Twitter : Deux ex-employés accusés aux USA d’espionnage pour Ryad

Twitter : Deux ex-employés accusés aux USA d’espionnage pour Ryad

par -
Le réseau social veut pouvoir publier des chiffres précis sur les demandes de données formulées par l'administration américaine et non des fourchettes

Deux anciens employés de Twitter et un troisième homme sont accusés d’espionnage par la justice américaine, selon laquelle les trois ressortissants saoudiens ont examiné les données d’un utilisateur du réseau social pour les transmettre à des représentants saoudiens contre paiements, rapporte Reuters.

Ali Alzabarah et Ahmad Abouammo, qui ont travaillé pour Twitter, et Ahmed Almutairi, alors employé par la famille royale saoudienne, sont accusés d’avoir travaillé pour Ryad sans s’être préalablement enregistrés aux Etats-Unis comme agents étrangers, montrent des documents de justice déposés mercredi.

D’après les documents, Abouammo a fouillé à plusieurs reprises début 2015 dans le compte Twitter d’un éminent opposant au royaume wahhabite, pour accéder notamment à son adresse email et son numéro de téléphone. Les informations personnelles d’un autre détracteur de Ryad ont aussi été examinées.

Le département américain de la Justice a déclaré dans un communiqué que les informations pourraient “avoir été utilisées pour identifier et localiser les utilisateurs de Twitter ayant publié ces messages”.

Ryad, allié de premier plan de Washington dans la lutte contre l’influence de l’Iran au Moyen-Orient, fait face à des critiques de la communauté internationale pour ses pratiques en matière de droits de l’homme, en particulier depuis l’assassinat en octobre 2018 au consulat saoudien d’Istanbul du journaliste et opposant Jamal Khashoggi, qui vivait en exil aux Etats-Unis.

Aucun commentaire n’a été obtenu dans l’immédiat auprès de l’ambassade d’Arabie saoudite à Washington.

Abouammo a été placé en détention à Seattle, dans l’Etat de Washington, tandis que les deux autres suspects se trouvent en Arabie saoudite, a indiqué le département américain de la Justice.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire