AccueilLa UNETunisie : Il a toujours la cote, malgré toutes ses gaffes et...

Tunisie : Il a toujours la cote, malgré toutes ses gaffes et le pathétique de ses décisions !

Le président provisoire qui ne veut pas démissionner, fait des siennes avec toute son équipe de conseillers, à tout le monde. Il fait du mal à l’image du pays, avec les disputes puériles autour de ses prérogatives avec le Chef du gouvernement qui en deviennent pathétiques. Il fait du mal au gouvernement en essayant de retarder certaines de ses décisions, comme pour la dernière loi sur les DTS du FMI. Il fait du mal à l’économie, comme avec sa décision dont il dit qu’elle a été prise de concert avec le gouvernement de Hammadi Jbali lequel ne dit mot donnant ainsi du crédit à la thèse de l’échange accord sur Baghdadi contre accord sur M.K. Nabli. Une décision inopportune qui intervient à quelques jours de la visite en Tunisie des experts de l’agence de Rating Moody’s et pourrait ainsi l’amener à dégrader à son tour la note souveraine de la Tunisie. Il fait aussi beaucoup de mal à l’image d’une instance aussi prestigieuse que la Présidence de la République, avec le sobriquet de «Tartour» dont il est désormais affublé et toutes ses connotations tunisiennes.

 

L’homme reste pourtant, «dans le vent» et semble même toujours gagner des points en audience par rapport à tous ses concurrents. A croire que tout le mal qu’il fait, fait du bien à son image. En effet, selon un dernier sondage d’opinion, par téléphone interposé, organisé, entre le 30 mai dernier et le 5 juin courant, par le cabinet 3C Etudes et qui a touché 1157 personnes, Moncef Marzouki gagne des points.

Mis face à face, dans des élections présidentielles virtuelles à deux tours, avec Béji Caïed Essebssi, Moncef Marzouki l’emporterait au second tour à une majorité de plus de 61% contre 38,8 % pour l’ancien Premier ministre et fondateur du Parti MAT (Mouvement Appel de Tunisie). Mis face à Néjib Chebbi, toujours au second tour, l’écart se creuse encore plus, avec 77,5 %. Seul Hammadi Jbali semble pouvoir lui résister. Face à l’actuel Chef du gouvernement tunisien, en effet, le président provisoire de la République tunisienne sera battu d’une courte paille. Jbali serait ainsi élu à 51,4 % contre 48,6 % pour Marzouki.

On notera aussi, dans ce sondage, que les Tunisiens seraient capables d’élire n’importe qui face à Ben Ali, et même Moncef Marzouki aurait 89,5 % des voix contre 10,5 % pour ce qui reste des fans de l’ancien président tunisien. L’écart se creuse lorsque le cabinet de sondages d’opinion met face à face Ben Ali (9,6 %) et Béji Caïed Essebssi (90,4 %).

Les résultats confirment, en tout cas, que la prochaine bataille électorale, si elle a lieu au jour du sondage ou même dans quelques mois, comptera toujours Ennahdha (Jbali étant SG d’Ennahdha) comme donnée essentielle dont il faudra toujours tenir compte. Les résultats de ce sondage expliqueraient aussi la querelle de prérogatives que se livrent, depuis quelques mois, le chef du gouvernement et le chef de l’Etat tunisien. L’un et l’autre ont, en tout cas, conscients des enjeux électoraux de cette période transitoire où l’image que cultive chacun d’eux aura une importance capitale pour le devenir politique de chacun d’entre eux. A suivre donc !

K.B

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,006SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -