Tags Posts tagged with "Casablanca"

Casablanca

par -
0

Les habitants de Casablanca ont quelques raisons d’entrevoir l’avenir avec sérénité. En effet la commission d’investissement de la région Casablanca – Settat vient de donner son aval à une dizaine de projets, des gros, qui à terme permettront de créer plus de 17 000 emplois, a rapporté Jeune Afrique hier vendredi 13 janvier 2017.

Le Centre régional d’investissement (CRI), la structure qui centralise toutes les démarches dans ce sens, a fait savoir qu’un pactole de 3,5 milliards de dirhams (325,4 millions d’euros) sera affecté à ces projets. « Ces projets montrent l’intérêt des opérateurs économiques à investir dans la région et renforce davantage son rôle en tant que locomotive de l’économie nationale », dit le communiqué du Centre, piloté par Abdellah Chater. La Commission régionale des investissements s’est réunie à trois reprises pour éplucher ces programmes et juger de leur droit à bénéficier des avantages fiscaux édictés par la charte d’investissement.

L’industrie capte le gros du paquet

Les investissements vont cibler trois localités de la région. Le secteur industriel va capter le gros du paquet, 900 millions de dirhams, pour 16 150 nouveaux emplois en perspective. Une structure agro-alimentaire de pointe et une unité métallurgique dans la province de Berrechid font partie des projets phares dans le secteur.

Le développement durable ne sera pas en reste, un domaine où le Maroc a déjà fait des percées retentissantes. Au programme la construction d’une unité de production de papier écologique à Settat : 330 millions de dirhams seront injectés et 350 emplois créés. Il y a également le tourisme, avec une nouvelle unité hôtelière, pour un investissement de 500 millions de dirhams et 500 nouveaux emplois.

par -
0

Le Conseil de la ville de Casablanca, piloté par le maire Abdelaziz El Omari, du PJD (Parti de la justice et du développement), va mettre au régime quelque 15.000 employés. A partir de ce mois de janvier, c’est baisse de salaire pour ce petit monde, et pas peu, puisque les rémunérations de tous ces agents relevant du Conseil de la ville et des 16 arrondissements de Casablanca vont être amputées de 30%, rapporte le quotidien Assabah ce jeudi 12 janvier.

Le maire, réduction des dépenses publiques oblige, n’y est pas allé avec le dos de cuillère en supprimant les indemnités affectées aux heures supplémentaires et aux travaux insalubres et salissants, qui permettaient aux agents d’arrondir les fins de mois. Dur dur… Mais pour la ville, c’est tout bénef avec une économie de 100 millions de dirhams.

C’est par un simple arrêté municipal que les intéressés ont appris la mauvaise nouvelle, prise en catimini par les administrateurs de la ville, par vote, lors de la dernière session ordinaire du Conseil. Même les syndicats n’y ont vu que du feu au départ et n’ont découvert le pot aux roses que dernièrement. Dès qu’ils l’ont su, la grogne est montée. L’Organisation démocratique du travail (ODT) s’est ainsi plainte auprès du wali de la Région et du ministère de l’Intérieur, les appelant à tordre le bras à la mairie pour la faire revenir sur ces coupes budgétaires. Affaire à suivre…

par -
0

Hilton a signé une convention de gestion avec Group Sadiki afin d’ouvrir son premier hôtel à Casablanca. La nouvelle arrive après une année marquante pour Hilton au Maroc, qui a procédé au rétablissement de sa présence dans le pays en mars 2016 avec l’ouverture du Hilton Garden Inn Tanger City Center. La marque moyenne gamme Hilton Garden sera bientôt représentée dans la plus grande ville du Maroc, avec la construction d’un établissement prévue pour cette année.

Hilton Garden Inn Casablanca Sidi Maarouf se composera initialement de 118 chambres et comptera un espace disponible pour permettre son expansion. L’hôtel fait partie d’un développement à usage mixte avec une salle de bal de 550 m² et un restaurant marocain-oriental dont la construction est également prévue à proximité. Le Hilton Garden Inn comprendra trois restaurants dans l’établissement, en plus d’un autre espace événementiel de 300 m² ajouté au complexe. L’hôtel pense pouvoir accueillir ses premiers clients en 2021.

Hilton Garden Inn Casablanca Sidi Maarouf se composera initialement de 118 chambres et comptera un espace disponible pour permettre son expansion

Carlos Khneisser, VP du développement pour la région MENA de Hilton Worldwide, a déclaré : « Casablanca est un marché que nous envisageons depuis un certain temps et nous sommes convaincus d’avoir identifié le bon partenaire et le bon emplacement pour établir notre premier établissement. Sidi Maarouf s’impose rapidement comme la porte d’entrée vers le centre-ville avec la construction de son nouveau pont suspendu et comme l’un des importants quartiers d’affaires au Maroc ».

Sidi Maarouf qui est situé dans le sud-ouest de Casablanca, est devenu le nouveau quartier d’affaires au sein duquel plusieurs multinationales se sont établies au cours de ces dernières années. Situé à seulement 25 km de l’aéroport Mohamed V et directement accessible en tramway, le quartier bénéficie d’un emplacement privilégié pour les réunions et événements.

Abderrahim Sadiki de Group Sadiki a indiqué : « C’est un privilège pour nous d’amener pour la première fois le nom de Hilton à Casablanca. De plus en plus d’entreprises cherchent à localiser leurs activités à Sidi Maarouf et nous constatons ainsi une augmentation de la demande en termes de qualité de l’hébergement. Ayant pris la décision d’étendre nos opérations existantes sur ce site et d’y inclure un hôtel, nous sommes heureux de le faire en partenariat avec un opérateur international majeur tel que Hilton, qui, sans aucun doute, va nous aider à obtenir des résultats optimaux ».

John Greenleaf, Directeur général de Hilton Garden Inn, a déclaré: « Après la réussite du lancement de notre marque au Maroc plus tôt l’année dernière, nous sommes convaincus que le Hilton Garden Inn Casablanca Sidi Maarouf répondra aux besoins des voyageurs cherchant une marque hôtelière internationale de confiance et abordable. La marque Hilton Garden Inn est connue dans le monde entier pour proposer les éléments essentiels d’un séjour réussi, notamment : des matelas supérieurs pour un sommeil profond, une salle de sport complète, des repas de bonne qualité et des espaces de travail réfléchis ».

Le chantier de construction du Hilton Garden Inn Sidi Maarouf se trouvera à proximité de l’échangeur situé entre les trois autoroutes principales, la N11, l’A7 et l’A5. Ce qui en fait un choix idéal pour les voyageurs intéressés à la fois à Casablanca et aux autres villes marocaines.

par -
0

Du 20 au 23 octobre 2016, Casablanca abritera le plus grand salon international du sport et des loisirs en Afrique. Le SISL qui enregistre un taux de remplissage de 90% proposera 2 journées b to b durant lesquelles les professionnels du secteur pourront échanger, découvrir de nouvelles tendances ainsi que les dernières technologies et discuter «business» et des problématiques liées au marché, a annoncé le site marocain « Aujourd’hui Le Maroc »

Cet événement annuel qui aura lieu sur une superficie globale de 20.000 mètres carrés a pour objectif d’être une véritable plate-forme omnisports d’échange et de découverte tant pour les professionnels que pour le grand public.

Sont attendus au SISL 40.000 visiteurs, 120 exposants provenant de 8 pays, 70 experts nationaux et étrangers et 30 animations inédites, a ajouté la même source.

par -
0

La Fédération marocaine des technologies, de l’information, des télécommunications et de l’Offshoring (APEBI) organise la 1ère édition du Salon des Technologies de l’Information  « AITEX – AFRICA IT EXPO », qui aura lieu du 21 au 24 septembre 2016 à la foire internationale de Casablanca. « AITEX – AFRICA IT EXPO » est la première plateforme de l’innovation et de la transformation digitale en Afrique, qui va réunir 150 exposants– tous issus des entreprises référencées dans le domaine -,  200 donneurs d’ordre, mais aussi des experts et des utilisateurs venus d’Afrique, du Moyen Orient et d’Europe. Pour cette édition, l’APEBI met à l’honneur le Sénégal et la Côte d’Ivoire, deux pays amis avec lesquels le Royaume entretient des relations de longue date, qui constituent un modèle de coopération exemplaire, et qui jouent par ailleurs un rôle de locomotive en Afrique de l’Ouest dans le domaine des TIC.

Aujourd’hui, la transformation digitale est devenue un enjeu majeur pour les sociétés, une mutation indispensable pour les entreprises et l’économie. A l’ère du numérique, cette transformation constitue un avantage fort pour nos sociétés, qui crée de la valeur… L’évolution très rapide des TIC -Technologies de l’Information et de la Communication- a profondément façonné le changement de nos modes de vie. Face à la généralisation des TIC dans les pays industrialisés, l’intégration de ces compétences (mais surtout leur maîtrise et leur exploitation) est un enjeu stratégique, sociétal, culturel et technologique en Afrique.

Le continent,  qui poursuit son processus de mondialisation et sa dynamique d’émergence doit se « mettre à niveau » pour améliorer l’efficience de son économie  et « booster » sa compétitivité locale et internationale.

Grâce à une approche bien encadrée, qui va intégrer tous les paramètres, les enjeux et aussi les risques induits, la transformation digitale est sans conteste un levier de croissance économique et de compétitivité, créateur de valeur ajoutée.

La Fédération marocaine des technologies, de l’information, des télécommunications et de l’Offshoring (APEBI), est un acteur régional stratégique en Afrique car elle regroupe des entreprises qui jouent un rôle clé dans l’économie et qui sont des références dans leur domaine.  Pendant trois jours, l’APEBI va être le catalyseur d’une dynamique nouvelle, qui va accélérer le développement du numérique dans le continent.

AITEX – AFRICA IT EXPO : Première plateforme de l’innovation et de la transformation digitale d’Afrique.

Cette édition sera marquée par une forte présence d’experts de haut niveau, des opérateurs nationaux et internationaux reconnus, tous réunis autour d’un programme ambitieux qui a pour vocation d’être la première plateforme de l’innovation et de la transformation digitale en Afrique.

Organisé avec le soutien institutionnel de Maroc Export, le salon « AITEX – AFRICA IT EXPO » va accueillir principalement des distributeurs, des fournisseurs de technologie, des intégrateurs de solutions, éditeurs, opérateurs télécoms, ISP, ASP, délocalisation de fonctions de gestion, TMA, help desk conseil, offshoring, mobility, big data, Cloud, réseaux, e-Commerce…

Vitrine de l’offre numérique et des dernières évolutions digitales, « AITEX – AFRICA IT EXPO » est une plateforme unique de rencontres, d’échanges et d’opportunités d’affaires. Véritable révélateur des nouvelles tendances, le Salon «AITEX – AFRICA IT EXPO » est une occasion unique de rencontrer et d’échanger sur les problématiques quotidiennes des entrepreneurs, collectivités et de trouver les réponses appropriées grâce au concours de spécialistes, eux-mêmes engagés dans les processus de développement des économies émergentes et de la coopération sud-sud.

Placé sous le thème, «Transformation Digitale : Levier de développement en Afrique», le salon offre une nouvelle occasion de conscientiser et sensibiliser nos sociétés sur la formidable opportunité offerte par les technologies numériques pour accélérer le développement du continent.

Des rencontres sont organisées au cours de ces trois journées pour débattre des problématiques actuelles et  des enjeux sociétaux de ces mutations afin d’adopter les meilleures pratiques et ainsi anticiper les défis auxquels les entreprises et économies africaines sont  confrontées.

«AITEX – AFRICA IT EXPO » va promouvoir les relations d’affaires et la mise en réseau des différents acteurs économiques du continent, à travers des coopérations sud-sud, nord-sud et public-privé.

Le Sénégal et la Côte d’Ivoire à l’honneur

Le défi numérique en Afrique passe inéluctablement par la connexion des ressources du continent. Un aspect que  l’APEBI a compris et intégré dans l’organisation de ce salon, c’est pourquoi la fédération a décidé de mettre à l’honneur, pour sa première édition, le Sénégal et la Côte d’Ivoire.

Ces deux pays, représentant deux premières puissances économiques de l’Afrique de l’ouest francophone engagés dans une dynamique de croissance depuis plusieurs années, ont à cœur de poursuivent respectivement leurs ambitions numériques. La Côte d’Ivoire connaît une forte croissance économique qui se situe entre 7 et 8 % par an et le développement du numérique est devenu un enjeu majeur, créateur de richesses.

Le numérique constitue un potentiel énorme, présent dans tous les esprits, aussi bien du côté du gouvernement que des dirigeants d’entreprise. Selon une étude publiée par le cabinet Deloitte en mai 2016, seulement 36 % des entreprises estiment avoir atteint la maturité numérique.

Le Sénégal, quatrième économie de la sous-région ouest africaine après le Nigéria, la Côte d’Ivoire et le Ghana, et deuxième économie en Afrique de l’Ouest francophone derrière la Côte d’Ivoire s’est largement distingué dans l’évolution de l’économie numérique, premier levier de la transformation digitale. Là où l’Afrique a atteint un taux de pénétration moyen autour de 100%, le Sénégal lui signe un taux de 113,66% en mars 2016.

Le Sénégal et la Côte d’Ivoire font partie des premiers pays africains à initier des projets de gouvernance électronique (e-Gouv). Ils ont réalisé au fil des années des progrès importants dans les domaines tels l’économie numérique, la monétique, le courrier hybride, ou encore le taux de connectivité internet, etc.)

Néanmoins, les disparités qui existent entre les différents pays du continent pays peuvent être réduites si un effort de coopération est accompli. En mettant en avant ces deux pays amis, qui constituent un modèle important d’exemplarité sur le continent africain (et en particulier de ses voisins ouest-africains), le Maroc apporte son soutien pour conforter leur leadership régional et aussi pour accélérer  leur transformation numérique.

par -
0

Terrorisme, pandémie, catastrophe naturelle… Parmi tous ces fléaux, la ville blanche est d'abord menacée par un krach boursier.

Terrorisme, pandémie, catastrophe naturelle… Parmi tous ces fléaux, la ville blanche est d’abord menacée par un krach boursier. C’est en tout cas ce qui ressort de l’indice des risques des villes réalisé par Lloyd’s, a écrit, lundi, le journal marocain, Kiosque360.

De son côté, le journal L’Economiste, dans son édition du 31 mai affirme que Casablanca est une ville menacée ! « C’est en tout cas ce qui ressort du dernier rapport de Lloyd’s, rapport intitulé « City risk Index 2015-2025 » et pointant l’exposition de 301 villes clés, à travers le monde, à 18 types de menaces, précise. Casablanca, pour sa part, est exposée à douze menaces », écrit le journal.

Selon Kiosque360, contrairement aux idées reçues, ce n’est pas le terrorisme qui arrive en première position (cette menace arrive en 10ème position sur les douze menaces), mais une catastrophe économique.

En effet, la ville blanche est d’abord menacée par un krach boursier, puis par une pandémie humaine, un choc pétrolier, des inondations, une sécheresse, une défaillance de l’Etat, une panne de courant générale, une tempête solaire, une cyber-attaque, une attaque terroriste, une épidémie végétale et, enfin, en 12ème position, un tremblement de terre.

Les experts de Lloyd’s sont allés jusqu’à chiffrer les dégâts que pourraient occasionner ces menaces sur une période de dix ans. Ils évaluent en effet le coût de l’ensemble des risques encourus à près de 4,64 milliards de dollars (46 milliards de DH environ), soit 9,85% du PIB de la métropole sur dix ans.

A lui seul, le krach boursier, à titre d’exemple, occasionnera plus de 1 milliard de dollars de perte sur dix ans, suivi par la pandémie humaine, le choc pétrolier, les inondations ou encore la sécheresse. Dans ce palmarès, Casablanca arrive à la 208ème position. A l’échelle régionale, la métropole arrive en 14ème position. (Kiosque360)

 

par -
0

Une explosion a secoué l’Hôtel Majestic situé au cœur de Casablanca le lundi 23 mai 2016, la cause de l'explosion, est encore inconnue, selon la chaîne marocaine 2M.

L’incident, qui s’est produit tard dans la nuit, a laissé deux personnes dans un état critique, selon la même source. Ils ont été transportés immédiatement à l’hôpital pour recevoir les soins nécessaires.

La police et les sapeurs-pompiers de Casablanca (Maroc) se sont immédiatement rendus sur les lieux de l’incident.

Des témoins présents sur les lieux du sinistre ont exclu la possibilité d’une attaque terroriste. « L’explosion aurait eu lieu dans la cuisine du salon de l’hôtel où un employé manipulait une bouteille de gaz », affirment certains.

Par ailleurs, la chaine explique que les explosions de bouteilles de gaz sont monnaie courante au Maroc, quoique le pays ne soit pas relié par un réseau national de gaz.

Cependant, vu la menace des organisations terroristes, que représentent l’État islamique et Al-Qaïda représentent pour les pays comme le Maroc, une telle explosion est susceptible de créer la panique dans l’opinion publique.
Dès que l’incident a été la posté et partagé sur les médias sociaux, de nombreux Marocains ont exprimé l’espoir que la cause de l’explosion n’est pas une attaque terroriste, poursuit la chaîne TV.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
La Fédération Wallonie-Bruxelles a inauguré le 18 janvier un nouvel établissement scolaire belge à Dar Bouazza, et posé la première pierre de la future...