AccueilLa UNEDes chiffres et des récits sur une violence qui explose

Des chiffres et des récits sur une violence qui explose

De nos jours, les Tunisiens doivent se montrer très vigilants quant à leur sécurité personnelle, car la criminalité gagne du terrain. Les dernières statistiques officielles ont révélé que la criminalité dans le pays a considérablement évolué durant les dix premiers mois de l’année 2018. Pour ce qui est de la nature des affaires, la majorité des délits sont relatifs au droit commun, le crime organisé.

- Publicité-

La criminalité connait actuellement des progressions alarmantes, surtout dans les gouvernorats du Grand Tunis et, respectivement, ceux de Sousse, Nabeul, Sfax et Tataouine. Tous délits confondus, 185.617 affaires ont été recensées entre janvier et octobre 2018.
Les jeunes délinquants représentent 48% du total de ces affaires. Ces jeunes sont à 58% âgés de 15 à 19 ans. Parmi l’ensemble de ces affaires, 8099 concernent des récidivistes. Des chiffres alarmants alimentés par les agressions de toutes sortes, les vols et le trafic de drogue.

42% des prisonniers en Tunisie sont jeunes. 73% d’entre eux ont entre 18 et 25 ans. Un million d’enfants ont quitté l’école depuis 2011. Ils sont en dehors de l’école, de la formation professionnelle.

Tout en veillant à ce que la Tunisie soit aussi sûre que possible, les unités sécuritaires continuaient d’évoluer, tout en adoptant de nombreux changements pour s’améliorer et créer un environnement de travail modernisé pour ses membres.

Un pic des affaires de meurtre et de viol en 2017-2018

C’était un certain 27 décembre 2018, un jeune homme massacra froidement sa mère et ses trois sœurs, dans la délégation d’Oued Ellil, relevant du gouvernorat de La Manouba. Dans un état de colère  hystérique, il a tué d’abord sa mère, puis ses trois sœurs quand elles sont rentrées à la maison.

Il a ouvert le gaz et a mis le feu à la maison avant de prendre la fuite. Lors de son interrogatoire, il a avoué que les moqueries de ses parents et de ses sœurs sont à l’origine de ce terrible crime. Cette affaire a crée une grosse polémique sur les réseaux sociaux, des Tunisiens ont dénoncé l’augmentation du phénomène de la criminalité et ont appelé l’Etat à rétablir la pendaison pour mettre fin à ce genre de crime atroce.

Une autre affaire remonte au vendredi 17 novembre 2017, des individus se sont introduits chez une vieille dame âgée de 80 ans et qui habitait tout seule dans sa maison, l’ont violentée, violée puis tuée. Les trois suspects ont été identifiés et l’un d’eux a été arrêté.

Ces viols et crimes reflètent une société sans repères qui crée le vide, un vide éducatif, politique, socio-économique et culturel, chez les jeunes notamment et qui est meublé par la violence. De nombreux sociologues et experts sécuritaires ont, à maintes reprises, alerté sur le fait que la criminalité en Tunisie a augmenté d’une manière notable, surtout après la Révolution du 14 Janvier 2011.

Selon eux, la criminalité constitue invariablement l’une des principales sources de préoccupation locale. La prévention n’est donc pas seulement l’affaire de la police, mais concerne toute la société. La faiblesse des institutions tunisiennes et le dérapage social demeurent un cadre propice incitant les délinquants et criminels à poursuivre leurs sinistres activités (vols, violences, meurtres…). Les grâces présidentielles, essentiellement au cours de ces dernières années, ont aussi une part de responsabilité dans l’augmentation des violences en Tunisie.

Les crimes en général qui ont leur origine dans la société constituent aujourd’hui une menace pour la communauté et nous sommes appelés à combattre ce fléau à tout prix. Et dans cette lutte, les médias doivent être impliqués davantage et collaborer avec les Forces de sécurité afin de mettre l’accent sur l’augmentation du phénomène, mettre le doigt sur ses origines et informer le public sur les efforts mis en œuvre pour le combattre, sachant que la façon la plus efficace et la moins coûteuse pour prévenir le crime, c’est d’intervenir tôt pour aider aussi bien ceux qui risquent de devenir des criminels que les victimes potentielles…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,723FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,475SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles