L’Algérie n’a pas besoin d’importer du blé dur et d’orge pour 2019

L’Algérie n’a pas besoin d’importer du blé dur et d’orge pour 2019

par -

Le ministre de l’Agriculture, du développement rural et de la pêche, Cherif Omari a affirmé, lundi, que l’Algérie avait atteint, cette année, l’autosuffisance en blé dur et en orge et réalisé un stock “important” de ces deux produits, ce qui lui épargnera le recours à l’importation pour l’année 2019.

Selon les données rapportées par APS, Omari a indiqué que l’Algérie n’importera pas le blé dur cette année, rappelant que le pays consacre depuis l’indépendance un budget important à l’importation du blé tendre et de la poudre de lait, pour un volume global estimé, ces dernières années, à plus de 7 millions de tonnes.

Les quantités importées de blé tendre sont très importantes et dépassent les besoins nationaux, selon le ministre qui a déploré le gaspillage effarant du pain, fabriqué essentiellement de blé tendre.

Il a appelé, dans ce sens, à la rationalisation des importations, notamment de blé tendre, à l’origine de plusieurs maladies (diabète, obésité et hypertension artérielle en particulier), ce qui a amené plusieurs pays à prendre des mesures pour réduire le volume de leurs importations de ce produit.

Cette saison verra “le stockage d’une large gamme de produits agricoles”, a-t-il soutenu, précisant que les “portes des structures de stockages demeureront ouvertes à tous les agriculteurs pour stocker leurs produits”.

Une bonne production céréalière a été enregistrée cette année, avec la mise à profit de toutes les potentialités et l’exploitation optimale des capacités de stockage, en sus de la réception de 9 nouveaux projets, à travers le pays destinés au stockage des produits agricoles, s’est il félicité.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire