Tags Posts tagged with "Ali Sériati"

Ali Sériati

par -
0
L’ex directeur de la Sécurité présidentielle

L’historien Abdeljalil Temimi et le directeur de la Fondation Temimi pour la recherche scientifique et l’information, a annoncé mardi 3 février 2016 sur sa page officielle facebook,  que Ali Seriati, ancien directeur de la sécurité présidentielle a choisi sa fondation pour dévoiler des détails approfondis sur ce qui s’est passé lors des événements de la révolution du 14 janvier 2011.

Il a ajouté que l’ancien directeur de la sécurité présidentielle sortira de son silence après l’achèvement de l’examen de ses affaires par la justice tunisienne.

A noter que la Fondation Temimi pour la recherche scientifique et l’information est une institution de recherche privée tunisienne.

par -
0
Dans une lettre adressée au peuple tunisien

Dans une lettre adressée au peuple tunisien, Ali Seriati, ancien chef de la garde présidentielle, s’est dit innocent du sang des martyrs et blessés de la Révolution tunisienne. Il rappelle qu’il a été opprimé et maltraité après le 14 janvier 2014, alors qu’il avait choisi de rallier le peuple tunisien et lui a évité une dérive dangereuse, comme le confirmera l’histoire un jour, si Dieu le veut.

Ali Seriati se considère dans sa lettre, lue au cours de l’émission de Samir Elwafi (A celui qui ose : li man yajroo), dimanche 25 mai, sur la chaîne Ettounsiya TV, comme un général à la retraite qui n’a servi que son pays et son drapeau. Il a, par ailleurs, tenu à présenter ses excuses à toutes les personnes qu’il aurait traitées injustement un jour, sans le vouloir.

L’animateur a dit avoir invité Ali Seriati à son émission, mais ce dernier a décliné l’invitation et a préféré rédiger une courte lettre qui résume ses positions.

Voici le contenu de la lettre :

« J’ai servi durant 45 ans sous le drapeau national comme fonctionnaire de l’Etat tunisien , et je me suis comporté toujours en soldat qui n’a d’allégeance qu’à la patrie, je jure sur mon honneur d’officier militaire et sur le serment effectué devant Dieu et devant le drapeau national que je suis innocent du sang des martyrs de la révolution et de ses blessés.

Et malgré mon intime conviction d’avoir été victime d’une douloureuse injustice, je saisis cette occasion pour appeler mes compatriotes à dépasser le passé avec ses douleurs, ses erreurs et ses outrages et les inviter à regarder l’avenir avec espoir et optimisme pour que la Tunisie demeure à jamais un pays rayonnant où tous ses enfants, quelles qu’en soient les orientations ou les appartenances, vivront unis.

J’affirme avoir toujours agi selon ce que m’ont dicté ma conscience et mon devoir et je tiens, si cela est nécessaire, à réitérer mes excuses à tous ceux qui ont un jour subi de ma part un tort, et qu’ils sachent que cela a été sans le vouloir, et j’en tiens Dieu pour témoin.

Aujourd’hui, je me considère comme un Général à la retraite dont la mission s’est achevée le 14 janvier 2011, après avoir réussi à rallier la volonté du peuple en épargnant à la Tunisie une dérive dangereuse. Ce que l’Histoire si Dieu le veut ne manquera pas un jour de confirmer .

Je réitère, enfin, n’avoir aucune autre ambition que celle de voir mon pays évoluer dans la sécurité, la stabilité et le progrès. Chaque époque a ses hommes et la Tunisie regorge aujourd’hui de compétences capables de prendre son destin en main vers le mieux. Je suis certain qu’avec la bénédiction de Dieu personne n’épargnera d’effort pour protéger la patrie et défendre son étendard. »

par -
0
L’ex-directeur de la sécurité présidentielle

L’ex-directeur de la sécurité présidentielle, Ali Sériati adressera ce soir, un message aux Tunisiens dans l’émission ‘Liman yajroo fakat’ sur la chaîne TV Ettounssiya.

Sur sa page facebook, le présentateur de l’émission, Samir El Wafi, a déclaré qu’il a invité Ali Seriati, lequel a refusé d’être présent à l’émission, préférant exprimer quelques opinons et passer un message à l’opinion publique.

par -
0
Business News a indiqué que le général Ali Sariati a quitté la prison ce

Business News a indiqué que le général Ali Sariati a quitté la prison ce matin du samedi 17 mai 2014. Le site rapporte qu’il a recueilli l’information auprès du fils du général Ali Sariati, Samir Sariati .

Le général Ali Sariati, qui était le chef de la garde présidentiellesous Ben Ali, a été arrêté juste après le départ du président déchu, vers l’Arabie Saoudite, le 14 janvier 2011.

par -
0
La chambre d'accusation du tribunal de première instance de Tunis qui a

La chambre d’accusation du tribunal de première instance de Tunis qui a acquitté Ali Seriati dans l’affaire de l’achat d’un lotissement à Hammamet, a décidé mercredi 14 mai 2014, de lever l’interdiction de voyage le concernant.

La même chambre a décidé de transférer le dossier de l’affaire à la chambre criminelle et de poursuivre les autres accusés pour malversation. Les accusés dans cette affaire sont Zine El Abidine Ben Ali, Leïla Trabelsi, Belhassen Trabelsi et un cadre dans une banque.

par -
0
L’ex-directeur de la sécurité présidentielle

L’ex-directeur de la sécurité présidentielle, Ali Sériati, a déclaré que le verdict de la cour d’appel militaire dans l’affaire des martyrs et blessés de la Révolution est « injuste et inique ».

Selon son fils Samir, qui rapportait ses propos publiés par le quotidien Assarih, Ali Sériati s’est écrié, au prononcé du verdict en ces termes : « C’est de l’injustice, c’est de l’injustice », et il était le seul à le dire parmi les autres accusés, a précisé son fils.

Ali Sériati, toujours cité par son fils, a affirmé que, en tant que directeur de la sécurité présidentielle, il n’avait pas le droit de donner l’ordre de tirer pas plus qu’il n’en a pour ordonner de ne pas tirer, car explique-t-il, ceci est du ressort du ministère de l’Intérieur.

Ali Sériati a affirmé aussi ignorer qui a tué les manifestants , ajoutant cependant qu’il avait le sentiment que des personnes étrangères aux zones où ont éclaté les affrontements s’y trouvaient, de même que des voitures de location , ce qui accrédite la présence de tiers éléments dans ces régions, selon ses dires.

par -
0
Le général Ali Sériati vient de recevoir un certificat de mérite délivré par le syndicat des agents et cadres de la direction générale de la sécurité 

Le général Ali Sériati vient de recevoir un certificat de mérite délivré par le syndicat des agents et cadres de la direction générale de la sécurité présidentielle, et ce, en reconnaissance de « ses sacrifices pour l’Etat lors de la révolution du 14-Janvier ». Le général Seriati est en état d’arrestation depuis le 14 janvier 2011 sous de l’accusation de complot contre la sécurité intérieure de l’Etat, d’incitation à commettre des crimes, de provocation de désordres et d’exactions contre la population où il a toujours plaidé innocent des chefs d’inculpation retenus contre lui.

par -
0
Dans une interview accordée au journal « Attounissia »

Dans une interview accordée au journal « Attounissia », l’ancien directeur de la sécurité présidentielle, Ali Seriati a indiqué qu’une autre partie qui n’appartient ni à la sécurité tunisienne ni à l’armée était derrière la déstabilisation qu’a connue le pays pendant la période de la révolution.

Cette partie ,relevant de la société civile, a utilisé des armes de calibre 62, et profité la délicatesse de la situation pour provoquer des affrontements entre les agents de la sécurité et les citoyens. « Les révélations des gardes forestiers ont prouvé que des terroristes possédant des armes de calibre 62 existaient déjà à Jbel Chaambi. C’est le même calibre qui a été utilisé à Thala et Kasserine » a-t-il insisté.

par -
0
Ali Sériati

Ali Sériati, ex-directeur de la sécurité présidentielle, actuellement incarcéré à la prison de Mornaguia, a le moral au zénith et est heureux de l’appel lancé par des militaires et des sécuritaires pour sa libération, a déclaré son fils, Samir, dans une interview au quotidien Assarih.

Il a ajouté que son père est confiant que la vérité finira par se manifester, qu’il n’a fait qu’accomplir son devoir et qu’il est entièrement convaincu de son innocence.

par -
0
Ali Sériati

Ali Sériati, ex-directeur général de la sécurité présidentielle, a été victime d’un début d’infarctus qui aurait pu être très  grave pour sa santé, n’eut-été l’intervention rapide des médecins, apprend le journal Achourouk auprès de sa famille.
On rappelle que l’ex-responsable sécuritaire  a été transporté d’urgence, la semaine dernière , du tribunal à l’hôpital militaire  et  été admis au  service de réanimation.
Ses avocats et sa famille ont demandé à la justice militaire l’autorisation de se rendre au chevet de Ali Sériati , et de le maintenir dans un centre de soins de crainte que sa santé ne se détériore de nouveau du fait de son incarcération à la prison de Mornaguia.

par -
0

S’exprimant sur les ondes de la radio Express FM, Samir Sériati, fils de l’ancien directeur de la sécurité présidentielle Ali Sériati, a confirmé que son père a été relaxé dans l’affaire relative à l’atteinte à la sûreté de l’Etat, et ce « pour manque de preuves ».

Cette affaire avait  valu  à  Ali Sériati d’être arrêté,  le 14 janvier 2011, à l’aéroport militaire de L’Aouina quelques minutes après la fuite de l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali.

Toutefois, le Général Sériati demeure en état de détention à la caserne d’El Aouina , étant poursuivi dans une autre affaire de « participation à des meurtres avec préméditation ».

par -
0

Le juge d’instruction du tribunal militaire de Tunis a inculpé Ali Sériati d’homicide volontaire avec préméditation et de complicité de tentative de meurtre avec préméditation, apprend le quotidien Assabah de sources judiciaires , et ce  dans le cadre d’une affaire en instruction portant sur la mort de manifestants durant la période 17 décembre-14 janvier dans les gouvernorats de Tunis, Ariana, Ben Arous, La Manouba , Bizerte, Zaghouan , Nabeul et Sousse.

Le suspect qui a nié ces accusations, a affirmé que ses missions se limitaient à la gestion des services spécialisés et communs, c’est-à-dire la protection du président de la République et des personnalités officielles étrangères, ajoutant que, lors des événements mentionnés, entre le 17 décembre et le 14 janvier, il ne se trouvait pas sur le terrain,  et qu’il n’avait pas tiré sur les manifestant ni donné l’ordre de le faire.

Cependant, selon des transcriptions de conversations téléphoniques avec le directeur général des services pénitentiaires, Noureddine Chaabani, Ali Sériati  avait ordonné de tirer sur un ou deux mutins de la prison de Borj Erroumi pour que  cela serve d’exemple aux autres détenus.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du bloc parlementaire Ennahdha Houcine Jaziri est d'avis que le gouvernement d’union nationale est appelé à prendre en compte les intérêts de...

AFRIQUE

0
L'Algérie, il faut le dire, snobait jusque-là le continent africain, notamment l'Afrique subsaharienne, se contentant d'engranger les recettes astronomiques de ses hydrocarbures, vendus à...

SPORT

Le président de la Fédération Tunisienne de Football (FTF)

0
la Confédération africiane de football (CAF) a communiqué jeudi sur son site internet, la liste des 17 arbitres et 21 arbitres assistants, retenus pour...