Tags Posts tagged with "vente"

vente

par -

Le Groupement «ECC Mazars / IEG Tunisia Corporate Advisory / Société Mrabet Avocats» a été retenu pour assister la société Al Karama Holding dans la mission de cession des participations publiques directes et indirectes dans le capital du groupe Bina (BINA Holding, BINA CORP, Carthage Cement). C’est ce qu’annonce la Holding étatique tunisienne de gestion des entreprises confisquées à la famille de l’ancien président. Selon nos informations, une vingtaine de cabinets, tunisiens et étrangers, auraient retiré le cahier des charges, mais 8 seulement auraient fait officiellement une offre.

 Le cabinet ECC-Mazars a été créé en 1996 par Adel Mohsen Chaabane et Mohamed Ali Elaouani Cherif en vue de fournir des services d’audit, de commissariat aux comptes, d’assistance comptable et fiscale, de consulting juridique et fiscal à des clients opérant dans différents secteurs. On y retrouve aussi Mourad Fradi, qui s’était aussi illustré dans l’organisation de “Tunisia 2020”. Côté IEG Tunisia CA, c’est l’actuel président de la FTH (Fédération Tunisienne de l’Hôtellerie), Khaled Fakhfakh, qu’on retrouve à la tête du cabinet.

 

par -

Il y a la diplomatie d’un côté et le business de l’autre, sous couvert des intérêts supérieurs de la nation. C’est ce que nous inspire le contrat de 12 milliards de dollars qui a été paraphé hier mercredi 14 juin 2017 par le ministre américain de la Défense, James Mattis et son homologue qatari, Khalid Al-Attiyah. Cette signature intervient quelques jours après la sortie du président américain, Donald Trump, qui s’est rangé derrière la position de l’Arabie saoudite laquelle a entrainé 4 de ses alliés dans un vaste mouvement de rupture diplomatique avec le Qatar sur fond d’accusations de soutien au terrorisme. Trump a même formellement demandé au Qatar de cesser ses agissements destructeurs et meurtriers…

L’annonce de la signature de ce contrat en a surpris plus d’un, surtout qu’il s’agit pour les USA de livrer au Qatar des avions de combat, les fameux F-15, a indiqué le Pentagone. “La vente de 12 milliards de dollars va donner au Qatar une technologie de pointe et augmenter la coopération sécuritaire (…) entre les États-Unis et le Qatar“, a-t-il ajouté. On est donc loin du serrage de vis du côté de Washington, encore moins des sanctions auxquelles on pouvait s’attendre après tout de même des accusations lourdes contre un Qatar qui déstabiliserait toute l’humanité ! Mieux – ou pire, c’est selon : James Mattis et Khalid  Al-Attiyah ont abordé des dossiers de sécurité de la plus haute importance, dont le danger que représente Daech et “l’importance de désamorcer les tensions pour que tous les partenaires dans la région du Golfe puissent se concentrer sur les prochaines étapes pour atteindre (leurs) objectifs communs“, rapporte l’AFP. Le même Daech que le Qatar soutiendrait, selon Riyad, Washington et compagnie, pour semer la terreur, la désolation et la mort aux quatre coins du monde ! Comprenne qui pourra…

par -

Contrairement à ce qui avait été écrit par «Maghreb Confidentiel» du 8 juin 2017, l’assemblée générale extraordinaire de la STTG, société gérante de l’hôtel Le Palace à Gammarth, qui fut confisquée chez Belhassen Trabelsi, n’a prononcé ni la dissolution ni l’absorption des pertes par recapitalisation. L’hôtel avait terminé l’exercice 2016 par un bénéfice de 2,5 MDT, selon le PDG d’Al Karama qui en détient 89 % du capital. Il est vrai cependant que ses pertes cumulées représentent 35 % de son capital, qui est de 21,3 MDT.

Adel Grar affirme par ailleurs qu’Al Karama n’a aucune hésitation à propos de cet hôtel. Il sera vendu, courant 2017, avec la franchise Hilton qui aura un avis sur l’acheteur. Le Palace, qui a aussi une petite dizaine de procès avec les fournisseurs qu’il va falloir résoudre, sera aussi vendu avec des conditions de garantie de passif.

par -

Son nom ne figure pas dans le programme de cession des entreprises confisquées pour l’année 2017, tel que diffusé par certains médias. Nous tenons pourtant, du PDG d’Al Karama Adel Grar, que les 67,117 % que détient l’Etat tunisien dans le capital de la banque Zitouna seront mis à la vente avant la fin de l’année 2017 en cours. Selon Grar, le cahier des charges pour le choix de la banque d’affaires qui pourrait être chargée de la vente sera bientôt prêt et l’appel d’offre pour le choix de la banque très bientôt lancé.

Confisquée en 2011 au groupe de l’homme d’affaires et ancien gendre de l’ancien chef d’Etat tunisien, Zitouna a été la première banque tunisienne totalement dédiée à la finance islamique. Déficitaire en 2010 (-8,625 MDT) et les deux années qui suivent, elle entame sa première année de bénéfice en 2013, qui a été de 1,679 MDT après un PNB de 39,9 MDT. 2014 sera l’année de son envolée bénéficiaire avec un résultat net de 7,661 MDT et déjà un PNB de 57,921 MDT.  2015 le bénéfice de Zitouna remonte à 9,511 MDT grâce à un PNB de 78,431 MDT. Une vente donc, celle de la banque Zitouna, qui devrait rapporter un bon pactole à l’Etat tunisien, d’autant qu’il ne sera déduit d’aucune dette.

par -

Le directeur général d’El Karama Holding, Adel Grar, a indiqué, lors de son passage ce lundi 12 juin 2017 sur Express Fm, que la société possède 65 unités et que l’objectif de cette année est d’en céder quelques unes et régulariser leurs situations. Il a par ailleurs précisé que le rôle de la holding est le suivi de la gestion de ces sociétés et leur préparation à la vente.

Dans le même sens, Adel Grar a affirmé que les dossiers de ces 17 sociétés ont été ouverts dans la perspective de la cession. El Karama Holding a pour objectif durant cette année de vendre 13 sociétés dont Shems FM, Dar Essabah et Carthage Ciment. Les recettes devraient atteindre 600 Millions de dinars, selon ses dires.

par -

L’indice des prix de vente industriels a progressé de 3,7% en mars 2017, par rapport à la même période de l’année précédente, a annoncé l’Institut Nationale de la Statistique (INS), précisant que ” cette augmentation provient essentiellement de la hausse des prix des produits de l’industrie manufacturière (3%), et des produits de l’industrie extractive (8,4%), en raison de l’accroissement des prix des produits de l’extraction énergétique de 10,3% et des produits non énergétiques de 2,4%”.
En ce qui concerne l’évolution mensuelle, cet indice a augmenté de 0,3% après un mois de février stable, et ce, en raison de la hausse enregistrée au niveau des prix des produits de l’industrie extractive (0,4%) et de l’industrie manufacturière (0,3%).
L’INS a précisé que le renchérissement des prix des produits de l’industrie manufacturière est due essentiellement à la hausse des prix des produits de l’industrie agro-alimentaire de 0,9%, de l’industrie mécanique et électrique de 0,4% et de l’industrie textile de 0,1%. En revanche, une baisse remarquable des prix a été enregistrée pour les produits de l’industrie chimique de 0,9%.

par -

La Chambre syndicale des promoteurs immobiliers a organisé aujourd’hui 4 mai au siège de l’Utica une conférence de presse pour présenter le programme de la 3ème édition de la Journée nationale de la promotion immobilière qui sera ouverte le 10 mai 2017 par le Chef du gouvernement.

La Journée nationale de la promotion immobilière a été placée sous le thème « La promotion immobilière, moteur de la croissance économique ».

L’ouverture de cette 3ème édition sera aussi marquée par la présence de Mohamed Salah Arfaoui, ministre de l’Equipement et de l’Habitat, Riadh Mouakher, ministre des Affaires locales, Mme Wided Bouchamaoui, présidente de l’Utica, des représentants des établissements publics et des municipalités, des experts, des promoteurs immobiliers, des investisseurs, des représentants des organisations nationales ainsi que des invités étrangers (Liban, Espagne, Dubaï, Bulgarie) à l’instar du président de l’Organisation mondiale des promoteurs immobiliers.

Fahmi Chaâbane, président de la Chambre syndicale des promoteurs immobiliers, a affirmé à cette occasion que le choix du thème de cette journée s’explique par le rôle du secteur dans le tissu économique du pays et sa contribution dans la création d’emploi et le développement, surtout que ce secteur joue un rôle de premier plan dans la relance économique.

Le Président de la Chambre syndicale des promoteurs immobiliers a souligné que cette journée s’articulera sur cinq axes pour examiner les problématiques du secteur et des promoteurs immobiliers afin d’aider à trouver des solutions permettant la création d’une dynamique économique au sein du secteur. Et d’ajouter que le secteur compte actuellement 3100 promoteurs immobiliers dont 750 sont actives de manière permanente.

La 3ème édition de la Journée nationale promotion immobilière sera l’occasion pour débattre de l’habitat social durable, ses spécificités et ses objectifs. L’expérience indienne en la matière sera également exposée.

Pour promouvoir la promotion immobilière, d’autres problématiques ayant trait au secteur seront également débattues dans l’objectif de transmettre au gouvernement aux autorités de la tutelle les recommandations formulées.

Chaâbane a exprimé le souhait des promoteurs immobiliers d’autoriser aux étrangers l’achat des logements. Il a, par la même occasion, passé en revue les problématiques du secteur dont notamment l’absence, dans la loi de Finances, d’une loi dédiée aux promoteurs immobiliers.

Chaâbane a, par ailleurs, appelé le gouvernement et l’ARP à annuler le décret du 4 juin et à permettre aux promoteurs immobiliers de vendre aux étrangers sans autorisation préalable.

Le président de la Chambre syndicale des promoteurs immobiliers a réaffirmé l’appui de la Chambre au projet Premier logement. M. Chaâbane a, dans ce contexte, appelé les banques et les différentes parties prenantes à simplifier les procédures administratives et s’intéresser davantage aux bénéficiaires du projet Premier logement.

par -

Toshiba prépare la vente d’une participation minoritaire dans sa filiale de semi-conducteurs, de façon à amortir l’impact d’une grosse provision à venir sur une acquisition américaine, ont déclaré des sources proches du dossier à Reuters.

Le conglomérat industriel japonais a distribué à divers fonds d’investissement, dont Silver Lake, des formulaires d’accord de confidentialité, selon l’une des sources.

Toshiba songe aussi à Western Digital, son associé dans une usine de mémoires flash à Yokkaichi (préfecture de Mie), et a sollicité l’établissement public Development Bank of Japan (DBJ), qui envisage également d’investir dans cette filiale.

L’agence Kyodo rapporte, sans citer de sources, que Canon serait également intéressé. Le groupe japonais spécialisé dans la photographie et l’impression n’était pas disponible dans l’immédiat, a rapporté la même source.

par -

Selon un premier bilan établi par Logista France, fournisseur de la quasi-totalité des buralistes, les ventes de cigarettes en France ont reculé de 1,2%, en volume, en 2016, rapporte le site « europe1.fr ».

Les professionnels du secteur pointent du doigt le marché parallèle, qui lui ne “cesse d’augmenter”.

Toujours selon la même source, au cours de l’année passée, 44,92 milliards de cigarettes ont été livrées aux buralistes dans l’Hexagone, soit une baisse de 1,2% par rapport à l’année précédente, selon des chiffres de Logista. En valeur, la baisse de ventes des cigarettes est de 1,1%, à 15,17 milliards d’euros.

En 2015, les ventes de cigarettes avaient enregistré une hausse de 1% en volume, ce qui représentait une première depuis 2009. 2014 et 2013 avaient en revanche enregistré des baisses respectives de 5,3% et 7,5%.

par -

Les raffineurs américains de la côte Est ont importé 156 000 barils par jour de pétrole algérien en octobre 2016, selon Reuters.

En octobre 2016, les raffineurs de la côte Est aux Etats-Unis ont importé 156.000 baris par jour de pétrole algérien, le niveau le plus élevé depuis 2007, d’après Reuters. Les mois de novembre et décembre ont aussi été des mois de forte activité, après près de deux ans d’achats limités. Les exports algériens de brut ont atteint des records en octobre.

Toujours selon Reuters, cette augmentation intervient alors que les raffineurs de la côte Est ont quasiment abandonné le brut domestique en faveur des imports par voie maritime, dont les prix sont devenus plus avantageux.

par -

Les autorités marocaines ont annoncé l’interdiction de la vente de la burqa dans le pays. Des commerçants, notamment dans les grandes villes du royaume, ont été priés de stopper la vente ou la confection de ce voile intégral.

Un responsable de haut rang au ministère de l’Intérieur marocain a confié au site 360.ma : «Nous avons pris la mesure d’interdire totalement l’importation, la fabrication et la commercialisation de ce vêtement dans toutes les villes et localités du royaume», a-t-il affirmé.

par -

Mahdi Mahjoub, le porte-parole de la Chambre nationale des concessionnaires automobiles, a affirmé, ce jeudi 29 décembre, que le ministre de l’Industrie et du Commerce, Zied Laadhari, a donné son aval pour réceptionner dans les ports de la Tunisie les voitures importées dans le cadre des quotas et qui n’ont pas été vendues.

Dans une déclaration sur Express FM, il a ajouté qu’une autre réunion est prévue avec Laadhari pour inclure ces voitures dans les quotas de l’année 2016.

par -

Dans un communiqué publié mercredi 7 décembre 2016, la compagnie Tunisair affirme avoir «enfin réussi à concrétiser la vente de l’avion présidentiel A340, cédé à une compagnie aérienne étrangère pour un montant estimé à 181 millions de dinars. Cette transaction a été effectuée conformément à la réglementation et aux procédures en vigueur. TUNISAIR précise que le prix de vente est supérieur à la valeur comptable nette de l’appareil, d’où un dégagement d’une plus-value de cession très satisfaisante. Par ailleurs, le prix de vente de 181M TND est de loin supérieur à la valeur de l’avion présidentiel, sur le marché international. Il convient de rappeler que l’appareil A340 a été acquis en 2009, a concurrence d’environ 250 millions de dinars, compte tenu du coût de son aménagement intérieur. A noter que ce type d’appareil n’est plus engagé dans la chaine de fabrication du constructeur européen Airbus. Il est également à noter qu’une commission nationale a été mise en place depuis 2011, composée des différents représentants des organismes nationaux concernés, afin d’assurer le processus de la vente, dans les meilleures conditions. Cette opération permettra à TUNISAIR d’alléger ses coûts par l’élimination de la charge liée notamment au stationnement de l’avion à Bordeaux depuis 2011. D’ autre part, le produit de cette vente sera alloué, en particulier et en priorité, à la révision des moteurs de la flotte de Tunisair».

par -

Nous apprenons, de sources proches du dossier, que le gouvernement tunisien aurait décidé de vendre la participation de 10 % de l’Etat dans le capital de l’opérateur téléphonique Ooredoo suite à la confiscation, en 2011, des parts de l’homme d’affaire Sakher El Materi, qui était jusque-là actionnaire à 25 %. Le gouvernement tunisien avait jusqu’ici étudié la possibilité de céder ces 10 % à travers la bourse de Tunis, mais aurait estimé que cela demanderait trop de temps en face des besoins urgents du budget tunisien. Nos sources indiquent que le gouvernement tunisien aurait finalement décidé de vendre directement à un des opérateurs économiques de la place.

htl

La Tunisie avait déjà cédé 15 % d’Ooredoo à Qatar Télécom, en mars 2013. En 2015, les revenus de l’opérateur étaient de 970 MDT, en chute par rapport aux 1,015 Milliards DT de 2014 et aux 1,0588 Milliards DT de 2014. Selon certaines estimations, la vente des 10 % d’Ooredoo pourrait rapporter quelque 500 MDT à l’Etat tunisien.

par -

Depuis le début de cette année, la Société de promotion des logements sociaux (SPROLS) a vendu 225 logements d’une valeur estimée à 22 millions de dinars, d’après les derniers chiffres dévoilés à Africanmanager.
Ce chiffre devrait augmenter d’ici la fin de cette année, pour atteindre 280 logements d’une valeur de 28 millions de dinars. Avec ces estimations, ladite société réussirait à réaliser son business plan 2016.
Il est à noter que ces logements seront répartis sur plusieurs régions de la Tunisie dont Nabeul, Sousse, Douar Hicher, Monastir, Ben Arous, Sousse et Nabeul.

par -

Devant la chute des cours du cacao, le Conseil du café-cacao (CCC) a annoncé qu’il suspend les ventes sur la récolte de la saison 2017/2018 du cacao, nous apprend l’Agence Ecofin.

Durant l’année 2015-2016, la Côte d’Ivoire a vendu plus de 550 000 tonnes de cacao de façon anticipée pour la récolte intermédiaire de la saison précédente, mais n’a pu livrer que 350 000 tonnes en raison de la mauvaise qualité des fèves, a ajouté la même source.

A noter que la Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial de cacao avec plus de 1,3 millions de tonnes en 2015-2016.

par -

La production des neuf premiers mois 2016 a enregistré une baisse de 4,58% par rapport à la même période de 2015 et 47,83% par rapport à la capacité nominale de l’usine, pas à cause des troubles sociaux comme s’était le cas en 2015 mais pour des raisons commerciales.

Le volume de ventes de STPP a enregistré ainsi une baisse de 9,33% par rapport à la même période de 2015 passant de 54450 à 49 369 tonnes. En effet, la fermeture de l’usine aux mois de Juin et Juillet 2015 était fatale, puisque à la reprise en août 2016 la plupart des clients se sont adressés à la concurrence ou ont décidé de substituer le STPP par d’autres produits moins chers, même de moindre efficacité. Cette situation a perduré en 2016 en raison de la pression exercée par les concurrents russes et chinois, particulièrement sur l’Inde, marché cible de la Société où ils ont pratiqué des prix de vente de plus en plus bas.

Le chiffre d’affaires total a chuté d’environ 12,22% passant ainsi de 102 714 498 DT au 30 Septembre 2015 à 90 166 600 DT au 30 septembre 2016.

Les prix des matières premières dont notamment l’acide phosphorique ont enregistré des baisses depuis le début de cette année. Cette baisse n’a malheureusement pas profité à la Société puisque la baisse des prix de vente du STPP a été plus importante.
Les investissements, enregistrés au 30 Juin 2016, concernent notamment le renouvellement des outils de production et l’acquisition d’un système de cogénération pour un coût total de 6 000 000 DT, qui va contribuer à l’allègement de la facture énergétique.

par -

Alors que des informations circulent de nouveau sur une possible vente, par l’Etat tunisien, de ses parts dans la société Carthage Cement, l’entreprise publie ce vendredi ses indicateurs pour les 9 mois de l’exercice 2016, des indicateurs plutôt positifs. En effet, au 30 Septembre 2016, le chiffre d’affaire de Carthage Cement affiche une croissance de 17% par rapport à la même période de l’année précédente. En effet, les revenus sont passés de 127,497 MDT contre 149,045 MDT par rapport à la même période de 2015.

Pour l’activité Ciment, au 30 septembre 2016, la production du ciment a enregistré une évolution positive de 16% par rapport à la même période de l’année précédente. Le chiffre d’affaires sur le marché local a atteint 95,123 MDT, contre 78,493 MDT en 2015, soit une progression de 21%. Cette croissance a permis à Carthage Cement de relever sa part de marché sur le marché local à 19 % en 2016 (co-leader avec un confrère) contre 15,47% en 2015, enregistrant ainsi la plus forte croissance de part de marché (3,5 points) dans un secteur qui a régressé de -3.3 % entre 2016 et 2015.

Le chiffre d’affaires Export a atteint 18,765 MDT au 30 septembre 2016 contre 19,081 MDT en 2015 soit une régression de-2% due à la très forte baisse de la demande du marché algérien. Carthage Cement occupe la deuxième place en part de marché Export dans un secteur qui a régressé de -23,24% entre 2016 et 2015.

Pour l’activité Agrégats, au terme du troisième trimestre 2016, la production a augmenté de 8% par rapport à la même période de l’année précédente et le chiffre d’affaires a évolué de 23% passant de 4,679 MDT à 5,944 MDT.

Dans l’activité Ready Mix, le chiffre d’affaires a régressé de -9% par rapport à la même période de l’exercice précédent ; c’est du aux périodes creuses de l’Aïd El Fitr au mois de Juillet et l’Aïd El Idha au mois de Septembre, ainsi que la baisse considérable du secteur immobilier tout au long de 2016. Les Investissements : Les investissements ont atteint au 30 septembre 2016 15,077 MDT, en progression de 43% par rapport à la même période en 2015. L’Endettement de la société de situe au 30 septembre 2016 à 502 MDT, soit une amélioration de 4% par rapport à 2015.

par -

Selon des informations rapportées ce mercredi 5 octobre 2016, par BBC Afrique, la présidence nigériane a mis en vente 2 de ses 10 avions, dans le cadre d’une campagne visant à réduire les dépenses de l’Etat, a annoncé un porte-parole du président Muhammad Buhari. Une annonce est parue dans les journaux locaux, faisant état de la vente d’un avion Falcon 7X et d’un Hawker 4000.

Il est demandé aux potentiels acquéreurs de payer en dollars US, pas en naira, la monnaie nigériane, selon un correspondant de la BBC à Abuja.

La présidence nigériane a autorisé la vente de ces appareils, selon un communiqué de Garba Shehu, le porte-parole du président Buhari. Certains avions de la présidence seront remis à l’armée de l’air, a-t-il indiqué.

Cette opération entre dans le cadre d’une campagne d’éradication du “gaspillage” d’argent par les services de l’Etat, affirme M. Shehu, ajoutant que la réduction de la flotte aérienne de la présidence était une promesse électorale de Muhammadu Buhari.

D’après la même source, la mise en vente des avions a lieu dans un contexte où l’économie nigériane est entrée dans une phase de récession depuis fin août dernier. L’économie du Nigeria n’avait pas baissé jusqu’à ce niveau depuis plus de 10 ans.

Fortement dépendante des exportations de pétrole, la deuxième économie du continent est durement touchée par la chute des cours mondiaux du pétrole.

 

par -

Boeing et Airbus peuvent souffler. En effet les autorités américaines viennent de lever leur véto sur la vente d’avions à l’Iran. Les accords avaient été conclus, mais le ministère américain des Finances avait bloqué toute transaction. L’affaire est d’importance pour Téhéran, qui mise sur ces acquisitions pour faciliter le trafic des investisseurs, réveillant ainsi une économie plombée par des dizaines d’années d’embargo onusien très sévère.

Place donc à des commandes qui se chiffrent à plusieurs milliards de dollars, passées en janvier (Airbus) et en juin (Boeing) par l’exécutif iranien, à destination d’Iran Air.

Dès l’annonce, les actions de Boeing sont montées en flèche hier, d’après le correspondante de RFI à Washington. Il faut dire que la firme américaine a beaucoup à ramasser, avec un contrat portant sur 80 appareils et 29 autres avions en location-vente.

Quant à Airbus, il avait sollicité deux licences auprès des Américains. L’une a été accordée hier, l’autre ne devrait pas tarder, « dans les semaines qui viennent », disent les responsables de l’avionneur européen. Ces licences concernent des moyen-courriers A320 et des long-courriers A330. Fin janvier, l’Iran et Airbus avaient paraphé un protocole d’accord portant sur la livraison de 118 appareils, pour une somme de 10 à 11 milliards de dollars, mais il fallait l’aval des Etats-Unis puisque les appareils sont équipés en partie de composants fabriqués aux USA.

L’Iran n’est pas sorti de l’auberge

Certes avec ces licences, Téhéran fait un grand pas vers la normalisation des liens avec la communauté internationale, mais les ennuis ne sont pas finis pour autant. La presse américaine prédit déjà que les banques pourraient trainer des pieds ou carrément bloquer la concrétisation du contrat de 25 milliards de dollars signé avec Boeing. Et pour cause cette affaire se télescope avec l’agitation électorale aux Etats-Unis, et les républicains, on le sait, voient d’un très mauvais oeil que Boeing fasse des affaires avec Iran Air. Le candidat des républicains, Donald Trump, est même allé jusqu’à brandir la menace de faire exploser l’accord nucléaire conclu avec l’Iran et qui lui a permis d’obtenir la levée des sanctions internationales. Alors les banques américaines sont fébriles et n’aimeraient pas se mettre à dos les républicains en cas de victoire à la présidentielle du 8 novembre 2016. Téhéran devra peut-être attendre, encore, avant de voir les nuages au-dessus de sa tête se dissiper…

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les États-Unis et le Togo seront co-organisateurs du Forum de la loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique – Africa Growth...

Reseaux Sociaux