Un programme de la FAO pour stimuler la productivité des sols africains

Un programme de la FAO pour stimuler la productivité des sols africains

par -

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et son Partenariat mondial sur les sols (GSP) ont lancé aujourd’hui un nouveau programme visant à stimuler la productivité des sols et à réduire leur dégradation, et ce, dans le but d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle en Afrique.

Le programme Afrisoils a pour objectif d’augmenter la productivité des sols de 30 pour cent et d’en  réduire la dégradation de 25 pour cent, d’ici les dix prochaines années, dans 47 pays africains.

L’Afrique est le deuxième continent le plus sec, avec près de la moitié de sa surface composée de désert et 40 pour cent de ce désert affecté par la désertification.

Près de 65 pour cent des terres cultivables du continent subissent des pertes en terre végétale et en éléments nutritifs. Si les sols sont gravement abîmés ou connaissent des pertes, ils sont encore plus difficiles et chers à restaurer et à réhabiliter.

A cela s’ajoute le fait que moins de la moitié des terres africaines sont adaptées à l’agriculture et seules 16 pour cent d’entre elles sont de très bonne qualité.

Face à ces défis et malgré les progrès réalisés afin d’améliorer l’agriculture, le continent africain demeure pour la plupart en situation d’insécurité alimentaire.70 pour cent de la population est directement affectée par cette situation et les populations dépendent du très peu de terres disponibles pour cultiver de la nourriture et gagner leur vie.

Sur les 815 millions de personnes souffrant de sous-nutrition à travers le monde, 243 millions se trouvent en Afrique.

La question des sols

«Des sols sains constituent la base de notre système alimentaire – en contribuant à la bonne santé des cultures qui vont nourrir les gens. Ce n’est qu’en gérant les sols de manière durable que nous pourrons parvenir à une certaine croissance agricole. Il en va de même si l’on veut garantir la sécurité alimentaire et s’adapter au changement climatique», a déclaré M. René Castro, Sous-Directeur général de la FAO en charge du Département du climat, de la biodiversité, des terres et des eaux.

De nombreux pays africains manquent de politiques pour réglementer leurs sols. Des lacunes sont également à déplorer au niveau des capacités, des connaissances et de l’expérience pour mettre en place des programmes de gestion durable des sols.

«Afrisoils présente de nombreuses interventions liées au sol et encourage l’adoption de meilleures pratiques de gestion durable des sols, ayant pour objectif d’améliorer la teneur en matière organique des sols africains et leur fertilité, sans oublier de réduire leur dégradation», a indiqué M. Castro.

«Nous avons besoin de 50 millions de dollars pour mener à bien ce programme à grande échelle pendant les dix premières années. Nous avons besoin de l’aide de tout le monde pour cette initiative ambitieuse», a ajouté M. Castro à l’occasion du lancement d’Afrisoils, organisé en marge de l’Assemblée plénière du Partenariat mondial sur les sols.

Pour des sols plus sains

«Afin d’avoir des sols très fertiles sur le long terme, nous devons adopter des pratiques de gestion durable des sols qui font partie intégrante de la nature. Nous ne pouvons pas compter sur les engrais minéraux – une option banalisée à travers le monde – car la fertilité des sols ou encore la santé des sols dépend de la manière dont nous les stimulons. Nous devons avoir recours à des solutions intelligentes, capables de fonctionner sur le long terme et d’améliorer la productivité des sols, tout en protégeant les services écosystémiques et en empêchant leur dégradation et davantage de pollution», a déclaré M. Ronald Vargas, chargé des questions liées à la terre et à l’eau à la FAO.

Quelques points clés du programme Afrisoils:

  • Augmenter la teneur du sol en carbone organique et en matière organique, essentiels à sa fertilité, en laissant les résidus de culture et les composts, en ayant recours à la rotation des cultures et à la diversification afin de capturer l’azote du sol et en ayant recours à des engrais naturels;
  • Adopter des mesures relatives à la conservation des sols et au contrôle de l’érosion (tels que l’aménagement de haies, de lignes de contour, la technique du terrassement);
  • Réhabiliter les sols dégradés (y compris les sols pollués);
  • Lutter contre la déforestation;
  • Utiliser des pratiques agroforestières intelligentes face au climat;
  • Avoir recours aux systèmes d’irrigation afin d’améliorer la production agricole;
  • Etablir et/ou s’équiper de laboratoires analysant les sols;
  • Renforcer les capacités des agriculteurs afin qu’ils adoptent des pratiques de gestion durable des sols;
  • Soutenir les services nationaux de vulgarisation par le biais du Programme «Soil Doctors»;
  • Encourager l’élaboration de législations et de directives politiques favorisant une gestion durable des sols;
  • Améliorer les capacités techniques liées à la gestion durable des sols.

L’Assemblée plénière du Partenariat mondial sur les sols

L’Assemblée plénière du Partenariat mondial sur les sols est l’occasion pour tous les partenaires de se rencontrer et de prendre des décisions importantes liées au programme mondial sur les sols.

Des utilisateurs de la terre aux décideurs politiques, l’un des objectifs principaux du GSP est d’améliorer la gouvernance et de promouvoir une gestion durable des sols.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire