AccueilLa UNEPlus de 20 dossiers de corruption ouverts au ministère de l’Industrie, la...

Plus de 20 dossiers de corruption ouverts au ministère de l’Industrie, la Steg, la SNDP et l’Etap impliquées !

20 dossiers de corruption financière et administrative ont été relevés par le ministère de l’Industrie, a indiqué Mohamed Lamine Chakhari, ministre de l’Industrie, lors d’un point de presse, tenu ce lundi, 18 février 2013, au siège du ministère. Ces dossiers de corruption portent sur plusieurs entreprises à l’instar de la société de sucre de Béja et le groupement des conserves alimentaires ainsi que sur la Steg, la société nationale de distribution du pétrole (SNDP), La société Tunisienne des industries de pneumatiques (STIP), l’entreprise tunisienne des activités pétrolières (Etap), le Conseil National d’Accréditation (TUNAC), le Centre Technique des Matériaux de Construction, de la Céramique et du Verre (CTMCCV), le Centre national du Cuir et de la Chaussure (CNCC), la compagnie de phosphate de Gafsa (CPG) et plusieurs autres sociétés.

- Publicité-

Mauvaise gestion des marchés publics

Parmi les dépassements relevés, le ministre a noté une mauvaise gestion financière principalement au niveau des marchés publics.

Instruits suite à plus de 20 missions de contrôle effectuées en 2012, ces dossiers ont été déférés à la cour de discipline budgétaire et la commission supérieure pour le contrôle financier et administratif relevant de la présidence du gouvernement, a précisé le ministre.

Les IDE en hausse de 60%

Au sujet des réalisations du secteur industriel de l’année 2012, le ministre a indiqué que tous les chiffres sont positifs en dépit de l’instabilité politique et sociale. En effet, les exportations industrielles de la Tunisie ont atteint, durant l’année 2012, 21263 millions de dinars, contre 20529 millions de dinars en 2011, enregistrant ainsi une hausse de 3,6% par rapport à l’année 2011, a indiqué Mohamed Lamine Chakhari. Cette hausse est imputée à la hausse des exportations du secteur de la construction, de la céramique et du verre (14,2%), ainsi que celles des industries mécaniques et électriques (4,7%) ou encore celles du secteur chimique (28,1%). Contrairement à ces secteurs, le secteur du textile, de l’habillement et du cuir a accusé une baisse de 7,1%.

Le ministre a fait savoir également que les investissements directs étrangers (IDE) ont enregistré une hausse de 60,8%, passant de 330,6 millions de dinars en 2011 à 531,6 MD en 2012. Cependant, les intentions d’investissement dans le secteur industriel ont accusé un recul de 1,4% par rapport à l’année 2011, passant de 3684,5 MD à 3631,6 MD en 2012. En ce qui concerne les investissements industriels déclarés dans les régions de développement régional, elles ont atteint 1609 MD en 2012, contre 1680,9MD en 2011, enregistrant ainsi un recul de 4,3%, et ce suite au recul de l’investissement déclaré dans certaines régions, telles que Sfax, Jendouba, Sidi Bouzid, et Gabés.

Zones industrielles : Déblocage de 30 MD

Le ministre a indiqué, en outre, que l’agence foncière nationale a débloqué, en 2012, 30 millions de dinars pour l’implantation de nouvelles zones industrielles notamment dans les régions de développement régional, contre 16 millions de dinars débloqués en 2011. Et d’ajouter que malgré les difficultés, le ministère a achevé les travaux de 24 parmi 101 zones industrielles programmées.

Bien encore, durant l’année 2012, 64 parmi 94 zones industrielles ont été réaménagées par l’agence foncière industrielle, dont 23 zones implantées dans les régions de développement régional sur une superficie de 548 hectares et 41 autres zones industrielles dans le Grand Tunis et les zones côtières sur une superficie de 1325 hectares.

Deux nouvelles centrales électriques en juin 2013

Concernant le secteur de l’énergie et des mines, le ministre a déclaré que cette branche d’activité a connu une progression par rapport à l’année 2011, mais les résultats restent encore en deçà de ses niveaux antérieurs. C’est dans ce cadre que le ministre a déclaré qu’un appel d’offres a été lancé pour la réalisation de deux centrales électriques avec une capacité équivalente à 250 Mégawatts. Ces deux centrales seront prêtes en juin 2013.

La production du pétrole a accusé également une chute suite aux perturbations sociales, et l’insuffisance des puits, ce qui a alourdi la facture de l’énergie, selon le ministre.

Pour ce qui est du secteur des phosphates, il a souligné que la production a augmenté de 10% par rapport à l’année 2011. Les ventes locales des phosphates ont également enregistré une hausse de 47%, tandis que les exportations ont accusé une baisse de 46%.

Pas de danger sur le gaz de schiste

Revenant sur le sujet du gaz de schiste dont son exploitation en Tunisie a été à l’origine d’une grande polémique, le ministre a précisé qu’avec le progrès scientifique, il est tolérable aujourd’hui d’exploiter cette technique en Tunisie sans causer des dégâts. Et d’ajouter que le ministère de l’Industrie a créé une commission au sein de la direction générale du ministère afin de diagnostiquer et évaluer l’efficacité de cette technique d’exploration.

Il a précisé, en outre, que le gaz de schiste n’intéresse pas seulement la Tunisie mais aussi l’Algérie, la Libye et récemment la France.

Khadija Taboubi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,565SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles