Des Tunisiens ont tenté de liquider le chef de Daech Al Baghdadi....

Des Tunisiens ont tenté de liquider le chef de Daech Al Baghdadi. Ils ont été exécutés. Récit

par -

Le chef de Daech, Abu Bakr al-Baghdadi, a survécu à une tentative de « coup d’Etat » menée par des jihadistes de la légion étrangère de l’organisation terroriste, pour la plupart des Tunisiens, révèle le quotidien londonien « The Guardian », qui ajoute que les assaillants ont été arrêtés puis exécutés à l’issue d’une bataille de deux jours avec les gardes du corps d’al-Baghdadi.

Un témoin qui s’est confié au journal après être passé dans la clandestinité depuis le dernier réduit tenu par Daech , a précisé que les affrontements s’étaient déroulés à Al Keshma, un village voisin de Baghouz, en septembre, trois mois plus tôt que les responsables des services de renseignements régionaux ne l’auraient pensé.

«Je l’ai vu de mes propres yeux», a affirmé Jumah Hamdi Hamdan, 53 ans. «Il était à Keshma et en septembre, les Khawarij (infidèles) ont tenté de le capturer, les combats étaient très intenses, ils avaient creusé des tunnels entre les maisons. C’étaient principalement des Tunisiens et beaucoup de personnes ont été tuées », a-t-il dit ».

Une bataille féroce

Hamdan a indiqué que Baghdadi s’était ensuite installé à Baghouz, d’où il a mis le cap sur le désert où il s’était retranché début janvier. Cette version a été confirmée par de hauts responsables régionaux, qui affirment qu’il s’y trouve probablement encore, ce qui reste du soi-disant califat qu’il a instauré s’étant désintégré alentour.

Un haut chef militaire des Forces démocratiques syriennes (FDS), la force kurde combattant Daech , a déclaré que d’autres membres de la légion étrangère de l’organisation, se sont joints à la bataille, y compris des Algériens et des Marocains. «C’était un affrontement vraiment féroce et ils ont excommunié les perdants», a déclaré un commandant des FDS sur le front de Baghouz, dont le nom de guerre est Adnan Afrini. «Cela a commencé à la mi-septembre et c’était une tentative très sérieuse de le tuer ou de le capturer. Nous ne pensons pas qu’il se trouve actuellement dans cette ville ».

Hamdan a déclaré que Baghdadi et sa garde prétorienne ont campé dans la région près de six mois durant avant de prendre la fuite. «Il s’est employé à garder un profil bas et n’a pas accompagné ses gardes du corps en ville, mais nous savions tous où ils se trouvaient. Il a utilisé une vieille voiture Opel rouge ».

Des jihadistes irréductibles

La région de Nemsha, à l’instar d’une grande partie de Baghouz, est en ruine alors que les forces kurdes et les forces spéciales britanniques, françaises et américaines resserrent l’étau autour de la dernière poche que Daech tient encore, une petite bande de terre le long de l’Euphrate.

Les forces kurdes sur la ligne de front de Baghouz estiment que cette zone est défendue par environ 400 membres irréductibles de Daech, décidés à ne pas se rendre. Les FDS ont déclaré avoir repris 41 positions occupées par Daech.

Les chefs de l’organisation terroriste, pense-t-on, détiennent des otages occidentaux capturés au cours des cinq dernières années et ont l’intention de les utiliser comme monnaie d’échange. Le journaliste britannique John Cantlie serait parmi eux et les habitants de Baghouz qui ont fui la ville ont suggéré que des grottes situées à la périphérie étaient utilisées pour le cacher ainsi que d’autres captifs.

«Ils sont très déterminés et ne n’entendent pas partir», a déclaré un responsable de l’armée kurde, qui ajoute que les jihadistes de Daech se méfiaient des drones et étaient rarement vus dans les rues, sauf à la nuit tombée ou par temps nébuleux.

Ultime offensive pour déloger Daech

Samedi soir, les forces kurdes ont lancé la dernière phase de l’opération de prise de Baghouz – décision qui leur permettra d’annoncer l’expulsion de Daech de toutes les terres syriennes qu’il occupait depuis début 2013. Au plus fort de son pouvoir, Daech avait effacé la frontière voisine de l’Iraq et pris le contrôle d’une zone terrestre allant de l’est d’Alep à Mossoul, aussi grande que le pays de Galles.

Un chef militaire kurde a reconnu que Daech maîtrise bien la guérilla et que le combattre lorsque ses membres fondraient dans leurs communautés poserait un défi de taille. « Cela nécessitera une guerre des services de renseignement au niveau local », a-t-il déclaré. « Ce ne sera pas facile ».

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire