AccueilLa UNETunisie : Le ministre des Finances, Houcine Dimassi claque la porte et...

Tunisie : Le ministre des Finances, Houcine Dimassi claque la porte et dit tout ce qu’il pense du gouvernement Jebali

Le ministre des Finances, Houcine Dimassi , a annoncé, vendredi, qu’il démissionne du gouvernement de Hamadi Jebali auquel, a-t-il dit, « j’ai accepté de me joindre dans une période extrêmement délicate de l’histoire de la Tunisie, croyant que le gouvernement avait assez de légitimité pour conduire la seconde étape transitoire et répondre aux aspirations économiques et sociales induites par la Révolution, sans toucher aux équilibres financiers du pays ».

- Publicité-

L’ex-ministre a affirmé que ses responsabilités au sein du gouvernement consistaient à éviter tout ce qui est susceptible d’affecter les équilibres des finances publiques et précipiter le pays dans la spirale du surendettement.

Toutefois, ajoute Houcine Dimassi, au fil des jours, les divergences ne cessaient de s’accentuer avec la majorité des membres du gouvernement au sujet des politiques financières, précisant qu’il était fermement attaché au caractère sain des finances publiques alors que la majorité des membres du gouvernement poussait vers une direction politique électoraliste qui s’est traduite par une envolée flagrante et surprenante des dépenses de l’Etat , comparées à ses recettes.

Et le ministre démissionnaire d’expliquer : « Alors qu’il eut été préférable de consacrer les revendications de la Révolution par la protection des catégories défavorisées et en renforcement leur pouvoir d’achat , en créant le maximum possible d’emplois dignes et productifs, en développant les régions intérieures marginalisées et en œuvrant en vue redynamiser l’économie en sauvegardant dans le même temps les équilibres financiers publics , on a assisté à une multiplication des dérapages qui visent essentiellement à trouver grâce aux yeux des différentes catégories sociales dans la perspective des prochaines élections , à l’instar de dépenses colossales en matière de compensation.

Houcine Dimassi estime que le projet de loi présenté dernièrement au Conseil des ministres relatif à « la réintégration et l’indemnisation des personnes ayant bénéficié de l’amnistie générale et leurs ayant-droits » est la dérive la plus dangereuse qui a fait déborder le vase dans la mesure où il induira des dépenses additionnelles asphyxiantes pour les finances publiques eu égard au nombre excessif des bénéficiaires et le volume colossal des indemnisations, ajoutant que cette loi ignore complètement la difficile situation économique, sociale et financière qui sera celle du pays au cours des années à venir.

D’autre part, Houcine Dimassi s’est déclaré indigné par la façon arbitraire et injuste dont a été démis le gouverneur de la Banque centrale, Mustapha Kamel Nabli et qui aura des répercussions extrêmement négatives sur le prestige de l’Etat et sur l’image du pays à l’intérieur et à l’étranger, dans cette étape difficile et délicate.

En conclusion, le ministre démissionnaire constate avec amertume que ces pratiques qui tordent le cou aux plus simples des règles de concertation et de coordination, se poursuivent comme en témoigne la proposition de nomination d’un nouveau gouverneur de la BCT sans prendre l’avis des principaux intéressés et particulièrement le ministre des Finances.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,564SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles