AccueilLa UNELa Tunisie pose pied dans la galaxie fintech

La Tunisie pose pied dans la galaxie fintech

La technologie a permis à la Tunisie  de s’affranchir d’une économie entièrement dépendante du tourisme, une dépendance qui s’est particulièrement accentuée pendant le confinement  liée à la  pandémie du Coronavirus.

Le gouvernement a été proactif dans le développement d’une infrastructure numérique et de démarrage plus large où l’esprit d’entreprise peut prendre forme. Il a notamment élaboré la stratégie Digital Tunisia 2020, qui fait de la transformation numérique un moteur essentiel du développement économique du pays, souligne le leader mondial de la presse fintech « The Fintech Times ».

L’une des méthodes de mise en œuvre de cette stratégie a consisté à être le premier pays africain à adopter un Startup Act en avril 2018.  Une loi qui  prévoit  un cadre juridique pour simplifier le processus de lancement de start-up, la  création d’un fonds de fonds de 200 millions d’euros qui sera alloué à des verticaux spécifiques et une stratégie pour consolider l’écosystème et les hubs en Tunisie. Au demeurant, depuis août 2020, 327 startups ont reçu le label startup, ce qui leur donne accès aux avantages de la loi.

La Banque Centrale du Tunisie  a, pour sa part, annoncé en 2020 le lancement du bac à sable réglementaire. Elle a également créé un comité fintech, un hub technologique, un TCB-Lab, pour n’en citer que quelques-uns.

Selon l’Institut mondial de l’entrepreneuriat et du développement (GEDI), qui mesure la dynamique de l’écosystème de l’entrepreneuriat, en 2019, la Tunisie était classée première en Afrique, sixième dans la région MENA et 40e au niveau mondial. C’était  pour rétribuer  les  efforts du gouvernement , destinés  aider à encourager l’esprit d’entreprise couplé avec l’écosystème et la volonté de le faire.

Comme le souligne le rapport Africa : The Big Deal, la Tunisie a réalisé des gains remarquables en matière d’investissements en ce qui concerne les startups dans leur ensemble. Alors qu’en 2019, elle ne disposait que de 7 millions de dollars, ce chiffre est passé à 14 millions de dollars en 2020, 23 millions de dollars l’année dernière et déjà 104 millions de dollars cette année jusqu’en mai.

Selon une étude sur l’écosystème fintech de la Tunisie, le pays espère devenir un pionnier en implantant la blockchain dans  sa Banque centrale, le paiement numérique, et les crypto-monnaies.

Un marché  fortement réglementé

Il reste à voir si cela peut se faire, mais les ambitions sont là, feit observer the Fintech Times .  Le marché tunisien est trop fortement réglementé, ce qui peut dissuader d’autres startups et autres innovations de prospérer.

En 2019, moins de 40 % des Tunisiens âgés de 15 ans et plus avaient un compte bancaire, ce qui était inférieur à la moyenne de moins de 50 % dans la région MENA. De même, huit pour cent de la  population tunisienne  disposaient d’une carte de crédit, ce qui est inférieur à la moyenne de 12 % de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord.

Un fait intéressant est la popularité du service postal en Tunisie, qui n’est ni une banque ni une entreprise de microcrédit, mais qui compte néanmoins plus de six millions de personnes possédant un compte financier.

Parmi les Tunisiens qui font partie d’un service financier formel, 90 %utilisent le système de La Poste Tunisienne, qui offre un large éventail de produits fintech tels que des services financiers mobiles, des transferts de fonds nationaux et internationaux, des paiements de factures et des achats par carte à puce.

Selon Hootsuite, sur les plus de 11 millions d’habitants que compte la Tunisie, les connexions mobiles représentaient plus de 150 % de sa population, soit 17,84 millions. En outre, les deux tiers (soit 66,7 %) de la population sont des utilisateurs d’Internet. De plus, les chiffres de l’internet étant plus élevés que ceux de l’AME, il est important de noter que le taux de pénétration des smartphones est également de 66 %.

Le règne de l’argent liquide

Malgré ces chiffres, la Tunisie, comme la plupart de ses voisins, reste une société basée sur l’argent liquide. L’argent mobile, par exemple, n’a qu’un taux de pénétration de deux pour cent dans le pays. L’adoption d’une technologie telle que la fintech permettrait de faire évoluer la société.

Néanmoins, comme dans le reste du monde, la pandémie a forcé beaucoup de gens à passer au numérique, notamment avec l’essor du commerce électronique. En Tunisie, a été constatée une augmentation des transactions de paiement électronique enregistrées au cours du deuxième trimestre de 2020 (pendant les périodes de verrouillage général et ciblé), avec une croissance de 34 % du nombre de transactions et une augmentation de 9 % de la valeur de ces transactions.

Pour que les fintech se développent également, il faudrait que les partenariats entre les banques, les assurances, les télécommunications et les fintechs du pays s’accélèrent. Cependant, cela semble se produire lentement.

Par exemple,  The Fintech Times  cite l’Arab Tunisian Bank (ATB), une banque universelle de taille moyenne au service des particuliers, des PME et des entreprises, dont la société mère est le groupe Arab Bank, qui a mis en service le système bancaire central Temenos cette année.

Le projet a débuté en 2019 avec la signature par l’ATB d’un contrat portant sur une large gamme de solutions frontales et dorsales avec le fournisseur de technologies bancaires, avant de s’achever progressivement cette année.

Pour finir, comme le pays n’est pas seulement un pays francophone, mais aussi un pays arabe et africain, il peut jouer un rôle unique dans le présent et en outre être un pont entre les trois aspects culturels et commerciaux.

Malgré les efforts pour construire l’écosystème de la fintech en Tunisie, il reste encore beaucoup à faire. Néanmoins, l’aspiration à faire mûrir ce paysage est bien là, conclut The Fintech Times.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,001SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -