AccueilActualitésArmes chimiques : Des conversations ‘’paniquées’’ de responsables militaires syriens seraient les...

Armes chimiques : Des conversations ‘’paniquées’’ de responsables militaires syriens seraient les seules preuves aux mains des américains

Le site électronique du journal français, le Monde.fr publie en date du mercredi 28 août 2013 ,un article évoquant que les services de renseignement américains ont écouté un responsable du ministère de la défense syrien « en panique » au cours de « conversations téléphoniques avec le chef de l’unité des armes chimiques », après l’attaque du 21 août , la semaine dernière, affirme le magazine Foreign Policy , mardi 27 août.

- Publicité-

Des conversations téléphoniques paniquées d’un responsable du ministère de la défense syrien avec le chef de l’unité des armes chimiques, ont été interceptées , dans les heures qui ont suivi l’attaque chimique à l’est de Damas , demandant des réponses sur la frappe à l’agent neurotoxique qui a tué plus de mille personnes. » ( Médecins sans frontières fait état seulement de 355 morts ).

« Ces conversations ont été écoutées par les services de renseignement américains, indique le site électronique du journal le Monde , et elles constituent la principale preuve de la culpabilité du régime de Bachar Al-Assad aux yeux des responsables américains qui motive les préparatifs pour attaquer le régime syrien dans les jours à venir. »

Le journal relève toutefois que le Foreign Policy s’interroge sur le processus de décision de l’attaque : Est-ce que la décision a été l’œuvre d’un officier syrien zélé ou a-t-elle directement été décidée par de hauts responsables du régime de Bachar Al-Assad ? Est-ce que toutes les frappes de ce genre sont-elles autorisées de manière générale ou y a-t-il un ordre spécifique pour chacune ? »

Un responsable du renseignement américain se contente d’affirmer : »Nous ne savons pas exactement ce qu’il s’est passé . Nous savons juste que c’était sacrément stupide. » Rapporte le site du journal français .

Les preuves pour une intervention militaire ont été exposées par le vice-président américain Joe Biden qui le premier , a déclaré que les attaques chimiques du 21 août ne pouvaient être que l’œuvre des forces de Bachar Al-Assad. Mercredi, le premier ministre britannique, David Cameron, et le président américain, Barack Obama, ont indiqué qu’ils n’avaient « aucun doute sur la responsabilité du régime d’Assad » dans l’attaque chimique », indique le journal ,citant Downing Street.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,565SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles