Tags Posts tagged with "mouvements de protestation"

mouvements de protestation

par -

La chambre syndicale Nationale des commerçants de tissus et de prêt-à-porter a décidé de suspendre les mouvements de protestations programmés pour le 28 avril 2017, en attendant l’identification d’une solution radicale pour lutter contre le phénomène du commerce parallèle.

La chambre a indiqué, dans un communiqué, publié, mardi, que suite à l’annonce, de suspension de l’activité des commerçants de prêt-à-porter et de chaussures et l’organisation d’un sit-in de protestation à la place de la Kasbah, une séance de travail a été organisée, lundi, avec le chef de cabinet du chef du gouvernement qui s’est engagé à collaborer avec toutes les parties concernées pour résoudre ce problème avant le mois de ramadan.
La chambre Nationale des commerçants de tissus a précisé que la suspension des protestations est expliquée par l’engagement du gouvernement à résoudre sérieusement ce dossier et traduit le sens de responsabilité du syndicat, notamment en cette conjoncture délicate.

par -

Ah le Sud. Ce cher Sud qui donne des cauchemars au gouvernement, comme ce fut le cas pour toutes les équipes qui se sont succédé à la tête du pays depuis le fameux 14 janvier 2011. Ce Sud où le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a dépêché ses ministres en janvier 2017 pour tenter d’éteindre le feu lors de l’éruption sociale de Ben Guerdane. Rebelote le 07 mars 2017, dans la même ville, mais cette fois avec Chahed en guest star, à grand renfort de ministres, et avec force annonces pour essayer de calmer des habitants intransigeants et qui renvoient systématiquement à la face des autorités locales et de l’exécutif que le compte n’y est toujours pas. Et bien ce Sud, plus précisément Tataouine, vient de se rappeler au bon souvenir du chef du gouvernement, avec une agitation dans laquelle il est passé maitre. Et là encore, comme par le passé, l’exécutif est acculé et dégaine les promesses de lendemains meilleurs. Mais là aussi, comme par le passé, ça risque d’être court pour amadouer les citoyens….

« Une déclaration de principes sur le développement et l’emploi » a conclu une réunion de plus de huit heures le mardi 04 avril 2017 entre une délégation gouvernementale composée du ministre des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi, ministre des relations avec l’APR, porte-parole du gouvernement, Iyed Dahmani, secrétaire d’Etat aux communications, Habib Dabbabi, et un grand nombre de jeunes observant un sit-in dans le gouvernorat de Tatatouine depuis plus de deux semaines pour l’emploi.

Des annonces à la pelle!

Cette déclaration, qui comprend une série de mesures urgentes, porte sur :

– la réactivation des accords conclus entre le gouvernement et les composantes de la société civiles dans la région
– Appel du gouvernement avant la fin de la semaine aux sociétés pétrolières pour l’ouverture de bureaux dans la région
– Condition obligatoire fixée aux sociétés pétrolières pour le recrutement de 70 % de ses besoins auprès des jeunes du gouvernorat, conformément au principe de la discrimination positive
– Augmentation des subventions à caractère social
– Octroi d’une part importante des appels d’offres aux sociétés de service
– Augmentation du capital de la société de l’environnement tout en lui faisant bénéficier de contrats avec les établissements publics
– Engagement du ministère de l’emploi à accorder la carte saharienne avant la fin mai prochain
– Réalisation de la zone industrielle Mehdi Chemlali et le règlement des problèmes qui entrave ce projet
– Consécration du principe de la discrimination positive dans le financement des projets et ne plus considérer la région comme zone à risques
– Connexion de Tatatouine à l’autoroute et œuvrer à la doter d’une liaison ferroviaire
– Achèvement du projet du gaz du sud dans les délais
– Retrait des permis d’exploitation du plâtre à celui qui n’a pas démarrer son projet avant la fin de l’année
– Tenue d’un conseil ministériel sur le développement et l’emploi dans la région avant la fin mai en présence de représentants des sittineurs et de la société civile
– Mesures à prendre pour faciliter le commerce par le terminal de Dhehiba

Après l’annonce de cette déclaration de principes, les manifestants ont rouvert les routes bloquées à l’intérieur de Tatatouine et des autres délégations mais ont poursuivi les sit-in jusqu’à la mise en œuvre de l’accord conclu.
Iyed Dahmani avait déclaré à la correspondante de l’agence TAP que le gouvernement œuvre à concrétiser la discrimination positive, soulignant son souci d’assurer la transparence des recrutements et à ouvrir des enquêtes sur les abus et les recrutements suspects.
De son côté, le secrétaire d’Etat aux communications, Habib Dabbabi, a indiqué que la délégation a pris acte « de l’absence de projets de développement dans la région », promettant que le gouvernement « va accélérer le rythme de développement du gouvernorat de Tatatouine, grâce à des mesures attendues du conseil ministériel qui s’attèlera à impulser le développement et l’emploi dans le gouvernorat ».
Quant au ministre des affaires sociales, Mohamed Trabelsi, il a qualifié les revendications des habitants de la région de « légitimes », comme l’avait dit son patron il y a quelques mois. Il a affirmé que le gouvernement s’emploiera à « adopter une politique de démocratie participative à même de permettre de franchir des pas concrets sans prétendre tout faire ».
« Nous nous engageons à satisfaire les revendications légitimes pour le développement du gouvernorat de Tatatouine », a-t-il souligné.

Le FTDES crie à la démagogie

Le Forum Tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) a exprimé, ce mercredi 05 avril, son soutien aux protestations des habitants de Tataouine, du Kef et des autres régions, les qualifiant de « mouvements sociaux civils, pacifiques et populaires ».
« Le gouvernement, qui se contente seulement d’envoyer des délégations ministérielles dans les régions, ne présente aux habitants que des promesses et des solutions dont le seul objectif est de gagner du temps », indique le FTDES dans un communiqué.
Le communiqué ajoute que le FTDES a, à maintes reprises, informé le gouvernement que les revendications des habitants issus des régions intérieures sont « légitimes », ajoutant qu’il l’a mis en garde contre l’indifférence face à ces revendications.
« L’action militante pour un nouveau modèle de développement à même de rompre avec le néolibéralisme demeure la seule base commune autour de laquelle doivent s’unir toutes les forces civiles, syndicales, sociales et démocratiques », a-t-il ajouté.

TAP

par -

Après un relatif apaisement depuis des mois, la tension est remontée à Ben Guerdane, au gouvernorat de Médenine, où des affrontements ont éclaté ces derniers jours entre des protestataires et les forces de l’ordre à la place du Grand Maghreb Arabe et dans les artères principales de la ville.

Réclamant le libre passage à la frontière, les manifestants ont lancé des pierres sur les forces de l’ordre, qui ont riposté en lançant des grenades lacrymogènes.

Dans une déclaration accordée ce vendredi 13 janvier 2017 à Africanmanager, le défenseur des droits de l’Homme Mustapha Abdelkebir a lancé un appel au gouvernement afin d’intervenir et de résoudre les problèmes sociaux des habitants de Ben Guerdane.

Il a, dans ce contexte, affirmé que les mouvements de protestation se sont poursuivis dans la matinée dans la région en question. Et d’ajouter que des jeunes sont en train de bloquer les routes de la ville, ils réclament le travail et le développement régional.

3000 mille chômeurs diplômés du supérieur

Le défenseur des droits de l’Homme a, sur un autre volet, ajouté que les habitants ont protesté pour réclamer non seulement le libre passage à la frontière mais aussi le droit au travail et au développent régional étant donné que le Sud tunisien souffre de marginalisation depuis l’ère Bourguiba, jusqu’à la période post révolutionnaire.

Et d’ajouter que Ben Guerdane nécessite des efforts supplémentaires pour développer l’infrastructure, promouvoir les projets, soulignant que le taux de chômage est de l’ordre de 75% et que plus de 3000 mille chômeurs sont diplômés de l’enseignement supérieur.

Il a indiqué qu’une délégation gouvernementale est actuellement à Ben Guerdane et au passage frontalier de Ras Jedir, pour examiner les revendications légitimes des habitants.

La multiplication des mouvements de protestation dans de nombreuses régions de la Tunisie a engendré des pertes inestimables pour le pays. Les demandes des protestataires sont légitimes, d’après le chef du gouvernement et peuvent, par exemple, être discutées dans le cadre de réunions regroupant les responsables locaux et les représentants des travailleurs en vue de trouver les solutions appropriées.

par -

L’Association des magistrats tunisiens (AMT) a indiqué mercredi que les mouvements de protestation observés par les magistrats judiciaires, administratifs et financiers ont réussi à mobiliser les magistrats dans l’ensemble de ces juridictions.
Selon l’AMT, ces mouvements ont enregistré un taux de réussite estimé à près de 95%.
Réunis samedi dernier, les membres du conseil national de l’AMT ont appelé les magistrats judiciaires, administratifs et financiers à reporter de 5 jours l’examen des affaires judiciaires tous contentieux confondus et ce à partir du lundi 9 janvier jusqu’au 13 courant.
Ils avaient annoncé la décision de poursuivre le sit-in au siège de l’organisation en réaction au retard enregistré dans la mise en place du Conseil supérieur de la magistrature et des « tentatives de manipulation entachant le processus de son installation ».

par -
Les ouvriers et employés de la filiale de la société Tunisienne des industries de pneumatiques (STIP ) à Menzel Bourguiba ont organisé

Des employés de la STIP observent un mouvement de protestation devant la délégation de M’saken relevant du gouvernorat de Sousse. Les protestataires entendent ainsi dénoncer les procédures sévères qui ont été adoptées par la STIP, dont notamment le non paiement des salaires des employés pour le mois de septembre, a fait savoir le quotidien Al Chourouk, ce mercredi 5 octobre 2016.

par -

Deux réunions ont été organisées, lundi, entre le gouverneur de Béja et les représentants des médias (publics et privés) dans la région en présence du bureau du syndicat national des journalistes tunisiens au nord-ouest.
Les représentants des médias ont évoqué, à cette occasion, les entraves auxquelles ils font face pour accéder à l’information, incitant les autorités régionales à œuvrer pour faciliter la mission des journalistes.
Le gouverneur de Béja Houcine Hamdi s’est engagé à mettre en place une nouvelle stratégie de communication avec les journalistes et de dynamiser le rôle de la cellule d’information dans le gouvernorat.
Ces réunions interviennent suite au boycott, samedi dernier, de la session du Conseil régional du gouvernorat par les journalistes  » en raison du manque de volonté de la part des autorités de communiquer avec le secteur, de l’occultation de l’information, de la marginalisation du service de communication du gouvernorat et de l’absence de volonté de faciliter la mission des journalistes « , avaient expliqué les protestataires dans une motion.

par -

Le syndicat général de l’enseignement de base relevant de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) a décidé d’organiser des mouvements de protestation dans les différents commissariats régionaux de l’éducation le 1er septembre prochain et une journée de « colère nationale » devant le siège du ministère de l’éducation le 5 septembre 2016.
Ces mouvements de protestation font suite au non-respect des accords signés avec l’autorité de tutelle, a fait savoir Taher Dhaker, Secrétaire général adjoint de l’UGTT dans une déclaration, lundi, à l’agence TAP.
A ce propos, Dhaker a indiqué que le ministère de l’éducation n’a pas appliqué l’accord signé avec le syndicat de l’enseignement de base le 5 décembre 2015 relatif de la régularisation de la situation des enseignants suppléants.
Les mouvements de protestation prévus le 1er septembre et le 5 septembre prochain ont été décidés lors de la réunion de l’instance sectorielle de l’enseignement primaire en juillet dernier a rappelé le responsable syndical, ajoutant qu’une grève générale est aussi envisagée le 5 octobre 2016 si le ministère renonce à ses engagements.
Selon Dhaker, le non respect des accords signés ravivera les tensions sociales et augure d’une nouvelle année scolaire « qui risque de ne pas se dérouler dans de bonnes conditions », a estimé le syndicaliste en raison « du non recrutement d’enseignants suppléants en dépit de l’augmentation de postes vacants qui a atteint 10 mille postes ».
Il a par ailleurs ajouté que l’accord signé le 5 décembre 2015 comprend d’autres points de divergence dont la non-application du décret relatif au départ volontaire à la retraite des instituteurs sur la base de 55 ans pour l’âge et 35 ans d’ancienneté ainsi que le refus d’octroi de primes universitaires au profit des enfants des instituteurs du primaire.

par -

Les mouvements de protestation ont enregistré une hausse importante au cours du mois de juillet dernier contre une baisse des cas de suicide, a annoncé, mercredi, Abdessatar Sahbani, responsable de l’observatoire social relevant du forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES).
Lors d’un point de presse tenu au siège du FTDES à Tunis, Sahbani a indiqué que 568 mouvements de protestation collectifs et individuels ont été enregistrés au mois de juillet 2016 contre 398 mouvements au mois de juin de la même année.
Les mouvements de protestations se répartissent entre 53 individuels et 504 collectifs et ce, en raison de la tension qui a marqué le paysage politique tunisien notamment suite au lancement par le Président de la République de l’initiative de former un gouvernement d’union nationale, selon Sahbani.
L’intervenant a ajouté que les mouvements de protestation sont dans leur majorité des mouvements spontanés (37%) contre 35% mouvements libres et 15% anarchiques.
Selon Sahbani, les coupures d’électricité dans plusieurs régions du pays, la non régularisation de la situation professionnelle de plusieurs employés, la hausse des prix, la baisse du pouvoir d’achat et la hausse du taux de chômage sont les principales raisons de ces mouvements.
La même source a précisé que la région de Tunis a enregistré le plus important nombre de protestations (79), suivie de la région de Kairouan, Gafsa, Sidi Bouzid et Jendouba contre une baisse des protestations dans la région de Zaghouan qui n’a enregistré aucun mouvement de protestation pour le deuxième mois consécutif.
Par ailleurs, Sahbani a indiqué que le mois de juillet dernier a enregistré 53 cas de suicide contre 69 au mois de juin.
 » Pour la première fois, le suicide a concerné la tranche d’âge 46-60 ans et principalement des mères de jeunes disparus qui avaient déjà menacé de se suicider en cas d’absence de réponse concernant le sort de leurs enfants « , a-t-il regretté.
Selon Sahbani, un autre cas de suicide a été enregistré chez une fille de 16 ans et ce, après avoir pris connaissance de ses résultats scolaires faisant savoir que le suicide chez les enfants est lié aux examens et aux résultats scolaires.
 » Le suicide continue, également, à toucher les personnes âgées et ce, en raison du manque d’encadrement de cette catégorie sociale « , a-t-il ajouté.
De son côté, Massoud Romdhani, membre du FTDES a signalé la hausse des actes de violence enregistrés dans les espaces publics et privés, faisant remarquer qu’il s’agit d’un indicateur négatif de la société tunisienne.
 » La violence est presque devenue une culture en Tunisie « , a-t-il prévenu.

par -

Lors d’une conférence de presse tenue ce vendredi 17 juin 2016, l’Observatoire Social Tunisien a relevé dans son rapport mensuel qu’une régression des mouvements de protestation durant le mois de Mai 2016 a été constatée par rapport au mois d’Avril de la même année.

D’après la même source, 529 mouvements de protestation ont été enregistrés dont 473 mouvements collectifs et 5 mouvements individuels, soit un recul de 25% pour les mouvements individuels et 48% pour les mouvements collectifs. C’est une baisse globale d’environ 46%.

MoisMaiAvrilMars
Nature des Mouvements
Protestations individuelles5610,6%757,6%438,4%
Protestations Collectives47389,4%91292,4%46891,6%
Mouvements de Protestation529987511

 

Malgré cette régression, certains problèmes restent en l’état, comme le cas des sit-in dont certains durent depuis le mois de Septembre 2015 et ce, devant le ministère de l’Education, le ministère de la Femme, le ministère de l’Emploi et devant l’Assemblée des représentants du Peuple. Mis à part les autres sit-ins dans les sièges des gouvernorats, délégations régionales et institutions administratives.

D’autres problématiques comme celles des ouvriers de chantier, la pénurie d’eau potable, les coupures d’électricité, la contrebande, l’emploi, la situation sociale et sanitaire et autres persistent encore et nécessitent des interventions rapides et effectives, relève le rapport de l’Observatoire Social Tunisien.

A noter que la majorité des mouvements de protestation ont été enregistrés essentiellement dans les gouvernorats de Kairouan, Gafsa, Tunis, Jendouba, Kasserine, Médenine et Sidi Bouzid…

par -

Suite au décès, mercredi, de quatre martyrs de la Garde nationale dans une opération sécuritaire contre des terroristes, l’Union régionale du travail a suspendu tous les mouvements de protestation ainsi que la grève lancée depuis deux jours au champ pétrolifère de la société indonésienne Medico.
Depuis la nuit de mercredi, tous les ouvriers du champ de Medico ont repris le travail, a signalé le secrétaire général adjoint de la section régionale de la fédération du pétrole, Anis Mkabli.
Conscients de la situation dans la région après la mort de quatre martyrs, les différents syndicats dans les champs pétrolifères ont décidé de lever toutes les grèves et tous les mouvements de protestation, a précisé la même source.

TAP

par -

Selon des données fournies, ce jeudi 12 mai 2016,  par le Forum Tunsien pour les Droits Economiques à Africanmanager, le mois d’avril 2016 a été marqué par 987 mouvements de protestations citoyennes dont 75 actes de suicide et tentatives de suicide et 912 mouvements collectifs, ce qui représente une augmentation assez conséquente par rapport au mois de mars de cette année.

D’après la même source, les médias tunisiens n’ont pas assuré une grande couverture médiatique de ces mouvements de protestation sociale enregistrés en avril 2016.

par -

La Fédération Générale des Banques et Sociétés Monétiques a brandi la menace de mouvements protestation à partir du vendredi 15 avril 2016, selon Mosaïque Fm. Ces actions pourraient déboucher sur une grève générale dans tout le secteur bancaire.

La Fédération aurait vu rouge suite à son exclusion de tout le processus d’élaboration du nouveau projet de loi ayant trait au règlement interne de la Banque Centrale, notamment l’article 85 de ce projet.

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux