Tunisie : Elle est «bénéficiaire», sur le papier, et donne beaucoup de...

Tunisie : Elle est «bénéficiaire», sur le papier, et donne beaucoup de crédits, malgré ses impayés !!

par -

«Les dettes de la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) auprès des caisses sociales ont atteint jusqu’au mois de mars 2017 près de 2200 MDT», a annoncé mercredi 11 octobre 2017 à l’agence de presse officielle, Abdelkrim Jerad, secrétaire général adjoint responsable du département de la protection sociale à l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT).

La grande bâtisse jaune ocre de Montplaisir de style haussmannien, abrite pourtant une entreprise qui fait des bénéfices, fait du placement d’argent et donne des crédits à ses employés et pas que peu !

En 2015, la Cnam comptait 3, 244.161 adhérents, dont plus de la moitié dans ledit «régime public», 15.124 prestataires de services (médecins, pharmaciens, biologistes etc..) affiliés et prenait en charge, entre autres,           plus d’un million et demi de patients, lourds ou de longue durée. La même année, les ressources financières à sa disposition (hors dette) qu’elle investit et génère pour son fonctionnement notamment, dépassaient les 2,6 Milliards DT. En 2015 aussi, ses dépenses, dites techniques, étaient de 2.013 MDT, dont presque 1.841 MDT pour l’assurance maladie. En 2015 encore, la Cnam a encaissé plus de 1,758 Milliard DT de cotisations et décaissé 1,766 Milliard DT en prestations sociales.

Ses revenus, qui étaient en 2011 de 1,643 Milliard DT, ont dépassé en 2015 les 2,353 Milliards DT. Ses charges techniques qui ne sont pas détaillés dans le bilan qu’elle a publié, dont les salaires, ont augmenté de presque 500 MDT, passant de 1,510 à 2,013 Milliards DT. Jusque-là, elle serait bénéficiaire de 339,7 MDT. Après toutes les déductions, elle est encore bénéficiaire de 125,144 MDT en 2015. Ce bénéfice est certes en léger retrait par rapport à celui de 2014, mais il est loin du déficit de 2012 et de celui de 2011.

La Cnam se porte donc bien et même comme un charme. Entreprise placeuse d’argent, ses produits financiers nets d’impôts ont cumulé cette même année 24,187 MDT. Dans ses flux de trésorerie liés à l’exploitation, on retrouvait en 2015 des encaissements de revenus de placement de presque 22 MDT, sans compter les 705 MDT au titre d’encaissements des retombées des placements en marché monétaire. Dans ce même état des flux de trésorerie, on retrouve 46,571 MDT donnés en crédits à son personnel, un montant qui a été multiplié par quatre par rapport à 2011.

Sauf que tout cette très bonne prestance financière n’est que sur le papier. La Cnam a en effet des dettes de 2.200 MDT, de l’argent, beaucoup d’argent que lui doivent les deux caisses sociales, la CNSS (Caisse nationale de sécurité sociale) pour le secteur privé et la CNRPS (Caisse nationale de retraite et de protection sociale) pour le secteur public, en l’occurrence. Selon le bilan de 2015, ces créances classées que les caisses ne pourront lui rembourser, étaient de 2,746 Milliards DT, logées dans les «actifs courants» sous la rubrique «cotisations et comptes rattachés». Ces Milliards sont supposés exister et ne font pas objet de provisions car garanties par l’Etat. La Cnam dispose ainsi, uniquement de manière comptable et sur le papier, de ces 2,7 Milliards DT. Elle est donc, dans les faits, hautement déficitaire et accordait pourtant plus de 46 MDT en crédits à ses employés !

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire