AccueilAfriqueLe FMI dit oui au Niger, et met e garde cotre les...

Le FMI dit oui au Niger, et met e garde cotre les risque de détérioration

Le FMI et les autorités nigériennes ont conclu un accord au niveau des services sur la deuxième revue du programme économique appuyé par la facilité élargie de crédit (FEC). L’activité économique devrait se redresser cette année et conserver la même dynamique en 2023, avant de croître plus rapidement à moyen terme sous l’effet de la hausse de la production pétrolière et de la mise en œuvre du programme de réformes structurelles des autorités.

« La reprise observée dans le secteur agricole et l’investissement privé devraient porter la croissance du PIB à 7,1 % en 2022, tandis que les pressions inflationnistes sur les prix des denrées alimentaires se sont atténuées, amenant l’inflation en glissement annuel à 3,2 % à la fin septembre. Bien que le Niger entretien peu de liens commerciaux directs avec les belligérants, il a principalement été affecté par la guerre en Ukraine à travers la hausse des prix mondiaux des denrées alimentaires, du pétrole et des engrais. « La situation budgétaire est accommodante cette année. Le déficit budgétaire devrait atteindre 6,8 % du PIB, les autorités s’efforçant d’assurer les dépenses urgentes pour atténuer les effets de la crise alimentaire et de la détérioration de la situation sécuritaire. « L’activité économique devrait conserver son élan en 2023 et croître plus rapidement les années suivantes. La croissance devrait atteindre 7,0 % l’année prochaine, sous l’effet de la hausse de la production pétrolière (avec le début de l’exploitation du gisement pétrolier d’Agadem) et de la reprise du secteur agricole. Le pays devrait atteindre une croissance à deux chiffres en 2024

Cependant, des risques de détérioration pèsent sur ces perspectives positives. Les autorités devraient donc continuer à accorder la priorité aux réformes qui visent à renforcer la résilience en favorisant la mobilisation des recettes intérieures, en améliorant l’efficience des dépenses publiques, en favorisant le développement du secteur privé et la diversification économique, en améliorant le système éducatif et en renforçant la bonne gouvernance. C’est, en résumé, ce que dit le dernier communiqué, rendu public ce mercredi 2 novembre 2022, à propos de la situation économique avec le Niger

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,018SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -