AccueilLa UNELa descente aux enfers du déficit commercial. La Chine et la Turquie...

La descente aux enfers du déficit commercial. La Chine et la Turquie encore et toujours!

Le déficit commercial mensuel en octobre s’est creusé à 1556,3 millions de dinars (MD), contre 1409,3 MD en septembre, a annoncé, vendredi, l’Institut National de la Statistique (INS), dans sa note sur « Le Commerce Extérieur aux prix courants (CVS-CEC), Octobre 2021 ».

- Publicité-

Le déficit global de la balance commerciale demeure tiré par les échanges avec la Chine et la Turquie pour lesquelles le déficit bilatéral a atteint respectivement 455 MD et 283,4 MD.

Le taux de couverture a perdu 1,4 point par rapport à septembre, pour se situer au niveau de 72,4%.
L’aggravation du déficit est du à l’accroissement des importations contre une stabilité au niveau des exportations.

Les importations toujours en hausse, mais à un rythme moins soutenu

En fait, les importations sont toujours en hausse pour le troisième mois consécutif, mais à un rythme moins soutenu. Elles ont augmenté de 2,6%, à 5638,1 MD, en raison, notamment, de la forte hausse de nos approvisionnements en produits énergétiques (+74,9%).

Hors produits énergétiques, les importations sont en baisse de 7,2%. La majorité des groupements de produits enregistrent une baisse de leurs importations. Les acquisitions de biens d’équipement régressent de 17,2% et de matières première et demi-produits de -1,6%. De même, un repli est observé au niveau des importations des produits de biens de consommation (-8,6%) et des produits de l’alimentation (-5,4%).

Une hausse exceptionnelle de 689,3% des importations est enregistrée avec l’Algérie en raison d’approvisionnements importants en gaz. De même, nos achats depuis la Russie ont fortement augmenté, de 112,3%, à la suite d’une forte importation d’orge et d’ammoniac.
En revanche, nos achats de l’Union Européenne ont baissé de 5,9% et de Chine (-27,6%).

Quasi-stagnation des exportations

S’agissant des exportations, elles ont quasiment stagné, enregistrant une légère amélioration de 0,6%, pour se situer à un niveau de 4081,7 MD. Cette évolution est le résultat de la hausse importante des exportations du secteur de l’énergie et lubrifiants de 136,3%, contre une baisse enregistrée au niveau des exportations d’autres secteurs, à savoir les industries mécaniques et électriques qui ont diminué de 8,2% ainsi que les secteurs des mines, phosphates et dérivés (-21,1%) et de l’agriculture et industrie agro-alimentaire (-12,5%).
Quant aux exportations du secteur du textile, habillement et cuirs et celles des industries manufacturières diverses, elles ont quasiment stagné avec des évolutions respectives de +0,5% et -0,4%.
Les exportations vers les pays de l’Union Européenne ont enregistré une augmentation de 2,5%. Cette progression a été remarquée surtout au niveau des exportations vers l’Italie (8,6%) et l’Espagne (36,3%), alors nos exportations vers l’Allemagne ont baissé de 10%.
Hors UE, la baisse des exportations est plus marquée avec la Turquie (-84,9%) et la Chine (-85,6%).

Il importe de souligner que cette note de Commerce Extérieur aux prix courants (CVS-CEC) prend en considération la Correction des variations saisonnières (CVS), technique que les statisticiens emploient pour éliminer l’effet des fluctuations saisonnières normales sur les données, de manière à en faire ressortir les tendances fondamentales.

De même, l’INS utilise la Correction des Effets de Calendrier (CEC), une procédure supplémentaire utilisée afin d’effacer les fluctuations due à des effets de jours ouvrables, de jours fériés voire de phénomènes spécifiques comme l’effet du mois de Ramadan.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,857SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles