Tunisie : Les joueurs professionnels, une valeur ajoutée de plus en plus...

Tunisie : Les joueurs professionnels, une valeur ajoutée de plus en plus demandée

par -

Sur les 23 joueurs tunisiens convoqués pour la Coupe d’Afrique des nations (CAN-Egypte 2019), 14 joueurs évoluent actuellement dans des championnats étrangers. Il y a quelques années, la légion étrangère n’était qu’une minorité, mais au fil des éditions, le nombre s’est élargit et la présence des expatriés est devenue indispensable voire indiscutable; leurs talents et leurs expériences étant très demandés pour défendre les chances tunisiennes.
Seuls 9 joueurs évoluant en championnat local, appartenant aux trois principaux clubs tunisiens à savoir l’Espérance de Tunis (5 joueurs), l’Etoile du Sahel (2) et le CS Sfaxien (2), se sont déplacés mardi en Egypte pour défendre les couleurs nationales. Les 14 autres évoluent dans des championnats étrangers dont 11 dans des clubs francais.
Les sélectionneurs nationaux qui se sont succédé à la tête du onze national ont souvent fait appel à leurs talents, mais au cours de cette édition, le nombre des “étrangers” sera le plus élevé de toutes les participations tunisiennes à la CAN.
Par exemple, lors de l’édition 2017 au Gabon, Henri Kasperczak avait fait appel à 9 joueurs professionnels, alors qu’en 2004 à Tunis, Roger Lemerre a compté sur 11 expatriés à l’image de Ali Boumnijel, Alaeddine Yahia, Hatem Trabelsi et Mehdi Nafti, Kaies Ghodhbène, Riadh Bouazizi, Zied Jaziri et Adel Chedly et qui ont été cette année-là les principaux artisans du premier sacre continental tunisien.
Mais 20 ans avant, seuls les joueurs évoluant dans les grands clubs tunisiens formaient le noyau dur de la sélection nationale. Depuis que la CAN est devenue un rendez-vous incontournable pour la Tunisie au milieu des années 90, le football et les footballeurs tunisiens commençaient à avoir la cote.
C’était en effet à partir de la Coupe d’Afrique des nations, organisée en 1996 en Afrique du Sud que la porte du professionnalisme s’est ouverte pour certains joueurs comme Adel Sellimi (FC Nantes/France), Mehdi Ben Slimane (Marseille/France) ou Zoubeir Baya (SC Fribourg/Allemagne); des joueurs qui ont été à l’origine d’un parcours exceptionnel des Aigles de Carthage avant d’atteindre la finale, perdue face aux Bafana Bafana.
Ce succès associé aux performances des clubs tunisiens dans les coupes d’Afrique inter-clubs, a également contribué à faire connaître des joueurs tunisiens dont les plus talentueux tapaient dans les yeux des recruteurs.
L’expérience s’est avérée réussie, le départ vers les clubs étrangers est devenu pour les joueurs une source de perfectionnement de leurs talents et bien évidemment un moyen d’améliorer leur situation financière et pour leur pays natal, un motif de fierté et une valeur ajoutée pour leur sélection nationale. A vrai dire, les joueurs expatriés se sont toujours distingués et donné le plus au onze national.
En 2008, une nouvelle génération de joueurs professionnels est née, celle qui a mené la campagne de la Tunisie lors de la CAN du Ghana. Les Issam Jemaa, Imed Mhadhbi, Yassine Chikhaoui, Karim Hagui, Francileudo Santos et Chawki Ben Saada étaient alors les vedettes du onze national qui ont brillamment défié le Sénégal (2-2), l’Afrique du Sud (3-1) et l’Angola (0-0), même si leur parcours a été stoppé en quarts de finale par le Cameroun.
Conscients de l’apport important des joueurs exercant dans les championnats étrangers, les responsables du football tunisien faisaient de plus en plus appel aux services des expatriés, et s’orientaient même vers les deuxièmes et troisièmes générations des Tunisiens établis à l’étranger, dans l’objectif de dénicher la perle rare. C’est alors qu’apparaissaient les Chaouki Ben Saada, Alaeddine Yahia, Yassine Mikari, Houcine Ragued, Sami Allagui, Jamel Sayhi, … Des noms qui ont brillé sous le maillot national et laissé leur empreinte dans le football tunisien.
Aujourd’hui, la sélection nationale va compter sur pas moins de 14 joueurs internationaux évoluant à l’étranger. Les plus en vue sont Wahbi Khazri (AS Saint Etienne), Elyes Skhiri (Montpellier), Naim Sliti (Dijon), Dylan bronn (La Gantoise) et Youssef Msakni (KAS Eupen). La CAN leur sera une occasion pour justifier leurs places en Equipe de Tunisie, tout comme le jeune milieu de terrain du Bayer Leverkusen, Marc Lamti (18 ans), un joueur fraichement débarqué en équipe nationale, le plus jeune de l’édition égyptienne, qui a fait ses preuves lors des derniers matches amicaux, et qui pourrait être la révélation de la CAN-2019…
Liste des 23 joueurs :
Gardiens:
Farouk Ben Mustapha (Al Chabab/A.Saoudite)
Moez Hassan (OGC Nice/Fra)
Moez Ben Cherifia (Espérance ST/Tun)
Défenseurs:
Yassine Meriah (Olympiakos/Gre)
Wajdi Kechrida (ES Sahel/Tun)
Nassim Henid (CS sfaxien/Tun)
Rami Bédoui (Al Fayha FC/Ara)
Mohamed Drager (Paderborn/All)
Dylan Bronn (Gent/Bel)
Karim Aouadhi (ES Sahel)
Oussama Haddadi (Dijon/Fra)
Milieu de terrain:
Marc Lamti (Bayer Liverkusen/Ger)
Ghaylène Chaalali (Espérance ST/Tun)
Aymen Ben Mohamed (Espérance ST/Tun)
Anice Badri (Espérance ST/Tun)
Elyes Skhiri (Montpellier/Fra)
Ferjani Sassi (Zamalek/EGY)
Attaquants:
Bassem Srarfi (OGC Nice/Fra)
Youssef Msakni (Eupen/Bel)
Naim Sliti (Dijon/Fra)
Wahbi Khazri (Saint-Etienne/8Fra)
Taha Yassine Khénissi (Espérance ST/Tun)
Firas Chaouat (CS Sfaxien/Tun)

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire