Authors Posts by African Manager

African Manager

41786 POSTS 0 COMMENTAIRES

par -

L’équipe de campagne électorale de Nabil Karoui a apporté un démenti aux ” rumeurs sur un prétendu contrat signé entre un certain Mohamed Bouderbala et la société dénommée Dickens et Madson Canada Inc”, selon les termes d’un communiqué publié , jeudi , où sont apportées les précisions suivantes :

1- Il n’existe aucun lien, ni de près ni de loi, entre Nabil Karoui élu au second tour de l’élection présidentielle, et les parties signataires du contrat et encore moins à son contenu.
Cette affaire s’inscrit dans le cadre de campagnes diffamatoires féroces engagées contre Nabil Karoui, depuis plusieurs années et qui ont franchi, toutes les lignes rouges. Nous ne pouvons plus taire ces agissements, affirme l’équipe de la campagne électorale de Nabil Karoui.

2- Nabil Karoui a décidé de recourir à la justice pour que soit assumée la responsabilité de tous ceux qui lui ont porté atteinte et l’ont impliqué dans des affaires aussi « mesquines » dont l’objectif n’est autre que de nuire à sa réputation, d’influencer les électeurs et de perturber le processus électoral dans le pays.

3- L’équipe de campagne rappelle la position constante et de principe de M. Nabil Karoui consistant à soutenir la cause palestinienne et son engagement à défendre le peuple palestinien frère pour l’instauration de son État sur son territoire avec Al Qods pour capitale; Elle rappelle également que cette question figure parmi les points importants de son programme électoral, indique son communiqué.

L’affaire a éclaté suite à une information sur un document qui aurait été publié et rendu public par le département américain de la justice, dont il a été fait état par l’agence AFP qui rapporte que «la publication par les autorités américaines d’un contrat de lobbying international d’un million de dollars visant à promouvoir un leader emprisonné à l’élection présidentielle en Tunisie a déclenché un tollé dans le pays ». L’agence précise que «le ministère américain de la Justice a publié une copie de l’accord avec Dickens et Maddison, basé au Canada, pour faire lobbying en faveur du nabab des médias emprisonné Nabil Karoui “aux Etats-Unis, dans la Fédération de Russie, aux Nations Unies … afin de prendre la Présidence de la République de Tunisie », et que «le contrat d’un an, daté du 19 août, dépasse de loin les limites des dépenses de campagne de la Tunisie».

Notons par ailleurs, que le lobbying est une activité, plus que légale dans différents pays, dont les USA, ce qui expliquerait que le document soit public. En Tunisie, il y a un vide juridique et une très mauvaise interprétation de cette pratique, surtout lorsqu’elle est liée à la politique. Bien avant Karoui, Ennahdha avait fait pareil, mais pour du lobbying auprès des médias étrangers. Il s’agissait alors de «Burson Cohn & Wolf » et le contrat, dont avait parlé Jeune Afrique depuis janvier 2019, était de 60 MDT.

par -

Hassen Zargouni a nié, mercredi soir, sur El-Hiwar Ettounsi, que Sigma Conseil soit l’auteur d’un “document qui circule actuellement sur WhatsApp et sur messenger imitant la charte graphique SIGMA et plaçant des candidats en bonne position d’éligibilité au second tour en tentant de faire croire aux gens que c’est le fruit du travail SIGMA”.

Il s’agit d’un fake, a-t-il dit par ailleurs dans un post sur sa page facebook de ce de ce fake sondage qui place Nabil Karoui en tête des intentions de vote de la Présidentielle anticipée et où Abdelfattah Mourou est crédité de la 2ème place et Mehdi Jomaâ de la 3ème. Viennet ensuite Abir Moussi, Kais Saied et Youssef Chahed.

par -

Le conseil de la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle a infligé, jeudi 6 septembre, une amende de 50 mille dinars à la chaîne privée , El-hiwar Ettounsi , pour avoir diffusé l’interview que Slim Riahi, candidat à la Présidentielle anticipée, lui avait accordée.
L’Instance a expliqué cette sanction pécuniaire par la rupture de l’égalité entre les candidats en termes de couverture médiatique des campagnes électorales.

par -

Le chef du gouvernement, Youssef Chahed, interrogé, jeudi soir, sur son bilan à la tête du gouvernement, a affirmé qu’au cours de ces trois dernières années, le scénario du pire  a été évité.

S’exprimant dans une interview sur la chaîne tv wataniya 1, il a cité également  la mise sur les rails du pays, et surtout le fait que la Tunisie est rigoureusement mise à l’abri de la faillite.

Il a fait remarquer que nombre d’indicateurs sont en train de virer au vert, et ce sera chose totalement faite en 2020, comme il l’avait promis à l’avènement de son mandat devant l’Assemblée des représentants du peuple.

par -

Le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a révélé, jeudi soir, que la page de son désaccord avec feu le président de la République, Béji Caïd Essebsi, a été tournée le 20 mars dernier.

Lors d’une interview sur la chaîne publique wataniya 1, il a ajouté que, depuis cette date, il a rencontré à plusieurs reprises le chef de l’Etat, dont une  rencontre d’une heure et demie à Hammamet.

Il a évoqué comme signe de détente dans les relations entre les deux hommes l’appel du président de la République, lors d’une visite à Monastir, à une levée du gel qui frappait l’appartenance de Youssef Chahed à Nidaâ Tounès.

par -

Durant le week-end du 15 et 16 Juin 2019, L’ile de Djerba abritera une conférence de grande envergure ayant pour thème : « l’amélioration de la prise en charge des tunisiens vivant avec le diabète ».

La conférence est une initiative annuelle des laboratoires Novo Nordisk Tunisie qui – depuis plus de 35 ans – œuvrent en Tunisie à apporter les meilleurs soins pour les tunisiens vivant avec le diabète et à être un partenaire scientifique pour les médecins tunisiens.

La conférence scientifique se déroulant à Djerba, sera le lieu de rassemblement d’imminents endocrinologues, diabétologues et médecins internistes de la Tunisie. Des psychologues, des éducateurs thérapeutiques et des experts en économie de la santéapporteront également leur pierre à l’édifice. Plus de 140 médecins seront présents au colloque. Ils participeront à plus de 10 ateliers thématiques avec un focus sur l’accès à l’innovation, l’éducation thérapeutique, l’approche holistique etles services de soins centrés sur le patient.

L’île de Djerbaconfirme ainsi sa place de haut lieu de la lutte contre le diabète et ce une année presque jour pour jouraprès l’inauguration de la maison du diabète de Djerba, un centre de vie et d’information pour les tunisiens vivants avec le diabète. Un projetambitieux initié par l’Amicale des médecins de Djerba et l’Association des Patients Diabétiques de Djerba, avec le soutien indéfectible des laboratoires Novo Nordisk Tunisie et le parrainage de la Maison de Diabète de Sfax

par -

La Tunisie se retrouve, au terme du premier trimestre de l’année en cours, avec une croissance qui ne finit pas de stagner, nulle aux prix constants de 2010, et de 0,1 aux prix de l’année précédente, soit au final 1,1%, selon les chiffres délivrés par la Banque centrale de Tunisie dans son rapport sur les évolutions économiques et monétaires et les perspectives à moyen terme pour le mois de mai.

Des clopinettes au regard de ce qui est requis comme indispensable pour desserrer l’étau dans lequel est claquemurée l’activité économique du pays où la croissance de la plupart de ses compartiment tourne autour de zéro virgule. C’est le cas des services marchands (+0,3pp), de l’agriculture et de la pêche (+0,2pp) et dans une moindre mesure de l’ensemble des industries non manufacturières (+0,1pp). L’évolution défavorable des industries manufacturières (-0,2pp) et des impôts nets de subvention (-0,5pp) a fait le reste tirant la croissance globale du PIB vers le bas.

La plaie du déficit commercial

Mais la plaie de l’économie tunisienne demeure le déficit commercial qui, au terme des quatre premiers mois de 2019, a grimpé à 6,3 milliards de dinars, contre 5,1 milliards un an plus tôt. Un creusement que la BCT explique par « une hausse marquante de la facture des importations, qui a dépassé 22 milliards de dinars, et une évolution moins importante des recettes d’exportation qui ont atteint 15,8 milliards de dinars ».

En effet, les importations, d’une valeur de 22.113 MDT, ont signé une envolée de 18,7% sur une année, attribuée au renchérissement des prix à l’import. Hors effet prix, les importations en volume se sont contractées de -2% contre une hausse de 1,6% un an auparavant. En détail, les importations du secteur de l’énergie ont affiché la plus forte hausse, de 9,8%, en relation notamment avec l’importante hausse des achats de gaz naturel (1.365 MDT contre 567 MDT à fin avril 2018).

Moins préoccupant, le niveau des réserves de change qui a poursuivi sa tendance baissière pour s’établir, au 28 mai 2019, à 4.460 millions de dollars américains, ou 76 jours d’importations, soit 8 jours de moins qu’à fin 2018.

Néanmoins, malgré la persistance des pressions sur les réserves, le taux de change du dinar face au dollar américain s’est stabilisé, au 27 mai 2019, proche de son niveau de la fin de l’année 2018, et s’est apprécié face à l’Euro, de 2,5%. Faut-il noter que le dinar est en train de prendre, depuis quelque temps, de la vigueur grâce, notamment, à une amélioration conjoncturelle de l’offre sur le marché des changes.

L’inflation, une petite éclaircie

Ce qui arrive à l’inflation jure nettement avec les autres indicateurs économiques du pays, dans la mesure où en avril 2019, l’inflation a connu un léger fléchissement pour reculer à 6,9% contre 7,1% un mois auparavant Cette tendance est imputable à la décélération des prix libres (+7,5% contre +8,0%), notamment les prix des produits alimentaires libres (+7,5% contre +8,6% en mars 2019) et ce, en relation avec le ralentissement des prix des produits frais (+7,5% contre +9,6%) et dans une moindre mesure, des prix des produits manufacturés libres (+9,4% contre +9,7%) qui ont contrasté avec une légère accélération de l’inflation des services libres (+5,5% contre +5,4%).

Au vu des résultats du scénario de base de l’exercice de prévision du mois d’avril 2019 , l’inflation serait vraisemblablement portée à la hausse aux mois de mai et de juin 2019. L’inflation sous-jacente « hors produits alimentaires frais et produits à prix administrés» montre une tendance à la stabilisation autour de 7,6% en glissement annuel durant le deuxième trimestre de 2019.

Surtout, les récentes prévisions à moyen terme laissent entrevoir, une légère détente de la hausse des prix à la consommation. Elles tablent sur un taux d’inflation moyen de 7% en 2019 et de 6,7% en 2020, et ce, après avoir atteint 7,3% en 2018. Ce léger apaisement est lié, notamment, à l’atténuation du rythme de dépréciation du taux de change du dinar durant les derniers mois. Egalement, la hausse du taux directeur, en février dernier, de 100 points de base devrait contribuer à contrecarrer les tensions en provenance de la demande de consommation dans la période à venir.

BCT

par -

Le Conseil d’administration de l’UIB s’est réuni le jeudi 14 mars 2019, sous la présidence de M. Kamel NEJI. Il a approuvé le projet du rapport du Conseil d’administration sur la gestion de la Banque et du Groupe et arrêté les états financiers individuels et consolidés au 31/12/2018. Présentés par le Directeur général, M. Mondher GHAZALI, les états financiers individuels font ressortir un résultat net de l’exercice 2018 de 111,8 millions de dinars contre 90,1 millions de dinars en 2017, soit une hausse de 24,1%. Le résultat net consolidé du Groupe ressort à 109,4 millions de dinars en 2018 contre 86,1 millions de dinars en 2017 soit une progression de 27%. Cette performance est en lien avec des indicateurs de gestion bien orientés, avec notamment un Produit net bancaire en hausse de 25% à 362,7 millions de dinars ; le Résultat brut d’exploitation étant en progression de 25,2% par rapport à 2017 à 194 millions de dinars.

Le Conseil d’administration a pu constater que les résultats au titre de 2018 dépassent les prévisions précédemment communiquées par l’UIB au marché (95 millions de dinars au titre de l’année 2018) et que la banque est bien engagée pour conserver, dans sa trajectoire financière 2019-2022, le taux de retour sur fonds propres (ROE) de 23% réalisé en 2018. Avec la solidité de ses ratios de gestion et le niveau et la qualité de ses fonds propres, l’UIB continue à donner ainsi des gages de stabilité et de sécurité à ses déposants, à ses actionnaires et à l’ensemble des parties prenantes.

Le Conseil d’administration a, également, convoqué les actionnaires de l’UIB en Assemblée Générale Ordinaire pour le Vendredi 19 Avril 2018 à 10 heures à l’Hôtel Concorde, Rue du Lac Turkana, Les Berges du Lac Tunis afin d’approuver notamment les rapports du Conseil d’administration et les états financiers individuels et consolidés pour l’exercice clos le 31/12/2018. Il propose, à cette occasion, la distribution d’un dividende de 0,700 TND par action ou certificat d’investissement (vs. 0,650 TND au titre de l’exercice 2017), soit 14% du nominal des actions et des certificats d’investissement

par -

Chaâbane & Cie, le premier des opérateurs BTP en Tunisie, et qui a été fournisseur impayé de Belhassen Trabelsi en intervenant sur l’un de ses chantiers à Sidi Bousaid dans la banlieue nord de Tunis, tente de se faire rembourser avant que la société «Gammarth Immobilière» ne termine la vente de la résidence. La vente, par la société filiale de la Holding Al Karama, de l’ancienne résidence appartenant à Belhassen Trabelsi, se fait après confiscation de ces biens. C’est ainsi que la société de BTP Chaâbane & Cie a fait opposition sur cette vente et fait une saisie sur le complexe de 3 villas et 11 Bungalows. Il semblerait pourtant, selon nos sources, que cette saisie ait des chances d’arrêter la vente de ces biens confisqués, l’Etat ayant privilège en matière notamment de paiement d’impôts et autres taxes. Nos sources affirment qu’après cela, l’Etat paiera les impayés de l’opérateur BTP, comme elle l’a toujours fait pour les fournisseurs des familles de l’ancien président tunisien Zine El Abidine Ben Ali.

par -

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi, a présidé vendredi la réunion du Conseil de sécurité nationale.
Le dossier des martyrs Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi était à l’ordre du jour de la réunion, qui a planché également sur la crise de l’enseignement supérieur ainsi que sur les résultats des travaux des trois commissions permanentes issues du Conseil.
Ces Commissions portent sur les affaires de défense, les affaires étrangères et la sécurité médico-sanitaire, selon un communiqué de la présidence de la République.
La réunion a également permis de faire le bilan de la situation sécuritaire au triple plan national, régional et international.

par -

Le ministère de la Santé a appelé, vendredi, les malades porteurs de pacemaker à se présenter aux services de cardiologie et des maladies vasculaires, en raison d’un dysfonctionnement de ces stimulateurs cardiaques découvert par le fournisseur.
Le fournisseur international de la marque Medtronic de ces stimulateurs cardiaques a publié récemment un communiqué dans lequel il porte connaissance aux malades qu’un léger dysfonctionnement a été découvert dans certains lots commercialisés dans plusieurs pays dont la Tunisie entre le 10 mars 2017 et le 7 janvier 2019.
Cette initiative préventive a été prise par le ministère de la Santé et l’Association Tunisienne De Chirurgie Thoracique Cardiaque et Vasculaire.
Le nombre de porteurs de stimulateurs cardiaques s’élève à 157 mille personnes dans le monde.

par -

Une source responsable à la Banque centrale de Tunisie a confirmé la  véracité du document circulant sur les réseaux sociaux et dans les médias, relatif à une correspondance adressée par le gouverneur de la BCT aux banques tunisiennes demandant des données sur les comptes ouverts au nom du mouvement Ennahdha ainsi que sur nombre de personnes physiques, des dirigeants au mouvement, et ce à la demande de la Cour des comptes.

Dans une déclaration à Assabahnews, la source a ajouté que le gouverneur de l’Institut d’émission a transmis à toutes les banques la demande de la Cour des comptes conformément aux articles 95 et 69 de la loi organique relative aux élections et au référendum qui l’habilite à demander à toutes les parties quelles qu’elles soient de lui fournir tout document en lien avec le financement de la campagne électorale.

La même source a rappelé que l’article 96 de ladite loi « fait injonction à tous les établissements bancaires de déférer à la demande de la Cour des comptes relative au secret professionnel et de lui communiquer tous les documents et données nécessaire à la conduite de sa mission »

par -

La compagnie pétrolière Panoro a conclu un accord avec la Direction générale des hydrocarbures portant sur la reconduction du permis d’exploration offshore Sfax.

La première période de renouvellement a expiré le 8 décembre 2018. Panoro, qui a acquis la participation de DNO dans la concession, l’année dernière, a eu des entretiens avec les autorités tunisiennes sur les conditions et le calendrier de forage d’un puits auquel la société s’est engagée dans le cadre de la première période de renouvellement.

Panoro a accepté de respecter l’obligation de forage lui incombant dès que possible et collabore avec son partenaire l’ETAP au titre de la planification des forages et des approbations de forage / tests pour le puits offshore Salloum West-1 (SAMW-1).

La cible principale sera la formation Bireno, d’une profondeur de 3 200 m , dont les études sismiques 2D et 3D montrent ce qui semble être un bloc indépendant à l’ouest de la structure découverte de Salloum.

Il s’agit d’enquêter sur une faille en amont du puits Salloum-1, creusé par British Gas en 1992, qui a fourni du pétrole à partir de la formation Bireno à un flux estimé à 1 846 b / j.

Panoro a pour objectif de prouver des ressources supplémentaires à proximité de Salloum-1, puis d’accélérer le développement de Salloum grâce à un lien avec les infrastructures pétrolières voisines. Une fois le forage accompli avec succès, le puits SAMW-1 pourrait être mis en service via un test de puits étendu.

La concession de Sfax Offshore couvre une superficie de 3 228 km 2 au large de la ville de Sfax. Elle contient deux autres découvertes de pétrole, Ras El Besh et Jawahra, avec du pétrole récupérable brut estimé par la DNO à 20 MMbbl.

En outre, il est prévu que le permis offrira un potentiel d’exploration supplémentaire allant jusqu’à 250 millions de barils. De nombreux champs en production existent à proximité, avec une infrastructure et une capacité disponible dans les pipelines et autres installations.

par -

Le coordinateur général du mouvement « Tahya Tounès », Slim Azzabi, s’est offusqué dans un post sur sa page facebook de voir son mouvement « visé par des campagnes de dénigrement sans précédent depuis l’annonce du processus de sa fondation ».

Ila ajouté que « ces campagnes ont été lancées sans attendre la parution des programmes et de la vision du mouvement » pour être axées sur le dénigrement, le mensonge, et l’invention de dossiers dénués de tout fondement réel et juridique, et destinées exclusivement à des fins de dénigrement », selon les termes du post.

par -

Aucun ne sera conclu ni signé en l’absence de la fédération de l’enseignement secondaire, a claironné, vendredi son secrétaire général, Lassaad Yacoubi.

« Point d’accord en l’absence de la fédération et  de son approbation», a-t-il répété trois fois dans une déclaration téléphonique à Shems fm, ajoutant que le secrétaire général de l’UGTT « mène des démarches avec le gouvernement qui ne sont en aucun des négociations ».

Il a affirmé que Taboubi ne fait que paver la voie aux négociations, ajoutant que le secrétaire général de l’UGTT « ne peut pas ignorer la fédération de l’enseignement secondaire ».

par -

Le Medef, la plus grande organisation patronale française, annonce pour le 14 février 2019 une rencontre du Conseil de chefs d’entreprise France-Tunisie autour du patron des patrons tunisiens, Samir Majoul, qui préside l’UTICA et sa délégation d’entreprises tunisiennes, à l’occasion du déplacement en France du chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed.

Ventilées géographiquement, à fin septembre 2018, les IDE françaises occupent la première dans les investissements étrangers en Tunisie avec 39% de la totalité des investissements, soit une valeur de 214 MDT hors énergie. Par ailleurs, la balance commerciale entre la France et la Tunisie à fin décembre 2018 était excédentaire, au profit de la Tunisie, de quelque 4 Milliards DT. A la même date en effet, la Tunisie aura importé pour 8,556 Milliards DT de la France et y a exporté pour 12,011 Milliards DT.

par -

Selon une source bien informée du Ministère de l’industrie et des PME, la Société Yazaki, spécialiste de la câblerie, a exprimé son souhait de booster ses investissements en Tunisie. Un groupe de responsables de la société, présidé par Monsieur Uwe Abraham, a exprimé ce souhait lors d’une rencontre avec le Ministre de l’Industrie et des PME, Monsieur Slim Feriani, aujourd’hui mercredi 16 janvier 2019.

Ils ont par ailleurs évoqué leur intention d’entreprendre une expansion de leurs unités de Gafsa et de Bizerte par d’importants plans d’investissement susceptibles de créer un nombre d’emplois substantiel au cours des années 2019 et 2020. Aussi, une nouvelle unité de production sera créée dans une région de l’intérieur.

De son côté, le Ministre Slim Feriani a exprimé le soutien du gouvernement et particulièrement de son département à de tels investissements qui contribuent à la croissance économique de la Tunisie. Son ministère fournira l’appui nécessaire afin de faciliter aux investisseurs la réalisation de leurs objectifs.

Il est à noter que la société Yazaki est le leader mondial de la câblerie automobile.

par -

Le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed, qui vient de terminer une visite officielle en Arabie Saoudite, a déclaré que le volume de l’aide financière et économique accordée par le royaume à la Tunisie a été de 2,4 milliards de dinars. 1500 millions sont octroyés sous forme de crédit et dépôt et 600 millions pour une ligne de financement du commerce extérieur entre les deux pays.

On ajoutera à cela les 350 millions qui ont déjà été mentionnés après la rencontre entre Chahed et le roi Salmene Ibn Abdelaziz.

par -

La famille de l’ex secrétaire d’Etat aux mines, Hachem Hmidi, démis puis poursuivi en justice pour des faits qualifiés de corruption par le juge d’instruction qui émis à son encontre un mandat de dépôt l’écrouant le 10 octobre 2018 à la prison de Mornaguia, vient de rompre le silence dans un post sur Facebook .

Sans vouloir évoquer « les tenants et les aboutissants de l’arrestation de son fils qui a soulevé nombre d’interrogations », elle s’est attardée sur « la virulente campagne orchestrée par de nombreux médias écrits, audiovisuels et électroniques, articulée dans le cadre d’un plan délibérément ordonnancé ». Ceci alors que les actes d’instruction ont démontré que les accusations retenues contre le prévenu ne reposent sur aucun fondement, « une faille qu’on s’est employé à combler au travers d’une offensive médiatique destinée à obtenir l’adhésion de l’opinion publique à une affaire dont les architectes savaient d’avance qu’elle ne suscitera pas l’enthousiasme général », explique la famille.

La fièvre de la surenchère s’est calmée au fil des jours jusqu’à la parution dans la presse écrite d’un article à la Une où il est question de « pots-de-vin et de chantage », des accusations abandonnées, au demeurant, par la justice. Un article relayé par une émission télévisée théâtralisée, de mauvaise facture, truffée de qualificatifs négatifs pour le prévenu, souligne la famille Hmidi qui y voit un moyen pour faire pression sur la justice à l’approche de l’examen de l’affaire par la chambre de mises en accusation.

La famille trouve enfin « étrange » que l’instance de régulation audiovisuelle, la HAICA « se mure dans le silence à l’instar, d’ailleurs, des structures d’encadrement de la profession de journalisme, de même que le ministère public qui fait montre d’une indifférence absolue ».

par -

 Après l’Algérie, Elsewedy Electric, le géant égyptien de l’électrification, fait un pas au Maroc.

Depuis le 25 octobre, le groupe manufacturier international créé en 1938 par la famille éponyme et anciennement nommé Elsewedy Cables a officiellement lancé sa filiale marocaine, rapporte le site Telquel.ma.

L’entreprise égyptienne, qui a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 3,2 milliards de dollars à l’échelle mondiale, est spécialisée dans les solutions énergétiques et opère dans cinq secteurs d’énergie diversifiés : câbles et accessoires ; produits électriques ; mesure de l’énergie et de gestion ; transformateurs ; ingénierie et construction.

Présent à l’exportation sur tous les continents, Elsewedy Electric compte à ce jour 33 filiales et 30 unités de production, la plupart implantées en Afrique et dans la péninsule arabique (Égypte, Algérie, Nigeria, Ghana, Éthiopie, Qatar…), mais aussi en Asie (Malaisie).

Avec 80 ans de savoir-faire à son actif dans l’industrie électrique et plus de 14.000 employés à travers le monde, Elsewedy Electric se présente comme le géant de l’électrification au Moyen-Orient et en Afrique. En effet, classé parmi les principaux fournisseurs mondiaux de solutions énergétiques, la société détient aujourd’hui pas moins de 85 entités juridiques dans le monde entier, détaille encore la même source.

FOCUS 🔍

"L’entrée en activité du nouveau système de gestion de terminaux portuaires " TOS " (Terminal Operating System) au port de Radès se fera progressivement,...

Le meilleur des RS

Un Post partagé, qui dit «Il préfère parcourir 400 kilomètres à pied pour Carthage, et refuse la cueillette des olives pour 40 DT par...

INTERVIEW

Taoufik Rajhi, le «Monsieur grandes réformes» du gouvernement de Youssef Chahed, est aussi l’un des principaux négociateurs de la Tunisie avec le FMI, dont...

AFRIQUE

Le ministre du Commerce, Said Djellab, a convenu mardi lors de sa réunion à Libreville avec le Premier ministre, chef du Gouvernement gabonais, Julien...

Reseaux Sociaux

SPORT