Tags Posts tagged with "armement"

armement

par -
0

Le ministre de la Défense  français, Jean-Yves Le Drian,  a déclaré qu’avec un carnet de commandes de plus de 20 milliards d’euros, les exportations d’armement français ont atteint un nouveau record en 2016.

D’après les données publiées par l’AFP, ces exportations mesurées en prises de commandes  avaient déjà atteint « le chiffre historique de 17 milliards d’euros » en 2015, grâce aux premiers contrats de vente du chasseur Rafale à l’étranger.

par -
0

Dans un monde déjà très agité et dangereux, le président russe, Vladimir Poutine, a fait monter la tension d’un cran en ordonnant, ce jeudi 22 décembre, le renforcement de la puissance de feu nucléaire du pays. But de la manoeuvre : Se doter de la capacité de briser tout bouclier antimissile, comme celui que les USA projettent d’installer en Europe orientale. Il se murmure que Poutine est un « ami » du nouveau président américain, Donald Trump, mais ce qui est sûr c’est qu’il va falloir que le républicain se méfie de l’homme fort de la Russie.

« Il faut renforcer le potentiel militaire des forces nucléaires stratégiques, avant tout à l’aide de systèmes de missiles capables de garantir le franchissement des systèmes de défense antimissile existants ou à venir », a lancé Poutine dans une réunion avec l’ensemble des patrons des armées russes. Cette phrase n’est pas tombée dans l’oreille de sourds. D’ailleurs avec Poutine il vaut mieux ne pas faire la sourde oreille si on veut faire de vieux os dans sa fonction…

Mais le sujet n’est pas nouveau, en effet dès juin 2015, le chef de l’Etat russe avait déjà ébruité le déploiement de plus de 40 nouveaux missiles balistiques intercontinentaux, capables de « percer les systèmes de défense antiaérienne les plus sophistiqués ». C’était une réaction au projet américain d’implanter des armes lourdes en Europe de l’est.

La Russie prend très mal le fait que les Etats-Unis déploient en Roumanie et en Pologne des pans de leur bouclier antimissile. Pour Moscou, ce dispositif est une menace directe contre sa capacité de dissuasion nucléaire, quoi qu’en dise Washington, qui continue d’arguer que ce bouclier ne sert qu’à protéger l’Europe d’une éventuelle menace iranienne.
« Il faut faire attention à n’importe quel changement dans l’équilibre des forces et de situation politico-militaire dans le monde et surtout aux frontières russes. Et corriger à temps nos plans pour éliminer les menaces potentielles contre notre pays », a indiqué M. Poutine.

Et comme un malheur n’arrive seul, plus tôt dans la journée de ce sombre jeudi c’est le gouvernement japonais, pourtant très paisible d’habitude, qui a fait savoir qu’il a donné son feu vert pour porter le budget annuel de la Défense à un niveau sans précédent, rapporte le journal « Japan Times ». Le Japon casse sa tirelire car il a une trouille bleue de son voisin nord-coréen. 5125 milliards de yens (41,8 milliards d’euros), c’est la somme astronomique que vont engloutir les dépenses militaires, +1,4% par rapport au budget de l’an dernier, une tendance à la hausse depuis 5 ans. A ajouter aux 210 milliards de yens (1,7 milliard d’euros) qui seront décaissés en 2017 pour la garde côtière japonaise, au-delà de la somme demandée par ce corps, « car les préoccupations demeurent sur la présence de la Chine dans les eaux autour du Japon», indique le quotidien « Asahi Shimbun ». Le budget militaire crève le plafond de 1 % du PIB japonais, presque le seuil autorisé par la Constitution pour les dépenses militaires. Le Japon s’emballe et son image de nation pacifique par excellence en prend un sacré coup. Mais que voulez-vous, quand on a l’imprévisible Kim Jong-un (président de la Corée du Nord) et la puissante Chine à sa porte, on n’est jamais trop prudent…

La Libye est plongée dans le chaos depuis la chute de l'ancien régime de Gueddafi, fin 2011 et deux autorités politiques se disputent le pouvoir depuis l'an dernier.

La communauté internationale pour le réarmement du gouvernement d’union, mais estime que cela ne peut pas se faire sans un gouvernement d’union.

Lors d’une conférence de presse, le Secrétaire d’État américain, John Kerry, a indiqué que « la communauté internationale appuiera la demande de Tripoli d’exemption de l’embargo de l’ONU sur les armes afin de pouvoir acquérir les armes et les balles nécessaires pour combattre Daesh et d’autres groupes terroristes ».

D’autre part, selon une source militaire citée jeudi par des médias, l’émissaire de l’ONU pour la Libye Martin Kobler a souligné mercredi soir, lors d’une rencontre avec le chef de l’armée du gouvernement libyen reconnu, Khalifa Haftar, qu' »une levée de l’embargo sur l’armement » dans ce pays « requiert un seul gouvernement ».

Par ailleurs, les grandes puissances et les pays voisins de la Libye ont décidé, ce lundi 16 mai 2016, de soutenir les efforts de réarmement du gouvernement d’union nationale à Tripoli qui tente d’asseoir son autorité dans ce pays miné par les divisions politiques et la menace terroriste. Aps

par -
0

Les Etats-Unis et les grandes puissances ont dit lundi à Vienne être favorables à une levée de l’embargo de l’ONU sur les ventes d’armes à la Libye et être « prêts » à répondre aux demandes du gouvernement libyen d’union nationale pour s’armer en vue de lutter contre la menace jihadiste.

La communauté internationale réunie à Vienne au chevet de la Libye déclare dans un communiqué final qu’elle « soutiendra totalement les efforts » du nouvel exécutif libyen qui va demander la levée de cet embargo et est « prête à répondre aux demandes du gouvernement libyen en vue d’entraîner et d’équiper la garde présidentielle et les forces autorisées ».

Vingt-cinq délégations nationales ou unions régionales ont signé cette déclaration, parmi lesquelles les Etats-Unis, la Russie, l’Arabie Saoudite, la Chine, l’Egypte, la Tunisie, la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Italie.

L’embargo de l’ONU sur les ventes d’armes à la Libye a été imposé au début de la révolte contre le régime de Mouammar Kadhafi en 2011, mais a été violé à maintes reprises.

Le gouvernement d’union nationale, dirigé par Fayez al-Sarraj et basé dans la capitale Tripoli, est appuyé par la communauté internationale. Al-Sarraj était présent à Vienne.

Cet exécutif peine à asseoir son autorité, plus d’un mois et demi après son installation. Il fait face aux initiatives rivales d’un gouvernement parallèle basé dans l’est du pays et dirigé par le général controversé Khalifa Haftar.

L’organisation Daech  a profité du chaos dans lequel est plongée la Libye depuis la révolte qui mit fin au régime de Mouammar Kadhafi pour s’implanter dans ce pays pétrolier.

par -
0

La Chine et les États-Unis ont gardé leur position dans le classement des pays en terme de dépenses militaires, mais l’Arabie Saoudite vient de déclasser la Russie pour devenir le troisième dans le monde en terme de dépenses, malgré l’impact de la chute des prix du pétrole.

Les chiffres proviennent de la SIPRI (L’Institut de Recherches dans la Paix Internationale de Stockholm) qui a publié mardi 5 avril un rapport exposant les dépenses militaires des différents pays dans le monde.

L’autre fait marquant de la recherche est l’augmentation de 1% dans les dépenses militaires dans le monde, il s’agit de la première augmentation depuis 2011. Seuls les pays de l’OTAN ont continué à réduire (lentement) leurs dépenses.

La chute des prix de pétrole et les difficultés économiques ont poussé plusieurs pays à réduire leurs achats en armes, mais l’Arabie Saoudite a fait l’exception et a augmenté ses dépenses au point de dépasser la Russie et de devenir le 3e pays dans monde en terme de dépenses militaires, probablement à cause de la crise yéménite et à la dépréciation du rouble.

Le classement des top 15 inclut l’Arabie Saoudite en 3e position, avec une croissance 97% en dix ans, une dépense de 87,2 milliards de dollars en 2015 et une part de 13,7% des dépenses globales en armement dans le monde. Il inclut également les Émirats Arabes Unis en 14e position, avec une croissance de 136% en dix ans, une dépense annuelle de 22,8 milliards de dollars, et une part de 5,7%. Les EAU ont dépassé d’une place Israël qui vient en 15e position avec 16,1 milliards de dollars de dépenses militaires et une part globale de 5,4%.

Pour consulter l’intégralité du rapport en PDF (anglais) :

Source : SIPRI

ghyt

 

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE