La découverte pétrolière de Springfield est historique pour le contenu local

La découverte pétrolière de Springfield est historique pour le contenu local

par -

La découverte de pétrole en eau profonde au large du Ghana, qui sera bientôt annoncée par le groupe africain Springfield, est historique pour le Ghana et le contenu local africain. Il s’agit non seulement de la première découverte de pétrole en eaux profondes faite par une société pétrolière africaine, mais il pourrait s’agir d’une découverte plus importante que celle de champs de Jubilee qui reste le plus grand gisement de pétrole du pays.

Bien que les chiffres soient encore temporaires et que plusieurs évaluations supplémentaires soient nécessaires, la découverte résulte du forage de deux puits au cours des 40 derniers jours, qui ont tous deux découvert du pétrole. Le gisement pourrait contenir jusqu’à 1,2 milliard de barils de pétrole, avec une récupération pouvant aller jusqu’à 35% selon Springfield. Des quantités importantes de gaz commercialement viables ont également été découvertes.

« Quelle année pour l’exploration en l’Afrique ! », A déclaré Nj Ayuk, président de la Chambre africaine de l’énergie (https://EnergyChamber.org/) et Directeur général du Centurion Law Group. « Springfield et son PDG, Kevin Okyere, représentent l’esprit africain qui défie les obstacles insurmontables et s’accroche coûte que coûte », a-t-il ajouté. « L’Afrique est une frontière d’exploration brûlante dans laquelle les découvertes de pétrole et de gaz les plus importantes sont réalisées non seulement par des explorateurs internationaux, mais également par nos propres sociétés. La découverte du Ghana est le résultat des efforts d’entrepreneurs africains, dans un pays où les premières découvertes ont été faites il y a seulement 12 ans. Plus important encore, elle a été faite dans un bloc qui a été abandonné par l’explorateur américain Kosmos Energy, connu pour être un pionnier dans la réalisation de découvertes massives à travers l’Afrique et pour l’ouverture de nouvelles frontières. Cela en dit long sur la valeur que le développement du contenu local peut créer lorsque les entreprises et les entrepreneurs africains ont la possibilité de contribuer à leur secteur. »

En seulement une décennie, le Ghana, qui ne produisait pas de pétrole, est devenu le quatrième producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, avec une production moyenne d’environ 195 000 barils de pétrole par jour. Le pays a été le fer de lance des transformations au sein du secteur de l’énergie du continent, fournissant aux entreprises africaines des politiques de marché et un climat des affaires favorisant l’acquisition d’actifs de classe mondiale auprès de sociétés internationales, telles que l’acquisition du bloc de Kosmos Energy par Springfield ou l’acquisition par les sociétés Chrome Resources et Rockefield du bloc West Keta à Hess Corp après sa sortie en 2014.

Depuis la découverte du gisement de Jubilee par Kosmos Energy en 2007, le Ghana a réussi à mettre en production trois projets offshore, à résoudre son différend sur la frontière maritime avec la Côte d’Ivoire et à se positionner comme une province clé des hydrocarbures dans le golfe de Guinée. Le pétrole est maintenant produit à partir du gisement de Jubilee par Kosmos Energy, des gisements de Twenneboa, Enyenra et Ntomme par Tullow Oil, et du projet de développement intégré du gisement de pétrole et de gaz d’Offshore Cape Three Points par Eni. La production nationale devrait atteindre 250 000 milliards de barils l’an prochain, et les prévisions les plus optimistes tablent sur un demi-million de barils par jour d’ici 2025.

La Chambre africaine de l’énergie demande au gouvernement du Ghana d’encourager le développement complet du bloc. Nous pensons qu’un tel développement créera des emplois pour les Ghanéens et des opportunités pour les entreprises et les entrepreneurs ghanéens de desservir l’un des plus grands projets de développement offshore en Afrique de l’Ouest. Une telle découverte pourrait générer une croissance économique considérable pour le Ghana, qui connait déjà la croissance économique la plus rapide du monde cette année.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire