AccueilLa UNEDes projets d'infrastructure qui tiennent la route plus que d'autres

Des projets d’infrastructure qui tiennent la route plus que d’autres

Le ministère de l’équipement a annoncé récemment la réalisation de grands projets d’autoroutes dans le sud du pays, dont celui  de l’autoroute liant le gouvernorat de Gabes à celui de Médenine, dont  l’avancement de la mise en œuvre des travaux (tronçons 2 et 4) est estimée à environ 90%.

Des sources du ministère assurent que les travaux seront achevés prochainement, en tout cas avant la fin de l’année en cours.

L’autoroute se déploie sur une distance de 85 km sera inaugurée vers la fin de 2022, selon les données publiées par le ministère de l’Equipement.

Le projet de cette autoroute comprend 5 échangeurs, 4 stations de péage, 4 espaces de service et de repos, 119 commodités hydrauliques et 41 installations techniques avec un coût total estimé à environ 550 millions de dinars.

Ce nouveau projet devrait ouvrir des perspectives prometteuses de développement économique et social.

Entrée en service le 1er juillet 2022

Une réunion de travail consacrée au suivi de l’avancement des travaux du système de péage sur l’autoroute Sfax-Gabès et de l’avancement de la réalisation du reste des projets autoroutiers de la Tunisie, s’est tenue, il ya quelques jours  sous la présidence de la ministre de l’Equipement Sarah Zaafarani.

Elle a porté  sur la  nécessité d’accélérer la mise en œuvre de l’ouvrage  et de respecter les délais convenus, d’autant plus que le système de péage de cette autoroute entrera en service le 1er juillet 2022.

Dans le même contexte, il est prévu que les travaux de l’autoroute Tunis-Jelma, qui relie (M’hammedia, Fouchana, Fahs et Kairouan aux frontières de Jelma depuis le gouvernorat de Sidi Bouzid sur un tronçon de 180 km), démarrent prochainement, après la résolution de tous les problèmes, notamment fonciers.

Il est à noter que les raisons du retard dans le démarrage des travaux sont dues aux difficultés à régler les problèmes liés aux problèmes fonciers  qui doivent être résolus  avant le commencement des travaux.

En fait , le démarrage du chantier  est prévu en juillet 2022 dans sa première tranche Tunis-Kairouan (100 km).

Le ministère vise, par ailleurs, dans le cadre de la stratégie générale des infrastructures à l’horizon 2030, à développer le réseau autoroutier de 612 km actuellement à 1.300 km, et à doubler la longueur des autoroutes de 700 km actuellement à 2.000 km.

Au total, la valeur totale des projets d’infrastructures mises à l’étude par le ministère de l’Equipement est estimée à 11 milliards de dinars, dont des projets d’une valeur de 6 milliards de dinars ont été déjà achevés et entrés  en phase d’exploitation.

Quant aux projets de routes et de ponts en cours d’exécution, leur coût est estimé à 2,3 milliards, avec un taux de réalisation général d’environ 55%, alors que le  reste des projets programmés  en sont au  stade d’appel d’offres ou de passation de marchés.

La BAD, intervenant majeur

La Banque Africaine de Développement (BAD) prend rang parmi les intervenants financiers les plus en vue au titre des projets d’infrastructures routières en Tunisie.  Dernier en date de ces concours, l’accord de prêt  d’un montant global de 103,95 Millions d’Euros (l’équivalent de 335 Millions de Dinars)  signé  pour le financement de la deuxième phase du Projet de Modernisation des Infrastructures Routières (PMIR-II).

Il s’agit de réhabiliter 230,6 km de routes classées réparties dans les gouvernorats de Siliana, Kasserine, Kairouan, Sidi Bouzid et Gafsa , outre l’aménagement en 2×2 voies de la route Enfidha – Kairouan.

Selon le ministre de l’Économie et de la Planification, Samir Said, les investissements prévus dans le cadre de ce projet permettront à la fois de contribuer à résorber les disparités régionales en concentrant une grande partie des opérations dans les gouvernorats défavorisés, et également à lever les contraintes de gabarit des chaussées.

L’objectif fixé consiste à répondre à l’évolution du trafic, assurer une meilleure mobilité des usagers sur le réseau routier classé et promouvoir un système de transport efficace, inclusif et durable servant à intensifier les échanges intra et inter régionaux.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,006SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -