Tags Posts tagged with "libye"

libye

par -

Le président de l’association de sauvetage des Tunisiens bloqués à l’étranger, Ikbel Rejab, a affrimé vendredi 18 août 2017 que 39 enfants tunisiens sont actuellement détenus dans les prisons libyennes.

Il a précisé sur Shems fm que l’État ne fait aucun effort pour leur venir en aide ou pour les rapatrier, soulignant que les autorités libyennes veulent coopérer sur cette affaire et qu’elles cherchent à alerter les instances nationales et internationales à ce sujet.

par -

Dans une Libye en proie au chaos et à la dégradation de la situation sécuritaire, plusieurs Tunisiens ont été incarcérés dans les prisons pour des délits qu’ils n’ont pas commis.

Les arrestations arbitraires de nos ressortissants en Libye avaient scandalisé une bonne partie de l’opinion publique, alimentant ainsi les accusations sur l’incapacité des autorités tunisiennes à protéger leurs ressortissants, victimes d’enlèvements, de torture, de maltraitance, du fait de l’absence d’un Etat digne de ce nom en Libye.

Des proches de ces détenus, démoralisés, désespérés, en sont réduits à faire des sit-in périodiques pour obtenir du gouvernement qu’il fasse la lumière sur cette sombre affaire qui discrédite la diplomatie tunisienne.

Dans une interview accordée à Africanmanager, le président de l’Observatoire tunisien des droits de l’Homme (OTDH), Mustapha Abdelkebir, a affirmé que de nombreux Tunisiens ont été emprisonnés dans les prisons libyennes pour de fausses accusations. Ces détenus, qui sont issus de différentes régions du pays, ont été incarcérés dans des conditions inhumaines, a-t-il  affirmé.

Abdelkebir a également fait état de «l’immobilisme» des autorités tunisiennes sur ce sujet, affirmant qu’il faut intervenir dans les plus brefs délais et que leur rapatriement doit être une priorité pour l’Etat tunisien.

Il a, sur un autre volet, ajouté que quatre Tunisiens «innocents» sont menacés par une condamnation à la peine de mort en Libye pour le meurtre d’un Libyen.

Une bonne nouvelle, tout de même

Abdelkebi a annoncé que 45 détenus tunisiens emprisonnés dans les geôles libyennes seront libérés dans les jours à venir.

Il a précisé que les détenus se trouvent dans deux prisons différentes, ajoutant que les négociations entre la Tunisie et la Libye ont abouti à un accord en vertu duquel ces détenus seront libérés et acheminés par voie terrestre à travers le poste frontalier de Ras Jedir.

Il a rappele que 78 Tunisiens détenus dans les prisons libyennes ont été libérés dernièrement et sont rentrés au bercail.

A signaler que le gouvernement tunisien n’a de cesse de renouveler ses appels à ses ressortissants en Libye à la prudence, à quitter le territoire si nécessaire et à ne pas se rendre dans ce pays dans les conditions actuelles, sauf nécessité absolue.

Pour sa part, le ministère tunisien des Affaires étrangères avait annoncé la formation d’une cellule de crise pour le suivi de la situation des Tunisiens en Libye. Cette cellule doit protéger les vies des Tunisiens en Libye et garantir, entre autres, leur sécurité pour parer à toute éventualité durant la prochaine période.

par -

Après plusieurs années de conflits et de divergences entre les parties se disputant devant les tribunaux libyens, la légalité de représentation de la Société libyenne des investissements africains qui gère, entre autres, l’Hôtel LAICO (ex-Abou Nawas Tunis), l’affaire vient de connaître, enfin, son épilogue et son dénouement. C’est ce que nous apprend un communiqué de la Laico (Libyan African Investment Company), dont Africanmanager a reçu copie.

Selon la même source, «le Tribunal de première instance du Nord de Tripoli a rendu son verdict en date du 9 août 2017, un jugement qualifié de définitif tranchant quant à la véracité et la légalité du registre commercial relatif à la Société libyenne des investissements africains sous le numéro : 22188». Ledit verdict stipule que le Président du Conseil d’administration de la Société et son représentant légal est le Docteur Salah Khelifa Awadh et Mehdi Salem Chakouna directeur général.

La Laico estime dans son communiqué que ce «jugement constitue un pas positif et important qui va contribuer à remettre de l’ordre dans la gestion de ladite Société en vue d’un retour à la normale du cours de ses activités et d’une levée des obstacles et des difficultés par lesquelles passent les différentes sociétés relevant de la Société libyenne des investissements africains aussi bien en Tunisie que dans les autres pays africains, en général et devrait, également, contribuer, notamment, à la reprise des activités de l’Hôtel LAICO, jadis fleuron du secteur de l’hôtellerie en Tunisie, de par son site, son standing et la qualité de ses services».

par -

A partir de ce mardi 16 août 2017, Mahmoud Al-Werfalli, un des lieutenants du maréchal Khalifa Haftar, sera contraint de se barricader chez lui, dans l’Est libyen. En effet la Cour pénale internationale (CPI) vient de lancer à son encontre un mandat d’arrêt d’arrêt international pour crimes de guerre, meurtres présumés perpétrés à Benghazi et aux alentours, rapporte l’AFP. Al-Werfalli est soupçonné d’être mouillé ces deux dernières années dans l’assassinat de 33 personnes à Benghazi, la deuxième ville du pays.

L’ancien officier de la brigade Al Saiqa, une unité d’élite de l’armée sous le régime Khadhafi, qui avait rapidement lâché ce dernier en 2011 pour rallier les révolutionnaires, est accusé par la CPI d’avoir «directement commis et ordonné la commission de meurtres».
Entre 2016 et 2017, Al-Werfalli est accusé d’avoir pris part à au moins 7 faits graves, qui vont de tirs sur des civils ou combattants blessés à des ordres d’exécution. Pourtant il n’existe pas d’éléments «qui montrent qu’ils ont été jugés par un tribunal légitime, militaire ou autre», qu’il y ait eu un «procès en bonne et due forme », ont argué les juges de la CPI dans leur mandat d’arrêt. Plus accablant encore pour l’un des bras droits de Haftar : Le CPI dispose d’une vidéo dans laquelle on verrait l’homme tirer sur un individu non armé et ensuite lancer en direction de la dépouille qu’elle était sous le contrôle de “Satan“.

Dans un autre film, on voit Al-Werfalli lire un document et demander à un peloton d’exécution d’ouvrir le feu sur 15 personnes arborant des tenues oranges et des capuches noires, indiquent les juges. Les mêmes images le montrent en compagnie de deux autres hommes en train d’abattre 3 personnes et ordonner l’exécution de 2 autres. «La vidéo rendant compte de cet événement, avec un total de 20 personnes exécutées, a été postée sur un réseau social le 23 juillet 2017», dit la CPI.
La CPI a demandé aux autorités libyennes d’arrêter et de transférer Al-Werfalli à la Haye, mais on voit mal comment le gouvernement de Tripoli, incapable de sécuriser la capitale et ses environs, pourrait accéder à l’un des collaborateurs du maitre de l’Est libyen…

par -

La Cour pénale internationale (CPI) a émis mardi un mandat d’arrêt international à l’encontre d’un “commandant” d’une unité d’élite soupçonné d’avoir été impliqué ces deux dernières années dans la mort de 33 personnes à Benghazi, dans l’est de la Libye.

Selon l’Expression, la CPI “a délivré un mandat d’arrêt à l’encontre de Mahmoud Mustafa Busayf Al-Werfalli, qui serait responsable de meurtre en tant que crime de guerre, dans le contexte” de la crise en Libye, a déclaré le tribunal dont le siège est à la Haye.

par -

Le président de l’Observatoire tunisien des droits de l’Homme (OTDH), Mustapha Abdelkebir, a annoncé sur Mosaïque fm que les négociations entre la Tunisie et la Libye sont actuellement en cours pour le retour de 45 tunisiens qui étaient détenus dans les prisons libyennes.

La date exacte de leur retour en Tunisie via le poste frontalier de Ras Jedir sera fixée au cours des deux prochains jours, a-t-il précisé.

par -

Quelque 78 Tunisiens écroués dans les prisons libyennes pour tentative d’émigration clandestine depuis les côtes de la ville libyenne d’Al-Zaouia ont été libérés vendredi par les autorités libyennes.
Selon un communiqué rendu public samedi par le département des Affaires étrangères (MAE), la libération de ces Tunisiens intervient à la suite d’une série de contacts avec les autorités libyennes, le parquet libyen et le Consulat général libyen à Tunis.

” Les Tunisiens libérés sont arrivés vendredi soir à 22H00 au poste frontalier de Ras Jedir “, lit-on dans le communiqué. ” De telles affaires ne peuvent être réglées par les voies officielles “, a indiqué le département des Affaires étrangères, faisant remarquer que les contacts se poursuivent avec les autorités compétentes libyennes au sujet de la situation des Tunisiens établis en Libye, particulièrement ceux qui sont incarcérés dans les prisons libyennes pour des motifs divers.

Le président de l’Observatoire tunisien des droits de l’Homme (OTDH), Mustapha Abdelkebir avait déclaré dans la journée que 80 tunisiens qui étaient incarcérés dans les prisons libyennes ont été libérés par les autorités libyennes, à la faveur des efforts déployés par l’observatoire, le Croissant rouge libyen, l’Organisation Ennasr , des défenseurs des droits de l’Homme ainsi que des personnalités libyennes dont des Maires.
Condamnés pendant une période d’une semaine à 4 mois, les Tunisiens libérés sont originaires des gouvernorats de Médenine, Gabès, Tataouine, Kairouan et Tunis. La plupart d’eux ont été mis sous les verrous pour tentative d’émigration clandestine depuis les côtés libyennes, alors le reste a été écroué pour des raisons différentes (manque de documents, bagarres, etc…).

par -

Deux canots de migrants pouvant contenir jusqu’à 250 personnes à eux deux ont été repêchés au large de la Libye, jeudi matin. Déjà cinq cadavres de jeunes Africains ont été retrouvés près des embarcations, rapporte l’AFP.

Il s’agit d’Africains âgés de 16 à 25 ans environ, qui se sont apparemment noyés 24 heures avant d’être découverts au nord du port libyen de Sabrata, a précisé la même source.

par -

Des soldats de forces spéciales russes se trouvent actuellement dans une base militaire dans l’ouest de l’Egypte, près de la Libye où la Russie cherche à jouer un rôle accru, selon un responsable américain.

Selon les données rapportées par le site voaafrique, ce déploiement a été démenti par le ministère de la Défense russe.

Selon le responsable américain, des soldats des forces spéciales russes se trouvent sur la base aérienne de Sid Barrani, à environ 100 kilomètres de la frontière libyenne.

L’administration américaine surveille “de près” l’évolution de la situation, a ajouté ce responsable.

Un diplomate occidental a également indiqué, sous couvert de l’anonymat, que des forces russes se trouvaient sur un “site” de l’armée égyptienne dans l’ouest du pays.

par -
Selon des rapports sécuritaires algériens cités par le quotidien Al Sarih

Selon les données publiées par l’AFP, l’armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Khalifa Haftar a lancé une offensive, mardi 14 mars, pour reprendre deux importants sites pétroliers du nord-est du pays, dont s’étaient emparés début mars des groupes armés rivaux.

Khalifa Haftar, général rebelle opposé au gouvernement d’union nationale (GNA) basé à Tripoli et adoubé par la communauté internationale, s’était emparé de ces sites pétroliers en septembre, avant d’en perdre le contrôle le 3 mars, face aux Brigades de défense de Benghazi, formées de groupes islamistes.

par -

La Tunisie répond aux critères d’adhésion au marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA), a affirmé, lundi, Sindiso Ngwenya, secrétaire général du COMESA, lors de son entrevue avec le secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères Sabri Bachtobji.

Ngwenya, qui effectue du 5 au 7 mars une visite officielle en Tunisie à la tête d’une délégation, prélude à l’adhésion de la Tunisie à ce rassemblement économique africain, a affirmé que les concertations entre les deux parties seront bientôt lancées et exprimé son espoir de l’annonce de l’association de la Tunisie au COMESA avant la fin de 2017.
Le secrétaire d’Etat a affirmé, pour sa part, l’importance que porte la Tunisie à ses relations avec les pays du continent africain ainsi que son intérêt pour le renforcement de la coopération avec les groupes économiques africains, la facilitation des échanges commerciaux et l’ouverture de nouveaux horizons pour les entreprises et les jeunes du continent.
La demande d’adhésion de la Tunisie au COMESA avait été acceptée en octobre 2016, lors de la réunion des chefs de gouvernement des États membres de ce marché, la Tunisie répondant à la condition de voisinage, exigée par le COMESA, soit du fait de l’existence de frontières entre la Tunisie et la Libye, d’ores et déjà membre dudit marché.

par -

Programmée lundi 6 mars 2017, la visite de la délégation tunisienne en Libye pour récupérer les enfants tunisiens bloqués dans les prisons libyennes, a été reportée à une date ultérieure, a annoncé, samedi, le ministère des affaires étrangères dans un communiqué.
Le report a été décidé afin de parachever les préparatifs nécessaires de la visite et assurer les conditions optimales pour la réussite de la mission de la délégation, lit-on dans le communiqué.
Le directeur général des Affaires consulaires au département des Affaires étrangères, Chafik Hajji avait déclaré, vendredi à l’agence TAP, qu’une délégation, composée de représentants de 6 ministères, devra se rendre en Libye pour rapatrier les enfants tunisiens, suite au consentement des autorités libyennes.
D’après les informations disponibles, quelque 14 enfants tunisiens se trouvent dans la prison de Mitiga à Tripoli, alors que 5 autres enfants (dont la nationalité n’a pas encore été vérifiée) ont été accueillis à l’hôpital de Misrata, a précisé Hajji, ajoutant que des analyses ADN seront effectuées pour vérifier la filiation de ces enfants dont l’âge ne dépasse pas les 5 ans.
Rappelons que le ministre des affaires étrangères Khemaies Jhinaoui avait indiqué avoir convenu avec le chef du gouvernement d’entente nationale en Libye Fayez Sarraj, de dépêcher une délégation tunisienne en Libye pour examiner la question des enfants tunisiens dans les geôles libyennes.

par -

Le Tchad, qui a fermé début janvier sa frontière terrestre avec la Libye pour des raisons sécuritaires, a décidé de rouvrir un point de passage.

« En raison du nombre croissant de nos ressortissants qui veulent rentrer au pays, et pour des raisons humanitaires, nous avons décidé d’ouvrir un couloir pour leur permettre de traverser la frontière », a indiqué à l’AFP le ministre, Ahmat Bachir.

« Ce point de passage est ouvert à Wour », a-t-il précisé, ajoutant que le gouvernement avait pris toutes les « dispositions sécuritaires » pour continuer de sécuriser ses 1 400 km de frontière avec la Libye.

par -

Les gardes-côtes italiens ont annoncé le jeudi 02 mars 2017 avoir coordonné les opérations de secours d’environ 970 migrants au large de la Libye, selon l’AFP.

Les migrants secourus jeudi se trouvaient à bord de quatre canots pneumatiques, une petite barque en bois et une plus grande.

Avant ces opérations, l’Italie avait déjà accueilli sur ses côtes plus de 13.400 migrants depuis début janvier, soit une hausse de 47% par rapport à 2016 et de 70% par rapport à 2015, même si toute comparaison sur quelques semaines reste délicate, a précisé la mime source.

par -

Selon un communiqué rendu public ce vendredi 24 février par la présidence de la République, le chef de l’Etat, Béji Caïd Essebsi, a reçu ce matin Mohssen Marzouk, secrétaire général du mouvement Projet de la Tunisie (Machrou Tounes).

Dans une déclaration faite aux médias, Mohsen Marzouk a déclaré que cette rencontre a porté sur les affaires d’ordre national et sur les déplacements effectués récemment par son parti.

par -

Abdelrazzak Al-Naduri, chef d’état-major de la région orientale de la Libye, a ordonné un gel temporaire de la loi qui interdit aux femmes libyennes âgées de moins de 60 ans de voyager seules, selon BBC.

Le week-end, la directive est entrée en vigueur. Elle a été largement condamnée et dénoncée à travers le pays, et sur les réseaux sociaux. Elle concerne principalement les femmes vivant dans l’est de la Libye, indique la même source.

Le gel de l’interdiction de voyager a été annoncé par la directrice de la commission de la société civile de cette région, Abir Mneina, qui a rencontré les responsables militaires.

par -
Selon des rapports sécuritaires algériens cités par le quotidien Al Sarih

La présidence de la République a démenti que le secrétaire général du Mouvement Machrou Tounes ait coordonné avec elle ou avec le ministère des affaires étrangères au sujet de sa rencontre avec le maréchal Khalifa Hafter, mercredi à Benghazi.
La présidence de la République a indiqué avoir reçu simplement un coup de téléphone ce matin pour l’informer de la rencontre d’une délégation partisane tunisienne avec Haftar ayant pour but d’appuyer l’initiative lancée par président de la République pour le règlement de la crise libyenne, précise la présidence dans un communiqué.
Tout en mettant en valeur tous les efforts d’appui à l’initiative présidentielle visant la résolution de la crise en Libye, la présidence de la République a “appelé tous les intervenants dans ce dossier à coordonner avec les institutions officielles pour assurer la réussite de cette initiative”, ajoute le communiqué.
La présidence de la République a souligné à cet égard que le ministre des affaires étrangère “est le seul habilité à mettre en œuvre la politique étrangère de la Tunisie”.
La présidence a, par la même occasion, renouvelé son invitation au maréchal Hafter pour effectuer une visite en Tunisie, annoncée par le ministre des affaires étrangères Khemaies Jhinaoui lors de la conférence de presse tenue lundi dernier en marge de la signature de la déclaration de Tunis pour un règlement politique global de la crise en Libye par les trois ministres tunisien, algérien et égyptien des affaires étrangères.
Une délégation du Mouvement Machrou Tounes, conduite par le secrétaire général, Mohsen Marzouk, le président du bloc parlementaire ” Al Horra ” Abderraouf Cherif, le porte-parole du Mouvement Hsouna Nasfi et le membre du bureau exécutif Sahbi Ben Fraj, a rencontré mercredi à Benghazi le maréchal Khalifa Haftar, rappelle-t-on.
Dans un communiqué publié par Machrou Tounes, Marzouk a indiqué avoir informé au préalable le président de la République de sa rencontre avec Haftar, précisant qu’il “rencontrera ultérieurement le chef de l’Etat pour lui faire part de la teneur de cette visite”.

par -

C’est l’histoire d’une diplomatie parallèle qui ne dit pas son nom et qui surtout provoque des sons de cloche différents. Bref, c’est la cacophonie quoi, dont on aurait si le dossier n’était pas aussi important. Machrou Tounes, conduit par Mohsen Marzouk, a cru bien faire en dépêchant en Libye une délégation pour s’entretenir, ce mercredi 22 février 2017, avec le maréchal Khalifa Haftar à Benghazi. But de la manoeuvre : Prendre le pouls de la situation dans la région et plancher sur la lutte commune contre le terrorisme…

Marzouk avait déclaré qu’il avait informé au préalable le chef de l’Etat tunisien de sa démarche et qu’il ira le voir à son retour pour évoquer les retombées de sa visite. Sauf que, patatras, la présidence de la République vient de faire savoir qu’elle ne savait rien de ce déplacement. Quand on vous disait que c’est la cacophonie…

En tout cas ce qui est sûr c’est que tout ça apporte de l’eau au moulin du chef du bloc parlementaire Ennahdha, Noureddine Bhiri, qui est monté au front à la Radio nationale hier pour dire que son mouvement était pointé du doigt à tort et que ceux qui s’adonnent vraiment à la diplomatie parallèle ne sont pas dénoncés…

par -

Près de 200 migrants nigériens ont été rapatriés par avion depuis l’aéroport de Mitiga, à l’est de Tripoli, en coordination avec l’Organisation internationale de la migration (OIM).

 Selon Le Monde, de nouveaux départs sont prévus dans les semaines à venir et concerneront un total de plus de 900 migrants.En 2016, l’OIM « a assisté 1 589 migrants, volontairement rapatriés vers leur pays d’origine », en donnant la priorité « aux plus vulnérables ». La plupart des départs ont lieu depuis l’ouest du pays, à destination de l’Italie qui ne se trouve qu’à 300 kilomètres.

Les Européens envisagent des mesures pour bloquer l’arrivée de milliers de migrants depuis la Libye. Ces mesures alarment les ONG, qui redoutent de mauvais traitements à l’encontre des migrants qui resteraient bloqués en Libye, a ajouté la même source.

par -

Les menaces terroristes en Tunisie persistent en raison de la situation sécuritaire en Libye, a déclaré, lundi le ministre de la Défense Farhat Horchani, à l’agence Tap.
Dans son intervention devant la commission de la sécurité et de la défense relevant de l’Assemblée des représentants du peuple, le ministre a indiqué que l’institution militaire est conscience de la gravité de la situation en Libye, et ce, malgré l’existence de négociations entre les parties libyennes. Il a assuré, à ce propos, que l’Armée tunisienne est prête à tous les scénarios.

Quant à la situation en Tunisie, Farhat Horchani a parlé d’une amélioration significative par rapport aux années précédentes. Amélioration qu’il explique par l’importance des opérations préventives pour lutter contre le crime organisé, le terrorisme, la contrebande et le trafic d’armes. Selon le ministre, “les efforts déployés par l’appareil militaire dans les zones montagneuses et frontalières ont évité au pays bien des catastrophes”.
Farhat Horchani a cité, également, l’action commune menée par les institutions militaire et sécuritaire et l’importance de la coordination entre les dirigeants des deux départements tant dans la capitale que dans les régions intérieures.
Concernant la protection des frontières avec la Libye, Farhat Horchani a annoncé que les travaux d’installation d’un système sécuritaire électronique au niveau des points de passage de Ras Jedir et Dhehiba démarreront sous peu.

Reseaux Sociaux

PRESSE LOCALE

INTERVIEW

Elle, c’est une spécialiste du transport, un secteur où elle a fait presque toute sa carrière, qu’elle connaît, de la voiture particulière à l’avion,...

AFRIQUE

Selon les dernières statistiques publiées par l'Office national des statistiques (ONS) et relatées par APS, l’économie algérienne a réalisé un taux de croissance de...

SPORT

Un quator s'installe désormais en tête du classement du championnat de la Ligue 1 du football professionnel, au terme des rencontres de la deuxième...