19 C
Tunisie
mercredi 28 octobre 2020
Accueil La UNE Fête du travail : Un étrange assortiment de bons procédés et de...

Fête du travail : Un étrange assortiment de bons procédés et de mises en garde !

C’est très probablement l’une des rares éditions de la « Fête du travail » où il n’est pas question d’augmentations salariales, mais plutôt de contributions des forces laborieuses à l’effort national consenti, cette fois-ci, à la lutte contre la pandémie du covid-19 et de ses retombées économiques et sociales, comme l’avait proposé la centrale syndicale, devançant une mesure gouvernementale qu’elle jugeait sans doute incontournable. Son secrétaire général, Noureddine Tabboubi, n’en est pas moins revenu, ce vendredi 1er mai, à la charge pour appeler le gouvernement à « prendre toutes les mesures nécessaires, juridiques et techniques, pour stopper le prélèvement de la contribution sociale solidaire (CSS) conjoncturelle sur les salaires des travailleurs ».

- Publicité-

C’était lors du traditionnel discours que l’UGTT ne se fait jamais faute de délivrer en cette solennelle occurrence. Et son premier responsable a pris bien soin de souligner que « les travailleurs ont déjà trop sacrifié et cette contribution est devenue pour eux une charge lourde rappelant qu’ils viennent déjà de faire don d’une journée de travail pour contribuer aux efforts de lutte contre la pandémie du coronavirus ».

Un discours qui n’a pas manqué de prendre les allures d’un catalogue d’actions que le gouvernement est sommé d’entreprendre, par exemple, en luttant -car il est grand temps de le faire- contre l’évasion fiscale, « les corrompus et les spéculateurs qui continuent à s’enrichir au détriment des pauvres ». Également, l’Etat est appelé à prendre des mesures urgentes pour protéger les PME (petites et moyennes entreprises), qui constituent une grande partie du tissu économique tunisien, et les artisans et les petits métiers qui ont été contraints de suspendre leurs activités dans cette période de confinement.

Gare aux mesures impopulaires !

Une mise en garde, quand même, contre la prise de mesures impopulaires et injustes dans cette période critique, mais encore des mesures pour garantir la protection des travailleurs sur les lieux de travail et un appel au gouvernement à « adopter la clarté et la transparence dans le discours et les actions ».

 » Il n’est plus permis que des dizaines de milliers de travailleurs continuent à percevoir des salaires inférieurs au salaire minium et que des dizaines de milliers de retraités soient privés de leurs droits et continuent à avoir des pensions inférieures aux pensions de vieillesse malgré l’accord avec l’ancien gouvernement de régulariser cette situation « , s’est indigné Tabboubi, avertissant que « l’on  n’acceptera plus la violation des droits des travailleurs dans un pays où la constitution garantit la dignité de l’être humain et l’application de la loi « .

Il a, dans ce contexte, souligné la nécessité de mettre en application les accords signés notamment celui du 14 avril 2020 qui, selon lui, a rendu justice au secteur privé et a été le couronnement du travail de la commission chargée du suivi de la situation dans le secteur privé pour mettre des critères et soutenir les entreprises en difficulté afin de garantir le salaire des employés outre l’accord dans le secteur du tourisme et des agences de voyages.

 » Il convient de mettre en application les accords conclus en respect des principes du dialogue social et pour préserver la stabilité du pays « , a-t-il dit. Tabboubi a dénoncé les licenciements abusifs et la reprise des activités sans la garantie des moyens de protection aux travailleurs dans certaines entreprises.  » On n’acceptera plus de telles violations et toute partie doit assumer ses responsabilités juridiques, politiques et constitutionnelles pour lutter contre ces atteintes à la dignité humaine « , a-t-il dit.

Le gouvernement attaché au dialogue

Sans répondre directement au secrétaire général de l’UGTT, le chef du  gouvernement, Elyes Fakhfakh, a affirmé son attachement et celui de son gouvernement à la voie du dialogue et de la concertation avec les partenaires sociaux concernant toutes les grandes questions sociales et nationales, soulignant que la poursuite du contrôle de la propagation du Coronavirus demeure tributaire de l’adhésion de tous les Tunisiens et Tunisiennes et de leur respect des procédures sanitaires et préventives du confinement sanitaire orienté.

Dans un communiqué publié par la présidence du gouvernement à l’occasion de la célébration de la fête du travail, Fakhfakh a mis l’accent sur le souci du gouvernement de protéger les droits professionnels et matériels, de garantir des conditions de travail décentes à tous les travailleurs conformément aux normes de santé et de sécurité au travail et aux conventions conclues dans ce cadre. IL a, à cet égard, salué le rôle de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) dans la défense des droits des travailleurs et de leurs revendications légitimes relatives à l’emploi et à la dignité.

Le chef du gouvernement a, également, rendu hommage à l’organisation ouvrière pour les efforts qu’elle déploie afin d’assainir le climat social et pour sa contribution agissante à toutes les dates phares de l’histoire de la Tunisie.

Le chef du gouvernement a, dans ce même contexte, salué les efforts du personnel médical et paramédical et de tous les travailleurs du secteur de la santé ainsi qu’à tous ceux qui sont en première ligne, pour leurs efforts en vue de combattre cette pandémie et contrôler sa propagation.

Fakhfakh a félicité tous les salariés et les travailleurs intellectuels et manuels dans toutes les régions du pays et dans tous les secteurs ainsi que toutes les organisations professionnelles des travailleurs et des employeurs à l’occasion de la Journée internationale du travail.

Il a indiqué que les mesures socio-économiques annoncées dans le cadre de l’accompagnement des entreprises pour faire face aux retombées du coronavirus visent, principalement, à préserver les postes d’emploi et les droits des travailleurs ainsi qu’à garantir la pérennité de l’entreprise et lui permettre de jouer pleinement son rôle dans la phase de reprise économique afin que le pays puisse retrouver le rythme de croissance habituel durant la période post-crise. Il a, à cet égard, souligné l’importance du rôle du secteur privé dans l’appui des efforts de l’Etat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

104,725FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,334SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles