Tags Posts tagged with "Attentat du Bardo"

Attentat du Bardo

par -
0

Gilles Gaetner est journaliste d’investigation chez Atlantico. Il a été journaliste aux Echos, à la Vie française, au Point et de 1986 à 2009, rédacteur en chef adjoint à l’Express, chargé de l’investigation. Voici ce qu’il écrivait, ce lundi 11 avril 2016, sur les colonnes du site d’information «Atlantico », sous le titre «Attentat du Bardo à Tunis : le juge chargé de l’enquête serait-il lui-même un sympathisant des islamistes ? ». Geatner cite ainsi un avocat français et écrit que «Me Philippe de Veulle est avocat à Paris. Depuis un an, il a l’impression d’être une sorte de Don Quichotte du barreau qui se bat contre des moulins à vent. Oui, depuis un an, il se bat pour ses clients parmi lesquels Françoise Thauvin, originaire du Loiret,  dont la mère, Huguette Dupeu, a été assassinée lors de l’attentat du 18 mars 2015 au Bardo de Tunis, revendiqué par l’organisation de l’Etat islamique. Il se bat pour obtenir des informations sur l’état d’avancement de l’information judiciaire conduite sous la direction du juge Ahmed Rahmouni, en poste à la 13ème chambre  du Tribunal de Tunis  C’est en effet  ce magistrat, que l’on dit plutôt favorable aux islamistes, qui mène les investigations sur les dessous de cet attentat qui a coûté la vie à 21 personnes, parmi lesquelles 4 Français, 3 Japonais, 3 Polonais, 2 Britanniques, 3 Italiens, et blessé 45 personnes, alors qu’elles avaient  fait une halte au musée du Bardo à l’occasion d’une croisière».
Toujours selon la même source, «le site B3zero, où travaille le journaliste Michel Despratx, qui a obtenu une partie du dossier d’instruction, affirme que six suspects ont été  libérés abusivement le 6 août 2015, soit cinq mois après l’attentat, par le juge d’instruction de Tunis » et que «La remise en liberté des suspects trouverait sa source dans les sympathies islamistes dont ferait preuve le juge d’instruction ». Qu’en disent, le ministre de la justice, le Parquet tunisien et le juge en question ???

Source : Atlantico

par -
0

«Près d’un an jour pour jour après le drame qui a fait 24 morts et une cinquantaine de blessés, Me Philippe de Veulle regrette que l’Etat français ait ainsi « abandonné » les victimes de l’attentat survenu le 18 mars 2015 au musée du Bardo à Tunis (Tunisie) ». C’est ce que rapportait hier le quotidien français gratuit Metronews.

Selon la même source, «l’avocat avait déjà fait savoir sur RTL que la famille d’Huguette Dupeu, une septuagénaire tuée de 4 balles de kalachnikov et décédée dix jours plus tard, allait attaquer en justice l’Etat tunisien. Motif : sur les quatre gardes chargés de la sécurité ce jour-là, un était malade, et les trois autres en pause au moment de l’assaut». Une autre victime Mme de Veulle, a déclaré de son côté que «J’attends des recours d’avocats japonais, anglais et portugais qui pourraient se joindre à nous pour mettre en cause la responsabilité de l’Etat tunisien pour défaillance sécuritaire ». Défaillance qui ont été par ailleyrs, rappelons le, admises par l’ancien ministre de l’intérieur et par le chef du gouvernement tunisien. Et la même Mme de Veulle de pointer le retard du Parquet tunisien à publier le résultat de l’enquête et accusant l’Etat français  d’être «pris en otage par l’Etat tunisien».

par -
0

C’est l’émissaire de la France au sein de l’unité de partenariat judiciaire EUROJUST qui l’a fait savoir ce vendredi 4 mars : Le parquet spécialisé dans la lutte contre le terrorisme à Paris prend part aux investigations sur l’attaque terroriste du Bardo le 18 mars 2015.

Il a précisé que les juges d’instruction et le ministère public tunisiens ont eu une réunion récemment avec la partie française pour harmoniser leurs efforts et faire le point sur le déroulement de l’enquête.

Pour rappel, les deux terroristes avaient fauché 21 touristes, dont trois Françaises et un agent des forces de l’ordre, avant d’être abattus par les unités spéciales…

par -
0

L’ex-premier ministre français, maire de Bordeaux et candidat à la présidentielle française de 2017, Alain Juppé s’est rendu, dimanche après-midi, au Musée du Bardo pour rendre un hommage posthume aux victimes de l’attentat terroriste du 18 mars 2015.
Alain Juppé a été accueilli par la ministre de la culture, Sonia M’barek et le directeur du musée, Moncef Ben Moussa. Après avoir visité les différentes salles d’exposition du musée, le maire de Bordeaux a déposé un gerbe de fleurs au pied de la plaque commémorative des 22 victimes de l’attentat, à l’entrée du musée.
Dans une déclaration à la presse, à l’issue de sa visite, Juppé a réitéré le soutien de la France à la Tunisie et les sentiments de considération que son pays voue au peuple tunisien pour les réalisations accomplies sur la voie de la démocratie depuis le déclenchement de la révolution.
« Nous sommes aux côtés de la Tunisie et nous comptons sur vous pour l’avenir », tel est le message que le candidat des républicains a lancé à l’adresse des Tunisiens binationaux et autres français résidents en Tunisie.
Alain Juppé, actuellement, en visite de deux jours en Tunisie (28 et 29 février), donnera demain, lundi, une conférence à l’Institut des hautes études commerciales de Carthage.

par -
1
Le bilan de l’attentat contre le musée du Bardo est de 22 tués

Les agents de la sécurité du Musée national du Bardo n’ont pas fouillé les  deux hommes lourdement armés  avant leur accès au musée pour commettre l’attentat qui a fait 22 tués en mars 2015, selon les conclusions de l’enquête judiciaire menée sur la mort d’une Britannique, Sally Adey, 57 ans, mère de deux enfants tuée lors de l’attaque.

Une balle a traversé son sac à main pour se loger dans son abdomen, précise l’enquête qui ajoute que son époux, Robert, a désespérément tenté de la sauver. Celui-ci a déclaré avoir vu les deux hommes armés faire  irruption dans la salle du musée en tirant des coups de feu. Quelques minutes plus tard, sa femme, agonisante, lui a adressé ces mots : «Oh mon Dieu, Rob, je suis touchée. »

Dans les minutes qui ont suivi, le mari, tenant sa femme, a barbouillé son propre visage avec le sang pour tromper  les deux assaillants et leur faire croire qu’il était mort. Plus tard, tout en se cachant avec d’autres touristes dans un balcon fermé, une balle tirée de l’extérieur par les forces de sécurité tunisiennes a laissé « un trou fumant » au-dessus de  sa tête.

Sally Adey
Sally Adey

Au cours de l’enquête sur la mort de Mme Adey, le coroner principal de la ville de Shropshire,  John Ellery, a émis une ordonnance pour meurtre. Lors de l’audience de ce mercredi, une projection en circuit fermé a montré les premiers moments de panique ponctués de tirs et d’explosions dans les couloirs du musée, provoquant la terreur et la confusion parmi des dizaines de touristes.

Des photos prises de la scène montrent aussi les deux assaillants gisant dans une cage d’escalier après avoir été abattus par  les forces de sécurité, ainsi que l’arsenal d’armes en leur possession, notamment des  fusils d’assaut AK47, des centaines de cartouches, des munitions et des grenades.

Des séquences montrent les deux terroristes, Yassine Laabidi et Jabeur Khachnaoui se déplacer  tranquillement à travers le musée, avant de se mettre à tirer des coups de feu sur les touristes qui fuyaient. Mme Adey était parmi les 22 victimes tuées dans l’attaque dont  17 étaient en croisière à bord du paquebot MSC Splendida, tandis que son mari Robert, âgé de 52 ans,  a été blessé.

Ni lui, ni les deux enfants du couple n’étaient présents à l’audience. Le coroner en chef  Ellery a entendu la déposition de l’inspecteur Simon Harding, de la brigade de lutte contre le terrorisme SO15, qui a déclaré que les attaquants, formés dans un camp djihadiste en Libye, ont accédé à l’intérieur du musée à travers la porte principale, après y avoir été autorisés.

bardo12

« Bien qu’il y ait une présence sécuritaire au niveau de la porte principale, il n’était pas de règle de fouiller les  piétons ou tous les véhicules,  et Laabidi et Khachnaoui ont accédé au musée sans être inquiétés concernant les sacs qu’ils portaient et qui contenaient les armes qu’ils utiliseront plus tard », a dit le policier qui a ajouté qu’il  n’y avait eu aucune preuve qu’une attaque était «raisonnablement prévisible» à l’époque.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du bloc parlementaire Ennahdha Houcine Jaziri est d'avis que le gouvernement d’union nationale est appelé à prendre en compte les intérêts de...

AFRIQUE

0
L'Algérie, il faut le dire, snobait jusque-là le continent africain, notamment l'Afrique subsaharienne, se contentant d'engranger les recettes astronomiques de ses hydrocarbures, vendus à...

SPORT

Le président de la Fédération Tunisienne de Football (FTF)

0
la Confédération africiane de football (CAF) a communiqué jeudi sur son site internet, la liste des 17 arbitres et 21 arbitres assistants, retenus pour...