AccueilAfriqueAfrique: Des écologistes occidentaux critiquent le projet d’oléoduc africain

Afrique: Des écologistes occidentaux critiquent le projet d’oléoduc africain

L’infrastructure doit relier les champs pétrolifères ougandais au port de Tanga en Tanzanie.

Le projet d’oléoduc d’Afrique de l’Est (EACOP, sigle anglais) est devenu le dernier point sensible de l’Afrique, qui cherche à trouver des solutions endogènes à ses éternels problèmes de développement, à un moment où des rumeurs habituelles sont distillées par des écologistes occidentaux.

Pourtant, l’EACOP est perçu comme une solution essentielle pouvant éradiquer la pauvreté énergétique du continent africain d’ici à 2030, selon Apanews.

En plus de transporter le pétrole dont la région a tant besoin et d’améliorer la sécurité énergétique en reliant les bassins riches en hydrocarbures de l’Ouganda à ses destinations régionales et internationales, l’oléoduc devrait créer des milliers d’emplois et renforcer les communautés locales dans les pays initiateurs.

L’EACOP, également connu sous le nom d’oléoduc Ouganda-Tanzanie, sera long de 1443 kilomètres et reliera les champs pétrolifères ougandais au port de Tanga en Tanzanie. Avec une capacité de transport d’environ 216.000 barils par jour, son coût est estimé à 3,5 milliards de dollars et, une fois terminé, il sera le plus long oléoduc chauffé du monde.

Cependant, malgré son importance pour l’Ouganda et le reste de l’Afrique, ce pipeline devrait être une nouvelle victime d’une conspiration internationale, car certains groupes écologistes occidentaux demandent son abandon en raison de préoccupations environnementales.

Les activistes climatiques #StopEACOP ont ciblé le financement du projet, 20 grandes banques ayant été convaincues de retirer leur soutien au projet. Les manigances des militants écologistes occidentaux semblent toutefois aboutir au résultat inverse et ont revigoré les promoteurs du projet de me mener à terme.

Les gouvernements ougandais et tanzanien ont fait appel au groupe sud-africain Standard Bank pour les conseiller sur le projet.

L’actionnariat du gazoduc est partagé entre TotalEnergies (62%), l’« Uganda National Pipeline Company » (15%), la « Tanzania Petroleum Development Corporation » (15%) et la « China National Offshore Oil Corporation » (8%).

En février 2022, TotalEnergies avait annoncé son intention d’investir dix milliards de dollars dans ce projet.

Le président exécutif de la Chambre africaine de l’énergie (AEC), NJ Ayuk, a déclaré qu’aucune quantité d’« éco-socialisme sensationnel » ne priverait l’Afrique de son rêve d’une solution pour remédier à sa pauvreté énergétique.

« Les Ougandais et les Tanzaniens ne devraient pas avoir à payer le prix des nations occidentales et développées », a déclaré M. Ayuk, ajoutant que « l’Afrique ne mérite pas cela ; l’Afrique mérite le droit de développer ses ressources et cela inclut l’EACOP ».

Rien que pendant la phase de construction, il est attendu du projet, des milliers d’emplois et de grandes opportunités pour les entreprises locales.

La Tanzanie et l’Ouganda devraient connaître une augmentation de 60% des investissements directs étrangers, et d’autres capitaux devraient affluer tout au long des étapes ultérieures du projet.

« Ce projet ne doit pas être arrêté par des fanatiques qui pensent que l’Ouganda, un pays dont l’empreinte de gaz à effet de serre est l’une des plus faibles, doit être puni et payer la facture des nations riches qui utilisent désormais le charbon pour alimenter leurs industries et leurs foyers », a poursuivi M. Ayuk.

Il a promis que la Chambre africaine de l’énergie (AEC) va promouvoir l’EACOP lors de la Semaine africaine de l’énergie qui se tiendra en Afrique du Sud en octobre 2022.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,004SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -