AccueilLa UNEChangement climatique : Des impacts économiques et financiers "significatifs"

Changement climatique : Des impacts économiques et financiers « significatifs »

Les résultats de l’étude sur les effets macroéconomiques du changement climatiques et enjeux d’adaptation: apports du modèle GEMMES- Tunisie rendu publique, récemment, par l’Institut Tunisien de la Compétitivité et des Études Quantitatives (ITCEQ) suggèrent que
Les impacts économiques et financiers du changement climatique seraient « significatifs » et « négatifs », à défaut d’action, selon le secrétaire d’Etat chargé des petites et moyennes entreprises (PME), Samir Abdelhafidh. Il commentait les résultats de l’étude sur les « effets macroéconomiques du changement climatiques et enjeux d’adaptation, apports du modèle GEMMES », rendue publique par l’Institut Tunisien de la Compétitivité et des Études Quantitatives (ITCEQ).

Il est impératif aujourd’hui de mettre en place une stratégie d’adaptation intégrée s’articulant autour des différents secteurs économiques, faisant appel à l’innovation, à la recherche, et au développement. L’objectif étant de stimuler la productivité et la croissance à moyen et long terme en vue de favoriser une trajectoire de développement durable pour la Tunisie.
A la lumière des résultats de cette étude, le secrétaire d’Etat recommande de diversifier les leviers de financement d’origine publique, privée et extérieure afin de réaliser les investissements nécessaires en matière d’adaptation au changement climatique. Les répercussions économiques du changement climatique en Tunisie, un pays à forte dépendance aux importations agroalimentaires sont susceptibles d’aggraver ses déséquilibres internes et externes, faute d’actions énergiques en matière d’atténuation et d’adaptation. Le gouvernement, conscient de ces risques, a hissé la question écologique au premier rang des priorités nationales inscrites dans le plan de développement 2023/2025.

Evoquant les entreprises notamment, les PME qui restent au cœur des transformations dictées par les effets du changement climatique, il a fait savoir qu’une stratégie nationale des PME en cours d’étude, en concertation active avec les parties prenantes, s’inscrit dans la nouvelle vision du pays pour le développement durable.

Et d’ajouter que cette stratégie devrait tenir compte du fait que les PME ont besoin d’accompagnement pour les aider non seulement à faire face aux défis de la transition écologique mais aussi pour qu’elles saisissent les opportunités que cette dernière leur offre.

Une facture lourde à supporter

Pour sa part, le secrétaire d’Etat chargé des ressources hydrauliques, Ridha Gabouj a souligné que le modèle GEMMES est un outil fort pour l’enrichissement des plans nationaux d’adaptation au changement climatique et pour la prise des décisions publiques, à travers l’assimilation des scénarios prospectifs de l’impact de ce phénomène.

 » Si on se prépare pas comme il faut au changement climatique, la facture va être très lourde à supporter, nous devons réduire notre vulnérabilité face à ce phénomène, afin d’éviter les dommages financiers, environnementaux et humains », a-t-il insisté.

Avec un taux élevé de prélèvement des ressources en eau douce et une faible capacité des barrages, le secteur de l’eau est le 2e le plus vulnérable après l’agriculture, avec un score de vulnérabilité élevé résultant de la faible capacité d’adaptation de ce secteur au changement climatique, indique la même source.

Les changements climatiques auront d’importantes répercussions sur le secteur agricole tunisien, notamment une forte régression des principaux produits destinés à l’exportation, à savoir les olives (pertes annuelles de production de 2,3% entre 2022 et 2050) et les dattes (avec une baisse moyenne de production de 2% par an), toujours selon l’étude.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,135SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -