35 C
Tunisie
dimanche 20 septembre 2020
Accueil La UNE Espagne: Les familles des migrants tunisiens irréguliers sollicitent l'intervention de Saied

Espagne: Les familles des migrants tunisiens irréguliers sollicitent l’intervention de Saied

Aujourd’hui, il est urgent de décréter le problème de la migration  clandestine comme étant une réelle priorité et de donner un signal fort sur la volonté d’apporter des solutions aux différents
problèmes socio-économiques. C’est dans ce contexte que le renforcement de la compétitivité de l’économie et l’amélioration de l’efficience du secteur privé restent aussi parmi les meilleures
solutions qui pourraient contribuer efficacement à la promotion de l’emploi des jeunes.

Selon des chiffres officiels annoncés ce vendredi 8 novembre 2019, par le Forum tunisien des droits économiques et sociaux , 435 mineurs sans accompagnateur sont arrivés sur les côtes italiennes durant les neuf premiers mois de cette année. Ils représentent environ 25% de l’ensemble des migrants clandestins arrivés en Italie.

La majorité des enfants âgés de moins de 18 ans souffrent de problèmes au milieu familial et ils ont quitté prématurément les bancs de l’école.

Des familles tunisiennes lancent un appel de détresse!

Des familles de migrants irréguliers détenus au centre d’accueil de Melilla en Espagne ont observé vendredi matin un sit-in devant le siège de l’ambassade d’Espagne en Tunisie pour dénoncer les
« mauvaises conditions d’hébergement de leurs enfants au milieu d’autres migrants atteints de la COVID-19 ».

Les manifestants ont appelé le président de la république, Kais Saïed, à intervenir auprès des autorités espagnoles pour réclamer la libération de leurs enfants.

Dans une déclaration à la TAP, Romdhane Ben Amor, porte-parole du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), plus de 1500 migrants sont actuellement détenus au centre de Melilla dont 800 personnes de nationalité tunisienne.

 » Les migrants sont hébergés dans des conditions désastreuses et souffrent de discrimination et de maltraitance « , a-t-il dit appelant les autorités espagnoles à respecter les conventions internationales
relatives à la migration.

D’après lui, les autorités espagnoles veulent obliger la Tunisie à signer une convention sur le rapatriement forcé des migrants à l’instar de la convention signée avec les autorités italiennes qui
procèdent annuellement au rapatriement forcé de milliers de migrants irréguliers tunisiens.
A noter que le sit-in a eu lieu au milieu d’un dispositif sécuritaire renforcé aux alentours de l’ambassade.

A signaler que depuis plus de 9 ans, un grand nombre de familles tunisiennes cherchent désespérément des informations détaillées sur les circonstances de la disparition et le destin des leurs. Aucune information ne leur a été communiquée ni de la part du gouvernement tunisien ni de celle du gouvernement italien.

38 mille immigrants ont débarqué clandestinement sur les côtes italiennes

Selon une étude présentée par l’Institut tunisien des études stratégiques (Ites) en coordination avec l’Organisation internationale de migration en 2019, en six ans, plus précisément entre 2011 et 2017, environ 38 mille immigrants ont débarqué clandestinement sur les côtes italiennes. Le nombre de candidats à l’immigration clandestine, arrêtés sur les côtes tunisiennes  avant leur départ, est d’environ 13 mille durant la même période.

Pas de répit et pas d’éclaircie dans la grisaille. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, les jeunes tunisiens continuent à fuir le pays en quête d’horizons plus prometteurs. L’augmentation du taux de chômage estimé à 15,3% ne fait que décourager les jeunes et les inciter encore plus à larguer les amarres et se lancer dans la traversée de la mort.  Plus de 450 Tunisiens seraient portés disparus
durant leur tentative de passage en Italie.

Plus il fera beau en Tunisie, plus ils auront le regard rivé sur une Europe prometteuse d’un avenir meilleur. Le contexte socio-politico-économique post-révolution n’est guère rassurant pour la majorité des jeunes (et les moins jeunes aussi)  qui continuent de risquer leur vie usant de tous les subterfuges pour atteindre la « terre promise ».

De janvier à juin 2019, ils étaient plus d’un millier à traverser la Méditerranée en direction de l’Italie et l’Espagne, révèle le Forum tunisien des droits économiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

104,562FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,299SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles