Tags Posts tagged with "FTDES"

FTDES

par -

Le nombre des mouvements de protestation enregistrés en 2018 est en hausse par rapport à celui enregistré au mois de septembre 2017 (370 mouvements sociaux), c’est un bond en avant de 33%, a confié à la TAP Najla Arfa, membre de l’Observatoire social tunisien. Vous me direz que la tendance n’est pas nouvelle et que depuis un fameux 14 janvier 2011, les citoyens manifestent pour un oui ou pour non. Mais attendez de connaitre les raisons pour lesquelles les Tunisiens battent le pavé : Des revendications ayant trait au délabrement des infrastructures, aux tares du système éducatif, aux dégâts infligés par les inondations dans certaines régions… Et ça pour le coup c’est nouveau. On peut s’en désoler, en y voyant une paupérisation de notre cadre de vie, en y voyant un affaiblissement de cet Etat censé nous protéger, mais on peut aussi y voir un sursaut citoyen pour des sujets autres que les doléances liées aux salaires, au chômage, aux prestations sociales, etc. Bref, cette affaire a quelque chose de rafraichissant et de rassurant quant à l’ancrage de vertus citoyennes qui pourraient être salvatrices, surtout dans la perspective de la décentralisation. Ces formes de protestations nouvelles sont peut-être la meilleure ordonnance pour une société malade, et surtout pour sa classe politique qui a tendance à s’étriper autour de dossiers mineurs – les chaises, les maroquins, le consensus, les élections, le gouvernement… -, oubliant l’essentiel, comme vient de le souligner très justement le secrétaire général de l’UGTT, pour une fois!

Le nombre des protestations sociales enregistrées durant le mois de septembre 2018 s’élève à 591, dont 547 mouvements de protestation collectifs, dix individuels et 34 suicides et tentatives de suicide, a affirmé Najla Arfa, lors d’une conférence de presse tenue lundi 29 octobre 2018 au siège du Forum Tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) à Tunis.
La région du Kairouan a enregistré le nombre le plus élevé de protestations sociales (125 mouvements), suivie de la région de Gafsa (61), puis Sidi Bouzid (60) et enfin Sousse (49), a-t-elle précisé.

En ce qui concerne les cas de tentatives de suicide, Arfa a indiqué que la catégorie d’âge de 16 à 35 ans est la plus touchée, soit 55% de l’ensemble des cas enregistrés, suivi de la catégorie d’âge de 36 à 60 ans avec un taux de 35%.
La région de Gafsa a enregistré 13 cas de suicides et tentatives de suicide, puis le gouvernorat de Kairouan, avec 4 cas, suivi de la région de Nabeul, trois cas de tentatives de suicide, ensuite la région de Monastir avec deux cas et enfin un seul cas de tentative de suicide enregistré dans les régions de Tozeur, Ben Arous, Bizerte, Tunis, Médenine, Tataouine, Kasserine, Sidi Bouzid et Jendouba, a-t-elle fait savoir.

Sur un autre plan, des actes de violence ont été enregistrés dans les rues, les moyens de transport public, les locaux administratifs, les espaces publics, touristiques, sportifs et virtuels, le milieu professionnel et des commerces, a-t-elle signalé. Cette propagation et cette banalisation de la violence sont peut-être les problèmes les plus épineux pour une société enivrée par cette liberté qui lui est tombée sur la tête brutalement. Les derniers épisodes dans le foot, malheureux et consternants, nous le rappellent. Donc il y a cette conscience citoyenne qui émerge et fait du bien, mais il y a aussi ces débordements violents, quotidiens, comme les dernières éruptions tragiques à Sidi Hassine, juste parce que des douaniers sont venus faire leur boulot. Quand l’uniforme, quel qu’il soit, devient un ennemi, c’est la porte ouverte à tous les drames dans certains coins du pays. C’est un problème que la Tunisie devra régler, et rapidement.

S.L.

par -

-L’accès des citoyens aux soins pourrait être négativement impacté par l’ouverture du secteur des médicaments, prévue par l’Accord de Libre Echange Complet et Approfondi (ALECA) entre l’UE et la Tunisie.

“Les dispositions de protection intellectuelle prévues par l’accord sont inquiétantes dans la mesure où elles favoriseraient les multinationales européennes face aux génériques. Ces mesures posent également un problème en termes d’accès aux soins pour les citoyens, bien qu’il soit rappelé que les médicaments sont généralement peu chers en Tunisie”, a prévenu le Forum Tunisien des Droits Economiques et Sociaux (FTDES), dans une étude sur “les perceptions de l’accord de libre échange complet et approfondi (ALECA)”, publiée, vendredi dernier, 19 octobre 2018. https://ftdes.net/perceptions-de-laccord-de-libre-echange-complet-et-approfondi-aleca/

“Lorsqu’un médicament tombe dans le domaine public, les entreprises de génériques peuvent le reproduire et le proposer à un prix inférieur. Or, l’ALECA compte permettre aux créateurs des médicaments de bénéficier de rallongement de leurs brevets, qui leur allouent un monopole pour vingt ans déjà”, explique l’étude.

“D’autres mesures, dont le non accès aux données avant la tombée dans le domaine public du brevet, vont dans le même sens”. Les auteurs de l’étude proposent, à cet effet, de “faire de la Tunisie un espace favorable à la recherche et aux expériences cliniques” en favorisant l’échange du savoir-faire et du progrès technologique.

Toutefois, “un meilleur accès au marché européen pour les entreprises tunisiennes serait une évolution positive, car de nombreuses barrières subsistent aujourd’hui, comme l’impossibilité de vendre directement un médicament en France”.

par -

L’Accord de libre-échange complet et approfondi, le fameux “ALECA”, ne cesse d’agiter les esprits des citoyens, et pour cause : il engage le devenir de la nation, sur des aspects de la plus haute importance, alors que les négociateurs eux-mêmes ne maitrisent pas tous les aboutissants, que dire du Tunisien lambda ! Alors que l’Union européenne (UE) le considère comme une opportunité à ne pas rater, la Tunisie ralentit encore le pas et aucune décision officielle relative à son adoption n’a été communiquée et ce, malgré les cercles de rélexion mobilisés pour ce dossier. Ce jeudi 11 octobre 2018, c’est au tour du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) d’ouvrir le débat sur le sujet. Lors d’une rencontre organisée à Tunis, Romdhane Ben Amor, le président du FTDES, a mis en garde contre l’adoption dudit accord, faisant remarquer que l’UE veut que la Tunisie signe l’accord qui lui a été proposé depuis 2015, avant la fin de l’année 2019, ce qui n’est pas possible, selon ses dires.

Il a par ailleurs rappelé que l’accord de partenariat signé en 1995 avec l’UE a causé plusieurs pertes au pays, évaluées à près de 2,5% de son PIB, selon ses dires. Ledit accord a également  approfondi les disparités régionales et fait perdre à la Tunisie plus de 50% de son tissu industriel, toujours selon lui.

Nous avons constaté qu’il y a beaucoup de choses floues qu’il faut éclairer (…) Nous voulons prendre une position plus radicale par rapport à cette question“, a-t-il dit. En effet, selon un sondage effectué par le FTDES, la majorité des personnes interrogées considèrent que l’ALECA garantit une grande ouverture de la Tunisie sur son environnement extérieur.
Il a toutefois indiqué que cette ouverture peut impacter certains secteurs comme l’agriculture, les services, la santé et les médicaments, soulignant que le plus important est de négocier la nature de cet accord : “Le négociateur tunisien doit prendre en considération l’intérêt général du pays car tout accord sans contre partie sociale, économique et politique est un accord manquant et aura un impact négatif sur le pays”, a-t-il affirmé.

Ben Romdhane a dénoncé également l’exclusion de la migration de l’accord en question, pour être négociée dans le cadre d’un autre ; il a expliqué que la migration illégale ou celle des cerveaux est au coeur des affaires économiques et sociales du pays et que toute tentative de se désengager aura un impact négatif. “Nous voulons un accord qui servira l’intérêt des deux pays“, a-t-il soutenu.

Il a en outre indiqué que depuis la proposition dudit accord en 2015, le FTDES a revendiqué une évaluation intégrale et objective des conventions anciennes signées, expliquant que toutes les évaluations sont négatives notamment dans le secteur industriel, l’emploi et le budget de l’Etat : “On ne peut pas passer à un accord plus approfondi sans évaluer les anciens“, a-t-il dit.

Par ailleurs, dans une note d’analyse, le FTDES a indiqué que le projet d’ALECA fait craindre des risques pour les citoyens tunisiens en termes de droits économiques et sociaux. Pas exemple de nombreux emplois risquent de disparaitre dans les secteurs de l’agriculture et des services. De même, la mise en concurrence du secteur agricole pourrait menacer la sécurité alimentaire, en accentuant la dépendance à l’importation pour les céréales, qui sont la base de l’alimentation tunisienne.

L’impact social se fera aussi sentir de manière moins directe. La perte de ressources budgétaires de l’Etat (liée à la baisse des droits de douane) se traduira soit par moins de dépenses sociales et de développement, soit par des hausses d’impôts. De plus, si aucun dispositif n’est prévu, les investissements risquent de se concentrer dans le nord-est du pays et ne pas corriger les inégalités sociales et territoriales.

Toujours selon l’analyse du forum, l’UE promet un développement de l’économie, à travers un meilleur accès au marché européen, des normes reconnues internationalement, et plus d’investissement en Tunisie. Cependant, si nous regardons l’Accord d’Association de 1995, qui a mis en compétition l’industrie tunisienne et européenne, nous constatons que 20 ans après, l’industrie tunisienne est en grande difficulté. Le secteur porteur en Tunisie étant celui des services, faire brutalement disparaître les protections de l’Etat vis-à-vis de ce secteur pourrait l’endommager fortement, en ayant des incidences négatives sur les emplois. Même si cela se fait progressivement, la mise en concurrence inquiète donc tant les organisations de la société civile que les syndicats, et même le patronat. Il faut dire que la compétitivité de l’économie tunisienne est bien inférieure à celle de l’économie européenne. Dans le secteur agricole, elle l’est même 7 fois moins.

De même pour lutter contre l’immigration irrégulière, l’UE souhaite faire pression sur l’attribution de visas. Alors que la mobilité est essentielle pour les Tunisiens, pour pouvoir établir des relations commerciales en Europe, pour rendre visite à des membres de leurs familles, ou simplement venir en vacances, l’accès au territoire européen est filtré par une politique sécuritaire et restrictive.

par -

Selon les données publiées par l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), jusqu’au mois d’août 2018, 3811 immigrés illégaux tunisiens sont arrivés en Italie, contre 1721 enregistrés, au cours de la même période de l’année dernière, a déclaré le président du forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES) Messaoud Romdhani.

Dans une déclaration à TAP, il a évoqué la hausse du nombre de victimes au sein des émigrés illégaux, soulignant qu’à la fin de mois d’aout, leur nombre a atteint 1600 soit une victime ou un disparu sur 16 ayant atteint les cotes italiennes.

Selon les mêmes sources, 6369 personnes n’ont pas réussi à atteindre les cotes italiennes, contre 3178 au cours de la même période de l’année 2017.

S’agissant des causes qui poussent les jeunes à quitter le pays, le responsable a évoqué le désespoir, le manque de confiance outre les difficultés de la situation sociale et économique en Tunisie.

Il a dans ce cadre appelé toutes les parties concernées à mettre en place un schéma de développement global à même de garantir la reprise de la croissance économique et l’équilibre social.

Ila appelé l’Etat à concrétiser ses engagements constitutionnels en garantissant les droits des tunisiens et notamment les jeunes, en mettant en place des plans de développement urgents au profit des régions de l’intérieur.

Pour y parvenir, précise encore Romdhani, des démarches audacieuses et sérieuses doivent être adoptées en matière de lutte contre la corruption et la mise à niveau de l’administration publique, tout en œuvrant à réviser les choix économiques et sociaux qui ont démontré leur échec.

par -

Dans la plupart des cas, le suicide d’enfant, acte par lequel un enfant provoque volontairement sa mort, n’est pas une simple envie de mourir, mais un ultime moyen d’échapper à une grande souffrance ou à une situation pour laquelle l’enfant ne voit aucune sortie possible.

Des sociologues tunisiens considèrent que parmi les causes de suicide ou tentative de suicide figurent la pression des examens et des études et les conditions difficiles de vie de plusieurs élèves, notamment dans des zones de l’intérieur.

D’ailleurs, de récentes statistiques avancées par l’Observatoire social tunisien relevant du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) ont démontré que les délégations d’El Ala et Bou hajla relevant du gouvernorat de Kairouan ont enregistré le nombre le plus élevé de cas de suicide d’élèves.

Il est indispensable que tous les acteurs, à savoir les institutionnels, professionnels et bénévoles, adaptent leurs actions et articulent leurs interventions afin d’adopter une démarche de prévention cohérente aboutissant à une prise en charge adéquate des jeunes concernés.

Pour conclure, ce phénomène n’est pas propre à la Tunisie et un plan Multi-composantes – Communication, Sensibilisation et Formation – ciblant les jeunes et leurs familles et tout le personnel éducatif devrait être développé et implémenté dans le cadre d’une stratégie maghrébine commune.

 170 mille tentatives de suicide en milieu scolaire !

On rappelle que lors de la tenue d’une session plénière à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a affirmé, vendredi 23 mars 2018, que la Tunisie a enregistré 170 mille tentatives de suicide en milieu scolaire dans plusieurs gouvernorats du pays.

Chahed s’est dit très préoccupé par la propagation de ce fléau, appelant toutes les parties prenantes à y faire face et ce à travers la mise en place d’une stratégie globale permettant de le combattre.

par -

Le responsable de l’Observatoire Social Tunisien relevant du Forum pour les Droits Economiques et sociaux (FTDES), Abdessatar Sahbani, a révélé, jeudi 22 mars 2018, que 9329 Tunisiens ont tenté de franchir les frontières en 2017.

Lors d’un point de presse tenu à Tunis, Sahani a fait savoir que 66% des Tunisiens ayant tenté de franchir les frontières ont réussi à atteindre l’Italie.

Selon le chargé de l’immigration auprès du FTDES, Valentin Bonnefoy, la Tunisie occupe le 8ème rang des nationalités de personnes immigrant de manière non réglementaire en Italie.

Et d’ajouter que le nombre de personnes arrêtées dans des tentatives d’émigration non réglementaire par les autorités tunisiennes est de 3187 personnes, augmentant ainsi de 200% par rapport à l’année 2016.
D’après la même source, le mois d’octobre a connu un pic en 2017, précisant que le nombre le plus élevé de personnes interceptées dans des tentatives d’émigration non réglementaire a été enregistré durant ce mois.

Ainsi, a-t-il dit, le nombre des personnes arrêtées dans des tentatives d’émigration non réglementaire a atteint 951 personnes contre 159 en octobre 2016.

par -

Depuis des jours, des activistes de la campagne « Fech Nestanew », de diverses régions du pays, ont appelé sur les réseaux sociaux les Tunisiens, à travers la diffusion de vidéos, photos, communiqués, à protester dans les rues contre la hausse « vertigineuse » des prix de vente de produits de consommation.

Suite à ces appels, des protestations menées par des jeunes ont été organisées à Tunis, Sousse, Gafsa, Kef, Tozeur. Dans la soirée du dimanche 7 janvier 2018, des dizaines de militants de ladite campagne ont effectué une marche de protestation à l’avenue Habib Bourguiba.

Les participants à la marche ont brandi, dans les rues de la capitale, des slogans qui condamnent le renchérissement des prix et les mesures prises dans la loi de finances 2018.

Les activistes ont également dénoncé les interpellations de certains membres de la campagne et ont appelé à la libération de leurs collègues dans de brefs délais.

A Thala, des affrontements ont eu lieu également dans la même soirée entre les unités sécuritaires et des jeunes qui ont fermé la route principale avec des pierres et des pneus.

Selon les données rapportées par Mosaïque fm, les manifestants  se sont regroupés devant le siège du district de la sûreté après la projection d’un film  dans le cadre de la journée du martyr organisée dans plusieurs délégations au gouvernorat de Kasserine, les 7 et 8 janvier 2018.

De violents affrontements ont éclaté entre jeunes et forces de l’ordre. Les manifestants ont jeté des pierres et les forces de l’ordre ont riposté en utilisant le gaz lacrymogène, selon plusieurs sources.

A sidi Bouzid, les habitants de Sidi Ali Ben Aoun ont protesté aujourd’hui et fermé la route nationale n°3 reliant Tunis à Gafsa. Les protestataires ont incendié des roues en caoutchouc.

Rappelons qu’une marche populaire a eu lieu, ce matin, au centre ville de Sidi Bouzid, pour dénoncer la hausse des prix de certains produits et réclamer la révision de la politique fiscale, relate Shems fm.

Plus de 70 jeunes devant la justice !

Selon des données dévoilées ce lundi par le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), plus de 70 jeunes Tunisiens comparaitront dans les prochains jours devant la justice pour avoir participé à des mouvements de protestation et revendiqué leur droit à l’emploi et au développement.

Le FTDES a dénoncé le retour aux pratiques policières adoptées avant la révolution, précisant que la multiplication des procès contre les manifestants est une atteinte à leurs droits légitimes.

par -

“Plus de 70 jeunes tunisiens comparaitront dans les prochains jours devant la justice pour avoir participé à des mouvements de protestation pour revendiquer leur droit à l’emploi et au développement”, a souligné, lundi, Abdelhalim Hamdi, membre de la coordination nationale des mouvements de protestation.
Lors d’une conférence de presse tenue au siège du forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), Abdelhalim Hamdi a critiqué fortement le retour aux pratiques policières adoptées avant la révolution, estimant que la multiplication des procès contre les manifestants est une atteinte à leurs droits légitimes.
Dans ce contexte, il a lancé un appel à toutes les organisations de défense des droits de l’homme pour lutter contre l’incrimination des jeunes tunisiens pour leur participation à des mouvements sociaux.
“Le gouvernement actuel assume toute la responsabilité dans la montée des tensions sociales suite à la marginalisation des régions défavorisées et la hausse du taux de chômage (15% à la fin de 2017), notamment parmi les jeunes, a-t-il mis souligné.
De son côté, Nassim Ourane, membre de la coordination nationale des mouvements de protestation, a souligné l’attachement de la coordination à soutenir tous les mouvements qui défendent les droits des citoyens à l’emploi, à la liberté, au développement et à une vie digne.
Il a, à cette occasion, appelé toutes les forces sociales, civiles et démocratiques à soutenir la coordination afin de sauver le processus révolutionnaire.

par -

Le chargé de communication du Forum tunisien pour les Droits économiques et sociaux (FTDES), Romdhane Ben Amor, a déclaré vendredi que 7988 migrants clandestins tunisiens ont été arrêtés par les autorités italiennes, depuis le début de l’année 2017.

Lors d’une conférence de presse tenue vendredi à l’occasion de la célébration de la Journée internationale des migrants, Ben Amor a indiqué que les équipes sécuritaires tunisiennes ont mis en échec 307 opérations d’émigration clandestine, durant la période entre le 1er janvier et le 12 décembre 2017.
Plus de 3424 individus, ayant tenté d’émigrer clandestinement, ont été interceptés, a t-il ajouté précisant que 129 passeurs ont également été arrêtés.

Le FTDES a par ailleurs condamné, dans une déclaration rapportée par Jawhara Fm, que les opérations de rapatriement des migrants non réglementaires par les pays européens, qui portent atteinte aux droits des migrants, conformément aux normes internationales.

par -

Le manque de développement régional, l’augmentation du taux de chômage et de pauvreté, sont des phénomènes sociaux synonymes de stagnation et de situation  alarmante en Tunisie, générant un  désespoir croissant chez les jeunes, toutes catégories sociales confondues. Ce ne sont plus uniquement ceux qui ont décroché de l’enseignement qui sont en proie à la frustration. Ceux qui font l’école de la République sont eux aussi touchés et qui, après des années passées à l’université, obtiennent les diplômes qui ne sont que des contrats d’embauche à durée indéterminée. Donc le désespoir touche désormais tous les jeunes du pays !

Joint au téléphone par Africanmanager, Messaoud Romdhani, président du Forum Tunisien des Droits Economiques et Sociaux (FTDES) a dressé un tableau très sombre de  la situation des jeunes tunisiens notamment ceux des régions de l’intérieur.

Il a précisé que la pauvreté s’est «confortablement» installée essentiellement dans les régions intérieures de la Tunisie comme  Kairouan, Kasserine, à Sidi Bouzid, à Gasfa….La situation s’est encore plus dégradée ces dernières années, accentuée en particulier par la précarité de l’emploi  et l’érosion du pouvoir d’achat.

Il a, dans le même cadre, souligné que l’absence d’une stratégie de développement dans les zones défavorisées explique l’augmentation des tentatives de suicide et de criminalité, ainsi que l’enrôlement des jeunes dans les réseaux de recrutement et d’envoi au djihad.

« L’investissement dans les régions marginalisées et la création d’emploi permettront sans doute de vaincre le terrorisme et de mettre un terme aux fléaux de suicide et de migration clandestine »,a-t-il noté.

 Kairouan enregistre le taux le plus élevé de pauvreté avec 34%

Le président du FTDES a précisé  que le taux de pauvreté dans le gouvernorat de Kairouan est de l’ordre de 34%. ” En Tunisie, c’est le gouvernorat de Kairouan qui enregistre le taux le plus élevé de pauvreté. Cette région  est aussi connue par la hausse vertigineuse du phénomène de suicide vu l’absence des lieux de divertissements, des plans d’investissements au profit des jeunes habitants de la région en question”, a-t-il dit.

Il a, dans ce contexte, appelé le gouvernement d’union nationale et toutes les parties concernées à revoir leur stratégie de développement et à se mettre au travail afin d’assurer prioritairement les conditions d’une vie digne à leurs citoyens essentiellement dans les zones intérieures de la République.

A vrai dire et depuis la Révolution, les Tunisiens en général et surtout ceux des régions défavorisées étaient habités par l’espoir d’une vie  meilleure. On espérait une meilleure gouvernance du pays, une répartition plus équitable des ressources et des investissements entre les régions, des mesures en faveur des plus démunis … On n’y a vu que du feu!

par -

Messaoud Romdhani, président du Forum Tunisien des Droits Economiques et Sociaux (FTDES), a déclaré ce lundi 6 novembre 2017 à Africanmanger que le projet de la loi de finances 2018, n’a pas pris en considération les revenus de la classe moyenne et pauvre en Tunisie.

Il a encore expliqué que ceci  va surtout affecter  le pouvoir d’achat des Tunisiens déjà en dégradation, affirmant dans le même contexte, que le Forum Tunisien des Droits Economiques et Sociaux avait averti à maintes reprises les parties concernées sur les répercussions attendues de cette loi.

par -

Le président du Forum Tunisien des Droits Economiques et Sociaux (FTDES), Messaoud Romdhani a affirmé ce lundi 6 novembre 2017 à Africanmanger que le taux de pauvreté dans le gouvernorat de Kairouan est de l’ordre de 34%. « En Tunisie, c’est le gouvernorat de Kairouan qui enregistre le taux le plus élevé de pauvreté. Cette ville est aussi connue par la hausse vertigineuse du phénomène de suicide. Ceci est expliqué par de nombreux facteurs dont notamment  l’augmentation du taux de chômage de jeunes diplômés et  l’absence des stratégies de développement , a-t- expliqué.

par -

Lors d’une conférence de presse tenue  ce mercredi 25 octobre 2017 à Tunis, l’observatoire social tunisien relevant du forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) a annoncé que 1905 mouvements de protestation (collectifs et individuels) ont été recensés dans les différentes régions du pays et ce entre les mois de juin et septembre 2017.

Ces protestations ont connu une baisse durant le mois d’août (283) en comparaison avec le mois de juin (569) et de juillet (630). D’après Abdessatar Sahbani, responsable de l’observatoire, ” au mois de septembre, 423 mouvements de protestation collectifs et individuels ont été enregistrés. Ce chiffre devra connaître une augmentation en octobre et au cours des mois à venir tant que les revendications citoyennes n’auront pas été satisfaites “, a-t-il prévu.

Les mouvements de protestation observés en septembre se répartissent en 370 protestations collectives, 52 suicides et tentatives de suicide et un mouvement de protestation individuel.

Protestations : La région de Gafsa occupe la première place

D’après les données révélées par le FTDES, les protestations ont été observées notamment dans les régions de Gafsa (71), Kasserine (69) et de Kairouan (64).

En effet, 109 mouvements de protestation avaient un caractère administratif (des revendications pour le droit d’accès à l’eau potable, les coupures d’électricité), 62 mouvements avaient un caractère éducatif (pour dénoncer l’état des écoles) et 51 protestations à caractère social (le droit à l’emploi).

S’agissant des cas de suicide et tentatives de suicide, 52 cas ont été enregistrés au mois de septembre dont 34 dans la région de Kasserine (tentatives de suicide collectif d’enseignants suppléants) contre 32 cas au mois de juillet, 17 cas au mois d’août et 13 cas au mois de juin.

Les raisons de suicide ou tentatives de suicide sont généralement liées à la pauvreté, au chômage et aux conflits familiaux.

De même, quatre cas de suicide d’enfants de moins de 15 ans ont été enregistrés. En revanche, aucun cas de suicide ou de tentative de suicide n’a été enregistré chez les personnes âgées de 60 ans et plus.

71% des cas de suicide et tentatives de suicide ont été enregistrés chez la population âgée entre 26 et 35 ans et essentiellement chez les hommes (34) plus que les femmes (3).

par -

La vague d’immigration clandestine des jeunes Tunisiens grossit de jour en jour, vers la France et l’Italie notamment, surtout Lampedusa, une petite île italienne à mi-chemin entre la Tunisie et la Sicile connue de tous depuis la révolution tunisienne pour être la porte de l‘eldorado des migrants clandestins. Ce phénomène fait encore de nombreuses victimes et provoque de nombreux débats : Pourquoi un tel afflux d’immigrés vers l’Europe ? Pourquoi prennent-ils des risques assimilables à un suicide ? Pourquoi ? Ils se retrouvent face à un choix difficile : «Avancer, c’est mourir ; reculer, c’est mourir. Alors, mieux vaut avancer et mourir».

Récemment, au moins huit migrants sont morts noyés dans le naufrage de leur embarcation qui a heurté dimanche dernier une unité navale militaire tunisienne au large des îles de Kerkennah. Cette affaire a fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux concernant les circonstances et les causes de la collision.

C’est dans ce contexte que le procureur général de la direction de la justice militaire a fait savoir, hier mercredi, qu’il était ”trop tôt” pour déterminer les responsabilités juridiques dans l’accident en question. «L’enquête se poursuit, aussitôt informé de l’accident, le parquet militaire près le Tribunal militaire permanent de première instance de Sfax a diligenté une enquête pour déterminer les responsabilités», a-t-il dit.

Dans une déclaration accordée ce jeudi 12 octobre 2017 à Africanmanager, le président du Forum tunisien des droits économiques et sociaux, Messaoud Romdhani, a appelé le ministère de la Défense à ouvrir une enquête approfondie sur les circonstances de l’affaire. «Nous réclamons l’ouverture d’une enquête afin de connaitre les circonstances de cet incident et nous sommes très attachés au dévoilement de toute la vérité», a-t-il dit. Un sit-in de solidarité avec les familles des victimes et des personnes portées disparues lors de cet accident a été organisée ce jeudi 12 octobre à 17h devant le théâtre municipal de Tunis.

Sur un autre volet, il a assuré que suite aux événements de la Révolution du 14 janvier 2011, la Tunisie a connu une grosse vague de migration clandestine en direction des côtes italiennes, précisant que les difficultés que rencontrent les jeunes Tunisiens dans leur pays les poussent à préférer l’exode, même clandestin !

Aujourd’hui, il est urgent de décréter le problème de la migration clandestine comme étant une réelle priorité et de donner un signal fort sur la volonté d’apporter des solutions aux différents problèmes socioéconomiques. C’est dans ce contexte que le renforcement de la compétitivité de l’économie et l’amélioration de l’efficience du secteur privé restent aussi parmi les meilleures solutions qui pourraient contribuer efficacement à la promotion de l’emploi des jeunes.

par -

Quelque 1652 personnes, dont 1384 Tunisiens, ont été arrêtées pour migration non règlementaire entre janvier et septembre 2017, a révélé le rapport du 3ème trimestre de 2017 sur la migration irrégulière, réalisé par l’observatoire maghrébin des migrations relevant du forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES).
Les 164 opérations d’émigration non règlementaire interceptées de janvier à septembre 2017 représentent presque la moitié du nombre des opérations interceptées en 2011 qui se situait à 283, selon le même rapport présenté, lundi, lors d’une conférence de presse tenue au siège du FTDES à Tunis.
D’après les chiffres du ministère de l’intérieur cités dans le rapport, durant le premier semestre de 2017, 54 opérations d’émigration non règlementaire sur le sol tunisien ont été interceptées.
612 personnes ont été arrêtées dont 197 étaient de nationalité étrangère (32,2%). Les nationalités les plus fréquentes étaient le Nigeria 36,45%, la Côte d’Ivoire 25,38% et la Gambie 9,64%.
Le rapport indique que onze trafiquants ont été arrêtés durant le premier semestre de 2017, tous étaient de nationalité tunisienne.

par -

Abderrahmane Hedhili a annoncé, lundi, sa décision de démissionner de ses fonctions à la tête du Forum Tunisien pour les Droits Economiques et sociaux (FTDES) et de renoncer à sa qualité de membre du Comité Supérieur des droits de l’Homme et des Libertés fondamentale.
” Cette décision fait suite à la fermeture de la porte du dialogue avec le gouvernement et certains ministères concernant certains dossiers sociaux cruciaux à l’instar des mouvements sociaux et des migrants en Tunisie “, a-t-il expliqué à l’agence TAP.
Il s’est dit opposé à l’attitude ” passive” du gouvernement à l’égard des dossiers sociaux, déclarant que ” sa décision a été prise dans la volonté de préserver son organisation “.
Abderrahmane Hedhili a ajouté qu’il compte se consacrer à jouer pleinement son rôle d’activiste dans le champ social et à continuer de soutenir les protestataires.

Le comité de direction du FTDES avait annoncé, dans un communiqué publié, lundi, qu’il a approuvé la demande de démission d’Abderrahmane Hedhili après avoir tenté de le dissuader.
Selon le comité, il a été convenu à l’unanimité d’accorder le poste de Président à “Messaoud Romdhani.
Abderrahmane Hedhili a présidé le Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux depuis sa création en 2011. Il a été parmi ses principaux fondateurs.
Le FTDES se veut une organisation non gouvernementale, neutre et indépendante des partis politiques et des institutions religieuses. Il œuvre pour le respect et la diffusion de la culture des droits économiques et sociaux à l’échelle nationale et internationale.

par -

L’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), le forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES), la ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH) et EuroMed droits (REMDH) dénoncent fermement la politique migratoire restrictive et inhumaine de l’Union Européenne.
Ces organisations expliquent dans un communiqué rendu public que l’UE, dans le cadre d’une gouvernance sécuritaire des migrations, se renferme de plus en plus sur elle-même, au détriment du respect de toutes les conventions internationales relatives aux droits des Migrants.
L’UE au lieu d’agir Humainement face aux flux migratoires en favorisant le sauvetage des vies et en leur offrant une protection préfère fermer ses frontières et s’engager dans un processus de refoulement des migrants irréguliers et l’encouragement au retour des migrants réguliers, précise le communiqué.

Les organisations signataires expriment tout leur soutien aux ONG de sauvetage qui se trouvent dans les eaux méditerranéennes et qui sont criminalisées par certains pays européens, lesquels veulent les réduire à l’inaction dans leur mission humanitaire de sauvetage en Méditerranée sud et laisser les migrants se noyer sans témoins.
Ces restrictions ont engendré l’arrêt de travail de trois bateaux de recherche et de sauvetage, les navires Iuventa de Jugend Rettet (arrêté et saisi le 2 août par les autorités italiennes et accusé de “favoriser l’immigration clandestine“), Prudence, affrété par Médecins Sans Frontière et Sea Eye, lesquels ont arrêté leur mission à cause de l’insécurité qui règne actuellement au sein de la Méditerranée, ajoute le communiqué.

La priorité pour les pays Européens est donc de garantir la cohésion de l’espace Schengen, en intervenant directement, dans le cadre d’une externalisation de la gestion de ses frontières, auprès des Etats Tiers afin qu’ils contrôlent ses portes. Pour y arriver, l’Europe est maintenant contrainte de se tourner vers la Libye, le pays principal à partir duquel les migrants prennent le départ pour appliquer la même démarche qu’elle a suivie avec la Turquie. Cette option risque de coûter plus cher que ce qui était prévu, mais l’UE semble prête à tout pour empêcher l’arrivée des migrants sur son territoire.

Les Organisations signataires décident de se constituer en comité de vigilance pour le suivi de cette situation dramatique et pour développer des actions de plaidoyer auprès des pays de l’UE, des Organisations internationales compétentes, de l’UA, des forces démocratiques en Libye et des autorités tunisiennes pour adopter une gouvernance basée sur les droits des migrations en Méditerranée, souligne le communiqué.
Les Organisations signataires appellent instamment les OSC en Europe à se mobiliser pour condamner les violations des droits et des réfugiés et les restrictions contraires aux normes internationales imposées aux ONG humanitaires de sauvetage en Méditerranée, tout en exprimant leur solidarité active avec ces Organisations.

Communiqué

par -

Le Forum Tunisien pour les Droits Economiques Sociaux (FTDES) a appelé, mardi dans un communiqué, les autorités gouvernementales à intervenir de toute urgence au profit des habitants de la délégation de Ben Guerdane (Medenine) qui observent un sit-in depuis plus de deux semaines pour protester contre la taxe imposée par la partie libyenne.
Le FTDES invite les autorités tunisiennes à négocier avec leurs homologues libyens afin de lever les taxes imposées au poste frontalier de Ras Jedir pour apaiser les tensions dans la région et rétablir une activité ordinaire au niveau du passage frontalier.
Le FTDES se dit étonné du “mutisme du gouvernement” face aux revendications des habitants de Ben Guerdane concernant l’application des accords relatifs au développement de la région ainsi que la résolution des problèmes en suspens entre les deux parties tunisienne et libyenne dans le but d’exonérer les habitants de Ben Guerdane de la taxe imposée à la frontière, lit-on de même source.
Le FTDES a dénoncé la politique d’atermoiement et d’indifférence adoptée par le gouvernement à l’égard de Ben Guerdane en dépit de la situation délicate qui prévaut dans la région dans les domaines sécuritaire et socioéconomique.
Le FTDES a réitéré son engagement à soutenir les habitants des régions défavorisées dans leur combat pour une vie digne.

par -

La Tunisie, notamment sa jeunesse, attend les retombées de la Conférence sur l’Investissement pour se bâtir un avenir obscurci présentement par le chômage. Ne nous leurrons pas, une très grosse partie des milliards qu’on a promis à la Tunisie sont des dettes que vont endosser les jeunes et les générations futures. Et ça va saigner pour rembourser ces emprunts colossaux, et les intérêts qui vont avec. Mais si c’est pour se donner une société plus prospère, d’une économie plus forte et génératrice d’emplois, le jeu en vaut la chandelle. Le seul hic c’est que la Tunisie de 2016 se démène, s’endette à tour de bras, s’agenouille presque devant les bailleurs de fonds du monde entier pour une catégorie de la population – les jeunes – qui voit son avenir partout sauf dans le pays. C’est ce que nous révèle l’étude coup de poing du Forum Tunisien pour les Droits Economiques Sociaux (FTDES), en collaboration avec la Fondation “Rosa Luxemburg Stiftung” (RLS)…

Cette enquête, intitulée “Les jeunes et la migration clandestine en Tunisie: Etude de terrain des stéréotypes, des pratiques et des attentes”, nous met à la face une réalité que beaucoup, en premier l’exécutif tunisien, auraient sans doute aimé planquer sous le tapis. En effet 45% des jeunes tunisiens sondés se disent prêts à prendre le large, même illégalement”. Gros malaise là. Presque la moitié des jeunes, d’après cette étude, cette frange pour qui on construit le pays et sans qui ce projet n’est pas viable, a de fortes envies d’évasion. Pire, 81% des jeunes interrogés sont disposés à financer une opération d’émigration clandestine ! Comme signe patent de la coupure très nette entre les aspirations des jeunes et leurs ainés, on peut difficilement avoir plus édifiant.

Il est important tout de même, avant d’aller plus loin sur la question, histoire aussi de couper l’herbe sous les pieds des sceptiques et autres grognards, que cette enquête est tout ce qu’il y a de plus sérieux et crédible, qu’elle est pilotée par 11 experts, dont 9 universitaires. Elle a pour but de faire la lumière sur les soubassements de la migration clandestine des jeunes tunisiens avant et après la révolution, et de cerner les raisons qui les poussent à se jeter sur les routes périlleuses de la migration, a confié à la TAP Romdhane Ben Amor, chargé de la communication au sein du FTDES.

Il faudra cravacher pour avoir des résultats

“Le FTDES ne cesse de souligner l’échec du modèle du développement tunisien qui s’illustre par l’augmentation de la migration clandestine”, a-t-il indiqué, ajoutant que près de 25 mille jeunes tunisiens ont déserté clandestinement le pays dans la seule période de la forte poussée révolutionnaire de 2011.
“Nous avons cru que les approches adoptées par les gouvernements successifs dans la gestion du dossier de la migration clandestine ont pu apporter des solutions alternatives, à part les accords signés avec l’Union Européenne, mais aucune amélioration n’a été observée dans le traitement de la situation économique et sociale des régions touchées par la migration clandestine”, a-t-il déclaré.

Le secrétaire d’Etat à la Migration, Radhouane Ayara, a affirmé hier dimanche, à Chebba, dans le gouvernorat de Mahdia, que le nombre d’émigrés clandestins tunisiens s’est situé entre 22 et 25 mille, durant les années qui ont suivi le départ précipité de Ben Ali. Il a embrayé en disant que les autorités actuelles ont pris à bras-le-corps ce fléau et ont sensiblement réduit ses proportions, jusqu’à 800 émigrés clandestins, depuis une année ou deux, grâce au concours des pays voisins. Il a tout de même reconnu que ce chiffre reste important. Et puis surtout – ça c’est Africanmanager qui le dit – ça ne veut nullement dire que, comme le démontre l’enquête du FTDES, le problème est réglé et que dans la tête des jeunes l’herbe en Tunisie est plus verte qu’ailleurs, loin de là. Nous attendons la prochaine étude pour établir des certitudes. Par ailleurs cela dépendra beaucoup de ce que fait actuellement le gouvernement pour extirper la jeunesse de son mal être. Le secrétaire d’Etat à la Migration a déclaré, dans une tribune de dialogue avec les jeunes, que prochainement le Conseil ministériel va se pencher sur un dispositif pour diriger les transferts de fonds des Tunisiens résidents à l’étranger vers les régions de l’intérieur, pour les y investir. Il a promis que des rencontres du même type seront organisées avec les jeunes tunisiens en France, Allemagne et Italie. Nous attendons de voir ce sur quoi tout cet activisme va déboucher…

par -

“119 suicides et tentatives de suicide ont été enregistrés au mois d’octobre 2016, un chiffre record depuis 2014”, a déclaré mercredi le sociologue Abdessatar Sahbani, responsable de l’Observatoire Social Tunisien relevant du Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux (FTDES).
Lors d’un point de presse tenu au siège du FTDES à Tunis pour présenter les rapports des mois de septembre et octobre 2016 sur le suicide en Tunisie ainsi que les mouvements de protestation collectifs et individuels, Sahbani a en outre tiré la sonnette d’alarme sur l’évolution des tentatives de suicide collectif durant les mois de septembre et octobre 2016.
“Il s’agit d’une nouvelle forme de protestation faisant du suicide collectif un outil pour attirer l’attention, puisque les sit-in ne bénéficient plus d’une couverture médiatique “, a-t-il dit.

Sahbani a précisé qu’un total de 131 mouvements de protestation individuels a été enregistré au mois d’octobre dernier contre 113 au mois de septembre dont 103 cas de suicides et tentatives de suicide.
Au mois d’octobre, 63% des suicides ou tentatives de suicide ont été observés chez la tranche d’âge des 26-35 ans, tandis qu’au mois de septembre le plus grand taux, soit 49%, a été enregistré chez la tranche d’âge 36-45 ans, suivi de la tranche d’âge 26-35 ans qui a enregistré 34% de cas.

Deux suicides dans la tranche d’âge des plus de 60 ans (un homme de 81 ans et une femme de 90 ans) ont été également enregistrés au mois d’octobre (0 cas au mois de septembre), outre le suicide de 4 enfants âgés de moins de quinze ans durant la même période (1 seul cas au mois de septembre), a-t-il encore déploré.
S’agissant des mouvements de protestation collectifs, 855 protestations ont été enregistrées au mois d’octobre contre 674 mouvements au mois de septembre et 486 au mois d’août.
Sur ces 855 protestations collectives, 396 sont instantanées, 303 sont spontanées et 156 sont violentes.
Les mouvements de protestation se sont été essentiellement déclenchés pour des raisons administratives, éducatives et sociales au cours des deux mois de septembre et octobre.

Sahbani a, dans ce cadre, expliqué que les manifestations violentes tendent à augmenter dans le secteur éducatif tandis que les affrontements avec les forces de l’ordre ont été, d’après lui, très limités.
La région de Kairouan a enregistré le plus important nombre de protestations collectives pendant les deux mois, suivie de Sousse en octobre et Kasserine en septembre ainsi que Gafsa pour les deux mois.
L’intervenant a estimé que les solutions sécuritaires, le silence ou le détournement des réalités ne font qu’aggraver et intensifier ces mouvements.
” Le traitement de tous ces dossiers est possible par la mise en place de solutions opérationnelles et réalisables sur le court et le moyen terme “, a-t-il préconisé.

FOCUS 🔍

Les chiffres des immatriculations de nouvelles voitures pour le mois de septembre 2018, laissent voire que les ventes des véhicules particuliers de la marque...

Le meilleur des RS

Ce Post, intitulé «Polémiques hôtelières», est l'oeuvre d'un homme qui a une grande expérience dans le secteur du tourisme et un ancien DG de...

PRESSE LOCALE

INTERVIEW

L'expert en économie et ancien ministre des Finances Houcine Dimasi a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

Les technologies numériques sont amenées à jouer un rôle déterminant dans le développement socio-économique de Djibouti, et seront indispensables au succès de la stratégie...

Reseaux Sociaux

SPORT