Tags Posts tagged with "infrastructure"

infrastructure

par -

Le ministre de la Justice, Ghazi Jeribi, a annoncé, lundi 10 juillet 2017, en marge de sa participation dans un atelier de travail à Djerba, que d’importantes réformes seront appliquées afin de restaurer la confiance des citoyens dans le système judiciaire.

Parmi ces réformes, le ministre a assuré, dans une déclaration rapportée par Shems Fm, que l’amélioration de l’infrastructure des centres pénitentiaires, l’accélération dans la proclamation des verdicts et l’amendement du texte légal seront à la tête des réformes.

par -

L’Internet Society et la Commission de l’Union africaine ont révélé un nouvel ensemble de consignes pour la sécurité de l’infrastructure Internet en Afrique, dans le cadre du Sommet africain de l’Internet, qui se déroule du 30 mai au 2 juin à Nairobi. Ces consignes sont destinées à aider l’Afrique à créer une infrastructure Internet plus sécurisée et à modifier la façon dont les États membres de l’Union africaine abordent la cybersécurité.

Ces consignes (les premières de ce genre en Afrique) ont été élaborées par un groupe mixte d’experts en sécurité d’infrastructure Internet en Afrique et dans le monde entier, et constituent une première étape dans la construction d’un Internet plus sûr en Afrique. Elles aideront les États membres de l’UA à renforcer la sécurité de leur infrastructure Internet locale, au moyen d’actions aux niveaux régional, national, FAI/opérateur et organisationnel.

L’environnement de la cybersécurité en Afrique est confronté à une combinaison unique de défis, et notamment à un manque de connaissance des risques qu’implique l’utilisation de la technologie. Le Kenya est le 69e pays le plus vulnérable (sur 127), selon l’indice de menace mondial de Deloitte de 2015. Parmi les raisons principales qui lui valent ce titre : de faibles connaissances, un sous-investissement, une pénurie de personnel qualifié et une surcharge de données [1]. Deloitte estime en outre que le Kenya a perdu 171 millions de dollars en cybercriminalité en 2016.

« L’Afrique a franchi d’importantes étapes dans le développement de son infrastructure Internet au cours de l’année passée. Cependant, Internet ne fournira les bénéfices espérés que si nous pouvons lui faire confiance. De récentes expériences nous ont montré que l’Afrique n’est pas à l’abri de cyberattaques et d’autres menaces en matière de sécurité. Ces directives, développées en collaboration avec la Commission de l’Union africaine, aideront les pays africains à mettre en œuvre des mesures nécessaires pour renforcer la sécurité de leur infrastructure Internet », a expliqué Dawit Bekele, directeur du bureau régional pour l’Afrique de l’Internet Society.

Ce document paraît à un moment où le monde ressent un besoin réel et urgent de construire et de renforcer des structures visant à combattre une cybermenace toujours plus présente envers l’économie numérique mondiale. Les gouvernements, les entreprises, les opérateurs de réseau, les universités et les organisations de tous les États membres de l’Union africaine sont encouragés à appliquer les consignes de sécurité pour l’infrastructure Internet.

« Il s’agit d’une autre importante réussite qui arrive au moment opportun, au vu des nouveaux défis en matière de sécurité qui touchent le cyberespace », a déclaré Moctar Yeday, responsable du département de la société de l’information de l’Union africaine. « La Commission de l’Union africaine poursuivra son partenariat avec l’Internet Society sur un deuxième ensemble de directives destinées à la protection des données personnelles en Afrique », a-t-il ajouté.

Selon les Faits et chiffres sur les TIC pour 2016 de l’IUT, on estime que 25,1 % des Africains sont désormais connectés, et malgré des taux d’accès à Internet plus faibles par rapport à d’autres régions du monde, on observe une croissance soutenue à deux chiffres de pénétration d’Internet sur les 10 dernières années. Ce phénomène est dû en grande partie à la croissance de l’Internet mobile, à la mise sur le marché de smartphones plus abordables et à une population africaine plus jeune et qui maîtrise mieux la technologie. Cependant, afin de continuer d’améliorer l’accès et de connecter ceux qui ne le sont pas, les individus doivent avoir confiance en Internet.

Symantec, l’un des leaders de la cybersécurité à échelle mondiale, a détecté 24 millions d’incidents liés à des logiciels malveillants visant l’Afrique en 2016. D’autres incidents de la sorte n’ayant probablement pas été détectés, leur nombre réel pourrait être bien plus élevé. Selon un rapport de Symantec datant de 2013, le cybercrime augmentait à un taux plus élevé en Afrique que dans n’importe quelle autre région [2].

La pénétration d’Internet augmentant en Afrique et de plus en plus d’activités commerciales se faisant en ligne, la mise en œuvre de mesures de sécurité contre les incidents liés aux logiciels malveillants pour protéger Internet est de plus en plus importante.

Offrant des actions spécialement conçues pour l’environnement de la cybersécurité en Afrique et des solutions pour un monde en ligne en perpétuel changement, les recommandations du document présenté aujourd’hui peuvent jouer un rôle majeur pour aider l’Afrique à gérer le type d’attaques Internet qui ont récemment paralysé des services publics et gouvernementaux essentiels.

Une copie des Consignes de sécurité applicables à l’infrastructure Internet en Afrique est disponible à l’adresse suivante : www.InternetSociety.org/doc/aiisg.

par -
Chédly Ayari n’est pas candidat à la présidence du gouvernement

Le gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie (BCT), Chedly Ayari a appelé, ce lundi 28 novembre 2016, à la mise en place d’un fonds régional-maghrébin visant le financement de l’infrastructure de base.

Lors d’une rencontre qui se tient actuellement sur « les sukuks islamiques au service de l’emploi », il a ajouté que la réalisation de cet objectif passerait par le recours aux sukuks islamiques comme étant un produit financier important pour le développement et la création de richesse.

” Ce fond pourrait jouer un rôle considérable en finançant par exemple la logistique et les nouvelles technologies de l’information et de la communication”, a t-il dit.

par -

Le ministre de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire, Mohamed Salah Arfaoui, a déclaré sur les ondes d’Express fm que 94% du budget du ministère a été alloué à des projets d’infrastructure.

Il a affirmé que 20 projets dont le coût global est estimé à près de 12 milliards de dinars seront exposés aux investisseurs : « Cette action vise à financer plusieurs projets, notamment celui de l’autoroute Kasserine-Gafsa ou du nouveau pont de Bizerte », a-t-il indiqué.

par -

“Plus de 20 millions de dinars ont été mobilisés, cette année, par la société civile pour aider le ministère de l’éducation à améliorer l’infrastructure de plusieurs établissements scolaires à travers l’ensemble du pays “, a indiqué, mardi à la TAP, le ministre de l’éducation, Néji Jalloul.
” Des hommes d’affaires, des artistes, des institutions médiatiques et des ambassades ont participé au mois de l’école 2 et ont fait don d’une valeur de plusieurs milliers, voire millions de dinars pour embellir, rénover et même créer de nouveaux établissements scolaires “, a souligné le ministre.
Toujours en collaboration avec la société civile, le ministère de l’éducation, a-t-il dit, a pu assurer le transport de 18 mille élèves et garantir le petit déjeuner à 400 mille autres.
Le ministre a aussi fait savoir qu’entre 40 et 50 écoles olympiques verront le jour dans le cadre d’un projet réalisé en collaboration avec le comité olympique international.
Néji Jalloul a reconnu que beaucoup d’écoles manquent encore de terrains sportifs appelant, dans ce contexte, à revoir et à restructurer le sport scolaire afin que les professeurs d’éducation physique ainsi que l’infrastructure et les équipements sportifs existants soient sous la tutelle du ministère de l’éducation et non pas sous celle du ministère de la jeunesse et des sports.
Le ministre a aussi estimé que le sport et le renforcement des clubs artistiques et culturels sont le seul moyen de lutter contre la violence.
Dans ce contexte, Néji Jalloul a fait savoir qu’un nouveau centre culturel baptisé ” Centre culturel El Messaadi ” sera inauguré le 20 octobre en cours à Tunis (près du Lycée Carnot).
D’une capacité d’accueil de 500 places, ce centre sera dédié à tous les élèves afin qu’ils puissent y exposer leurs tableaux et présenter leurs différentes œuvres artistiques.
A rappeler qu’une bibliothèque, la plus grande en Afrique du Nord a été inaugurée, récemment, à Tataouine. Une bibliothèque similaire sera inaugurée dans deux semaines à Sousse, a fait savoir le ministre.
Par ailleurs, Néji Jalloul a indiqué que dans les établissements scolaires le nombre de clubs scolaires reste encore limité en raison du manque de cadres, saluant toutefois l’effort de plusieurs enseignants qui se sont portés volontaires pour animer de tels clubs dans leurs établissements.

par -

Selon une étude menée en 2015 par le ministère de l’Agriculture, de la Pêche et des Ressources hydrauliques, au moins 1200 écoles rurales sont privées de réseaux d’assainissement et d’eau potable, rapporte le quotidien Le Maghreb, ce vendredi 16 septembre 2016.

Un plan d’intervention rapide a été mis en place, il vise à approvisionner ces établissements en eau potable et à moderniser l’infrastructure.

par -

Différents projets visant la consolidation de l’infrastructure de base dans le gouvernorat de Kébili seront achevés prochainement, a indiqué mardi le président de la délégation spéciale de la municipalité de Kébili, Chokri Zaghdoud.
Parmi ces projets figurent notamment des travaux de réalisation d’un dépôt municipal sur la route El Mansoura moyennant une enveloppe de près de 302 mille dinars, a indiqué Zaghdoud.
Selon la même source, des travaux d’aménagement de plusieurs voiries ont été également réalisés moyennant une enveloppe de 500 mille dinars, en plus de l’implantation de 80 points d’éclairage public avec un coût estimé à 120 mille dinars. Des travaux d’aménagement des environs du centre de santé de base à la cité Ennazla ont été également réalisés moyennant une enveloppe de 45 mille dinars, a rappelé la même source.

par -

Le commissaire régional de l’éducation à Ben Arous Mokdad Dridi a affirmé que des conseils pédagogiques et de l’établissement ont été créés dans presque un tiers des écoles primaires dans la région, soit dans 50 écoles sur un total de 153.

“La création de ces conseils a démarré mi-mai et devra se généraliser à toutes les écoles de la région avant fin juin courant”, a-t-il précisé, à l’Agence TAP, lors de la mise en place, samedi, de ces conseils dans l’école primaire « Nahj El Madrsa » à Rades.

Le conseil pédagogique s’intéresse au développement des méthodes pédagogiques et d’enseignement au sein de l’école. Il est composé du directeur de l’école et des représentants du corps enseignant pour chaque niveau scolaire.

Quant au conseil de l’établissement, il œuvre pour le renforcement des activités culturelles, l’entretien de l’infrastructure de l’école et l’amélioration des conditions au sein de l’environnement de l’école. Il comprend le directeur de l’école, des représentants du corps enseignant et ceux des parents d’élèves.

par -

Lors de la tenue de la réunion du 24e conseil national pour la protection du consommateur, Mohsen Hassen, ministre du Commerce  s’est dit «  mécontent  des services dans les marchés, les abattoirs, du processus de vente et de distribution de produits de consommation ». Idem pour l’infrastructure des marchés qui est lamentable, a-t-il dit .

« Nous sommes tenus de mettre en place un programme visant l’amélioration et la réhabilitation des  marchés et des abattoirs. Il faut aussi lutter contre la prolifération des abattoirs anarchiques qui auront sans doute  de néfastes impacts sur la santé du consommateur », a-t-il dit.

 

par -

En Tunisie, l’état des routes est déplorable. Crevasses, trous, nid de poule, chaussée déformée, et autres obstacles obstruent la circulation routière

Face à ce constat, une vaste campagne montrant l’état dégradé des voies principales de la ville, lancée sur les réseaux sociaux par les citoyens de Majel Bel Abbès (Kasserine), pour faire pression sur les autorités locales concernées afin que ces dernières trouvent des solutions radicales.

On a appris que mardi 10 mai 2016, des travaux de remise en état ont démarré dans la ville de Majel Bel Abbès.

 

 

par -
Dans une déclaration à Africanmanager : Faycel Tebini

Le député Faycel Tebini a affirmé lors de la plénière de ce mardi 22 mars 2016 que  le projet portant sur l’amélioration de l’infrastructure et des routes annoncé au profit de 14 gouvernorats  n’a aucun intérêt, accusant ainsi certaines parties d’atteinte à la souveraineté du pays et de la soumettre de nouveau à  la colonisation

par -

Salem Labyadh, le député du mouvement du peuple a affirmé lors de la plénière de ce mardi 22 mars 2016 à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) que la détérioration de l’état de l’infrastructure dans le pays a un prix pour le citoyen.

Il a, dans le même cadre, indiqué que l’état actuel des routes et des autoroutes est catastrophique notamment dans le gouvernorat de Médenine où les habitants souffrent énormément.

par -

Lors de la 4ème session ordinaire du conseil régional du gouvernorat de Béja, tenue aujourd’hui vendredi, les participants ont affirmé que les projets bloqués dans la région (10 MDT), démarreront prochainement.
Il s’agit de la construction d’un théâtre de plein air, l’aménagement d’une gare, la protection de la ville de Béja contre les inondations et les gradins du stade municipal.
Le programme des logements sociaux, qui sont destinés à 570 familles a été passé en revue. Il comporte la démolition, la construction et l’extension des logements. La commission de l’équipement et de l’habitat a présenté la liste des projets programmés pour l’année 2016, relatifs au bitumage et l’aménagement des pistes rurales dans la plupart des délégations du gouvernorat de Béja, outre l’aménagement de l’entrée de la ville de Amdoun et de Béja.
Des propositions ont été émises par la commission de l’agriculture concernant la prévention contre les inondations dans le gouvernorat de Béja et des difficultés pour la réhabilitation des barrages. Le projet spécifique de curage de Oued Medjerda qui a démarré en 2015 et qui se poursuivra jusqu’à 2018, fait l’objet d’un suivi. Ce projet qui sera réalisé sur 159 km moyennant 1,7 MDT permettra de traiter 6 points noirs à Oued Medjerda.

TAP

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux