AccueilLa UNECité Ennasr : Toute la vérité sur la course-poursuite , aucun lien...

Cité Ennasr : Toute la vérité sur la course-poursuite , aucun lien avec le terrorisme

Vers 7h30, les habitants de la cité Ennasr, le quartier huppé de la banlieue de Tunis, se sont réveillés sur les hurlements des sirènes des véhicules de la police. Des coups de feu avaient été entendus devant le collège secondaire de cette cité, à proximité du terminus des bus de la société publique de transport, ce qui a provoqué une vive panique parmi les parents et des élèves qui étaient sur place.

- Publicité-

Des citoyens sous le choc…

« J’étais choquée. Vers 7h45, j’ai entendu les sirènes des cars de police, j’ai vu une voiture de type 4X4 blanche et noté une présence massive des agents de l’ordre, mais j’ignorais ce qui se passait. C’est horrible et nos enfants étaient extrêmement choqués », nous a déclaré une mère.

Dans un climat de peur et même d’épouvante, on appréhendait des actes terroristes. « Tirer sur une personne est l’indice qu’il s’agit de terroristes. En plus, les informations faisaient état d’une voiture suspecte, qui était depuis hier soir sous surveillance », a déclaré l’un des citoyens avant d’ajouter : « c’est malheureux. Chaque jour, on se réveille sur de mauvaises nouvelles. Nous vivons vraiment dans l’insécurité ».

Avis partagé par une dame âgée qui a exhorté le ministère de l’Intérieur à fournir plus d’efforts étant donné que le pays est menacé aujourd’hui par ce fléau dangereux qui est en train de porter atteinte à la stabilité de la Tunisie et à la sécurité des tunisiens.

Peur et angoisse !

9H37, Africanmanager était sur place. La scène de l’incident est inaccessible et la voiture soumise à une fouille minutieuse. Cependant, les policiers n’y ont trouvé qu’une bouteille de whisky et un appareil suspect qu’ils s’abstenaient de toucher jusqu’à l’arrivée des artificiers de la police. A quelques mètres de là, une flaque de sang, celle du conducteur de la voiture.

Le trouble et l’angoisse se lisaient sur tous les visages et les interrogations fusaient de partout : S’agit-il de terroristes ? Les suspects sont-ils armés ? Que veulent-ils faire ?

Les policiers ont refusé toutefois de donner des précisions sue ce qui s’était passé, les enquêteurs s’étant saisis de l’affaire.

Aucun lien avec le terrorisme

Slim Chetalli, l’oncle du conducteur blessé a assuré que son neveu est un artiste passionné de musique. Dans une déclaration à Africanmanager, il a précisé que Yacine Fakhfakh, âgé 28 ans, n’a aucun lien avec le terrorisme. « Yacine est le propriétaire de cette voiture. C’est un musicien qui est sorti, hier soir, pour faire la fête avec ses copains » a-t-il expliqué.

Slim Chettali ne comprend pas pourquoi, comme l’affirment les agents de l’ordre, l’un des occupants de la voiture aurait essayé de s’emparer de l’arme du policier.

Un blessé et quatre arrestations

Rencontrée au district de la sécurité nationale à Ariana, une source sécuritaire est revenue sur la course-poursuite des agents de l’ordre à Borj Turki qui a eu lieu ce vendredi.

Dans une déclaration à Africanmanager, elle a indiqué que la course-poursuite a commencé lorsqu’une femme a informé, dans une communication téléphonique, la salle des opérations que des individus barbus étaient à bord d’une voiture 4×4 de couleur blanche roulant à vive allure dans la région de Mnihla.

La même source a fait savoir que la course-poursuite était engagée depuis 3h du matin jusqu’au niveau du collège du quartier Ennasr. Les forces de l’ordre ont demandé au conducteur d’arrêter son véhicule, ce qu’il a refusé de faire. Après lui avoir barré la route par un bus, les policiers auraient fait feu après que ce dernier a essayé de s’emparer de l’arme de l’un d’eux. Le conducteur de la voiture est blessé à la mâchoire et quatre suspects ont été arrêtés.

La source sécuritaire a signalé que les suspects ont été déférés, en fin de matinée, au Parquet et le conducteur a été opéré sachant que son état est stationnaire.

D’après lui, les cinq suspects dont 3 tunisiens, un français et un franco-tunisien n’appartiennent pas au courant salafiste, comme l’avaient signalé des médias.

De son côté, le porte-parole du ministère de l’Intérieur a confirmé la blessure par balle du conducteur qui a refusé d’obtempérer à l’ordre de s’arrêter, devant le collège d’Ennasr.

Selon la version officielle, il s’agit d’une bavure. Toutefois, il est essentiel que des règles strictes soient respectées et observées par les agents de l’ordre, dans le maniement et surtout l’utilisation des armes, et ce suivant un protocole applicable à, de telles situations.

Wiem Thebti

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,452SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles