AccueilLA UNE IDTunis : Bénéficiaire, la STB est pourtant en gros déficit et riche...

Tunis : Bénéficiaire, la STB est pourtant en gros déficit et riche pour son PDG qui annonce déjà son départ

Toujours en mal d’argent, en dizaines de millions DT, pour redresser sa situation financière fortement détériorée par la dette du secteur touristique et la décote des garanties qui lui a été imposée par la BCT, la Société Tunisienne de Banque (STB) vient de tenir, ce mercredi 3 juin 2015, successivement ses AGO et AGE dans une atmosphère quelque peu électrique.

Individuellement et pris à part, l’exercice 2014 de la banque s’était certes terminé sur un résultat bénéficiaire de 21,107 MDT. Mais en tenant compte de l’exercice 2013 qui s’était soldé avec un gros déficit de 526 MDT, la banque reste lourdement déficitaire malgré le RN positif de l’exercice 2014. Les résultats reportés étaient en effet négatifs de -727,775 MDT au moins.

L’exercice 2014 s’était en plus soldé avec des capitaux propres négatifs de plus de 92,2 MDT. Du coup, le ratio de solvabilité de la banque vire au rouge. A la fin de l’exercice denier, il se situait à -5,17 % alors qu’il devait être à au moins 10 %. De son côté, le ratio de liquidité de la STB affiche une insuffisance de 12,61 %.

Une situation, pas reluisante du tout, mais qui ne semble pas inquiéter outre mesure le PDG Abdelwaheb Nachi qui dit «partir dans quelques mois » et pour lequel l’AGO de ce mercredi avait déjà voté le «quitus, entier et sans réserve » de bonne gestion pour toute la direction de la banque. Un vote qui s’est fait de manière routinière, malgré le tas de réserves qu’exprimeront les deux Commissaires aux Comptes (CC) qui en perdent leur latin et font deux confusions entre milliers et millions DT. Des CC qui se font attaquer par l’incontournable «Chouaïeb» qui leur demande de travailler dans les règles de l’art et de tout dire dans le détail. Les nouveaux membres du conseil d’administration, ne seront pas non plus épargnés par ce critique acerbe. «Nous demandons du changement. Les vieux doivent aller se reposer », disait-il en jetant un regard vers l’un des cinq nouveaux membres du CA.

Le reste des petits actionnaires feront part de leur mécontentement des conditions de l’emprunt obligataire que la STB a annoncé le même jour à l’occasion de son AGE. Un emprunt, en guise de recapitalisation et qui devrait porter son capital de 124,3 à 652,5 MDT. Des conditions qui handicapent les petits porteurs, sans leur miroiter les gros avantages qui les inciteraient à y adhérer. Un emprunt dont le sort, selon certains analystes financiers rencontrés lors de l’AG, reste encore incertain. Et notre analyste de prendre à témoin, la décision de l’agence de notation Moody’s de maintenir la perspective négative pour la STB. Cela, d’autant plus que la situation financière de l’Etat et son recours incessant à la dette, pourraient être un obstacle à un possible lourd soutien financier pour la STB.

Le seul optimiste dans l’affaire, était le PDG qui s’est confirmé sortant. Pour lui, la banque est bénéficiaire et elle est riche. Il cite à l’appui de ce qu’il avance les 96 MDT de biens immeubles hors exploitation, les 180 MDT que pourrait tirer la STB de la vente des hôtels Russelior, pris en garantie dans l’affaire dite «Bien Vu » et d’El Kazar à Sousse en garantie d’un crédit pour un homme d’affaires du domaine du ciment. Il évoque aussi, pour donner crédit à son affirmation que la STB est riche, la possible reprise de 600 MDT sur les 1100 DT de la dette du secteur touristique, les 275 MDT que la banque pourrait récupérer auprès de 220 clients défectueux. Une banque riche en effet de si …. !

Khaled Boumiza

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,018SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -