AccueilLa UNELa Tunisie de plus en plus dépendante des envois de fonds de...

La Tunisie de plus en plus dépendante des envois de fonds de ses expatriés

Très attendu, le rapport de l’Economist Intelligence Unit (EIU)  sur la Tunisie a été rendu public le 30 novembre 2021. Il rappelle tout d’abord que jusqu’à la révolution de 2010-11, le déficit commercial structurel du pays était largement compensé par les services et les excédents de revenus secondaires provenant des recettes du tourisme et des envois de fonds des Tunisiens travaillant à l’étranger, ce qui a permis de limiter le recours aux réserves de change pour répondre aux besoins de financement extérieur. Depuis la révolution, cependant, le tourisme a subi une série de chocs qui ont fait chuter les recettes. Les envois de fonds, en revanche, se sont révélés beaucoup plus résistants et ont fortement augmenté ces deux dernières années, même pendant la récession mondiale induite par le coronavirus en 2020. Avec des jeunes instruits qui recherchent de plus en plus d’opportunités d’emploi à l’étranger, et l’industrie du tourisme qui subit des dommages à moyen terme liés à la pandémie, les envois de fonds sont susceptibles de devenir une partie encore plus importante des comptes extérieurs de la Tunisie en 2022-26.

- Publicité-

Pendant plus d’une décennie, les envois de fonds ont confortablement dépassé à la fois les recettes du tourisme et les investissements directs étrangers (IDE) en tant que source de devises étrangères. L’industrie du tourisme a été durement touchée par la crise du 19 octobre, et il faudra des années pour que les recettes touristiques augmentent au point d’égaler la valeur des envois de fonds, même si le secteur ne subit pas un autre choc. Les IDE ne rebondiront pas fortement sans une plus grande stabilité politique et des réformes économiques, ce qui n’est pas probable à court terme, prévient l’EIU.

Les recettes du tourisme sous le coup de  multiples chocs

A l’instar de presque toutes les économies du monde, le secteur du tourisme tunisien s’est arrêté en raison de la réponse internationale et nationale à la pandémie de coronavirus. Historiquement, cependant, le secteur du tourisme tunisien a également été vulnérable à des facteurs de risques sécuritaires et politiques intermittents.

Étant donné que la Tunisie a connu une forte agitation sociale – parfois violente – en 2021, et plus récemment des niveaux croissants d’incertitude politique suite à la prise de pouvoir du président, Kaïs Saïed, à partir de juillet, la perception touristique est susceptible de prendre beaucoup plus de temps à se rétablir que dans d’autres pays (y compris les marchés voisins tels que l’Égypte et le Maroc). Cela sera particulièrement vrai si l’opinion publique  commence à se retourner contre le président, entraînant des manifestations de masse en 2022-23. En plus de cela, le secteur du tourisme est fortement endetté et une grande partie de l’infrastructure hôtelière est délabrée, ce qui nécessite des investissements majeurs, qui semblent peu susceptibles de se matérialiser dans l’environnement actuel.

L’instabilité politique pèse sur les entrées d’IDE

Les investisseurs étrangers ont été dissuadés par l’augmentation du militantisme des travailleurs, la bureaucratie et l’incertitude politique, qui l’ont emporté sur les avantages de la Tunisie, à savoir des infrastructures raisonnablement bonnes, une main-d’œuvre assez qualifiée et la proximité de l’Europe. La tendance à la baisse des IDE depuis la révolution de 2010-11 s’est accélérée en 2020 en raison de la forte récession économique causée par le covid-19, mais n’a pas réussi à rebondir en 2021, même si l’économie a connu une reprise lente, en raison d’une crise politique de longue durée et de l’incertitude quant aux futures politiques économiques du gouvernement, qui s’est aggravée depuis que Kais Saïed a suspendu le parlement et s’est emparé des pouvoirs le 25 juillet. Il est peu probable que les IDE retrouvent les niveaux d’avant la révolution tant qu’il n’y aura pas une plus grande stabilité politique et sociale, une loi sur les investissements plus attrayante, moins de paperasserie et moins de restrictions sur les IDE dans les secteurs « stratégiques » tels que l’énergie, les transports, l’eau et l’agriculture, les banques et autres secteurs de services. Toutefois, même si le gouvernement mettait en œuvre de telles réformes, ce qui est peu probable étant donné la fragilité des entreprises locales, il faudrait des années pour qu’elles aient un effet.

La bouée de sauvetage de la diaspora

Les envois de fonds proviennent de quelque 600 000 à 700 000 Tunisiens travaillant dans le monde entier, principalement dans l’UE (60 % en France, 15 % en Italie et 7 % en Allemagne) et dans le monde arabe (5 % en Libye et 7 % dans les États du Golfe). Sur ce total, on estime qu’environ 100 000 personnes occupent des emplois bien rémunérés en tant que médecins, ingénieurs, enseignants et hommes d’affaires.

Les envois de fonds ont atteint 2,1 milliards de dollars US en 2010, mais sont tombés à 1,9 milliard de dollars US en 2018. Depuis lors, ils se sont redressés, augmentant de 13 % pendant la récession de 2020 et il est estimé qu’ils auront encore augmenté de 25 % pour atteindre plus de 2,8 milliards de dollars en 2021, soit deux fois la valeur des recettes touristiques et des IDE combinés et l’équivalent d’environ 6,6 % du PIB. La croissance robuste des envois de fonds met en évidence la réponse des expatriés tunisiens aux besoins de leurs familles en Tunisie touchées par le ralentissement économique causé par le covid-19. En outre, ce soutien a probablement été favorisé par les programmes de mise au chômage dans certains pays de l’UE et, plus récemment, par une reprise de l’activité économique dans ces pays, ainsi que dans les États arabes du Golfe grâce à la hausse des prix mondiaux du pétrole.

La diaspora source majeures de  devises

La plupart des transferts de fonds arrivent en Tunisie sous forme d’argent et de biens destinés aux familles des migrants. Relativement peu sont investis dans l’économie, en partie à cause d’un manque de mécanismes appropriés. En effet, la richesse et l’épargne de la diaspora tunisienne constituent une source d’investissement dans l’économie largement inexploitée. « Nous nous attendons à ce que les envois de fonds restent à des niveaux historiquement élevés jusqu’à ce que l’économie tunisienne récupère tout le terrain perdu à cause du covid-19, ce qui ne devrait pas se produire avant 2023 », souligne l’EIU. Par la suite, aloute-t-elle, le flux des envois de fonds se modérera mais devrait continuer à dépasser les niveaux pré-pandémiques car la diaspora tunisienne continue de croître. L’émigration a augmenté depuis la révolution et a connu un pic au cours des deux dernières années, avec le départ non seulement de jeunes chômeurs, mais aussi par une accélération de la fuite des cerveaux de professionnels et d’entrepreneurs qualifiés.

Les facteurs d’incitation comprennent la baisse du niveau de vie, en partie due à la hausse du chômage. Le taux de chômage, qui s’élevait à 18,4 % au troisième trimestre de 2021, contre 13 % en 2010, atteint plus de 30 % chez les jeunes et les diplômés. En outre, les mauvaises conditions dans l’importante économie grise (qui emploie 1,5 million de Tunisiens, soit 40 % de la main-d’œuvre totale), et la difficulté de développer de nouvelles entreprises en Tunisie en raison des formalités administratives, du faible accès au crédit bancaire et de la domination de l’économie par des réseaux établis liés à l’élite politique, sont également des facteurs importants. Mais l’effet de ces facteurs risque maintenant d’être exacerbé par une instabilité sociale croissante, à mesure que l’opposition à la prise de pouvoir du président commence à se développer et que cette opposition suscite des mesures de répression autoritaires. Par conséquent, les transferts de fonds resteront d’une importance cruciale pour les réserves de change, la capacité du service de la dette et la balance des comptes courants de la Tunisie dans un avenir proche, conclut l’EIU.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,917SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles