L’ATB affiche une croissance de 13% de son CA en dépit d’une...

L’ATB affiche une croissance de 13% de son CA en dépit d’une conjoncture difficile.

par -

La révolution du peuple tunisien pour la liberté et la dignité qui a touché l’ensemble de l’économie nationale, l’Arab Tunisian Bank (ATB) a achevé l’année 2010 avec des indicateurs en hausse.
L’institution financière a, en dépit des dégâts matériels qu’elle a subis (16 agences endommagées),  réalisé un chiffre d’affaires de l’ordre de 244,99 MD, soit une croissance de 13,97%.
Comparativement à la même période de l’année dernière, le Produit Net Bancaire de la Banque s’est apprécié de 19,5 MD, à 144,56 MD, soit une progression de 15,63% par rapport à fin décembre 2009.
Cette performance au 31 décembre 2010 est justifiée par une évolution soutenue de l’activité de la banque. Les crédits à la clientèle ont suivi une tendance à la croissance avec un encours de 2.322,38 MD, à fin décembre 2010, contre 1.663,37 MD, à fin décembre 2009, soit une évolution de 39,62%.
Par contre, les dépôts de la clientèle ont diminué de 4,74% pour atteindre 2.889,74MD, au 31-12-2010, contre 3.033,56 MD, à fin décembre 2009. Une baisse due essentiellement à une baisse des dépôts à terme de 457,19MD qui correspond à un choix volontaire avec pour objectif de privilégier des dépôts moins coûteux. En effet, la baisse des dépôts à terme a été compensée d’abord par une forte hausse du volume des dépôts à vue, qui s’est établi à  1.185,36 MD, contre  961,86 MD, à fin décembre 2009, soit 23,24% d’augmentation. Ensuite, par une bonne progression des comptes épargne, de 18,64% pour s’établir à 477,04 MD  constituant ainsi, 16,51% de l’ensemble des dépôts de la clientèle.
 Autre recul constaté, celui du portefeuille titres commercial détenu par l’ATB. Un léger recul de 4,99 % par rapport à la même période de l’année précédente, pour se situer autour de 802,12 MD, à fin décembre 2010, contre 844,26  au 31-12-2009.
Les charges opératoires de la banque ont été contenues à hauteur de 9,58 % par rapport à 2009 pour s’établir à 70,35 MD à fin Décembre 2010 contre 64,20 MD au 31/12/2009 et le coefficient d’exploitation s’est amélioré de 2,69 points et s’est inscrit à 48,67 % durant l’année 2010 contre 51,36 % au 31 Décembre 2009.                   
Enfin les commissions perçues ont progressé de 7,11 MD, soit 27,70% au 31 décembre 2010 pour s’établir à 32,78 MD, ce qui a contribué à l’amélioration de la couverture de la charge du personnel de 11,2  points pour atteindre 89,80%.
Au terme de l’exercice 2010, l’ATB a réussi à réaliser l’augmentation de son capital de 20 millions de dinars pour le porter de 80 millions de dinars à 100 millions de dinars. Suite à cette augmentation, la structure de son actionnariat est demeurée inchangée et se décompose de l’ARAB BANK plc, installée en Jordanie et représente un des premiers groupes bancaires dans le monde, et des prestigieux groupes industriels tunisiens (Groupe Zerzeri, groupe Bayahi,  groupe Abbès, groupe Ben Ammar, groupe Ben Sedrine, etc.).
Dans le cadre d’un projet global de gestion des risques opérationnels, L’Arab Tunisian Bank  dispose d’un plan de continuité d’activité mis en place en collaboration avec l’Arab Bank Plc depuis plus de 5 ans  et ce conformément aux règles de la BCT en la matière fixées par la circulaire 2006/19 et aux recommandations Bale 2 .  Un plan déjà mis en place et qui a englobé notamment les volets suivants :
Un back up IT en Mirroring permettant la sauvegarde des données de la banque dans un endroit très fortement sécurisé.
Un plan de reprise de l’activité (Business) dans des délais accordant une priorité aux opérations ne pouvant être différées dans le temps.
Suite aux évènements qu’a connus le pays, une cellule de crise mise en place depuis le 14/01/2011, assurant 24H/24H le bon dénouement des opérations des agences sinistrées ainsi que la sécurité des biens de la banque et de ses employés  à travers l’activation  du plan d’évacuation des locaux et de gestion des crises. Cette cellule a permis aussi de réagir rapidement et d’orienter les clients des agences sinistrées vers les points de vente les plus proches. Cette opération a été possible grâce au système d’information de la banque qui permet à toutes les relations d’effectuer toutes leurs transactions  depuis n’importe quelle agence de leur choix.
En conclusion et en  dépit des  dégâts matériels plus ou moins importants constatés  sur quelques agences  , cet ensemble de mesures a permis la remise en service dans des délais record de toutes les agences sinistrées et d’éviter  tout incident sur les dépôts et les valeurs de la clientèle .

ARTICLES SIMILAIRES

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire