AccueilLa UNEDes entreprises textiles tunisiennes prennent pied en Égypte

Des entreprises textiles tunisiennes prennent pied en Égypte

Dans le cadre de la première mission interentreprises depuis la pandémie de Covid-19, le Centre du commerce international a réuni 10 entreprises tunisiennes et 26 entreprises égyptiennes  au Caire, pour parler affaires et explorer les possibilités de commerce régional.

Le textile et l’habillement figurent parmi les principales exportations du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. L’accord d’Agadir a créé une zone de libre-échange entre l’Égypte, la Jordanie, le Maroc et la Tunisie, faisant de ces pays d’importants moteurs d’activité dans le secteur.

En 2019, leurs exportations combinées de 8,6 milliards de dollars représentaient 55 % des exportations de textiles et de l’habillement  du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord.

Le Centre du commerce international soutient les petites et moyennes entreprises des pays  membres de l’accord d’Agadir pour accroître le commerce régional, par le biais du programme Global Textiles and Clothing et de ses travaux connexes dans la région. Connu sous le nom de GTEX/MENATEX, ce programme encourage le développement de chaînes d’approvisionnement régionales, facilite la collaboration et permet de partager les expériences et les meilleures pratiques.

« Il s’agissait de la première activité régionale après la pandémie. Elle a donné aux entreprises la motivation nécessaire alors que les marchés ont rouvert, que les voyages d’affaires et les foires commerciales en personne sont redevenus une réalité quotidienne », a déclaré Rasha Fahim, directrice exécutive de l’Egyptian Textiles & Home Textiles Export Council (THTEC).

« Dans l’ensemble, les réactions des participants ont été très positives, et nous sommes ravis de constater le succès des échanges. »

Les entreprises tunisiennes travaillaient dans la lingerie, les vêtements de sport, le denim, les fermetures éclair et les accessoires. Les entreprises égyptiennes ont travaillé dans les secteurs des vêtements de loisirs, de la maille, de l’acrylique, du bambou, des fils mélangés, ainsi que des cotons.

Les produits tunisiens déjà disponibles sur le marché égyptien

Les 85 réunions et 18 visites d’usines ont déjà donné des résultats tangibles. Éclair, une entreprise tunisienne qui produit des accessoires, a commencé à vendre ses produits à deux fabricants de vêtements égyptiens.

« La participation à la mission organisée par le programme GTEX/MENATEX nous a aidés à comprendre l’offre des fournisseurs égyptiens de tissus et de fils et à déterminer comment nous pourrions commencer à travailler avec eux », a déclaré Tarek Ben Haj Ali, directeur général de Workman Group, une entreprise tunisienne qui fabrique des vêtements de travail depuis plus de 25 ans. Il a rencontré six entreprises égyptiennes et est optimiste quant au développement de ces relations.

Remon Adly, directeur du groupe égyptien Riad, a également établi de nouvelles relations commerciales potentielles.

« Nous avons eu des réunions avec six entreprises tunisiennes, et elles ont visité les locaux de notre société », a-t-il déclaré. « Elles ont pu vérifier la qualité de nos produits et le haut niveau de nos installations de production. Certaines d’entre elles ont déjà exprimé leur intérêt pour lancer une activité ensemble dans un avenir proche. »

Le groupe Riad est une entreprise familiale fondée en 1930, qui produit des tissus tricotés et des vêtements prêts à porter.

« Il est certainement essentiel de créer des liens entre les pays de la région MENA », a déclaré Adly. « Néanmoins, il est nécessaire d’améliorer les connexions logistiques entre eux pour faciliter le processus d’échange économique et commercial. »

L’UE et les États-Unis sont les plus gros acheteurs de textiles dans la région d’Agadir.

En revanche, les exportations vers les pays voisins restent relativement faibles, notamment en raison d’un pouvoir d’achat  qui l’est tout autant, sinon davantage. Mais pour se conformer aux règles commerciales de l’UE, les pays de l’accord  d’Agadir sont encouragés à travailler leurs produits respectifs avant de les exporter. Cela pourrait favoriser l’intensification des échanges au sein de la région tout au long de la chaîne d’approvisionnement, même si les produits finis sont destinés à l’UE.

C’est pourquoi les fournisseurs égyptiens de fils et de tissus, ainsi que les fournisseurs tunisiens d’accessoires, ont été signalés comme les premiers succès de la mission commerciale.

Cette mission a également mis en relation des organisations de soutien aux entreprises en Tunisie (ministère du Commerce et de l’industrie, CETTEX et FTTH) et en Égypte (ministère du Commerce et de l’industrie, THTEC, AECE). Tous ont convenu de travailler plus étroitement ensemble pour faciliter le commerce, améliorer la logistique et réduire les barrières non tarifaires entre les deux pays.

Le programme GTEX/MENATEX

Le programme mondial pour le textile et l’habillement (GTEX) et ses activités connexes au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (MENATEX) soutiennent les petites et moyennes entreprises (PME) et les organisations de soutien aux entreprises (OSE) travaillant dans le secteur du textile et de l’habillement (T&H) dans les pays en développement afin d’accroître la compétitivité des exportations.

Le programme GTEX/MENATEX est financé par le Secrétariat d’État à l’économie (SECO) de la Confédération suisse et l’Agence suédoise de coopération internationale au développement (Sida). Il se concentre sur six pays prioritaires (Égypte, Maroc, Jordanie, Kirghizistan, Tadjikistan et Tunisie).

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,020SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -