Tunisie : Les AMS innovent, des compteurs à eau, dès mars prochain...

Tunisie : Les AMS innovent, des compteurs à eau, dès mars prochain !

par -
Le premier compteur à eau de la nouvelle génération « ALTAIR V4 » sera produit dans les usines AMS à Sousse

Le premier compteur à eau de la nouvelle génération « ALTAIR V4 » sera produit dans les usines AMS à Sousse, grâce à un partenariat avec le leader européen SAPPEL, l’un des leaders mondiaux dans le comptage de l’eau. Une conférence de presse a été tenue, ce mardi, 19 février 2013, à Tunis, pour annoncer la signature de l’accord y afférent visant la diversification des produits des AMS pour soutenir la concurrence.

Il s’agit, selon le PDG de la société, Bassem Loukil, de consolider la rentabilité de la société. En effet, le groupe table sur la production de 120 mille unités par an, avec une possibilité d’augmentation, selon les besoins. Ces compteurs seront destinés pour le marché tunisien, arabe et africain dont principalement la Libye et l’Algérie et le Maroc. C’est depuis déjà plus de deux ans que le groupe s’emploie à intégrer cette nouvelle technologie, a précisé Bassem Loukil. Conçu avec un niveau de qualité de mesure de très haute précision et d’une grande robustesse, ce compteur est également équipé d’un module radios permettant la télé-relève, facilitant ainsi l’exploitation en garantissant la fiabilité des données.

Le PDG de SAPPEL, Jean-Francois Marguet, a déclaré, de son côté, que les AMS apporteront une réelle valeur ajoutée à ce produit et que cette initiative vient renforcer l’économie tunisienne et confirmer leur foi en l’évolution de la Tunisie et les entreprises qui la composent.

Bassem Loukil a profité de cette occasion pour lancer un appel aux industriels tunisiens à investir, à mettre en œuvre le potentiel humain et continuer à créer de l‘emploi, et ce en dépit de l’absence d’une visibilité politique : « La Tunisie a toujours de l’opportunité et restera un site attractif », a-t-il indiqué en précisant qu’il ne faut pas handicaper l’investissement et l’opportunisme. « Il faut donner un signe de confiance à nos partenaires étrangers », a-t-il dit.

Par ailleurs, il a précisé que les Ateliers Mécaniques du Sahel (AMS) du groupe Loukil ont clôturé l’année 2012 avec un chiffre d’affaires brut de l’ordre de 35 593 millions de dinars, en progression de 25% par rapport à l’année 2011, confirmant ainsi le business plan actualisé, a précisé Bassem Loukil en faisant savoir que le groupe table, pour l’année 2013, sur un chiffre d’affaires en hausse de 30% par rapport à l’année 2013.

Le PDG du groupe Loukil a précisé, en outre, que plusieurs autres projets seront également lancés. Parmi ces projets, il a cité une nouvelle unité de céramique qui serait prochainement implantée dans une zone industrielle du gouvernorat de Kasserine. Ce site qui devrait couvrir une superficie de 10 hectares, a nécessité, selon lui, des investissements d’environ 45 MD. Le démarrage de ce projet devrait être annoncé dans quelques mois.

Dans une déclaration à Africanmanager, Bassem Loukil a déclaré également, que SACEM Industrie, une des filiales du groupe Loukil sera introduite, prochainement, en bourse. Le groupe est en attente de la réponse du Conseil du marché financier (CMF). En effet, un dossier a été déposé auprès du CMF, depuis une dizaine de jours. Et d’ajouter que, selon le business plan du groupe, il a été décidé de faire avancer l’introduction en bourse de Sacem, et reporter elle de Citroën pour l’année 2014, et ce à cause de l’absence d’une visibilité claire sur le marché de l’automobile.

Au sujet du rapport de la société avec la SONEDE, suite au lancement des compteurs d’eau, Bassem Loukil a précisé à Africanmanager, que l’objectif est d’éviter les problèmes techniques qui peuvent survenir, lors de la lecture des compteurs. Et d’ajouter que la SONEDE et les AMS ne pourraient pas être concurrents mais plutôt complémentaires. « J’espère que la SONEDE sera un partenaire complémentaire et nous apportera le plus, car il ne s’agit pas d’offrir un produit conventionnel, mais plutôt de lancer un produit technologiquement supérieur à ce qui existe déjà », a-t-il expliqué.

Selon lui, l’objectif est de permettre à la SONEDE de mieux maîtriser sa consommation, sa facturation et réduire, entre autres, ses coûts. Cette technologie va permettre également à la SONEDE d’échanger les expériences avec ses vis-à-vis européens utilisant déjà cette technologie.

Il a fait savoir, en outre, que les AMS ont présenté déjà ce produit à la SONDEE et que cette dernière a été positivement impressionnée. Et d’ajouter que la SONEDE a souhaité avoir des prix compétitifs pour les prochains appels d’offres.

Khadija Taboubi

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire