Emplois fictifs: Des Tunisiennes victimes de violences et d’abus dans les pays...

Emplois fictifs: Des Tunisiennes victimes de violences et d’abus dans les pays de Golfe !

par -

De récentes statistiques dévoilées  par le  ministère de la Formation professionnelle et de l’emploi, révèlent  qu’environ 35 bureaux d’emploi à l’international sont bel est bien actifs en Tunisie. Ces bureaux délivrent de faux contrats de travail aux Tunisiens désirant travailler essentiellement dans les pays du Golfe  à l’instar de l’Arabie Saoudite, Qatar…

Selon la même source, plus de 960 de Tunisiens (femmes & hommes) ont  obtenu des visas par ces circuits illégaux contre une somme de plus de trois mille dinars par personne. Pour lutter contre ces arnaques, le département de la Formation professionnelle et de l’emploi a abondamment lancé des campagnes de sensibilisation via des journaux, télévisions, radios pour alerter les Tunisiens et les inciter à faire attention. Une batterie de mesures nécessaires a été également prise pour fermer des bureaux de recrutement non autorisés et ce en coordination avec les autres ministères concernées par ce dossier.

La présidente de l’Instance Nationale de la Lutte contre le trafic d’être humains, Raoudha Abidi a récemment appelé à la nécessité de coordonner tous les efforts entre les différentes parties intervenantes, afin de renforcer la surveillance sur les bureaux d’emplois fictifs à l’étranger. Abidi a, dans ce contexte affirmé que l’instance a reçu dernièrement un grand nombre de dossiers de jeunes filles victimes de contrats de travail fictifs dans les pays du Golfe.

Elle a précisé que ces dernières  avaient dénoncé les conditions misérables d’hébergement notamment en Arabie Saoudite outre leur privation de leurs documents officiels et du contact de leurs familles , ajoutant que certaines d’entre elles ont été victimes de violence physique et d’autres ont été emprisonnées.

Et de signaler que toutes les victimes, sans exception, ont été prises en charge en coordination avec tous les ministères concernés et la société civile en leur offrant une assistance médicale, psychologique et sociale pour les aider à surmonter leur crise et à continuer leur vie. Raoudha Abidi a également annoncé que l’enquête se poursuit sur ces bureaux pour vérifier la légalité et la transparence de leurs activités.

On rappelle que les différents unités de sécurité ont empêché, depuis 2014, quelque 86 tunisiennes de rejoindre des grands réseaux de prostitution internationaux, rapportent différents médias.De même, les forces de sécurité ont démantelé 147 réseaux internationaux spécialisés dans le recrutement de Tunisiennes aux mêmes fins dans différents pays.

A vrai dire, les jeunes  Tunisiens sont appelés à la vigilance et à éviter ces circuits illégaux car de nombreuses agences étrangères frauduleuses ne cessent de publier des offres d’emploi fictives et mensongères tout en exigeant des  demandeurs d’emploi des sommes importantes d’argents sans les placer réellement à l’étranger !

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire