AccueilLa UNELa Tunisie ne peut plus retarder la zone de libre-échange avec la...

La Tunisie ne peut plus retarder la zone de libre-échange avec la Libye

La zone de libre-échange prévue par la Tunisie à Ben Guerdane est au point mort alors que des projets similaires ont progressé en Libye. Si les autorités tunisiennes agissent rapidement pour revitaliser le plan, elles peuvent relancer l’économie et donner de l’espoir à la population frontalière marginalisée.

En 2012, la Tunisie a annoncé la création d’une zone de libre-échange et de logistique (ZLE) à Ben Guerdane, près de la frontière libyenne. Il s’agit de  développer les régions frontalières marginalisées du Sud-est et de formaliser les acteurs économiques informels. Toutefois, le projet est au point mort en raison de la résistance institutionnelle, des divisions politiques et de l’incapacité à exploiter les rivalités géopolitiques internationales. Si cette situation persiste, le projet pourrait devenir inutile en raison de l’émergence de zones franches en Libye, privant la Tunisie des revenus dont son économie en difficulté a besoin, estime le think tank Carnegie sous la plume de son chercheur non résident Hamza Meddeb.

En fait, la région frontalière tuniso-libyenne autour de la ville de Ben Guerdane repose depuis longtemps sur le commerce transfrontalier informel. Ce commerce est toléré par les autorités car il assure une certaine stabilité sociale dans une région longtemps négligée de la périphérie de la Tunisie. Le commerce transfrontalier, tant formel qu’informel, a prospéré pendant plus de deux décennies sous les régimes de l’ex président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali et du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi. Toutefois, il a décliné après les soulèvements de 2010-2011 dans les deux pays, qui ont conduit au renversement des deux dirigeants.

Les développements de part et d’autre de la frontière ont contribué à réduire les flux commerciaux. En Libye, l’intensification du conflit entre groupes armés dans les régions occidentales du pays après la chute de Kadhafi a entraîné une détérioration de la situation économique. En Tunisie, les efforts des autorités pour s’assurer que l’instabilité en Libye ne se propage pas à travers la frontière comprenaient la mise en œuvre de mesures rigoureuses de sécurité frontalière à partir de 2014.  Cette combinaison de facteurs a eu un impact négatif sur les zones frontalières du sud-est de la Tunisie. L’adversité qui en a résulté a donné lieu à de fréquents mouvements de protestation à Ben Guerdane, exacerbant les griefs populaires résultant de la marginalisation de la région.

En 2012, la détérioration de la situation économique et sociale a incité le gouvernement tunisien à avancer sur un projet potentiellement transformateur, à savoir l’établissement d’une zone de libre-échange et de logistique à Ben Guerdane. Le gouvernement cherchait principalement à atteindre deux objectifs : réduire son manque à gagner dû au  commerce informel et revitaliser la région frontalière. Outre le développement des zones frontalières pour réduire le mécontentement social, le plan visait à formaliser le secteur informel en encourageant les entrepreneurs de l’économie informelle à profiter des facilités offertes et à légaliser leurs activités, ce qui créerait des emplois et stimulerait les exportations.

La zone franche offrirait des services d’entreposage, de stockage et de distribution et, en priorité, réexporterait les marchandises importées vers la Libye, ainsi que vers d’autres pays africains et l’Europe. 7 Située à 45 kilomètres du port de Zarzis et à 60 kilomètres de l’aéroport de Djerba, la ZLE répondrait à l’ambition des gouvernements post-2011 de transformer le Sud-est de la Tunisie en un hub commercial et logistique. Cependant, pour que le projet soit compétitif et suscite l’intérêt, la ZLE de Ben Guerdane nécessite des investissements dans des espaces de stockage, des infrastructures de qualité et des installations offrant des services logistiques. Elle doit également offrir aux investisseurs des réglementations et des incitations adaptées, telles que des taux d’imposition réduits, des réglementations douanières spéciales et un régime monétaire flexible.

Une gouvernance à faible coût

Les services de sécurité tunisiens toléraient le commerce transfrontalier informel. Cela ne signifiait pas pour autant que le gouvernement était incapable de faire respecter la loi. En ne le faisant pas, cependant, les forces de sécurité ont pu construire des réseaux clientélistes parmi ceux qui dépendaient de leur indulgence, alors même que le commerce informel agissait comme une soupape de sécurité plus large pour la région, permettant à une majorité de personnes de mener des activités économiques de subsistance, tandis que quelques heureux élus accumulaient des richesses. Cette tolérance officielle faisait partie d’une approche de gouvernance à faible coût dans les régions frontalières. Étant donné le manque général de développement soutenu par le gouvernement dans ces régions, si les autorités douanières et la police avaient choisi de combattre le commerce informel, elles auraient créé des foyers de protestation et d’instabilité. Pour une population souffrant économiquement et socialement de l’indifférence prolongée de l’État, les revenus tirés du commerce transfrontalier informel étaient les seuls substituts viables. Le régime de Ben Ali a compris l’importance de permettre à ce commerce de se poursuivre.

Après la chute des régimes de Ben Ali et de Kadhafi, la participation à l’économie frontalière s’est étendue au-delà des cercles précédemment formés par les clients des services de sécurité. L’implication des groupes armés libyens dans le trafic de produits illicites, tels que les drogues, les stupéfiants et les boissons alcoolisées, a créé des liens entre l’économie de guerre et l’économie frontalière dans l’ouest de la Libye. La concurrence féroce entre les réseaux commerciaux et la forte implication des milices impliquées dans les rackets de protection ont perturbé les arrangements économiques qui étaient en place auparavant.

Le projet  de la ZLE a subi de multiples retards dus à ses lacunes conceptuelles, aux négociations sur les droits de propriété, à la résistance institutionnelle liée aux incitations fiscales et aux réglementations monétaires dans la zone franche, aux rivalités entre les élites économiques et à l’ambiguïté de la participation de la Tunisie à la concurrence internationale sur les routes commerciales méditerranéennes.

L’impact de COVID-19 a accru l’importance de la logistique et des chaînes d’approvisionnement pour répondre à la demande mondiale post-pandémique de marchandises. La logistique doit évoluer afin de construire des chaînes d’approvisionnement plus solides, tandis que les pays doivent se positionner stratégiquement dans les réseaux mondiaux de commerce et de transport afin de profiter de cette situation. Dans ce contexte, l’émergence de multiples zones franches en Afrique du Nord entraînera inévitablement des défis pour la Tunisie. Si les dirigeants du pays ne parviennent toujours pas à convaincre les investisseurs de l’attrait du projet Ben Guerdane et à s’associer à un opérateur stratégique, la Tunisie connaîtra un revers majeur.

Aujourd’hui, l’avenir s’annonce sombre en Tunisie et en Libye, estime Carnegie .Les dirigeants politiques tunisiens se sont employés à remanier la constitution du pays dans le but de concentrer le pouvoir et de relancer un système politique peu libéral  Après l’adoption d’une nouvelle constitution le 25 juillet 2022, qui donne au président de larges prérogatives, la priorité devrait passer à la résolution des problèmes économiques urgents. Cela pourrait s’avérer difficile étant donné le manque de vision économique du président. L’évolution de la situation en Libye, quant à elle, pourrait relancer les affrontements armés et déstabiliser davantage le pays. Les dissensions politiques contrecarrent les opportunités de croissance et de développement dans les deux pays, qui sont engagés dans une course vers le bas. La Tunisie doit donner la priorité à son économie. Le projet de zone franche pourrait être la pierre angulaire d’un tel effort, mais il nécessite une stabilité politique et une vision audacieuse et innovante de ce qui doit être fait. Pour l’instant, ni l’un ni l’autre ne sont présents, conclut le think tank.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,015SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -