Tunisie : Redresser l’économie avant qu’il ne soit trop tard !

Tunisie : Redresser l’économie avant qu’il ne soit trop tard !

par -

Déjà omniprésents sous le régime de Ben Ali, les mauvais résultats de l’économie tunisienne ne se sont guère améliorés après la révolution, pis, de nouveaux maux sont apparus. En particulier, au moins trois syndromes ont été répertoriés par le think tank ARI (Arab Reform Initiative).

Tout d’abord, bien qu’une certaine dose de politiques budgétaires et monétaires expansionnistes visant à contrer les chocs négatifs initiaux ait fait sens juste après la révolution, la situation financière du pays, notamment ses niveaux élevés de dépenses publiques, est devenue à ce jour clairement insoutenable.

Ensuite, et malgré les politiques expansionnistes, les taux de croissance ne se sont pas redressés au fil du temps et le chômage est demeuré élevé. Bien que cela puisse s’expliquer par la montée de l’insécurité jusqu’en 2016, la faible croissance entre 2017-19 suggère que les causes du mal sont plus profondes. En partie, le climat des affaires s’est détérioré avec une augmentation de la corruption et une expansion des activités informelles (et illégales) comme la contrebande. Cela pourrait être lié à un affaiblissement des capacités de l’État à appliquer les lois, mais aussi à la montée du copinage.

Troisièmement, l’augmentation des dépenses publiques ne s’est pas accompagnée d’un déplacement suffisant vers des dépenses plus utiles. En fin de compte, pour accroître la croissance, la part des dépenses globales devra passer de la consommation à l’investissement. Au lieu de cela, même si les dépenses publiques ont augmenté de six points de pourcentage entre 2010 et 2018, l’investissement public a diminué au cours de ladite période et son efficacité a été affectée par les goulots d’étranglement dans l’exécution des projets.

Ce qui attend le prochain gouvernement !

Les faiblesses économiques dont le diagnostic a été posé suggèrent qu’un un vaste programme attend le prochain gouvernement issus des élections en cours, qui aura sur les bras une situation macroéconomique explosive, un programme structurel difficile allant de la réforme du secteur public (à commencer par les entreprises d’État) à un meilleur fonctionnement des marchés, en passant par un programme de justice sociale axé sur le développement des régions périphériques.

Dans l’immédiat, recommande l’ARI, certaines mesures de stabilisation budgétaire seront nécessaires. Cela sera sans aucun doute difficile pour toute nouvelle administration. Sur le plan politique, des questions telles que la manière d’ajuster la politique fiscale pour atteindre la durabilité tout en favorisant la justice sociale exigeront non seulement l’attention des technocrates, mais aussi des négociations difficiles entre les politiciens et les groupes de citoyens. La demande sociale d’emplois plus nombreux et de meilleure qualité demeurera également élevée, ce qui nécessitera des discussions sur les sacrifices à consentir dans le présent pour obtenir des gains dans l’avenir. À cet égard, les questions de concurrence et d’innovation seront particulièrement importantes.

Un président faible et un parlement fragmenté

Le résultat des prochaines élections déterminera la nature de l’éventail des possibilités. La possibilité existe que le président qui sortira des urnes soit faible et le Parlement fragmenté. Dans ce cas, une grande partie des défis de la période à venir sera probablement le lot du Parlement, où les solutions exigeront la formation de coalitions réformatrices et les pressions d’une opposition constructive.

Mais en tout état de cause, la transition démocratique de la Tunisie risque de rendre l’élaboration des politiques économiques plus confuse. Après tout, contrairement aux systèmes à parti unique où toutes les initiatives ont tendance à émaner du sommet, les décisions doivent maintenant être négociées avec de nombreux acteurs et prendre en compte des intérêts antinomiques. Pourtant, comme en témoignent de nombreuses jeunes démocraties dans le monde entier, les ordres démocratiques “désordonnés” ne sont pas nécessairement incompatibles avec le progrès économique. Au Kenya, au Ghana, au Bangladesh ou au Mexique, par exemple, les démocraties nouvellement établies réussissent souvent à obtenir de bons résultats économiques tout en restant “au bord du chaos “. Cela signifie que s’il est peu probable que le progrès vienne des efforts de développement menés par l’État, il peut finir par être stimulé par le lobbying d’un secteur privé et d’une société civile de plus en plus dynamiques, qui, malgré la corruption, feront pression pour que l’État et les marchés fonctionnent mieux.

Apprendre à vivre « au bord du chaos »

Ainsi et bien que la lutte contre les faiblesses structurelles demeure une priorité, il est plus probable que les progrès proviendront de l’amélioration du fonctionnement de la démocratie. Sur le front des réformes, l’ordre du jour prévoit de repenser les règles de l’ordre démocratique (partage du pouvoir entre la présidence et le Parlement, financement politique, méthodes pour les élections locales, le niveau d’autonomisation et de participation de la société civile (en particulier, dans les systèmes horizontaux de responsabilisation), et le renforcement des agences indépendantes de régulation. Une telle amélioration réduira la prédation du marché et le risque politique, générant des gains ascendants même en l’absence de politiques industrielles dirigées par l’État, souligne l’ARI.

Le rôle de la communauté internationale, en particulier de l’UE et des IFI, sera encore plus important à l’avenir pour stabiliser la Tunisie. Les financements extérieurs ont commencé à s’assécher et il y a un certain niveau de “lassitude tunisienne” au sein de la communauté internationale. Mais plutôt que de se concentrer uniquement sur le financement, la Tunisie a avant tout besoin d’un point d’ancrage extérieur crédible qui l’aide à moderniser ses systèmes de concurrence, d’innovation, de commerce et d’investissement de manière à inciter ses entreprises locales à devenir compétitives au niveau mondial afin de bénéficier plus pleinement du grand marché européen voisin. De même, l’amélioration de la sécurité régionale en Libye et en Algérie contribuera grandement à réduire les risques pour la sécurité et à améliorer le climat des affaires.

Enfin, la question de savoir si la Tunisie sera en mesure d’échapper à une crise macroéconomique reste très incertaine. Qu’une crise survienne ou que la Tunisie soit obligée d’apprendre à vivre les prochaines années “au bord du chaos”, le plus important déterminant à long terme du succès sera de savoir si la Tunisie a ce qu’il faut pour résister aux tares des démocraties contemporaines, à savoir le copinage enraciné et le populisme destructif. Les deux bêtes sont déjà en train de montrer leurs horribles têtes. Les élections en Tunisie et leur déroulement sont en soi un signe de progrès. Ces progrès doivent être salués. Mais la tâche difficile de gouverner ne fait que commencer, pronostique le think tank ARI.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire