Tags Posts tagged with "Perenco"

Perenco

par -

Une commission commune chargée de la révision de l’accord sur le gazoduc, conclu entre le conseil de gestion d’El Golâa (gouvernorat de Kébili) et la compagnie pétrolière Perenco franco-britannique, sera constituée prochainement.
Cette décision a été prise lors d’une réunion tenue, lundi, à Tunis, sur le développement et l’emploi dans le gouvernorat de Kébili, selon un communiqué publié, mardi, par le ministère de l’industrie, des mines et des énergies renouvelables.
La commission est composée, d’une part, de représentants du ministère de l’industrie, des mines et des énergies renouvelables, de l’tunisienne d’activités pétrolières (ETAP) et de la compagnie pétrolière Perenco et du comité de gestion d’El Golâa ainsi que de représentants de la société civile, des députés de la région et de la coordination des sit-inneurs d’El Golâa, d’autre part.

Il s’agit d’une décision qui a été prise afin de répondre aux demandes des jeunes de la ville d’El Golâa (Gouvernorat de Kébili) qui protestent, depuis un mois, devant le champ pétrolifère de la société Perenco pour revendiquer la révision du contrat de location de 60 hectares à la société Perenco en vue du passage de tube de pompage de gaz au cours de la période 1998-2028 avec un coût total qui ne dépasse pas 9 mille dinars.
L’accent a été mis, également, à cette occasion, sur la nécessité pour la société Perenco d’indemniser les habitants de la région concernant les années d’exploitation du terrain, privant les jeunes de terrains aussi bien pour l’extension urbaine que la création de projets agricoles.
Il a été, également, décidé, lors de la séance de travail, de mettre en place, d’ici fin juin 2017, un programme clair pour les interventions de la caisse de responsabilité sociale des sociétés pétrolières, en coordination avec les composantes de la société civile et des autorités régionales.
Ont pris part à cette réunion les ministres de l’Energie, des mines et des énergies renouvelables, Héla Cheikhrouhou, des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi et le gouverneur de Kébili, Walid Louguini ainsi que des représentants des ministères concernés et des jeunes protestataires du gouvernorat de Kébili.

par -

Les agents de gardiennage de la société pétrolière française, Perenco, implantée au Sahara de Douz (gouvernorat de Kébili), ont entamé, jeudi, une grève de trois jours.
Ce mouvement de protestation, légitime, a pour objectif de revendiquer l’amélioration de leurs conditions de travail et leur situation financière, a indiqué le secrétaire général de l’Union régionale du travail à Kébili Ali Boubaker.
Il a insisté sur le droit de ces agents à l’augmentation des rémunérations, à l’indemnité des heures supplémentaires et à l’octroi des mêmes avantages financiers accordés dans d’autres compagnies pétrolières au sud, compte tenu des conditions de travail difficiles dans le désert.
Il a rappelé que l’organisation syndicale a œuvré, plusieurs fois, à trouver un accord entre le syndicat de base et l’administration de l’entreprise mais en vain, précisant que le dialogue se poursuit afin de parvenir à un accord entre les deux parties après l’échec de la séance de réconciliation tenue le 15 juillet.
Les agents de gardiennage de PERENCO, qui sont au nombre de treize, avaient déjà observé un sit-in et une grève, respectivement en mai et juin derniers.

par -

Les agents de la compagnie pétrolière Perenco, installée dans le désert de Kébili, observent actuellement un sit-in devant le siège de la société, rapporte Shems Fm ce jeudi 26 mai 2016. Les employés entendent ainsi mettre la pression sur la direction pour arracher une hausse des salaires et la réduction des heures de travail.

Un des protestataires a confié à la radio que les heures de travail sont excessives et qu’ils exigent qu’elles ne dépassent pas celles de leurs collègues opérant dans d’autres compagnies pétrolières.
Il a ajouté que le mouvement se poursuivra tant que Perenco restera sourde à leurs demandes.

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux