 5,4 MD au premier semestre de l’an dernier. Dure dure l’année 2016 pour Monoprix…

par -

La Tunisie a perdu au cours de la période s’étalant entre les années 2011 et 2015 près de trois points en matière de rythme de croissance pour passer de près de 4,5% au cours de la période 2000-2010 à 1,5% , outre la perte de près de 28 mille millions de dinars que le pays aurait pu gagner si l’économie nationale avait continué à croître normalement après la révolution (17 décembre 2010-14 janvier 2014), ont souligné des économistes lors du premier forum de l’association tunisiennne des économistes (ATE) qui se tient les 27 et 28 mai à Hammamet sur “les problématiques de la réforme durant la période de transition”.

Les intervenants ont fait savoir, à cette occasion, que l’amélioration de la productivité et la réhabilitation des valeurs du travail et de l’effort ainsi que le doublement de la participation de la femme au marché de l’emploi de 28% actuellement à 50% au cours des deux prochaines décennies demeurent parmi les principaux processus à engager afin de réaliser le développement et de répondre aux aspirations de la Tunisie nouvelle post révolution.

Le président de l’ATE Mohamed Heddar a déclaré, à l’agence TAP, que la transition démocratique en Tunisie demeurera “précaire et menacée” en l’absence d’un développement équitable et inclusif, s’agissant notamment des femmes et des jeunes. Il a affirmé que tous les experts s’accordent sur la situation dangereuse dans laquelle se trouve l’économie tunisienne et le besoin grandissant de forger une vision claire quant à un projet économique et social reposant sur la croissance et un développement plus inclusif et global.

par -
Un avion de la compagnie aérienne turque Turkish Airlines effectuant un vol entre Istanbul (Turquie) et Sao Paulo (brésil) a été forcé

Turkish Airlines, un des fleurons de l’aviation mondiale, a annoncé ce mardi 10 mai 2016 une perte record au terme du premier trimestre de cette année. 1,24 milliard de lires, soit 422 millions $, c’est le montant colossal perdu par la compagnie nationale turque, le pire bilan enregistré depuis au moins 16 ans. Alors qu’à la même période l’an dernier, la compagnie était assise sur un bénéfice net de 373 millions de livres à la faveur de la chute des prix du pétrole qui a permis de tasser les coûts d’exploitation.

Il se trouve que depuis cette époque faste, le contexte géopolitique s’est sérieusement dégradé. La tension est à son maximum dans la région avec une violence chronique en Irak et en Syrie, sans parler des remous internes alimentés par les confrontations sanglantes avec des militants kurdes, les attaques terroristes à Istanbul et Ankara, etc. Tout cela a sérieusement impacté l’industrie du tourisme turc. Et on n’a aucune idée sur la fin probable des hostilités, et ça aussi le monde du tourisme n’aime pas…

Les flux de touristes étrangers se sont réduits durant huit mois d’affilée, jusqu’au mois de mars 2016, c’est la période de baisse la plus importante depuis au moins 2006, d’après les chiffres du gouvernement turc. Les actions de Turkish Airlines ont fondu de -9,1% en 2016, alors que l’an dernier elles avaient gagné +10% dans le 100 Index Borsa Istanbul. D’après l’agence Bloomberg, la compagnie turque aura beaucoup de mal à rester à flot dans les mois à venir.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les exportations de l'Algérie ont nettement augmenté à 18,141 milliards de dollars (mds usd) sur la première moitié de l'année 2017 contre 13,323 mds...

SPORT

Reseaux Sociaux