AccueilLa UNELe médicament est malade. La Siphat s’endette plus que son chiffre d’affaires...

Le médicament est malade. La Siphat s’endette plus que son chiffre d’affaires !

La Siphat, fabricant public de médicaments et où la PCT (Pharmacie Centrale de Tunisie) est majoritaire, ne déroge pas aux autres entreprises publiques, pointées du doigt pour leurs situations financières dégradées et qui se dégradent jour après jour. Tout le monde s’accorde à dire que Sonia Bechikh aura finalement été la meilleure ministre de la Santé des 10 dernières années. Elle aurait, tout de même, failli à sa promesse de sauver le soldat Siphat. Décryptage :

Le chiffre d’affaires est passé de 30,939 MDT au cours de l‘année 2018 à 22,362 MDT pour l’année 2019, soit une baisse de 27,72 % équivalente à 8,577 MDT. Le chiffre d’affaires relatif au 4ème trimestre de l’année 2018, est passé de 6,460 MDT à 4,851 MDT pour la même période de l’année 2019, enregistrant ainsi une baisse de 1,609 MDT, soit 25 % de moins que l’année dernière. Et comme tout semblait à la baisse chez cette entreprise publique (67,7 % du capital entre les mains de la Pharmacie centrale) de fabrication de médicaments, le chiffre d’affaires à l’export réalisé durant l’année 2019 qui était de l’ordre de 0,759 MDT, enregistrait aussi une baisse de 39% par rapport à l’année précédente.

  • En arrière toute à la Siphat

Côté production, la valeur réalisée au cours de l’année 2019 a été de l’ordre de 19,702 MDT contre 28,763 MDT durant l’année 2018. Elle a ainsi enregistré une baisse de 9,060 MDT soit -31%. Il faut dire que la valeur de la production enregistrée au cours du 4ème trimestre de l’année 2018 était déjà passée de 6,529 MDT à 4,292 MDT pour la même période de l’année 2019, soit encore une baisse de 34 % équivalente à 2,237 MDT.

En face, l’endettement baisse certes, mais dépasse toujours le montant de tout le chiffre d’affaires. En effet, l’endettement du fabricant public de médicament, était passé de 34,785 MDT durant l’année 2018, à 31,7 MDT au cours de l’année 2019, enregistrant ainsi une baisse de 8,9 %.

Le management de l’entreprise que dirige depuis 2017 Anis Klouz, explique ce niveau d’endettement par, d’abord un crédit mobilisable de 6 MDT pour la constitution des stocks de sécurité de trois mois de matières premières et ACE et d’un mois de produits finis, exigés par la circulaire du ministère de la Santé publique. Ensuite, un compte courant actionnaires ouvert au nom de la PCT, provenant de l’opération de réduction du capital opérée au cours de l’exercice 2001 suite à l’introduction en bourse de la société de 6 MDT. Et enfin, un Crédit Moyen Terme contracté auprès de la BH de 2 MDT (un principal restant de 1,6 MDT). Ajoutons à cela, un passif courant entre crédit fournisseur et concours bancaires de l’ordre de 18,1MDT.

En juin dernier déjà, les CC estimaient que «les dettes à court terme d’une valeur de 39,697 MDT dépassent les actifs courants qui s’élèvent seulement à 21,810 MDT, soit un écart de 18 MDT. Aussi, les capitaux propres s’élèvent à une valeur négative de 14,116 MDT. Ces deux facteurs témoignent de difficultés qui pourraient menacer la continuité d’exploitation de la Siphat».

Remarquons enfin que la Siphat a un capital de 9 MDT, qui n’a pas bougé depuis 2012. Sa dette représenterait ainsi presque 4 fois son capital. On ne connaît pas encore le résultat définitif de l’exercice 2019, mais on sait déjà qu’au 30 juin 2019, le résultat net était déficitaire de plus de 7 MDT. A fin 2018, le déficit dépassait 14,2 MDT. Et au regard des chiffres du 1er semestre 2019 (baisse de la production, baisse du chiffre d’affaire, baisse du stock des produits finis et semi-fini, et stagnation des achats d’approvisionnement consommés), il ne nous semble pas sûr que le résultat net puisse rattraper son retard de 2018 et réalise un bénéfice qui puisse améliorer ses ratios. A fin juin 2019, le déficit du résultat d’exploitation avait déjà doublé, passant de 3,8 à 6,6 MDT.

  • Où est le plan de sauvetage de Sonia Bechikh ?

Le dernier rapport des commissaires aux comptes, les états financiers arrêtés au 30 Juin 2019 ne donnent pas une image fidèle (…) de la situation financière intermédiaire de la société SIPHAT ainsi que de sa performance financière et de ses flux de trésorerie pour la période close à cette date.

Des choses invraisemblables, concernant les crédits octroyés au personnel et le suivi des créances sur ses clients, sont décrites avec plus de détails dans le rapport des Commissaires aux Comptes. On prend comme exemple cette remarque des CC. «Au 30/06/2019, il existe des suspens bancaires remontant à plusieurs exercices et concernant divers comptes bancaires. A titre illustratif, le total des mouvements décaissés par la banque et non comptabilisés par la SIPHAT, remontant à plusieurs exercices antérieurs, s’élèvent à 37 893 dinars au 31/12/2018. Cette situation laisse supposer un risque élevé d’anomalies que celles-ci proviennent d’erreurs ou de fraudes», et autres anomalies (et c’est un euphémisme) concernant le paiement des fournisseurs étrangers.

En juin 2019, le ministère de la Santé a décidé de créer une commission mixte qui sera chargée d’élaborer un plan d’action à même d’assurer le sauvetage de la Société des industries pharmaceutiques de Tunisie (SIPHAT), selon un communiqué officiel du cabinet de la ministre de la Santé par intérim, Sonia Ben Cheikh. Cette dernière ne semble pas avoir encore réussi !

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,004SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -