AccueilAfriqueLe Maroc est le numéro un pour le commerce de Bitcoin en...

Le Maroc est le numéro un pour le commerce de Bitcoin en Afrique du Nord

Le Maroc est le leader du commerce du bitcoin en Afrique du Nord en 2021, malgré son statut illégal.

- Publicité-

Selon les estimations de Triple A, un fournisseur et agrégateur de crypto-monnaies de Singapour,  0,9 million de personnes, soit environ 2,4 % de la population totale du Maroc, possèdent actuellement des crypto-monnaies.

Cela place le royaume en tête des pays d’Afrique du Nord et dans le top 50 des détenteurs de pourcentage de population en crypto-monnaies, juste devant le Portugal, fait observer le site Cointelegraph.

Les données  fournies par  Useful Tulips – une plateforme qui suit les échanges de BTC en peer-to-peer à travers le monde – confirment la tendance. Le Maroc  a été le leader nord-africain des échanges de BTC au cours de l’année écoulée, devancé seulement par l’Arabie saoudite pour l’ensemble de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord.

Toutefois  les lois relatives à  la crypto n’ont pas ces dernières années. Selon l’Office des changes du Maroc, il ne soutiendra pas un « système de paiement caché qui n’est soutenu par aucune institution financière. » Bien que la loi soit entrée en vigueur en 2017, l’interdiction n’a pas entravé l’adoption et, comme le montrent les données, les amateurs de crypto marocains continuent de contourner la décision.

À proximité, la livre égyptienne gagne du terrain sur le dirham marocain pour les échanges de BTC. Sur une période de 30 jours, UsefulTulips montre qu’il manque 20 000 $ à l’Égypte pour rattraper le Maroc. Il reste illégal d’échanger des BTC et des crypto en Égypte, mais même si un infime pourcentage de ses 102 millions d’habitants et de son PIB de 360 milliards de dollars s’engage dans cette activité  » illicite « , cela fera bouger l’aiguille.

Pour soutenir l’avenir orange du Maroc, Harmattan Energy est prêt à construire l’un des plus grands parcs éoliens d’Afrique. L’objectif de ce site éolien géant de 900 MW situé à Dakhla, dans la région du Sahara, est d' »alimenter l’informatique blockchain ». L’extraction et le commerce de bitcoins étant actuellement interdits, le groupe ne peut pas prétendre ouvertement à l’extraction de bitcoins.

Néanmoins, comme l’a rapporté Cointelegraph lors de l’appel d’offres du projet en 2018, revendre au moins 20 % de sa production d’électricité au gouvernement marocain pourrait être une solution viable. Les premiers résultats sont attendus d’Harmattan à la fin du premier trimestre de cette année.

Ailleurs, en avril 2020, Binance a ajouté un support pour les achats de crypto-monnaies utilisant le dirham marocain via une plateforme tierce, Simplex. Cela fonctionne de la même manière que les achats en naira pour BTC au Nigeria. Il n’est pas tout à fait aussi facile d’acheter des BTC sur Binance que dans les Émirats arabes unis voisins, qui ont une rampe d’accès directe à la monnaie fiduciaire, mais c’est un début prometteur.

L’avenir nous dira si le législateur marocain revient sur sa décision d’interdire le bitcoin. En l’état actuel des choses, le Maroc continuera à mener la charge en Afrique du Nord, même si cette activité reste souterraine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,917SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles