AccueilActualités - Tunisie : Actualités en temps réelUne chercheuse tunisienne découvre un traitement efficace contre le cancer du côlon

Une chercheuse tunisienne découvre un traitement efficace contre le cancer du côlon

C’est lors du congrès international de cancérologie (Esmo), qui s’est déroulé la semaine dernière à Paris, que la chercheuse d’origine tunisienne Myriam Chalabi, de l’Institut de cancérologie des Pays-Bas à Amsterdam a présenté les résultats d’un essai de phase III (le plus pertinent pour statuer sur l’utilité d’un traitement) sur l’intérêt de l’immunothérapie, avec un traitement par un anticorps thérapeutique, le dostarlimab, avant la chirurgie chez un sous-type particulier de patients atteints de cancer colorectal.

100 % de rémission

Testé sur une petite cohorte de douze patients, atteints d’un adénocarcinome rectal de phase II ou III, le dostarlimab a permis d’éradiquer purement et simplement la tumeur après une injection toutes les trois semaines pendant six mois. Chez 100 % des patients, la tumeur était indétectable au scanner, à l’IRM, à l’endoscopie et dans des biopsies rectales. Ils n’ont pas eu besoin de chirurgie ou de chimiothérapie pour compléter l’action du dostarlimab. Aucun patient n’a fait de rechute dans le temps de suivi qui a duré de 6 à 25 mois. Le dostarlimab n’a pas provoqué d’effets secondaires graves chez la plupart des patients, seulement des rashs, de la fatigue, des nausées et un prurit. Seule une personne a développé un problème de thyroïde qui n’a pas mis sa vie en danger.

Le dostarlimab constitue aussi un espoir pour les personnes atteintes du syndrome de Lynch – huit parmi les douze participants à l’essai clinique. Cette maladie héréditaire augmente drastiquement les risques de développer un cancer colorectal au cours de la vie, et est associée avec des moins bons résultats après une chirurgie ou une chimiothérapie anti-cancéreuse. L’immunothérapie pourrait être un outil prometteur pour soigner les patients concernés par le syndrome de Lynch.

Des résultats durables ?

Cette approche ne fonctionne que sur les cancers du rectum dits déficients du système de mésappariements de l’ADN, qui représentent entre 10 à 15 % des adénocarcinomes rectaux diagnostiqués chaque année.

Le dostarlimab est un anticorps qui empêche la reconnaissance du récepteur PD-1, situé sur les lymphocytes T, avec son ligand PDL-1, situé sur les cellules cancéreuses. L’interaction du récepteur avec son ligand paralyse la réponse immunitaire – au lieu de détruire la cellule anormale, le lymphocyte T l’épargne. En bloquant mécaniquement cette interaction, le dostarlimab permet aux lymphocytes T de détruire la cellule anormale.

Des résultats impressionnants qui devront être reproduits lors de futurs essais cliniques indépendants incluant plus de participants. La question de la durabilité des résultats sera aussi cruciale ; si les participants sont en rémission depuis plusieurs mois, rien ne permet de dire à ce jour qu’ils le seront toujours dans plusieurs années.

(www.futura-science)

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,020SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -